AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Seli.ce + A la croisée des mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Seli.ce + A la croisée des mondes   Jeu 5 Juil - 13:10

 
seli.ce
A la croisée des mondes
Une silhouette toute fine se déplaçait rapidement quelques minutes avant le couvre feu. Elle n’avait pas du tout prévu de faire des heures supplémentaires mais elle n’avait pu partir du travail sans avoir fini cette clôture comptable. Enfin elle aurait pu mais elle avait tendance à être un véritable bourreau de travail et elle n’avait personne qui l’attendait chez elle de toute façon, juste ses chats qui se moquaient qu’elle rentre plus ou moins tard tant que le distributeur automatique de croquettes leur donnait leur ration du jour. Elle avait quand même pris le temps de faire quelques courses pour se faire à manger et avait rajouté aussi quelques morceaux de poissons pour ses compagnons de toujours. Elle aimait bien les gâter, ils étaient comme ses enfants après tout. Elle entendit l’orage gronder au dessus d’elle et soupira longuement. « Manquerait plus qu’il pleu… » Elle avait à peine fini sa phrase qu’une pluie diluvienne se mit à tomber. Elle resta là, blasée, alors que la pluie commençait à la tremper complètement. Elle essaya de se protéger comme elle pouvait en mettant son sac de course au dessus de sa tête et en courant pour rentrer chez elle au plus vite. On disait souvent qu’il ne fallait pas courir sous les éclairs car cela les attirait mais franchement elle s’en moquait, elle voulait vouloir se mettre au plus vite au sec. Et puis le danger de courir ainsi n’est pas vraiment l’orage mais les gens dans lesquels on peut rentrer car on ne voit plus rien, surtout à travers de lunettes pleines de pluie.

En tournant dans une petite rue elle rentra dans un homme qu’elle n’avait pas vu et qui semblait un peu surgit de nulle part. Surprise elle recula sous l’impact et tomba par terre, ses courses s’éparpillant partout autour d’elle. « Oh je suis désolée ! » fit elle gênée d’être rentrée dans quelqu’un et se mit à quatre pattes pour pouvoir récupérer ses affaires. Tout était éclaté au sol, ça sentait le poisson c’était une horreur. « Bah alors… Faut regarder où on court, beauté. Je sais pas si je vais te pardonner aussi facilement ». Elle se redressa péniblement, remontant ses lunettes à grosses montures sur son nez et essaya de voir qui lui parlait mais elle voyait vraiment rien avec toute cette pluie. « Je comprends pas… » finit-elle par dire un peu timidement se disant qu’elle venait certainement de se mettre dans les ennuis. « Je vais te montrer ! » fit l’homme en l’attrapant par le col et en l’entrainant avec lui dans une petite ruelle. Elle se débattit autant qu’elle le pouvait, ne sachant pas quoi faire d’autre que de crier et se débattre et s’écroula au sol quand une magnifique gifle vint frapper sa frêle joue. Elle resta quelques secondes sonnée par l’impact, ses lunettes ayant volé un peu plus loin. Elle essaya de retenir ses larmes et posa sa main sur sa joue en regardant l’homme dont elle devinait seulement la silhouette. Un court instant son regard devint particulièrement clair, sentant une rage sourde monter à l’intérieur d’elle et elle se redressa souplement sur ses pieds avant que tout redevienne flou. Elle fut surprise, ne comprenant pas comment elle pouvait avoir fait cela mais n’eut pas le temps de se poser des questions qu’elle se faisait plaquer contre le mur, un bras contre sa gorge. Elle essaya de se débattre mais l’homme remontait déjà sa main libre le long de ses cuisses…

Et puis soudainement plus de pression et elle s’écroula au sol. Aux bruits et aux formes floues elle comprit qu’un combat venait de s’engager mais elle n’y voyait pas assez pour savoir exactement ce qui se passait. A quatre pattes elle tâtait le sol autour d’elle pour essayer de trouver ses lunettes. Elle finit par mettre la main dessus et les posa sur son nez, s’apercevant qu’un des verres était cassé. Flûte. Enfin c’était mieux ça que ce qui aurait pu arriver même si elle se demandait encore si elle était sortie d’affaire. Toujours par terre elle se retourna en se rendant compte qu’il n’y avait plus de bruits et son regard se posa sur une grosse paire de boots. AH… Doucement ses yeux remontèrent le long des jambes puis du torse jusqu'au visage de l’homme devant elle et elle repoussa ses lunettes cassées du dos de sa main sur son nez. Un petit sourire malicieux naquit sur ses lèvres avant de disparaître et elle recula de nouveau, ne sachant pas si c’était une bonne ou mauvaise nouvelle cet homme en noir devant elle. « Mer… Merci… » Car il n’était pas là pour continuer ce que l’autre avait commencé n’est ce pas ? Trempée par la pluie, ses cheveux collés a son visage, elle savait pas trop quoi faire aussi elle essaya péniblement de se relever, se rendant compte qu’elle avait mal à la lèvre, elle avait du être fendue quand elle avait été frappée.


Dernière édition par Selina Kyle le Mer 12 Sep - 11:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Ven 3 Aoû - 1:29

 
seli.ce
A la croisée des mondes
La pluie battait, cette nuit là comme bien d’autres. Volant de toits humides en toits ruisselants, le chevalier noir qui dans ce monde ci tenait plus du justicier au cœur sombre, pourchassait les voleurs, les assassins et les tueurs d’enfants. Il repéra une jeune femme en difficulté en bas, descendit à l’aide de ses grappins, attrapant le voleur ou violeur, de loin ils se ressemblaient tous, et avant qu’ils n’agissent c’était difficile à déterminer, il l’envoya voler dans les airs alors que lui descendait, par le système basique de balance. Lui était plus léger, visiblement, et surtout lancé dans le mouvement. Le voleur allait subir un vol suivit d’une plongée, et finir entortiller dans la corde. Sous le choc, il pouvait s’en sortir avec des côtés brisées ou pire, la nuque brisée. Le justicier ne faisait ni dans le détail ni dans la pitié. De toute façon, la police préférait le pourchasser que s’occuper des voleurs, par conséquent, il les laissait pourrir, parfois des jours entiers avant de les livrer, sachant qu’ils finiront par sortir. La première fois, il leur laissait la vie sauve, la seconde fois, et bien, il ne croyait pas aux troisième chances.

Arrivé devant la jeune femme, il attendit qu’elle se relève afin de s’assurer qu’elle allait bien. Il avait conscience que son apparence, sa réputation, provoquait souvent la terreur des victimes qu’il souhaitait aider, mais quoi, on ne fait pas d’omelettes sans casser d’œufs ! Bruce Wayne avait dédié sa vie au crime, entièrement, dépensant toute sa fortune dans son équipement, délaissant sa vie d’avant, de toute façon brisée par le drame, et était devenu ce justicier au cœur froid, éprouvé par le décès prématuré de sa femme et de son enfant. Ses parents, séniles, n’avaient rien pu faire pour l’empêcher de sombrer et le pensaient dépressif, perdu à tout jamais. Tant mieux, ils ne posaient ainsi pas de questions gênantes. Il n’y avait plus personne pour se soucier de ce qu’il faisait de ses nuits. Et quand à ses journées, tout le monde pensait que le riche héritier milliardaire noyait son chagrin ou s’était peut-être suicidé en Amazonie. Car il laissait croire à de somptueux voyage afin de justifier ses énormes dépenses surtout aux yeux de son comptable et de ses parents.

S’ils savaient que la chauve-souris qui terrifiait Gotham c’était lui… Il eut un petit sourire amusé à cette pensée, peut-être aussi devant la timidité charmante de la jeune brune qui releva son petit nez juché de lunettes brisées, ses cheveux collants à son visage du fait de la pluie. Bruce n'avait jamais trop accordé de regards aux femmes. La seule femme qui eut capturer son cœur, c’était Katie, sa femme, et leur fille. Malheureusement, elles lui avaient été arrachées. Depuis, il restait seul, laissait parfois une femme le distraire mais ne le laissait jamais aller aux sentiments. Mais en la regardant, à cet instant, le doute s’insinua en lui. Il pensait ne plus jamais rien ressentir, ne plus jamais aimer. Mais devant cet adorable visage, le doute persista. Il avait de plus, l’impression étrange de l’avoir déjà vu, comme dans un rêve lointain, vague. « Vous allez bien ?  » lui demanda-t-il, s’attardant plus qu’il ne le faisait d’habitude. En réalité, il cherchait à présent n’importe quel prétexte pour rester auprès d’elle. « Je vais vous raccompagner, ce sera plus prudent.  » baffouilla-t-il, ne trouvant pas meilleure excuse pour rester un peu plus longtemps à ses côtés.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Mer 15 Aoû - 21:57

 
seli.ce
A la croisée des mondes
Tremblotante, les cheveux collés au visage, trempée par la pluie Selina ne ressemblait en rien à la Selina que connaissait le Bruce Wayne de l’autre monde mais il ne ressemblait pas vraiment au justicier qu’elle connaissait, celui qui protégeait la vie à tout prix, celui qui préférait se donner plutôt que de perdre ceux qu’il aimait. Il y avait dans son regard un manque cruel de vie et d’amour que l’autre Bruce possédait même s’il ne savait pas toujours quoi en faire. Selina et Bruce étaient loin de ce qu’ils étaient normalement mais personne ne pouvait le savoir, même pas eux. Même si un petit sentiment de déjà vu, de savoir la moindre parcelle de l’autre pouvait s’insinuer dans leur esprit. Elle se redressa donc doucement en essayant de ne pas tomber et grimaça devant la douleur qu’elle ressentait à sa lèvre. Elle sortit un petit mouchoir blanc brodé à ses initiales pour tamponner doucement le sang qui coulait le long de son manteau et passa la langue sur sa blessure qui la piquait horriblement. Remontant une nouvelle fois ses lunettes cassées sur son nez même si cela ne servait pas à grand-chose, elle étudia l’homme du regard, ne sachant pas trop quoi faire. Elle savait très bien qui il était, elle était née à Gotham, elle en suivait les informations et en d’autres circonstances elle aurait pris les jambes à son cou mais il venait de la sauver d’une menace bien plus importante donc cela changeait un peu la donne.

Elle essaya de lui adresser un petit sourire quand il lui demanda comment elle allait mais cela lui fit échapper un gémissement de douleur, ayant bêtement oublié sa blessure. «  Oui, grâce à vous. » Elle pouvait au moins lui reconnaitre cela même si le tiers des descentes violentes de la milice à Gotham avait aussi lieu à cause de lui car il était pourchassé pour ce qu’il faisait. Selina était au courant de ce qui se passait à Gotham, elle ne se fiait pas aux faux journaux aussi elle savait ce que chaque acte héroïque avait comme conséquences sur la population. Sur elle, sur ses amies, sur ses parents… « Vous devriez partir je ne dirais pas que je vous ai vu. » fit elle comme si c’était le plus important à ce moment précis mais elle n’avait pas envie qu’il se fasse prendre ou que quelque chose se passe maintenant, elle n’avait pas non plus envie d’être liée aux affaires du justicier pour que sa famille soit à l’abri. Aujourd’hui c’était la seule chose qui lui importait, elle tenait à elle comme si elle avait l’impression qu’elle allait la perdre d’un moment à un autre et ce sentiment avait beaucoup de mal à passer.

Elle fut surprise quand il proposa de la ramener chez elle et ne le cacha pas. « Me… me raccompagner ? » Elle ne put s’empêcher de rougir devant cette idée car aucun homme ne l’avait jamais raccompagné chez elle et espéra que les ombres de la ruelle empêcheraient le justicier de la voir ainsi. « C’est que… Enfin... » Parfait elle bafouillait maintenant, c’était parfait… Elle essaya de se reprendre et toussota légèrement comme si elle avait une gêne histoire de justifier les phrases décousues qu’elle venait de dire. Elle ne voyait pas du tout pourquoi il la raccompagnerait, elle pouvait rentrer chez elle sans se créer de soucis si elle courrait assez vite… Bien. Elle releva son visage pour lui dire ça mais resta silencieuse, étudiant avec intérêt le masque avant de relever sa main comme pour la poser sur le dit masque mais elle arrêta son mouvement. Elle avait l’impression de savoir exactement ce qui se cachait dessus… C’était étrange ce sentiment… Elle ne savait pourquoi elle sentait qu’elle le connaissait et pourtant ce n’était pas possible, jamais elle n’aurait pu rencontrer ce justicier sans s’en souvenir. Elle devait se faire des choses idées, encore des rêves de midinette qu’elle avait du oublier. Après tout c’était toujours romantique et frissonnant de rêver de ce genre de héro. Elle devait dire quoi déjà ? « Oui bien sur »
….
Non ce n’était pas ça…

Elle se mit du coup à rougir de plus belle. « Enfin je veux dire… Vous comprenez, je ne veux pas de soucis… Et vous êtes… reconnaissable ». Dans son costume il ne passait pas inaperçu et elle ne pensait pas qu’il pourrait faire le chemin avec elle du coup car elle ne préférait pas se montrer avec lui. « J’habite pas loin en plus » fit elle en sortant légèrement de la ruelle pour lui montrer un immeuble un peu plus loin. « Je ne veux pas vous déranger dans vos… activités » Comment dire ça autrement ? Elle ne savait pas trop mais c’était déstabilisant ce sentiment de déjà vu.


Dernière édition par Selina Kyle le Mer 12 Sep - 11:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Jeu 6 Sep - 19:55

 
seli.ce
A la croisée des mondes
La jeune femme parut hésitante, et malgré l’obscurité de la ruelle, il aurait juré qu’elle piquait un fard, rougissant comme une demoiselle n’ayant jamais été dignement traité par les hommes ou simplement considérée comme une femme par un homme. Il se demanda pourquoi il avait ce sentiment diffus en lui qu’elle pouvait le connaître mieux que lui-même, pourquoi il avait en tête la troublante idée qu’elle et lui s’étaient connus dans une autre vie, antérieure peut-être ou future. Il ne croyait pas en ces choses là. L’âme sœur, le coup de foudre. Il n’y avait jamais réellement cru. Jusqu’à ce qu’il rencontre Katie, qu’il l’épouse sur le champ et qu’elle meurt en lui laissant un trou béant dans la poitrine. A présent, il avait l’horrible impression de tromper sa femme morte il y a plus de dix ans maintenant. Les plaies ne se referment jamais réellement, mais quand on ne cultive plus un jardin, il finit par mourir, ce qu’il était advenu de son cœur, un terrain mort, à l’abandon, triste et gris. Et soudainement, il sentait qu’il y avait du potentiel, quelque chose d’encore vivant à l’intérieur, quelque chose qu’il avait oublié pouvant encore battre. Son cœur.

La petite brune ne le laissait guère indifférent. Il pouvait essayer de lutter contre ce qu’il ressentait, il ne laissait transparaître absolument rien du combat qu’il menait intérieurement contre lui-même, de ce sentiment que la tempête allait l’emporter, et qu’au fond, mieux valait la laisser gagner. Il devait lui céder un bout de son âme, de son cœur, lui offrir un collier de perles. Quelles pensées absurdes le traversait à mesure qu’il la regardait. Il devrait peut-être songer à s’éloigner. Peut-être qu’on lui avait jeté un sort ? Il ne croyait pas en l’amour mais il croyait en la magie, parce qu’il l’avait vu à l’œuvre. Il savait ce que recelait les ténèbres, les véritables ténèbres. Il les avait affrontés. Et il ne les redoutait comme il redoutait ce qu’il ressentait à présent. Que son cœur batte à nouveau, cela lui semblait impensable, improbable, impossible, irréel, et pourtant, la fièvre le gagnait, cette douce chaleur lancinante, ce parfum insondable d’un cœur à prendre. Il senti un vertige le saisir et recula d’un pas. L’instant d’après il la regardait inquiet, qu’elle n’ai peur, qu’elle parte, qu’elle disparaisse. Il refit un pas vers elle, annulant la distance prise dans un moment d’égarement.

« Ne vous inquiétez pas, j’ai un moyen de déplacement des plus discrets. » répondit-il sachant que ce qu’elle redoutait avant tout c’était que ses voisins voient le chevalier noir la déposer devant chez elle. N’importe qui à sa place aurait redouté cela. Le chevalier noir était après tout un hors la loi, et nombre de criminels comme de policier s’en prendrait après elle s’ils la voyaient avec lui. Batman en avait conscience et ne désirait rien d’autre que de s’assurer qu’elle soit en sécurité. Rien d’autre ? Pas vraiment. Il voulait passer aussi du temps avec elle, et saisirait n’importe quelle excuse pour cela. Répondant à son appel, la batmobile aussi silencieuse que discrète, munie d’un dispositif la rendant quasi invisible, s’avança. Il appuya sur un bouton et la porte latérale s’ouvrit. C’était quasi un engin de guerre, pas le véhicule le plus confortable du monde. Il lui tendit la main pour l’aider à monter dedans, ne lui laissant plus l’occasion de douter encore moins de refuser poliment. De toute façon, pour peu qu’elle soit curieuse, la tentation serait trop forte, pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Mer 12 Sep - 12:29

 
seli.ce
A la croisée des mondes
Dans ce monde là Selina n’est pas Cat elle n’a pas l’habitude de jouer de ses charmes pour obtenir ce qu’elle veut, elle n’a pas non plus l’habitude que les hommes la regardent ainsi aussi elle rougit légèrement devant le regard du « héro » avant de rougir de plus belle quand elle se rend compte en plus qu’elle n’est pas capable de penser correctement quand il la regarde ainsi. Elle est toute seule depuis tellement longtemps, depuis qu’elle est née à vrai dire. Elle a ses parents et sa petite vie de comptable bien rangée qu’elle aime même s’il n’y a jamais aucune surprise dedans. Comment pourrait-on avoir des surprises avec les chiffres après tout ? Et puis elle ne travaille plus pour beaucoup de monde comme toutes les industries sont toutes en train de fermer les unes après les autres. Il n’y a bien que l’industrie Heywood maintenant qui ressemble encore à une entreprise mais elle sait bien pourquoi. Selina n’a rien à part ses copines avec qui elle fait des soirées de petites filles sages parce qu’elles ne savent pas faire autre chose. Parfois elle a l’impression que cette vie est étrange, trop parfaite puis elle se dit qu’avec la vie qu’elle a eut c’est normal : que la vie soit ainsi alors elle efface ce sentiment diffus d’incohérence et elle se raccroche à sa famille, comme s’ils allaient disparaitre du jour au lendemain.

Dans cette ruelle elle ne sait pas ce qui se passe parce que les silences sont longs entre eux mais elle a l’impression de savoir ce qui se trouve sous ce masque de super héro. C’est en parti de leur faute si les choses se passent aussi mal à Gotham, parce qu’à chaque acte de ce genre de personnage, la population prend deux fois plus mais elle ne peut s’empêcher de se dire qu’heureusement qu’il était là et parfois, qu’il a raison. En attendant elle est bien contente qu’ils soient tous les deux dans une ruelle sombre et que personne ne puisse voir leur conversation car elle n’a pas envie de se causer des problèmes ou bien d’en causer à la ville encore plus qu’ils en ont déjà. Elle est surprise de la réponse qu’il lui donne et pousse un petit cri de surprise quand la voiture qu’elle ne distingue pas trop s’approche puis ouvre sa portière. Elle fait un pas en arrière mais voit l’homme lui tendre la main aussi elle reste un peu raide sous la surprise avant de jeter un œil à l’intérieur un peu curieuse quand même et finit par donner sa main au justicier avant de s’approcher de la voiture. Ce n’est pas bien, elle est en train de faire une bêtise mais elle ne peut s’empêcher d’avoir envie de voir ce qui se trouve dans cette voiture étrange. Elle ne connait pas du tout ce genre de véhicule ou toute cette technologie, l’appareil le plus technologique de chez elle étant certainement sa calculatrice.

Elle monte dedans et rajuste ses affaires correctement même si cela ne sert a rien vu l’état dans lequel elle est avant de laisser l’homme conduire, lui faisant signe de tourner juste avant son immeuble pour pouvoir passer dans la petite ruelle arrière. Elle sort à regret de la voiture parce qu’elle est vraiment magnifique et sent le regard de l’homme toujours sur elle, elle voudrait le remercier ou lui poser quelques questions parce qu’elle a vraiment l’impression qu’elle le connait et pourtant elle le saurait quand même si elle connaissait ce justicier dans la vie réelle, un masque ne fait pas tout. Mais là c’est trop dangereux aussi elle finit par lui proposer quelque chose auquel elle n’aura pas pensé quelques instants auparavant « Je peux vous remercier en vous offrant un café ? » Elle se mordille la lèvre sous cette idée totalement ridicule mais maintenant que c’est fait c’est fait et elle entre dans son immeuble par la porte arrière, écoutant qu’il n’y a personne avant de monter vers son appartement et d’ouvrir la porte rapidement pour la verrouiller ensuite. Elle pousse les rideaux comme elle le fait tous les soirs mais ce soir elle le fait surtout pour le vis-à-vis qu’elle a avec l’immeuble d’en face. Elle file vers la cuisine pour préparer le café. « Excusez moi je vais me changer et je reviens ». Parce que franchement elle ne peut pas rester comme ça. Elle vire ses affaires dans sa chambre pour passer un pantalon d’intérieur et une chemise. Elle se douchera plus tard aussi elle se lave au moins le visage et se sèche rapidement les cheveux avec une serviette avant de prendre de quoi désinfecter sa lèvre et sa pommette. C’est en tamponnant ses blessures qu’elle revient dans la salle et leur sert deux cafés. « Vous allez me trouver bête mais j’ai l’impression qu’on se connait. C’est ridicule je sais mais je n’arrive pas à me défaire de cette impression ». Elle va passer pour une idiote c’est clair. Elle s’installe sur un tabouret de bar et soufflant sur son café, observant l’homme timidement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Lun 29 Oct - 15:32

 
seli.ce
A la croisée des mondes
Batman est amusé par la réaction de la jeune femme face à la Batmobile. Tout ceux l’ayant approché de près ont toujours eut la même réaction de surprise. La plupart veulent entrer dedans, jouer avec tous les boutons sur le tableau de bord, tenter les différents modes, veulent voir le mode furtif ou encore jouer avec les fusées. Au fond, il adorait cela. Les réactions presque enfantines que son véhicule pouvait déclencher chez les quidam qu’il sauvait. Etre un super héros avait quelque chose d’enfantin au fond. Quand il avait perdu sa femme et sa fille, il avait d’abord pensé à ce dessin animé que regardait tout le temps sa fille, avec ce super héros volant dans le ciel, sa cape rouge impressionnante, il lui évoquait le super héros de sa jeunesse, Zorro. Enfiler ce costume, celui que son père avait choisi pour une nuit d’Halloween et qu’il lui avait promis de lui léguer tant il avait été fasciné enfant par ce costume, cela n’avait eut du sens que parce qu’il savait qu’aux yeux de sa fille il aurait été un vrai héros, parce qu’au fond, il voulait la retrouver, la sauver. C’est pour cela qu’il faisait ce qu’il faisait. Bien sûr, quand il éliminait les méchants, à ce moment là ce n’était plus au regard émerveillé de sa fille qu’il pensait, plus à la façon tragique dont elle lui avait été arraché.

Le voyage est silencieux, la jeune femme paraît impressionnée, peut-être goutte-t-elle à ce voyage en enregistrant la moindre information sur ce qu’elle ressent, voit, entend. Batman étant un homme taiseux, habitué au silence de sa Batcave déchiré parfois par la voix mécanique de son ordinateur central, il ne ressent nul besoin de briser le silence. Le ronron du moteur les berce et le justicier goutte à ce voyage espérant qu’il sera sans fin. Quand ils parviennent à destination, c’est presque à regret qu’il arrête la voiture. Il aurait aimé n’avoir jamais à s’arrêter. L’idée de quitter la jeune femme le déchire comme si leurs destins étaient liés par quelque chose de plus fort qu’eux. Il ignore d’où lui vient ce sentiment. Il se demande si c’est pas un signe du destin, après toutes ces années à souffrir, à être seul, peut-être qu’il devait s’ouvrir à l’idée que le monde puisse ne pas être aussi sombre qu’il le pensait. En dépit de la violence qu’il constatait dans les rues, et de l’état de la politique menée par Savage, peut-être qu’il existait la possibilité d’un monde différent, avec de l’amour.

La jeune femme lui propose un café, de monter chez elle en somme. Comme s’ils étaient à un rencard. Jamais encore il n’avait fait une telle chose, même si bon nombre de gens qu’il avait aidé lui avait proposé de nombreux cadeaux en remerciement qu’il avait tous poliment refusé. Les seuls qu’il acceptait étaient ceux venant des enfants. Cela lui aurait brisé le cœur de dire non à enfant. Mais là, il eut envie de monter dans son appartement, d’en apprendre plus sur elle. Alors il hocha la tête et la suivit, grimpa les étages. Il était habitué à son vieux manoir, gothique manquant cruellement de travaux. L’immeuble lui paru d’une modernité presque effrayante en comparaison. Mais sa demeure à lui ressemblait au château de Dracula. Il songea que s’il voulait l’emmener chez lui il lui faudrait faire appel à un décorateur. Pourquoi de telles pensées le traversait ? Pourquoi songeait-il à l’inviter chez lui ? Il n’avait même plus le sentiment de trahir sa défunte femme.

Le justicier aurait aimé se défaire de sa cape et de son masque. Il se sentait presque ridicule dans sa tenue face à la jeune femme plus confortablement habillée qui s’installait devant lui en posant une tasse chaude remplie de l’or noir devant lui. Batman la regarda dans les yeux. Lui aussi ressentait cela, cette sensation familière et chaude, tendre, qui vous gratouillait à l’intérieur. D’une façon, agréable. « J’ai ressenti la même chose, je ressent la même chose. » corrigea-t-il. « Je n’avais encore jamais… » Il évacua l’idée de parler de sa défunte femme, cela aurait un peu cassé l’ambiance. Il avait conscience d’être pas le type le plus joyeux de la terre et pour elle, il voulait être différent, il voulait faire des efforts, ne plus être le type taciturne, bourru, comme un vieil ours mal léché. « Je veux dire que ça fait longtemps que je n’ai pas fait cela, boire un café, avec quelqu’un. » Il se sentait idiot, à dire des choses pareilles. Il allait définitivement passer pour un vieux fou, ce qu’il n’était pas loin d’être. « J’ai le sentiment qu’il y a quelque chose d’important, je veux dire, non en fait, je sais pas ce que je veux dire… » doucement, il se mit à rire. « Je suis désolé, je suis quelqu’un de très solitaire, je n’ai pas l’habitude. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Ven 9 Nov - 11:30

 
seli.ce
A la croisée des mondes
Cette soirée est étrange, elle ne sait pas quoi dire alors que cette voiture mystérieuse les conduit chez elle, elle ne sait même pas comment elle en est arrivée à accepter qu’il la raccompagne chez elle et, pour en rajouter, elle l’invite à prendre un café. Elle ne sait pas si le pire est de lui avoir proposé ou qu’il accepte de monter. Dans la salle de bain où elle prend le temps de se changer comme elle trempée, couverte des crasses de la ruelle et de son propre sang, elle se demande d’où vient ce sentiment qu’elle le connait, que c’est évident entre eux. Elle est perdue mais essaie de prendre un peu de contenance avant de revenir là où se trouve l’homme qui vient de le sauver. Elle s’installe sur un tabouret de bar a ses côté en finissant de tamponner ses blessures, appréciant de n’avoir que ça a soigner car ça aurait pu être bien pire s’il n’était pas arrivé au bon moment, elle ne sait même pas si elle serait encore en vie d’ailleurs. Elle boit une gorgée de café et grimace en sentant la morsure de la chaleur de la boisson sur sa blessure mais la caféine lui fait du bien quand même. Elle a cette impression étrange de la connaitre et pourtant elle sait que ce n’est pas possible. Mais elle lui dit parce qu’elle ne peut pas s’en empêcher, peut être va-t-elle passer pour une folle, certainement d’ailleurs. Quand l’homme lui répond qu’il a la même impression elle est surprise, elle n’est pas folle alors, elle n’est pas la seule à penser ça mais est ce que ça aide en quelque chose ? Pas vraiment.

Elle se rend compte qu’il n’est pas à l’aise pour parler aussi elle lui adresse un petit sourire quand il essaie d’exprimer aussi ce qu’il ressent et se sent bête d’être habillée aussi simplement à côté de lui qui est en costume complet de justicier, un homme recherché par toutes les milices d’ailleurs et pour lequel elle serait certainement tuée si on apprenait qu’il était venu chez elle mais, plus les minutes passent et plus elle oublie ce petit détail parce qu’elle est persuadée qu’il y a plus important entre eux que ça. Une petite voix qui lui dit que rien n’a d’importance à part le moment présent. « Vous… » Elle se met à sourire parce qu’elle est aussi perdue que lui dans cette histoire et c’est clairement la première fois qu’elle a un homme chez elle en plus. « Vous pouvez vous rassurer, vous êtes à l’abri ici je n’ai aucune raison de vous causer des soucis » Ce n’est pas vraiment son genre et elle le regarde de nouveau, essayant de discerner ses traits sous ce lourd masque. Elle va approcher sa main vers son visage avant de retenir son geste, geste qu’elle a déjà fait dans la ruelle mais qu’elle n’ose toujours pas mené jusqu’au bout parce qu’elle ne veut pas déranger, après tout elle peut comprendre pourquoi il se cache. « Je ne sais pas pourquoi mais j’ai confiance en vous et vous pouvez avoir confiance en moi si vous désirez… » Ôter votre masque ? Vous mettre à l’aise ? Elle ne sait comment dire ça et se rend compte qu’elle en demande peut être beaucoup mais elle a l’impression que, même si elle ne le connait pas, elle sait ce qui se cache derrière ce masque et qu’il n’a pas besoin de se cacher d’elle. Et pourtant dans la ruelle elle avait peur de lui mais plus les minutes passent et plus elle est à l’aise. Gênée clairement mais sans inquiétude, il ne lui fera jamais de mal ou pas volontairement.

« Ca vous va bien de sourire » lui murmure t’elle quand il se met à rire de ne pas arriver à parler. « Je suis assez solitaire aussi je comprends vous savez. Notre conversation ne ressemblera a aucune autre comme ça » fait elle en rigolant à son tour parce qu’il vaut mieux dédramatiser la situation. Elle boit une nouvelle gorgée de son café après avoir soufflé dessus ne sachant pas trop quoi dire face a tout ce qui vient de se passer et va descendre du tabouret quelques instants pour ouvrir sa fenêtre comme il y a des chats qui sont en train d’y gratter. Rapidement plusieurs félins entrent dans l’appartement et elle va aller les nourrir avant de revenir vers lui. Non seulement elle ne sait pas quoi dire mais en plus elle est le cliché de la vieille fille avec ses chats. Royal… Elle finit par rire doucement, ses joueurs roses de nouveau parce que cette situation est quand même étrange et qu’elle vient de toucher sa main en reposant la sienne sur le bar.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   Jeu 22 Nov - 13:40

[quote="Bruce Wayne"]
 
seli.ce
A la croisée des mondes
La jeune femme lui assure qu’il est en sécurité ici ce qui lui arrache un sourire amusé. C’est son job à lui de la mettre en sécurité, de la protéger. Pas seulement parce qu’il a été bien élevé et appris la galanterie, mais aussi parce qu’il est un justicier, et que protéger les innocents fait parti de son boulot, celui qu’il s’est trouvé, façonner. Mais il sait ce qu’elle veut dire par là. Il est recherché, par la police, les milices et même l’armée. Savage n’aime guère l’idée que des super-héros encapé puissent rendre la justice sans rendre de compte. Bruce pourrait comprendre si la justice était réellement appliquée, s’il n’y avait un tel chaos et désordre. Savage prône un seul ordre mondial mais ne fait rien pour protéger les gens dépendant de son autorité. Batman ne serait pas né s’il y avait une véritable justice en Amérique. Il observa la jeune femme et hocha la tête. « Je sais. » répondit-il simplement.

Le geste qu’elle eut, la main tendue vers son masque, était un geste motivé par la curiosité. Il le sentait, le savait, sans qu’il ne sache comment. Bruce avait des talents pour devenir rapidement les intentions des gens en face de lui, talent utile quand on mettait un masque et qu’on courrait les rues pour réparer les tords. Mais avec elle, ça allait plus loin que le simple instinct et l’observation de base, ça allait plus loin que la simple envie de protéger, ça allait plus loin que le simple plaisir de partager un café et sentir que ce qu’il faisait servait à quelque chose. Il avait des papillons dans le ventre quand elle s’approchait de lui, quand elle le regardait comme elle le faisait. Personne ne l’avait regardé ainsi depuis bien longtemps. « J’ai confiance en vous. » répondit-il en souriant. Pourtant, l’idée de retirer le masque ne lui traversa même pas l’esprit. Il était captivé par autre chose, par une autre idée, celle de l’embrasser. Il ne savait pas pourquoi il ressentait un tel désir, pourquoi elle affolait son corps, pourquoi la proximité de sa main provoquait tant de sentiments et de bouleversements chez lui, si solitaire, si immunisé contre tout. Enfin, le pensait-il jusqu’à présent.

Timidement, il lui offrir un sourire en guise de réponse, ravit qu’elle ne s’offusque pas de son manque de conversation, qu’elle ne l’estime pas idiot pour cela. Sentiment qu’il avait quand il daignait venir aux réunions des actionnaires de l’entreprise familiale. Il l’avait délaissée au profit de sa vie nocturne et se sentait dépassé quand il y remettait les pieds. Ce monde là, il ne le regrettait point. Celui des riches fortunés bien né était sans saveur, il préférait la modestie de cet intérieur où de nombreux chats venaient de faire leur apparition. « C’est marrant, moi c’est les chauves-souris qui squattent ma cave. Impossible de m’en débarrasser, alors j’ai trouvé un petit système… » S’il y avait bien un sujet qui le passionnait c’était les gadgets qu’il inventait. Il sorti un petit boitier et le montra à la jeune femme. Jusqu’à présent, il n’avait jamais montré ses petits gadgets à qui que ce soit. « Regardez, quand on appuie sur le bouton… » Il lui tendit pour qu’elle le fasse. « Ça les appelle. » Un son de sonar se fit entendre et un bruit de battement d’ailes suivit, au loin d’abord puis se rapprochant. Et devant les fenêtres de l’appartement une multitude de chauve souris sont apparues. « Ah oui, mince ! » fit-il en comprenant qu’elles risquaient de briser la fenêtre et pénétrer l’appartement. Par un réflexe stupide, il s’avança vers la fenêtre et jeta le boitier par celle-ci, sachant qu’elles suivraient le son jusqu’à ce qu’il explose au sol.

« Désolé pour le euh… désordre. Je… j’avais testé dans ma cave mais ça n’est pas vraiment adapté dans un appartement… » Il se frotta la tête d’un air désemparé. Vraiment, il n’était plus habitué du tout à avoir de la compagnie. Et ce n’était pas les trois fois où il avait donné un coup de main à Flash qui allait changer quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Seli.ce + A la croisée des mondes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seli.ce + A la croisée des mondes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À la croisée des mondes, le début de l'aventure
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)
» BANDJO mâle croisé caniche-bichon 1 an SPA DOUAI 59

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: limbo :: archives :: les rps terminés-