AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Holy shit [Pv Garth & Cassie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


hero of earth

Messages : 134
Date d'inscription : 19/03/2017
Face Identity : Zac Efron
Crédits : Vava : Ozzy (moi) / Gifs : Tumblr (inconnus)

Age du personnage : 26 ans
Ville : Metropolis, anciennement Coast City
Profession : Dessinateur dans une boîte de graphisme, dessinateur free-lance à côté, artiste
Affiliation : Green Lantern Corp / BGJC (Beaux Gosses Jeunes et Cons)
Compétences/Capacités :

J’ai dépensé ma jeunesse comme une poignée de monnaie
J’ai fait un peu de tout, un peu partout, sans savoir rien faire
La fleur aux dents, c’était tout ce que j’avais
Mais je savais bien que toutes les femmes du monde m'attendaient !

Compétences : Faire la fête - Faire le con - Naturellement doué pour quasiment tout type de sport (légèrement hyperactif) en particulier le skateboard, l'escalade, la moto-cross, la conduite automobile (clandestine), le canyoning, les sports de glisse (ski, snowboard) - Artiste né (dessin, peinture, graffitis)



Capacités : A été choisi par Oa pour devenir un Green Lantern, mais refuse de l'être. Il n'utilise donc pas la bague et cherche à s'en débarrasser, estimant que c'est elle qui a fait tuer sa petite amie.


HE'S A PIRATE.

Situation Maritale : En couple avec Barbara Gordon









MessageSujet: Holy shit [Pv Garth & Cassie]   Mar 9 Jan - 0:04

Garth, Kyle & Cassie
.





« Fils du Gondor, et du Rohan, mes frères ! » Une vague de cris, de rugissements, d'applaudissements. Sur mon fidèle destrier VertPoil, drapeau mêlant les blasons de la Justice League, des Titans, de la Young Justice et du BGJC en main, j'étais entré en scène, en short de bain, torse nu, une serviette de plage comme cape de chevalier pour apparat glorieux. Je traversai la foule de jeunes en délire. « J'ai lu dans vos yeux la même peur qui aurait pu saisir mon cœur ! » continuai-je en me penchant de chaque côté de l'encolure,  plaquant ma main sur mon torse, mimant le désarroi et la peur. « Un jour peut venir où le courage des Hommes faillira, où nous abandonnerons nos amis et briserons tous liens. Mais ce jour n'est pas arrivé ! » Je serrai le poing avec ferveur face aux gens autour de moi, tel Aragorn. « Ce sera l'heure des loups, et des boucliers fracassés, lorsque l'âge des Hommes s'effondrera ! MAIS CE JOUR N'EST PAS ARRIVE ! » La foule hurla de nouveau avec ferveur. « Aujourd'hui nous BOIRONS ! Pour tous ce qui vous est cher, sur cette bonne terre, JE VOUS ORDONNE DE TENIR SANS VOMIR ! HOMMES DE L'OUEST ! » Un "Ahou ! Ahou !" me répondit tel le tonnerre, la foule levant son verre de bière à chaque mot telle une secte de beuverie bien rodée. Je cabrai ma monture verdâtre en levant bien haut notre bannière sacrée, avant de faire péter les feux d'artifices grâce à l'Anneau de Pouvoir qui était le mien, plus vert que doré, que je ne comptais pas jeter dans la Montagne du Destin, qu'on se le dise. Ah, les soirées aux entrées fracassantes, qu'est-ce que ça avait pu me manquer. Ca avait forgé notre renommée, au BGJC, et après ces longs mois de déprime générale, ça faisait le plus grand bien de défouler tout le monde dans une messe géante d'alcool et d'orgie. Retour au bon vieux temps.

La soirée avait battu son plein pour finir en apothéose avec la danse du soleil à l'aube, en parfaite synchronisation avec les premiers rayons. Ca avait été la plus belle danse païenne qui n'eut jamais existé depuis des siècles à n'en pas douter, à grand renfort d'alcool, de fumette et de joie incommensurable, de tambourinages de torses nus et de cris de peaux rouges. La folie de cette soirée avait atteint des sommets, mais il fallait dire qu'après des mois d'ère glacière, de mort et de destruction, nous avions bien eu le droit de fêter le retour de notre astre salvateur et de la lumière, physique et psychologique, qu'il prodiguait au monde. Aussi, ma gueule de bois était-elle tout autant mémorable que la soirée elle-même, et alors que le monde entamait à peine sa reconstruction et que mon emploi était en suspens le temps de reconstruire les locaux à Metropolis, je pouvais donc dormir autant que je le voulais. Ce n'était pas Barbara qui allait me le reprocher, puisqu'elle préférait se tailler en douce au milieu de la nuit comme au petit matin pour faire je ne savais quoi. Elle refusait de me le dire, et évitait toujours le sujet. J'essayais de ne pas penser au pire - un autre mec, voire un ex - mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Mais bon, depuis la chute du Syndicat et le retour des beaux jours et du bonheur, je préférais profiter de ce renouveau plutôt que de déprimer sur mon couple qui n'en était même pas vraiment un. Et en ce quatrième jour de liberté retrouvée pour la Terre, malgré la gueule de bois, je parvins à me lever avant midi. Le soleil était haut et beau, il ne m'en fallut pas plus pour savoir quoi faire de mon temps libre.



« CHAUUUUUUUUD DEVAAAAAAAAAAANT ! HIHAAAAA ! » Tel Merlin l'Enchanteur revenu de Saint-Trop', vêtu de la même chemise et du même boardshort colorés, je déboulai à travers la fenêtre ouverte du salon de l'appartement de mon meilleur poto, le Garthus Alcolus. Je slidai sur un nuage d'étincelles en faisant le tour du canapé, frôlant le plafond, avant de daigner atterrir en glissant sur le sol.
« TADAAAAM ! Agitez votre baguette et le Magicobus arrive ! Destination sea, sex and sun sans escale ! Embarquement immédiat ! » m'exclamai-je bras tendus en l'air, faisant tinter tout l'attirail qui pendait accroché à mon sac à dos : rateaux, seaux et raquettes de plage en plastique, comme quand j'avais huit ans à Coast City. « Roooac ! Rooooac ! Personne ! Perrrrrsonne ! » railla Hal mon perroquet pirate, fidèle à sa place de quartier-maître bien cramponné sur mon épaule gauche. Effectivement, personne dans le salon, qui était toujours aussi en bazar avec des vêtements partout, dont des vêtements féminins. Ah, sacré poto, il avait bien bu et bien ramené une ou plusieurs nanas comme d'habitude. Le BGJC dans toute sa splendeur d'antan. Je haussais les épaules. Il était sûrement allé raccompagner la dame ou parti chercher des dolipranes à la pharma en état du coin, un truc du genre. Je pris donc le parti de prendre mes aises en attendant son retour ! Je posai mon sac et allai dans la cuisine ouvrir le frigo. Je décapsulai une bière, reniflai un reste de pizza pour m'assurer qu'il était viable, et entamai sa dégustation en me baladant dans l'appartement.

Ce faisant, je me dandinais gaiement sur un rythme coincé dans ma tête. Je passai à côté d'une coupure de journal où l'on voyait Tempest en action auprès d'autres héros. Je levai l'index vers mon pote figé sur papier. « Ordonnez, Ô Prince, Ô Roi ! C'est un plaisir, de vous servir, reprenez un peu de baklavaaaaa ! » chantai-je en dansant, m'inclinant tel un serviteur devant la photo de Garth, prince des mers à mes yeux. Je poursuivis mon petit déhanché à travers le salon. Depuis qu'un gamin que j'avais sauvé m'avait surnommé le Génie comme pour Aladdin, tout ça parce que je créais plein de choses en une seconde comme lui avec l'anneau des Lantern, j'avais cette chanson dans la tête.« Et je dis ! Maître Garthouin, très cher, je vous offre, aujourd'hui ! Un dessert du tonnerre, un éclair ! Car je suis votre meilleur ami ! » Pirouette, vrille sur un pied, olé ! Trop de bonne humeur en moi pour ne pas l'exorciser en permanence.

Soudain, je cessai mon petit délire solo. Passant près d'une porte, celle de la chambre de Garth pour tout dire, je détectai soudain des bruits que mon monologue m'avait empêché de cerner jusqu'alors. Putain il était pas sorti, il était là ! Chouette ! Sans réfléchir je rentrai, pensant qu'il gémissait juste parce que le réveil était une fois de plus l'équivalent de la méduse desséchée qu'il devenait à cause de l'alcool. Et là, je me figeai. Il était avec une fille en plein honka honka ! Oh oh petit malin. Ca c'était mon poto. Un sourire espiègle vint immédiatement peindre mon visage. Je levai les deux pouces pour lui faire savoir ma fierté. Il semblait gêné, c'était drôle. Pourtant ce n'était pas la première fois qu'on se surprenait l'un ou l'autre dans ce genre de situation, c'était monnaie courante au BGJC. Histoire de le gêner plus encore, et alors que la nana était de dos à cheval sur lui, et ne me voyait donc pas, j'en profitai pour faire semblant de tenir les hanches d'une nana devant moi tout en mimant le mouvement de bassin qui allait avec. Le summum de l'élégance entre mecs. Je lui fis un clin d'oeil complice, du genre "vas-y poto, donne tout". Et là ce fut le drame. « ... CASSIE ?! » m'exclamai-je après un cri de surprise un peu trop aigu pour être viril lorsqu'elle se retourna brusquement. J'eus tellement peur sur le moment que j'avais sursauté et m'étais à moitié écroulé dans le matériel de ski et de snowboard entassé en vrac contre le mur derrière la porte. Et ce fut à ce moment-là que le courroux amazone vint s'abattre sur moi.



_________________

J’ai dépensé ma jeunesse comme une poignée de monnaie,
J’ai fait un peu de tout, un peu partout, sans savoir rien faire,
La fleur aux dents, c’était tout ce que j’avais,
Mais je savais bien que toutes les femmes du monde m’attendaient !


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1597
Date d'inscription : 25/05/2017
Face Identity : Tyler Hoechlin
Crédits : Koryry & Cee

Age du personnage : 27 ans
Ville : Atlantis
Profession : Défenseur d'Atlantis. Enseignant au Collège de Magie Atlante
Affiliation : Atlante & Titan
Compétences/Capacités :

Physionomie Atlante

◊ Endurance & Force améliorées
◊ Vue & Ouïe améliorées
◊ Déplacement très rapide sous l'eau
◊ Expert en techniques de combat atlante



Magie

◊ Projection de faisceaux d'énergie par les yeux
◊ Hydrokinésie
◊ Génération de chaleur (main gauche)
◊ Génération de gèle (main droite)
◊ Détection de magie


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Holy shit [Pv Garth & Cassie]   Ven 12 Jan - 14:19

Holy Shit !
cassie, kyle & garth
••••

Le bonheur de retrouver la civilisation n’avait d’égal que celui de retrouver le soleil. Les choses n’avaient finalement pas si mal tournée pour les héros de ce monde et nous avions pu célébrer cela comme il se devait. J’étais revenu d’Atlantis quelques jours après la fin des combats. Les mesures de défense engagée par les atlantes avaient du être supprimée afin que le cours normal des choses puisse reprendre. Cela demandait du boulot et du temps. Il nous avait fallu énoncer à toute la population atlante que la vie pourrait reprendre son cours. Je savais très bien que de multiples célébrations auraient lieu dans les rangs de l’héroïsme mais la première célébration à laquelle j’avais participé était elle organisée par Atlantis. Notre roi avait jugé bon d’organiser une fête en l’honneur de la libération. Peut-être qu’à Atlantis nous n’avions pas vraiment remarqué l’invasion en tant que tel, pour autant, un climat de tension pesait sur la cité et la célébration était un bon moyen de le faire descendre. Cependant, une fois cela fait, j’avais rapidement rejoint la Terre ferme pour passer du moment avec mes amis. La célébration organisée par Kyle et les BGJC avait duré bien plus longtemps que prévu et au bout de plusieurs jours, j’avais décidé de me retirer pour dormir. Tout simple dormir. Je savais également que j’allais bientôt pouvoir revoir la belle Cassandra. Nous nous étions quitté avant les évènements avec beaucoup de tension et de peurs. Nous avions également pris des décisions nous concernant et j’avais hâte de savoir si ce temps passé séparément n’avait pas influencé sur elle. Quoiqu’il en soit, il ne m’avait, moi, pas du tout influencé. Je savais que je voulais passer du temps avec elle, que je voulais absolument être avec elle le plus longtemps possible. Je voulais partager des moments de ma vie avec elle.

La joie de retrouver les rayons du Soleil ne pouvait être éclipsé – sans mauvais jeux de mots – que par la joie de la retrouver elle. Je m’étais préparé à la revoir, la nuit avait été courte, bien trop agité par cette tension et lorsqu’elle était finalement arrivé, l’accolade que nous avions partagé avait duré suffisamment longtemps pour que la manque que j’avais éprouvé puisse être atténué. Nos baisers se faisaient aussi passionnés que fougueux, nos discussions aussi intéressantes que futiles mais le plus important était que nous étions là, tous les deux. Je constatais avec un bonheur sans fin qu’elle allait bien, qu’aucune séquelle grave n’allait la suivre tout le long de sa vie. Je me doutais que cela avait du être éprouvant pour elle mais elle allait bien et c’était le plus important. Elle avait passé beaucoup trop de temps à me demander si moi aussi j’allais bien. La question ne se posait. Atlantis n’avait jamais été menacé et la mission qui m’avait été confié par Arthur s’était bel et bien avérée inutile. Même de l’intérieur, aucune menace n’a jamais pesé sur Atlantis. Nous avions décidé de prendre le petit-déjeuner ensemble. Je savais qu’une belle rencontre l’est d’autant plus lorsque nos ventres respectifs ne sont pas vides et rien de plus agréable que de partager un repas avec celle dont on veut partager tout le reste. Jouant de temps à autres avec la nourriture, des éclats de rires remplissaient la pièce et cela faisait plaisir à voir et à entendre, comparé à la dernière fois où nous avions été là, avant les évènements « finaux ». Comme elle l’avait si bien dit à ce moment-là, rien n’était fini, pour autant, il nous fallait célébrer à notre façon, célébrer cette passion et ces retrouvailles, célébrer cette victoire dans la bataille contre le Syndicat du Crime. Nous n’avions pas perdu notre guerre et c’était là le plus beau.

Nous avions rapidement terminé notre repas et les baisers que nous avions échangés s’étaient rapidement transformés en quelque chose de plus… houleux. Les vêtements que nous portions alors avaient volé, parsèment le sol du salon à la chambre, remplissant également le couloir. Il n’était pas question pour nous de jouer la discrétion. Le monde entier m’importait peu lorsqu’elle était là et si je pouvais parfois faire preuve de sagesse, je n’en avais aucune envie à ce moment-là. C’est ainsi que nous avions fini dans mon lit, partageant bien plus que de simples baisers pour un plaisir retrouvé. Faire l’amour à Cassandra avait une valeur particulière pour moi. Ce n’était pas un simple contact physique, il y avait autre chose. La température avait monté autant physiquement qu’émotionnellement. Nous partagions quelque chose de fort, il n’y avait aucun doute là-dessus. Après plusieurs minutes à la couvrir de baisers, elle avait une nouvelle fois repris les devants et c’était retrouvé au-dessus de moi. Cassandra Sandsmark n’était pas le genre de femme à se laisser guider par l’homme. Elle prenait des initiatives et j’adorais cela. J’adorais la voir, au-dessus de moi, me guidant avec un son rire malicieux et joueur, avec son envie de me contrôler. C’était aussi fabuleux qu’une victoire sur le terrain. Elle savait prendre les devants mieux que quiconque et le plaisir n’en était que décuplé, je fermais les yeux pour profiter du moment. De mes lèvres ne sortaient que de doux râles, synonymes de l’intensité du moment que je partageais avec elle. Ce genre de moments qui marquent une vie, à n’en pas douter. L’intensité était la plus totale. Et, alors qu’elle laissait apparaître un faible moment de répit, l’envie de continuer était intense. « Cassie, tu es somptuGNA ! ». Je voyais dans les yeux la détresse de Cassie mais j’essayais de l’inciter à se concentrer sur moi en passant mes mains sur ses épaules pour la rapprocher un peu de moi.

C’est ainsi que je l’ai vu apparaître par le pas de la porte. Tel l’homme masqué venant secourir sa cible en détresse, Kyle était apparu. Son sourire et ses deux poussent en l’air me permirent seulement deux déductions : la première, il était heureux de me voir dans une telle position et il approuvait totalement cela, la deuxième, c’est qu’il n’avait pas reconnu la blonde, de dos, sur moi. S’il avait su qu’il s’agissait de Cassie, il aurait probablement fuit aussi vite qu’il était venu pour aller se cacher sous la jupe de sa petite-amie à Gotham. Je me donnais donc une nouvelle mission. Lui faire comprendre avec toute la gentillesse du monde qu’il devait dégager tout en n’éveillant aucunement les soupçons de Cassandra. Et, autant dire, que vu ce que nous étions en train de faire, mes sens n’étaient pas les plus éveillés. Difficile de réfléchir correctement dans ce genre de situations. Ma première idée fut de mettre en évidence le majeur de ma main droite, dans le dos de Cassie, bien évidemment, en direction de Kyle. Pour seule réaction, je n’eu que droit à une séance de mime de l’acte sexuel des plus dégoutantes pour tout autre personne qu’un homme. Visiblement, Kyle n’avait pas l’air enclin à déguerpir. Je ne pouvais dire de mot qui n’éveillera pas les soupçons de la belle blonde et, bientôt, elle allait se retourner en direction du jeune Lantern. Après l’apposition de mon majeur, je tentais des gestes de la main pour lui montrer la sortie mais il s’en foutait royalement et je croyais comprendre que cela le faisait bien trop rire. Pourtant, sans même me laisser le temps de m’en rendre compte, la jeune femme tourna la tête légèrement. Suffisamment pour que Kyle la reconnaissance et qu’il nous donne droit à un cri suffisamment aiguë pour que, les yeux fermés, je puisse croire qu’il avait eu recours à une vasectomie depuis la dernière fois que je l’avais vu. Après avoir trébuché, il avait finit son voyage dans un inventaire de sport de glisse. Et je compris rapidement que les ennuis ne faisaient que commencer.

La première conséquence fut que Cassandra se retourna très rapidement pour finalement découvrir qu’il s’agissait Kyle, la douleur fut plus qu’intense pour moi. Elle m’arracha un cri, cette fois bien grave. Avec délicatesse, je soulevais la jeune femme pour la glisser sous draps (cachant son corps que moi seul ne devais voir désormais) et inspectais rapidement le lieu d’origine de la douleur. Je sentais que Cassandra allait partir en furie. Il me fallait donc tenter de la retentir, de la calmer. Une main posée sur son épaule, je jetais la première chose qui me venait sous la main en direction de Kyle. Il évita de justesse l’artefact qui s’écrasa violement contre le mur, faisant un trou dans ce dernier. « Putain de merde Kyle ! Pas maintenant, putain ! On t’as jamais appris à putain de frapper avant de putain d’entrer ? ». Ça fait beaucoup de putains… Je disais cela assez égoïstement. J’étais plus déçu qu’il ait interrompt notre séance plutôt que de le voir là. « T’inquiète pas ma belle, je le mets dehors, reste ici. ». Je commençais de me lever lorsque je sentis un mouvement dans mon dos, un mouvement synonyme de furie tant contre lui que contre moi, je le sens bien.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Holy shit [Pv Garth & Cassie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WC_ La shit box
» d jibi jeune shit zue
» chipeur SHIT ZUE
» 2 shit tsu a donner
» Cassie, chatte Tricolore de 1 an

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: UNITED STATES OF AMERICA :: united states of america-