AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Ven 17 Aoû - 19:11


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Egypte. Le Caire. Si ce n'est pas la première fois que tu y mets les pieds, cette fois, la saveur est différente. C'est la première étape vers le retour à votre univers. Ce monde auquel tu n'appartiens pas, et qui à bien failli t'engloutir. Sans Diana, tu serais encore derrière des barreaux, sans avenir, sans te douter une seule seconde que ta vie t'avait été arrachée. Si la mémoire est revenue après une bataille contre ton propre esprit, ce n'est pas le cas de tous. Parmi eux, tes amis, ta famille, des aides précieuses pour espérer un retour à la normale. Quand tu as vu le visage de Barbara et Alfred sur un article de presse, après un incident dans un théâtre, tu y as vu un point de départ. Un espoir. Si vous avez commencé à chercher une solution, Diana et toi, vous avez rapidement compris que vous ne parviendrez à rien sans aide. C'est un labyrinthe dont vous ne pourrez pas sortir seuls. Barbara ou Alfred, c'est l'un d'eux que tu vas essayer de ramener du bon côté. Qui sont-ils ici désormais ? Sont-ils heureux ? Est-ce qu'ils voudront seulement t'écouter, toi qui est peut-être qu'un étranger à leurs yeux ? La tâche est ardue, semée d'embûches, mais il n'y a pas d'autres solutions. Pour vous en sortir, il va falloir les ramener à la raison. A qui ils étaient. Le climat égyptien est chaud et sec, tu as donc abandonné ton blouson de cuir pour des vêtements plus amples et qui se prêtent plus aux coutumes du pays. En pleine capitale, tu as entrepris de retrouver une aiguille dans une botte de foin. Si tu es persuadé qu'ils sont encore ici aujourd'hui, tu ne sais cependant pas où les trouver. Diana t'avait prévenu que tu pourrais mettre des jours, voir des semaines à pister leur trace. Mais qu'importe le temps que cela prendra, tu ne repartiras pas d'ici sans au moins l'un d'entre eux. Plus vous serez nombreux, plus vous aurez des chances de vous tirer de ce bordel.

Tu commences tes recherches dans le quartier du théâtre. Alfred, apparemment comédien, doit être logé dans les parages. Tout autant que Barbara, qui doit avoir ses habitudes dans le coin pour s'être rendue voir la pièce. Ce ne sont que des suppositions, mais tu vas te contenter de ça pour le moment. Dans chaque café, dans chaque hôtel, tu montres la photo du journal. C'est tout ce que tu possèdes. Ici, la technologie est contrôlée, tu ne possèdes rien de plus qui puisse t'aider. « Est-ce que vous connaissez ces gens ? Est-ce que vous savez où ils se trouvent ? » Ces questions, tu les as posé une bonne centaine de fois avant d'avoir une piste concluante. La seule récoltée en trois jours. « Je connais la fille. Elle vient régulièrement ici, toute seule. » Le barman est formel, Barbara est déjà venue dans son bar, dans une ruelle reculée d'un quartier peu fréquenté par les touristes. Une femme seule et jolie, ça ne s'oublie pas, alors tu portes crédit à son témoignage. « Elle était là hier soir ? » Il hoche de la tête en guise de réponse, et tu comprends qu'il n'a pas réellement envie de répondre à tes questions. Alors pour l'adoucir, tu commandes une bière. T'as entendu dire que les bières brassées par les égyptiens étaient excellentes, voilà l'occasion d'y goûter. Tu jettes un coup d'oeil à ta montre, 17 heures. Ça ne fera que quelques heures à patienter. En attendant, tu envoies des messages à Diana pour la prévenir de ton avancée. Elle a aussi à faire de son côté, en espérant que ce soit satisfaits que vous vous retrouverez.

Quand tu la vois entrer dans le bar et que ton regard se pose sur elle, t'es chamboulé. Tu t'en doutais, mais le voir de tes propres yeux, c'est différent. Barbara se tient là, devant toi, sur ses deux jambes. Voilà le seul aspect positif que tu trouves à cet univers. Et heureux pour elle, tu ne peux t'empêcher de sourire pour toi-même. Quand elle s'approche dangereusement du bar, ton cœur commence à battre la chamade. Comment tu vas t'y prendre si elle ne se souvient de rien ? Elle va te voir comme un déluré qui a passé trop de temps à siroter des verres au comptoir. Comme d'habitude, tu n'as pas de plan. Alors avant de te dévoiler à elle, tu te lèves et t'enfonces dans le fond de la salle tamisée pour pouvoir l'observer. Rien qu'en la regardant, tu pourrais en apprendre plus sur elle. Elle ne parle à presque personne. Mais les verres s'enchainent. Elle est triste. Perdue. C'est du moins ainsi que tu interprètes ses regards et son comportement. Pour quelle raison ? Ça, tu l'ignores encore. Après une heure d'observation, et conscient que tu n'en apprendras pas plus caché dans ton coin, tu prends la décision de passer à l'étape supérieure. Engager la conversation. « Une autre bière, s'il vous plait. Et ce que la demoiselle voudra. » D'un geste du menton, tu désignes celle que tu considères comme ta sœur. Oui, il y a des chances que tu passes pour un séducteur à la recherche d'une femme à mettre dans son lit ce soir, mais il faut bien commencer quelque part !



AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Dim 19 Aoû - 12:47

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

Cinq jours. Cela faisait cinq jours que j'étais coincée dans la capitale. Depuis les événements du théâtre je n'avais pu bouger. La police tenait à ce que je reste disponible. Un fait qui n'avait pas manqué de me faire lever les yeux au ciel. Discrètement. Je ne voyais pas bien ce que je pouvais leur dire de plus. Franchement, je n'avais rien à ajouter à ma disposition. Mes réponses n'allaient pas changer seulement parce qu'ils me posaient les mêmes questions de manière différente ou détournée. Je n'étais pas assez bête pour tomber dans un tel piège à débutants. Mais ça évidemment, ils ne pouvaient pas le avoir. Bien sur, je comprenais leurs méfiance et réticence. On avait essayé d'assassiner le président. Ce n'était pas rien. Un tel coup méritai que l'on redouble de prudence. Après, il ne fallait pas non plus tomber dans la paranoïa. Ce qu'ils faisaient  si quelqu'un me demandait mon avis. Je supposais que mon statut d'étrangère faisait de moi une personne d’intérêts. Vraiment, on ne pouvait pas faire plus cliché. Cette suspicion n'avait pas manqué de faire enrager Chris et le reste de la mission archéologique. Ils voyaient ça comme une injuste et un coup monté par l'Etat égyptien pour ralentir la progression des fouilles.  En effet sans ma présence, le site était au point mort. Apparemment, Chris ne pouvait pas reprendre les commandes. Le chantier m'appartenait. J'étais la personne en charge. Sans moi sur place pour superviser, personne ne pouvait travailler. J'avais du mal à comprendre pourquoi ma présence changeait quelque chose. Pour ce que je faisais sur place de toute façon. Mais les règles étaient ce qu'elles étaient et la communauté internationale tenait à ce qu'elles soient respectées. Et c'était sans compter le fait que certains sponsors voyaient à présent toute cette histoire d'un mauvais œil. Dès qu'il y avait de l'argent en jeu et une réputation, les gens battaient en retraite bien plus vite que leurs ombres. Autant dire que ce n'était pas comme ça que l'on avançait dans la vie. Ou du moins on ne faisait jamais rien de bien exceptionnel.

Un soupir passa me lèvres alors que je finissais par me relever en position assise sur le lit. Allongée depuis des heures, je finissais par me perdre dans les plis du draps. Il était temps de bouger. Mes jambes étaient lourdes et mon esprit en surchauffe. Une petite marche me ferait certainement du bien. Comme à chaque fois que je voulais sortir, je dus avertir le personnel de l’hôtel. L'un des gardiens secoua la tête en me disant qu'ils allaient bien trop loin. Je soulevais les épaules et lui adressais un sourire aimable avant de quitter l'endroit. Malgré l'heure déjà avancée de cette fin d'après midi, la température était élevée. Je suffoquais un instant face à cet assaut d'air sec qui me brûla les yeux et les poumons.  Franchement, je ne comprenais pas comment l'on pouvait vivre dans un tel environnement. Comment cette autre moi faisait pour passer des heures la tête enfoui dans le sable sous une chaleur de plomb. Gotham me manquait. Son mauvais temps aussi. J'aurais tout donné en cet instant pour sentir les gouttes de pluie sur ma peau bronzée et trop chaude. Un sourire triste passa sur mes lèvres. J'avais envie de retourner à la maison. J'avais envie de retrouver les gens que j'aimais. Surtout les retrouver comme ils étaient. La rencontre avec Alfred était encore bien trop douloureuse. Le manque de reconnaissance dans son regard avait bien failli me tuer. Jamais, je ne m'étais sentie aussi seule de toute ma vie. Pourtant, j'avais plus d'une fois atteint le fond du trou. Mais jamais ainsi.  Mes poings se serrèrent d'eux mêmes le long de mon corps. Tout cela me paraissait tellement injuste que j'aurais aimé hurler ma peine et mon désarroi à plein poumons. En plein milieu de cette ville pleine de vie ce n'était cependant pas une excellente idée.  

A la place, je cachais un peu plus mon visage caucasien et mes cheveux blonds sous le voile que j'avais lâchement noué autour de ma tête et je mis en route. Je n'avais pas de destination précise. Mais n'ayant rien d'autre à faire, j'avais décidé de découvrir une nouvelle partie de la ville chaque jour. J'allais au musée. Je visitais les monuments historiques. Je prenais le thé dans un petit salon. Je découvrais la culture. Mon esprit  pourtant toujours avide de connaissances n'y trouvait cependant jamais son compte. Je finissais donc rapidement par m'ennuyer. Je connaissais déjà tout ça. Du moins mon autre moi connaissait tout ça. Il n'y avait donc pas de réelles découvertes. C'était simplement du réchauffé. Cela m'ennuyait car plus les jours passaient plu j'avais l'impression de devenir cette autre Barbara. Celle qui appartenait à ce monde. La femme que j'étais – la Barbara que j'étais – semblait prête à disparaître pour laisser la place à l'autre. Il y avait une dualité en moi que j'avais du mal à supporter. Surtout, je me doutais que cela n'était pas forcément de très bonne augure. Ou peut être au contraire devrais je accepter cela comme un cadeau. Je n'aurais plus à souffrir si je m'effaçais. Je cesserai d'exister. Cette autre moi après tout n'avait pas l'air malheureuse.  Il n'y aurait pas forcément que du mauvais. Un sourire désabusé flotta sur ma bouche. Voilà à quel genre de pensées j'étais réduite. C'était ridicule.

Sans m'en rendre compte, je m'étais arrêtée devant le petit bar un peu lugubre et surtout hors de vue où j'avais pris l'habitude de venir. J'y pénétrais sans trop me poser de questions. Comme à chaque fois, l'on me lança quelques regards en coin mais on me laissa tranquille. Le barman sans poser de questions posa ma consommation face à moi lorsque je me plaçais au bar. « Merci ». Il hocha la tête et hésita un instant la bouche ouverte, prêt à me dire quelque chose. Je le fixais et lui souris lorsqu'il en décida finalement autrement.  Comme tous les autres soirs, j’enchaînais les consommations sans m'en soucier. Je m'étais découverte une tolérance à l'alcool que je n'avais jamais eu.  Et puis même ainsi, je ne buvais jamais assez pour me retrouver ivre. J'aimais bien trop être en contrôle de mon corps et alerte pour me laisser ainsi aller. Et ce malgré toute ma colère et ma tristesse. « Une autre bière, s'il vous plait. Et ce que la demoiselle voudra ». Ma bouche se stoppa à quelques millimètres du rebord du verre.  Mon corps se tendit instantanément. Cette voix je la connaissais.  Lentement, je tournais mon regard et mon buste dans la direction de l'homme. Mes yeux bleus – et non verts- se posèrent sur la silhouette élancée de Jason. Est ce que tous les fantômes de mon passé s'étaient donnés le mot pour me faire souffrir chaque jour un peu plus ?  De mes orbes d'un bleu glacé je le détaillais. Je l'étudiais. Je l'analysais. Ce n'était probablement pas très poli mais j'avais besoin de savoir. Savoir si je ne rêvais pas. Savoir si finalement je n'avais pas réussi à trop boire malgré ma vigilance. Surtout savoir si il savait qui j'étais.  Rien ne me permit de répondre à cette dernière interrogation. Il ne m'avait pas appelé par mon prénom. Son regard était intéressé, inquiet aussi. Mais cela ne voulait pas forcément dire grand chose. Bien des hommes semblaient être intéressés par mon côté Barbie. Quant à son inquiétude , elle pouvait seulement être du au fait que je n'avais toujours pas répondu et étais restée silencieuse comme une statue. Je n'étais pas sûre d'arriver à encaisser une nouvelle déconvenue. «  Je ne pense pas que Mme Gordon veuille de votre compagnie » déclara finalement le barman qui se tenait face à nous de l'autre côté de son bar. Son anglais était difficile mais pour autant compréhensible. «  C'est bon, merci je m'en occupe » répondis je au barman en arabe. L'homme à la longue barbe hocha la tête et nous laissa. «  Est ce que tu sais qui je suis ? Et je ne parle pas de Barbara Gordon, l'archéologue. Si c'est la seule identité que tu me connais s'il te plait passe ton chemin parce que c'était déjà assez difficile d'être une totale étrangère au yeux d'Alfred. Je n'ai aucune envie de remettre ça ». Non vraiment, j'allais me briser en plusieurs milliers de morceaux. Et les recoller serait impossible.

dialogue en arabe



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Mar 28 Aoû - 17:37


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Dans son regard – différent et étonnement bleu – tu peux lire un millier de choses. Est-ce que ton visage lui rappelle quelqu'un ? Sans détourner tes iris ambrés des siennes, tu la laisses te détailler avec l'attention et l'esprit d'analyse que tu lui connais. Tu n'as pas beaucoup changé. Si ce n'est l'absence de cicatrices et la mèche blanche redevenue noir, tu es le Jason qu'elle a toujours connu. Mais tu le sais, si sa mémoire lui fait défaut, ce ne sera pas suffisant pour la ramener les pieds dans votre univers. Tu ignores comment raviver les souvenirs dans l'esprit des gens, mais si tu y es parvenu, l'espoir existe. Il se passe quelque chose entre vous, ces quelques secondes où vous vous jaugez. Quelque chose qui va bien au-delà de deux inconnus qui se rencontrent pour la première fois. Et si tu n'avais pas été interrompu par le barman, sans doute aurais-tu pu avoir la réponse à ta question. Est-ce qu'elle sait qui tu es ? Le regard beaucoup plus sévère, tu tournes la tête vers l'inconnu. Tu ne cherches pas les ennuis, encore moins dans un pays auquel tu n'appartiens pas. Mais tu n'es pas d'humeur à supporter les pseudos chevaliers servants. Voilà une chose qui reste inchangé. Barbara attirera toujours les hommes. Ça a toujours été le cas, et ce depuis votre adolescence. Sa longue chevelure rousse – aujourd'hui blonde si tu en crois la photo dans le journal – qui lui descendait jusqu’au creux des reins, ses yeux verts qui donnaient toujours l'impression qu'elle sondait votre âme, Dick a craqué, mais il y en a eu beaucoup d'autres, avec plus ou moins de succès. Et ce charme opérant, ce soir tu aurais préféré qu'il reste muet. Tu as beaucoup trop à faire pour perdre du temps avec le barman du coin qui s’immisce dans tes affaires. Tu étais sur le point de lui répondre, sèchement, quand c'est finalement Barbara qui prend la parole, dans un arabe parfait. Depuis combien de temps est-elle ici, pour ainsi s'exprimer sans le moindre accent ? Même toi qui a appris la langue au sein de la Ligue des Assassins, tu n'es pas capable de parler avec autant de justesse et de fluidité. Qu'elle se souvienne ou non de son ancienne vie, il ne fait aucun doute que dans la nouvelle l'Egypte soit un de ses lieux de prédilection.

Quand elle s'adresse enfin à toi, c'est pour le moins direct, et tu ne parviens pas à cacher ta surprise. Elle se souvient. Elle sait qui tu es. « Barbara.. » Et bien, ce fut finalement moins difficile que tu l'avais imaginé. Oui, tu connais Barbara Gordon l'archéologue, et pour ne pas mentir, tu aurais bien besoin de son aide. Mais c'est ta Barbara que tu es venue chercher, et que tu espérais réellement trouver. Un sourire s'étire de plus en plus aux coins de tes lèvres, heureux et soulagé. « Tu es Barbara Gordon, fille du commissaire James Gordon, Batgirl autrefois, aujourd'hui Oracle. » C'est presque si tu ne ris pas en lui énonçant son identité, dans un anglais que personne autour ne devrait comprendre. Elle est la première que tu retrouves, et avec elle en plus dans votre équipe, les poids sur vos épaules s'amenuisent doucement. C'est un nouveau pas vers votre réalité retrouvée. D'abord hésitant, tu finis par t'approcher et la serrer dans tes bras. Mais pas trop longtemps, pour éviter que des regards indiscrets ne se posent sur vous. Cette victoire fait un bien fou. En plus de la satisfaction personnelle d'être réunis avec ta sœur. Dans ses propos, tu as vite compris qu'elle souffrait elle aussi de cette situation pour le moins particulière. Elle semble avoir retrouvé Alfred, mais il ignore qui il est, et elle n'est pas parvenue à le ramener. Tu comprends sa frustration et sa déception, mais maintenant vous êtes trois, et vous allez tripler vos chances de réussite. Tu peux lui apporter un peu d'espoir. Et une mission à accomplir, accessoirement.

Tu t'assois et prends une gorgée de la bière que le barman vient de te ramener sur le comptoir en bois. Tu as tellement de choses à lui dire que tu ne sais même pas par où commencer. « Je suis désolé pour Alfred... » Peut-être qu'un second round serait plus concluant ? Bien que ce ne soit pas ta priorité absolue. Avec le lasso, vous pourriez lui redonner beaucoup plus aisément la mémoire. A lui et à tous les autres une fois que vous les aurez retrouvés. « J'étais comme lui quand Diana m'a trouvé. En prison. » Sera t-elle réellement étonné ? Peu de chances. Mais tu ne veux pas t'attarder trop longtemps sur ton histoire. De toute façon, désormais tu n'en sais que ce que Diana t'a raconté. Tes réelles souvenirs ont effacé ceux qu'on a voulu t'implanter. Le Jason de cet univers a disparu quand tu es redevenu celui que tu as toujours été. « Je ne sais même pas par où commencer... Avec Diana, on a peut-être une idée pour qu'ils retrouvent la mémoire. » Même si c'est plus une certitude qu'une idée. Un peu nerveux et excité, tu ne prends pas le temps de te poser et de savourer l'instant. La première étape du plan est une réussite, mais tu songes déjà à la seconde. Vous n'avez pas de temps à perdre. Tout ce qui se passe ici ne devrait même pas exister. Ce n'est pas chez vous. Ce n'est pas vos vies. Et si vous tardez trop, peut-être que vous resterez coincé ici pour toujours. Mais est-ce qu'elle va bien ? T'aimerais savoir si elle va bien. Là tout de suite, ça prend le pas sur tout le reste. « Comment ça va, toi ? » Tu lui souris, prenant conscience que c'est déjà trop d'informations d'un coup.



AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Sam 8 Sep - 19:02

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

J'attendais la chute. J'attendais qu'il rebrousse chemin. Qu'il disparaisse avec un regard en coin inquiet pour ma santé mentale. Il n'en fit rien. Au contraire, il souffla mon nom dans un soupir de soulagement. Comme si il me connaissait. Comme si mes paroles n'avaient rien d'étrange. Comme si elles étaient parfaitement normales. « Tu es Barbara Gordon, fille du commissaire James Gordon, Batgirl autrefois, aujourd'hui Oracle ». J'aurais pu pleurer de joie à ces quelques mots.  Tout à coup, je n'étais plus toute seule. Je n'étais plus perdue dans un monde auquel je ne comprenais rien. J'avais un lien. J'avais un ami. Une bouée de sauvetage même. Sans le savoir, il venait de m'éviter la noyade mentale. J’accueillais ses bras autour de mon corps avec un soulagement que je n'arrivais même pas à dissimuler. Je me cramponnais à ses épaules. J'aurais pu le garder au plus de mon cœur pendant encore un long moment. Mais ici les mœurs étaient bien différents. Une telle étreinte pouvait être très mal vue. Surtout par la population seulement masculine de l'endroit. Etre étrangère ne me donnait pas tous les droits. Je devais respecter les lois et les coutumes du pays. Qu'importe ce que je pouvais bien en penser.  Avec un petit raclement de gorge, je repris contenance et retournais sur mon siège. Quelques regards s'attardaient encore dans ma direction mais je les ignorais. Tout le monde me regardait en permanence. J'étais apparemment sacrément intéressante. «  Je suis désolé pour Alfred.. ». Un soupir passa mes lèvres. J'étais certainement la plus désolée des deux. J'avais échoué. Intellectuellement, je savais que je me battais contre des forces bien plus puissantes que moi. Mais cela ne faisait rien. J'avais failli. Le sentiment du culpabilité qui me tordait le ventre n'allait pas se contenter d'une logique implacable pour disparaître. Ma tête me disait une chose mais mon cœur m'en disait une autre. J'avais l'impression d'avoir abandonné le majordome a son sort. Je l'avais laissé tomber. Bien sur, son nouveau lui n'avait pas besoin ni de mon aide ni de ma protection. Mais son nouveau lui était un mirage. Je n'avais pas su lui faire voir la véritable oasis. En cela j'avais échoué. Lamentablement.

« J'étais comme lui quand Diana m'a trouvé. En prison ». Un son remonta le long de ma gorge et provoqua quelques bulles dans le liquide ambré de ma bière. «  Je sais pas pourquoi mais ça ne m'étonne qu'à moitié » lui répondis je en tournant mon regard vers lui. Dans mon monde, la prison aurait certainement été sa deuxième maison. Elle pouvait toujours l'être si mon père et ses hommes finissaient par attraper Red Hood. « Comment elle t'a ramené ? » demandais je curieuse et prête à remettre mon cerveau au travail. Si Jason avait pu y voir clair alors il y avait de l'espoir pour Alfred. « Je ne sais même pas par où commencer... Avec Diana, on a peut-être une idée pour qu'ils retrouvent la mémoire ». J'hochais la tête et l'invitais à continuer. Je pouvais leur prêter mes neurones sans problèmes. Peut être qu'à trois cerveaux, on allait réussir à faire quelque chose. « Comment ça va, toi ? ». Un rire sans joie passa mes lèvres. Mon regard bleu se perdu un instant dans le liquide de ma boisson. Finalement je lâchais un soupir. Comment me sentais je ? Epuisée, au bord du gouffre. J'avais l’impression de danser sur un fil. Le moindre faux pas pouvait me couter ma santé mentale. «  Je me suis réveillée dans un monde que je ne reconnaissais pas. Avec des capacités et un physique qui n'étaient pas les miens » commençais je en cherchant mes mots. «  J'étais toute seule, Jay. Toute seule avec des inconnus qui eux semblaient me connaître presque par cœur ». Je marquais une courte pause et me remémorais les premières heures de ma nouvelle vie. Jamais, il ne m'avait semblé être aussi terrifiée. «  Il y avait tous ses souvenirs dans ma tête. Les miens et ceux de cette Barbara qui me ressemble et est tellement différente à la fois. Et plus ça va et plus ses souvenirs à elle prennent de la place. Ils éliminent les miens. J'ai peur d'oublier qui je suis ». Cette peur me nouait l'estomac un peu plus chaque jour. « J'ai bien cru devenir folle lorsqu'Alfred ne m'a pas reconnu. Je me suis persuadée que ce monde était faux mais honnêtement j'en ai douté ». Un rire sans joie m'échappa. «  Je suis contente que tu sois là, au moins ça veut dire que je ne suis pas … complètement dérangée». Si ma santé mentale était la dernière chose qu'il me restait, je comptais bien la préserver. Du moins autant que possible. «  T'as perdu ta mèche » remarquais je finalement en me tournant vers lui. Mes doigts passèrent dans ses cheveux noir de jais comme pour m'assurer de sa disparition. «  Laisse moi deviner maintenant t'as tout un tas de tatouages de prisonniers à la place ? ». Un sourire aux lèvres, je le taquinais gentiment. Comme une sœur le ferait avec son frère.



••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Ven 14 Sep - 23:38


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Comment tu as retrouvé la mémoire ? Voilà une question à plusieurs réponses. Quand Diana est venue te trouver à la prison, tu as tout de suite su que tu étais lié à elle. Sans expliquer pourquoi, cette femme ne t'était pas inconnue. Et même si les souvenirs de ta vie ici sont devenus terriblement flous, écrasés par les autres, tu te souviens encore de la certitude qui te tordait les tripes quand elle s'est assise face à toi, son regard plongé dans le tien. T'aimerais pouvoir lui répondre, lui amener une solution efficace qui l'aiderait à retrouver Alfred, mais tu n'es malheureusement sûr de rien. « Elle m'a simplement dit la vérité. Elle m'a parlé d'elle. De moi. De nous. Et plus elle parlait, plus j'avais des flash de cette vie que j'avais oublié. Le lendemain, j'ai suivi la trace de mes souvenirs, et tout est revenu. J'ignore si c'est parce que le lien qui nous unit est fort, ou parce qu'elle est désormais déesse de la Vérité. Disons que ce que je ressens pour elle a fait le plus gros du boulot, mais que son don m'a aidé à regarder dans la bonne direction. » Et de toute évidence, tout le monde ne peut avoir ta chance. Même si tu restes persuadé qu'un événement assez fort pourrait faire office de déclic. Barbara, elle, n'a pas eu à passer par là. Si ta situation était périlleuse, avoir pleinement conscience de la situation est encore pire. Elle s'est retrouvée au milieu de gens qui lui étaient inconnus, et Diana s'est réveillée aux côtés de son amie décédée. Tu peux lire la souffrance sur les traits de son visage, à mesure qu'elle se confie à toi. Sourcils froncés, tu ne perds pas une miette de ce qu'elle te dit. Instinctivement, tu attrapes sa main pour la serrer dans la tienne. Tu veux la rassurer, lui montrer que tu ne la laisseras pas tomber et que vous allez trouver une solution. Où commence la Barbara que tu as toujours connu, et où s'arrête celle qui a pris sa place ? Elle a l'impression que la frontière entre les deux s'amenuise, et peut-être que c'est réellement le cas. Tu es parvenu à faire du tri dans ton esprit, mais ce n'est pas aussi simple que de passer le balai devant sa porte. Deux vies ne peuvent cohabiter dans le même corps. Il y en a forcément une des deux qui prend le dessus sur l'autre. Si pour l'instant elle gagne le combat, tout pourrait très vite s'inverser. Vous ne savez rien de ce qui se passe ici, et par conséquent, vous avancez dans l'obscurité la plus totale. Le prochain pas pourrait aussi bien vous amener vers une résolution que vous faire trébucher et tomber.

La folie. La folie est forcément la première crainte dans un tel bordel. On finit par se dire que le problème vient de nous, pas des autres. Si tu n'avais pas eu Diana, tu serais toujours dans cette prison. Les souvenirs auraient commencé à ressurgir, et tu aurais eu l'impression de devenir complètement fou. « Tu n'as rien d'une dérangée. Et je te promets qu'on va trouver une solution. Pour toi. Pour Alfred. Pour tout le monde. » Ce n'est pas une promesse en l'air. De toute façon, avez-vous réellement le choix ? Cet univers se meurt. Comme si une force supérieure cherchait à le faire disparaître, consciente qu'il n'aurait jamais dû exister. Ce n'est qu'une question de temps avant que les choses dégénèrent, et que vos vies à tous se retrouvent en danger. Après ces notes de gravité, l'atmosphère commence à se détendre peu à peu. Tu lui souris quand elle passe une main dans tes cheveux, pour s'assurer que ta mèche blanche a bel et bien disparue. Et oui, pas de puits de Lazare, pas de décoloration capillaire. Tu n'as jamais su d'où elle te venait vraiment, mais t'as appris à l'apprécier. « Et non, j'ai même pas de tatouages ! Par contre, j'ai presque une peau de bébé. Plus de cicatrices ! » Tu ris, tout en recommandant une bière au barman. La disparition de ta mèche et de tes cicatrices ne sont rien en comparaison des changements qui sont apparus dans sa vie à elle. « Et toi, tu as retrouvé tes jambes. » Tu poses ton regard sur elle, heureux qu'elle puisse consciemment retrouver le plaisir de marcher sur ses deux jambes. Mais si vous revenez dans votre monde, c'est une sensation à laquelle elle devra dire adieu, encore. Cet univers vous a beaucoup pris, mais dans certains cas, il vous a aussi donné. Et retrouver ces choses que l'on a perdu fait un bien fou. Un bien qui se transformera en mal quand il faudra vous en séparer. Rien ne vous est épargné. « Barbara, j'ai quelque chose à te demander... » La retrouver était évidemment ton intention numéro une. Mais si t'es ici en Egypte, c'est aussi pour une autre raison. « Avec Diana, on a retrouvé la trace du lasso de Vérité. Il se trouve pas loin d'ici, dans une tribu Amazone qui s'appelle Bana-Mighdall. On tient à le récupérer. Avec le lasso, on aura une chance de raviver les souvenirs chez tout le monde. » Le lasso a forcément les mêmes pouvoirs que dans votre univers. Simplement, cette fois-ci, il ne se trouve pas à l'endroit où il aurait dû être. C'est une arme redoutable, et primordiale pour retrouver ceux que vous aimez. « Est-ce que tu veux bien nous accompagner ? Tu dois connaître ce pays comme ta poche, ton aide serait précieuse et nous ferait gagner beaucoup de temps. » C'est peut-être l'occasion de se servir des connaissances de l'autre Barbara. Elle sait forcément comment s'y rendre sans embuche. Et puisqu'ici vous ignorez comment réagiront les Amazones de Bana-Mighdall, toute aide est largement la bienvenue.
AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Sam 15 Sep - 21:25

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

Attentive, j'écoutais ses explications. Je les décortiquais, les analysais. J'essayais d'en trouver les rouages et les failles. Parce que j'étais comme ça. Evidemment, je n'allais pas pouvoir mettre à profit ce qu'il m'apprenait. Alfred et moi – ni même Alfred et lui – avaient le même type de relation. On ne pouvait pas comparait notre amour familial avec l'Amour. Après tout, c'était bien de ça dont il parlait. Cette chose devant laquelle tout le monde s'extasiait. En toute franchise, je n'étais même pas sure de l'avoir connu une fois dans ma vie. Ma relation avec Dick avait été longue et intense mais si l'on faisait les comptes au final nous étions loin de ce sentiment là. Aussi dur que cela était, j'avais fini par l'accepter. Je n'en retirais plus aucune envie ou jalousie. Sur ce point là, j'avais fait la paix avec moi même. Ce qui était, entre nous, une excellente chose. Par ailleurs, cette prise de conscience me permettait d'être pleinement  ravie pour Jason sans que cela ne me laisse un arrière goût amer dans la bouche. J'étais sincèrement contente de voir que Diana avait un tel effet sur lui. Qu'elle avait été capable, par la seule force de ses sentiments – et de son don apparemment – de le sortir du trou dans lequel il s'était enfoncé. Au sens propre comme au sens figuré. « Tu n'as rien d'une dérangée. Et je te promets qu'on va trouver une solution. Pour toi. Pour Alfred. Pour tout le monde ». Un léger rire cristallin passa mes lèvres. «  Jason... j'ai accepté depuis longtemps que tout ne tournait pas forcément très rond là haut ». D'un geste de doigt, je désignais ma boite crânienne. «  Après tout, une personne totalement saine d'esprit ne s'habille pas chez mon styliste pour faire la même chose que moi » soufflais je en plaisantant pour cacher ma soudaine vulnérabilité. Ce n'était pas être un peu folle qui me dérangeait.  C'était juste de l'être plus que d'habitude. C'était de franchir cette ligne invisible entre ce qui restait de la folie saine et l'autre côté. C'était tomber dans cette abysse sans fond où l'esprit se perdait un peu plus à chaque seconde. Si je voulais être vraiment honnête, devenir comme lui me terrifiait.  Et lorsque je m'étais réveillée dans cet endroit. Lorsque j'avais été la seule à en percevoir les changements... j'avais bien cru finir par croire que j'avais finalement franchi cette ligne.

«  Et non, j'ai même pas de tatouages ! Par contre, j'ai presque une peau de bébé. Plus de cicatrices ! ». Mon rire, bien que léger, s'éleva à nouveau entre nous. «  Et toi, tu as retrouvé tes jambes ». Pour le coup, je m'assombrissais. « Oui » lâchais je dans un souffle. Franchement, j'en avais été heureuse. J'en étais heureuse. Mais plus je réfléchissais et plus je voyais la catastrophe au bout du tunnel. J'avais eu du mal à me relever la première fois. Et si la seconde je n'y arrivais tout simplement pas ? Et si , cette nouvelle perte de motricité me projetait définitivement à terre. Cette pensée me glaçait le sang et me retournait l'estomac. Pour l'instant, j'en profitais. Mais le après qui commençait petit à petit à pointer le bout de son nez allait être cruel. Je le savais. Je le pressentais, quelque chose de terrible allait m'arriver.

«  Barbara, j'ai quelque chose à te demander... ». Silencieusement, je le remerciais de reprendre la conversation. Le silence pesant qui venait de s'installer entre nous n'avait pas été pour me plaire. « Avec Diana, on a retrouvé la trace du lasso de Vérité. Il se trouve pas loin d'ici, dans une tribu Amazone qui s'appelle Bana-Mighdall […] Est-ce que tu veux bien nous accompagner ? Tu dois connaître ce pays comme ta poche, ton aide serait précieuse et nous ferait gagner beaucoup de temps». Instantanément, des informations se propulsèrent au devant de mon esprit. Cette autre moi avait déjà eu à faire avec elles. Une histoire d'arc perdu. Franchement, je n'étais pas sûre de tout comprendre. Mes pensées sur le coup se bousculaient un peu trop vite au portillon. Par réflexe, je portais mes doigts à mes tempes et massais en soupirant. Cette dualité me fatiguait. Je hochais finalement positivement la tête dans la direction de Jason pour lui donner mon accord. De toute façon, que pouvais je bien faire d'autre ? Rester ici, retourner travailler et aire l'autruche ? Je ne faisais pas partie de ce monde. Je devais rentrer chez moi. Je voulais rentrer chez moi. «  Par contre, pour l'heure, on va juste aller se coucher. On prendra la route demain ». Il était tard et ma tête tournait. J'étais crevée et j'avais besoin de fermer les yeux. «  Je ne sais pas si tu as prévu quelque chose, mais mon hôtel n'est pas très loin d'ici. La chambre et son lit sont assez grands pour nous deux ». Je me levais et posais l'argent sur le comptoir. Le barman compta sans y prêter grand attention et me salua. «  Allez viens, je te promets aucune main baladeuse cette fois ». J'en rigolais malgré moi. Aucune chance qu'il avait oublié ce petit incident.

Le trajet jusqu'à ma chambre d’hôtel se fit plus ou moins dans le silence. Je profitais de cette marche pour calmer mon esprit. Bientôt la magnifique battisse de l’hôtel se dressa devant nous. A présent habituée, je pénétrais dans le hall sans faire plus attention que ça. Jason toujours sur les talons, je me dirigeais vers les ascenseurs que j'appelais. Trois étages plus tard, nous étions dans la chambre qui avait été mienne pour les dernier jours. Celle qu'Alfred avait demandé pour moi ce fameux soir fatidique. Depuis, je n'avais pu la quitter. Lui était déjà reparti en revanche. De mes doigts fins, je détachais le fouloir autour de ma tête. Une cascade de cheveux blonds tomba directement dans mon dos. Comme à mon habitude, j'évitais le grand miroir placé un peu plus loin. J'en avais plus qu'assez de me voir. Franchement, je ne comprenais pas comment l'on pouvait aimer ressembler à une poupée barbie. J'avais l'impression d'être bête. Ce n'était pas un sentiment qui me plaisait. «  Fais comme chez toi, je vais appeler Chris ». Je n'offrais pas plus d'informations, oubliant sur l'instant que Chris était un inconnu pour lui. Un mirage de ce monde.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Sam 22 Sep - 19:25


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Elle est d'accord, et toi t'es soulagé. Avec son aide, vous aurez largement plus de chances de parvenir à vos fins. Vous ignorez comment vont réagir les Amazones égyptiennes à votre venue impromptue, alors une guerrière en plus à vos côtés est un atout non négligeable en cas d'imprévus. Peut-être allez-vous devoir vous battre, ou peut-être que la diplomatie de Diana sera suffisante pour trouver un arrangement. En vérité, tu n'as aucune foutue idée de ce qui va se passer les prochaines heures de ton périple en Egypte. Mais tu ne manqueras pas d'informer Barbara sur tout ce que tu sais. Tu ne veux pas l'entrainer dans une situation qui pourrait rapidement devenir périlleuse sans l'avoir prévenue auparavant. Elle aura tous les détails de cette mission demain, ainsi que les risques encourus. Rien de plus que ce que vous affrontez déjà à Gotham, mais dans cette vie, tu préfères prendre toutes tes précautions, et ne sous-estimer aucun de tes adversaires. Et surtout pas des Amazones. « Oui bien sûr, rentrons. » Tu acceptes sa proposition de partager son hôtel, puisque tu n'avais de toute façon nulle part où aller. Ce genre de commodité n'est jamais ta priorité, et ça ne lui a visiblement pas échappé. Elle et toi dans le même lit, la fameuse anecdote revient forcément sur le tapis. Et inutile de le nier, tu y avais fortement pensé toi aussi. « Ouais, ton excuse ne marche pas deux fois ! » Tu la regardes en riant, amusé et taquin aujourd'hui, mais terriblement gêné autrefois. Disons que ce n'est pas ainsi que tu avais imaginé ta première soirée de retrouvailles avec Barbara. Entre l'épisode de la main baladeuse et de l'uniforme qui craque, vous avez néanmoins passé un bon moment. Et c'est exactement ce dont tu avais besoin à l'époque. Tu ne lui as jamais réellement dit, mais même si vous ne partagez pas le même sang, tu la considères comme une sœur. Contrairement à Dick, ta relation avec elle a toujours été platonique, et c'est peut-être pour cette raison que vous êtes encore aussi proches aujourd'hui, malgré tous les aléas de vos vies.

Une fois dans la chambre, tu te mets à l'aise en retirant ta veste. La pièce est réellement spacieuse, et elle n'a pas menti sur la largeur du lit. Il y a largement de quoi cohabiter à deux sans que cela ne devienne intrusif. Quand elle retire son fouloir, tu ne peux t'empêcher de l'observer. Ses longs cheveux roux en cascade sont devenus blonds. Avec ses yeux, ce sont les seules différences physiques que tu parviens à identifier, mais c'est suffisant pour changer complètement l'apparence d'une personne. Aussi jolie soit-elle, c'est un look qui ne lui ressemble pas. « Le blond c'est sympa, mais je te préfère en rousse. » Tu lui souris, avant d’acquiescer et de disparaître dans la salle de bain. Tu poses ton sac à dos avec tes affaires de toilettes sur le lavabo, et te faufiles sous l'eau le temps qu'elle passe son coup de téléphone. Tu ignores qui est ce Chris, mais s'il peut vous aider d'une façon ou d'une autre, tant mieux. Quand tu ressors, quelques minutes après, c'est vêtu d'un bas de jogging et d'un tshirt, prêt à te mettre au lit. La journée de demain – et les suivantes – vont probablement être intenses, alors tu embrasses la perpective de cette nuit de sommeil avec un énorme plaisir. « C'est qui Chris ? » Pour toi, il était évident qu'il s'agissait de l'un de ses collègues archéologues, mais si il était plus que ça ? Après tout, la Barbara de cette vie a peut-être trouvé l'amour. Tu ne sais pas grand chose de son quotidien ici, toutes les éventualités sont envisageables. Tout comme Diana, elle a pu se réveiller aux côtés de quelqu'un qui n'était pas censé être là. Malgré  ta curiosité, tu ne tardes pas à te laisser happer par le sommeil, et rejoins rapidement les bras de Morphée.

Le lendemain matin, après un débriefing nécessaire, vous vous rendez chez un éleveur de chameaux pour débuter votre périlleuse escapade. Vous allez affronter le désert et ses dangers, alors tu t'es habillé en conséquence, un chèche entoure ta tête et ton cou. Ta tenue est légère, et de couleur sable, pour te fondre dans le décor en cas de nécessité. Dans ton dos, ton sac contient tout un attirail de survie, ainsi qu'un plan de la région, avec une croix à l'endroit où vous devez impérativement vous rendre, et où vous soupçonnez la tribu Amazone de s'y trouver. Face à l'homme, tu ne cherches pas à négocier avec lui, et achète les deux chameaux à un prix exorbitant pour en finir le plus rapidement possible. Tu sors une liasse de livre égyptienne de ta poche, avant de donner la corde par laquelle est attaché l'un des deux à Barbara. « Shukraan sadiqiun. » Tu attends qu'il s'éloigne, et sors, à l'abri des regards, tes deux armes du sac pour les attacher à ta ceinture. Avec eux, tu te sens tout de suite mieux. On ne sait pas qui – ou quoi – vous êtes susceptibles de croiser dans les dunes. Alors que tu finis de te préparer, tu sens un liquide visqueux s'écraser sur ta chemise. « Mais qu'est-ce que... » Inutile de chercher le coupable, il est juste devant toi, à te regarder avec ses deux yeux faussement innocent. « Espèce de petit enfoiré. » Votre duo n'a déjà rien de glamour. Ou même de fusionnel. Tu essuies la bave avec ce que t'as sous la main, et l'incite à se baisser afin de monter entre ses bosses. « Prête ? » Tu attends l'approbation de Barbara avant de mener la marche vers votre nouvelle aventure.
AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Lun 24 Sep - 12:59

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

Une fois Jason enfermé dans la salle de bain, je déverrouillais mon écran et composais le numéro que je connaissais par cœur. Il fallait croire qu'elle et moi partagions un talent pour retenir les nombres.  La sonnerie ne retendit guère qu'une fois avant que l'appel trouve preneur. La voix de Chris résonna dans le combiné. Elle était légèrement distordue du fait de la distance et du réseau vacillant de la région dans laquelle il se trouvait actuellement. «  Qu'est ce que tu peux me dire sur la tribu des amazones de Bana-Mighdall ? ». « Encore avec cette vieille légende Barbara ? ». Un de mes sourcils blonds se haussa. Apparemment, ce n'était pas la première fois que je posais ce genre de questions. En même temps, cela ne m'étonnait guère.  Elle était aussi curieuse que je pouvais l'être. La soif de connaissance était une force motrice que cette autre Barbara utilisait également. «  T'as trouvé un truc intéressant ? Tu sais qu'on a toujours l'arc en stockage ». Un son remonta le long de ma gorge.  Il y avait donc bien une histoire d'arc. Je n'avais pas rêvé cette information. Une main à mon front, je tentais de me souvenir avec un peu de détails. Il fallait cependant que je puise dans une mémoire qui était en conflit avec la mienne. L'exercice n'avait rien d'agréable. Surtout lorsque j'avais l'impression que cette autre moi gagnait plus de terrain que j'étais prête à lui en concevoir. Avec un soupir, j'ouvrais la porte du balcon et allais m'asseoir sur la chaise longue près de la rambarde. «  Barbara, est ce que tout va bien ? ». «  Oui oui, pardon Chris. Je suis un peu fatiguée, c'est tout ». «  Tu devrais te reposer et prendre un peu mieux soin de toi ». Cette remarque là m'arracha un sourire. «  Je fais de mon mieux ». A l'autre bout du combiné, il ricana légèrement. Il n'en croyait pas un mot. J'en étais amusée malgré moi. A force de le côtoyer, j'avouais avoir commencé à m'attacher à lui. A sa présence. A son humour si particulier. Sans le savoir ni le vouloir, il m'avait beaucoup aidé. Quelque part, je savais que je pouvais compter sur lui. « Du coup... t'as parlé au musée du Caire pour l'arc ? » me demanda t-il pensant certainement que je remettais ça sur le tapis car je lui avais trouvé une place quelque part. «  Non. Ça m'intrigue juste » répondais je sans rien lui donner de plus. Ce n'était pas comme si, je pouvais lui dire la vérité. Il n'allait jamais me croire de toute manière. Et à sa place, je n'étais pas certaine de croire à mon histoire non plus. «  Tu crois que tu pourrais me le porter ? ». «  Je peux l'emmener au Caire oui ». «  Non pas au Caire, je te donnerai un endroit d'échange demain ». Il marqua un temps de pause et acquiesça d'une voix où perçait le doute. Après ça, la conversation mourut naturellement et je lui fis mes adieux pour la soirée.

Épuisée, je rentrais dans la chambre d’hôtel. Après un passage rapide dans la salle de bain, je me laissais tomber sans aucune grâce dans le lit. Mes paupières étaient déjà lourdes de sommeil et je ne tardais pas à me diriger tout droit vers les bras de Morphée. « C'est qui Chris ? ». «  Un ami » déclarais je simplement avant de sombrer dans le pays des songes.

x x x x x

La nuit réparatrice dont j'avais pu profiter m'avait laissé reposée et alerte, prête à vivre cette nouvelle journée d'aventures. Juchée sur mon chameaux, j'attendais que Jason finisse de monter sur le sien avant de mettre ma monture au pas. Normalement, je n'avais pas encore le droit de quitter la capitale. Cependant, je n'étais pas une grande amatrice des règles. Et puis, j'avais clairement plus important à faire que d'attendre dans ma chambre d’hôtel. A présent, j'avais une mission. Une mission que je comptais bien mener à bien.  En à peine une heure, le Caire fut derrière nous et le désert commença à s'étendre sans fin  tout autour de nous. D'une main je ventilais mon visage caché derrière un voile. Il faisait une chaleur épouvantable. Malgré tout, je restais émerveillée par le spectacle qu'offrait ces dunes de sable.  Au bout de trois heures, nous fîmes une petite pause pour étirer nos jambes, manger un morceau et se désaltérer. Je grognais légèrement lorsque mon dos raide protesta. Apparemment, le chameau ce n'était pas pour moi. Il fallait quand même avouer qu'il y avait plus agréable comme moyen de locomotion.  Je profitais également de notre temps de pause pour contacter Chris sur mon téléphone satellite. Je lui donnais les coordonnées de ma position actuelle et de celle à laquelle il allait pouvoir me trouver dans quelques heures. Il existait un petit village en ruines à plusieurs dizaines de kilomètres d'ici. Ces vestiges étaient un point de rendez vous parfait. A l'allure où nous allions, nous n'aurions aucun mal à les atteindre avant la nuit. Ce qui n'était pas plus mal. Les nuits dans le désert étaient aussi gelées que les journées étaient chaudes. S'arrêter à l'abri pour se reposer n'était pas une mauvaise chose. Et puis cela donnait à Chris tout le temps de nous rejoindre avec son précieux cargo. Je fis part de notre prochaine destination à Jason avant que l'on ne se remette en route.

Ce fut finalement à la tombée de la nuit que nous pénétrâmes dans ce village fantôme. Seules quelques bâtisses en terre tenaient encore debout. Le reste n'était que ruine et désolation. Clairement, ce n'était pas l'endroit le plus accueillant. Cependant, il avait l'avantage d'être sur notre chemin et d'offrir un refuge pour la nuit. Pour le moment, c'était bien tout ce qui nous fallait. «  Un vrai hôtel 5 étoiles » plaisantais je en mettant pied à terre. «  Rentre ton chameau, une tempête de sable est en approche ». De loin, j'apercevais déjà les hauts tourbillons et le mur de sable qui se formaient dans ce genre de manifestation météorologique. Le tempête n'arriverait sur nous que dans une heure mais autant se préparer maintenant. J'espérais juste que les murs derrière lesquels nous allions nous abriter n'allaient pas décider de nous tomber dessus. Ils avaient tenus jusque là. J'avais donc bon espoir qu'ils tiennent encore un peu.  Au moins assez pour nous couvrir et nous permettre de nous reposer. Demain, ils avaient le droit de tomber. Mais pas ce soir.

Comme si j'avais effectué les gestes des centaines de fois – ce qui était probablement  le cas – je contournais les battisses à la recherche d'herbes sèches pour les animaux. La récolte fut maigre mais je supposais que c'était déjà mieux que rien. Par chance, les chameaux étaient des animaux résistants. Capables de rester plusieurs jours sans boire ni manger.  Je ramenais le tout dans l'ancienne grange ou nous avions élu domicile. La porte fut fermée et barricadée dans mon dos. Le village n'était pas assez intéressant pour les pilleurs mais autant rester sur ses gardes. On n'était jamais sur de rien après tout. Avec un soupir, je me laissais tomber à même le sol sur mon petit tapis de fortune. J'avais les jambes lourdes et le popotin en feu. Surtout, mon ventre riait famine. Clairement, je n'étais pas aussi résistante que mes amis à quatre pattes. Heureusement, nous avions à nous deux assez de provisions pour tenir au moins quelque jours. Curieux, l'un des chameaux s'approcha de moi et tenta de me piquer mon bout de viande séchée. «  C'est à moi. Va manger ton herbe ». De mes yeux bleus, je regardais les trois brins d'herbes qui se battaient en duel un peu plus loin.  Je comprenais son désarroi. Ma nourriture avait l'air bien plus appétissante. Finalement, je lui donnais mon casse croûte. Je roulais des yeux lorsque j'avisais le regard que me lança Jason. « Quoi ?  Moi aussi j'aurais envie de viande séchée à sa place ». Je haussais légèrement mes épaules et arrangeais mon coin pour la nuit. J'étais lessivée. Mes yeux bleus brillaient de fatigue à la lumière des flammes du petit feu que nous avions réussi à allumer. Une fois allongée, mes paupières tombèrent pratiquement aussitôt.  Je n'avais plus la force de les maintenir ouverte. Du bout des lèvres, je marmonnais donc un bonne nuit et m'endormais.

x x x x x

Éveillée à l'aube, j'étais sortie pour profiter du lever de soleil. Il y avait quelque chose d'absolument magique dans ce simple phénomène. Tout le désert semblait s'éveiller sous le ballet de couleurs ocres et rosées. C'était majestueux. Je ne pouvais qu’être honorée de me trouver là pour en profiter. La seule chose qu'il semblait manquer à ce tableau parfait était un petit thé à la menthe. Je supposais que l'on ne pouvait pas tout avoir.  Je secouais légèrement la tête et restais dehors encore quelques minutes. Finalement, je retrouvais l'intérieur de la grange. «  Debout la belle au bois dormant ». Je secouais Jason sans délicatesse pour le sortir de son sommeil avec efficacité. Il grogna, je riais. Pendant qu'il papillonnait des paupières, je commençais à ramasser nos affaires. Je pliais, rangeais et rattachais les choses au dos des chameaux qui ruminaient dans un coin.  Je ne me stoppais que lorsque le vrombissement d'un moteur commença à se faire entendre.  «  Presque à l'heure » déclarais je pour saluer Chris qui descendait à peine de son 4X4 tout terrain. «  Je veux une augmentation » contra-attaqua t-il avec un petit sourire. Son regard passa par dessus ma tête pour se poser sur Jason. Il haussa un sourcil. «  Jason, Chris ; Chris, Jason ». Mon ami archéologue lui adressa un signe de tête avant de se déplacer vers l'arrière de son véhicule. «  Tu vas me dire pourquoi t'en as besoin ? ». Mes deux orbes glacées se posèrent sur l'arc ancien qui se révéla à mes yeux. «  A dire vrai, je ne sais pas vraiment encore ». Délicatement, je prenais l'objet entre mes doigts. Je le tournais dans la paume de mes mains et l'examinais. «  Merci d'avoir fait le voyage ». «  Comme si j'avais eu le choix, c'est toi la boss ». «  C'est bien vrai ! ». Il secoua la tête et referma la porte arrière. «  Besoin de quelque chose d'autre ? ». «  Je crois qu'on est bon ». Chris hésita un moment. Son regard repartit sur Jason avant de revenir sur moi. Il n'avait pas l'air convaincu. Avec quelques mots habilement utilisés, je le convainquis que tout était sous contrôle. Bientôt, il ne resta de sa présence que l'arc dans mes mains et un nuage de poussière un peu plus loin.

« C'est l'arc de Ra. Du moins, si notre traduction est correcte. On l'a trouvé par hasard lors d'une mission dans une autre partie du pays il y a quelques mois. Les missions de fouilles s'étant accéléré, on n'a pas eu le temps de lui trouver une … une maison je suppose ». Et quelle chance c'était. «  On a bien failli mourir un nombre incalculable de fois pour le récupérer ». Bien que je ne l'avais pas vraiment vécu, je pouvais encore sentir l'adrénaline et la peur dans mes veines. «  Ce qui intéressant à propos de cet artefact est l'endroit d'où il vient. Les hiéroglyphes sur les parois du tombeau étaient anciens et partiellement illisibles mais ils parlaient d'une civilisation secrète, une société de femmes dans un coin reculé du pays. Selon les écritures, elles ont été punie. Pour quoi, on n'a jamais réussi à le savoir ». Je réfléchissais en même temps que je lui comptais les aventures et découvertes de cette autre Barbara. Aventures et découvertes dont j'avais fini par me souvenir en me réveillant la vieille. Si cela nous aidait sur l'instant, je n'étais pas sûre que cela soit une bonne chose pour moi. «  Je me suis dis que ça valait le coup de l'avoir à proximité ». Au pire, cela ne nous servait à rien.  


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Mar 2 Oct - 20:15


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


L'indélicatesse de Barbara te tire de ton sommeil, tête reposée sur ton sac de voyage. Tu grognes, tu te démènes un peu, mais tu finis par ouvrir les yeux. Votre abri de fortune, une vieille grange abandonnée, a largement fait l'affaire pour votre première nuit dans le désert égyptien. La route est encore longue, vous n'aurez peut-être pas cette chance la nuit suivante, alors chaque minute de repos gagnée est une minute précieuse. Debout, tu verses un peau d'eau dans ta main pour ensuite la déverser sur ton visage, tandis que Barbara charge vos chameaux pour la suite du trajet. La tempête de sable de cette nuit a été violente, et le bruits des portes qui menacent de céder raisonne encore dans ta tête. Si vous vous étiez retrouvés en plein dedans, sans doute auriez-vous perdu la moitié de vos affaires – au mieux. T'es prêt à partir, quand une voiture approche de votre emplacement et se gare non loin de la grange. Tu sais de qui il s'agit, ce fameux Chris. Tu n'as pas questionné Barbara sur la raison de sa venue ici, tu lui fait assez confiance pour ne pas remettre en doute ses choix. Si elle pense que cet homme peut vous venir en aide d'une façon ou d'une autre, alors tu le crois également. Tu portes ton regard sur lui, il en fait de même pour toi. Vous vous jaugez en silence jusqu'aux présentations officielles. Tu lis dans ses yeux qu'il se méfie de toi. Comme si c'était toi l'inconnu dans l'équation. En attendant que Barbara et lui s'entretiennent à l'arrière de la voiture, tu sors les chameaux, et leur donne un peu d'eau dans le creux de ta main. Pendant un instant, tu ne peux empêcher ton esprit de penser à Diana et Ophelia. Elles sont réunies pour une courte durée, mais au moins elles auront pu passer un peu de temps ensemble. Depuis que vous êtes dans cette réalité, tu n'as pas revu ta fille, et ton cœur se serre un peu plus chaque jour. Tu crains de rater des premières fois, et même parfois, aussi stupide que cela puisse apparaître, qu'elle finisse par t'oublier. T'es son père, et elle ressent sûrement au fond d'elle le lien qui vous unit, mais c'est plus fort que toi, ces craintes infondées paralysent parfois tes pensées.

Chris repart d'où il est venu, et tu te rapproches de Barbara, un mystérieux artefact dans les mains. L'arc de Râ. Voilà donc ce qu'elle cherchait à récupérer. Tu observes l'objet, tout en écoutant les théories émises sur son origine. Si Diana était là, elle pourrait vous en dire plus. Mais en attendant, c'est une excellente initiative qu'elle a prise. Enfin, tu crois. « Si cet arc appartient réellement aux Amazones de Bana-Mighdall, soit elles nous remercient chaleureusement de l'avoir retrouvé, soit elles nous exécutent sur le champ. » Et bizarrement, t'as plutôt tendance à pencher pour la seconde possibilité. De ce que tu sais de ce peuple, de ce que Diana t'en as raconté, elles ne sont pas du genre à s'ouvrir au monde et à inviter qui que ce soit boire le thé. Si les Amazones de Themyscira sont déjà recluses et peu désireuses de s'ouvrir aux autres, celles de Bana-Mighdall, c'est encore pire. Et il serait naïf de penser que dans cet univers il en soit autrement. Tout porte à croire que le schéma se répète, sans quoi vous ne seriez pas en train de vagabonder dans le désert égyptien. D'un haussement d'épaules désinvolte, tu ajoutes : « On prend le risque. » Dans tous les cas, c'est une façon de les atteindre. Vous allez éviter cependant de vous en servir. Les artefacts des dieux sont généralement des armes redoutables que n'importe qui ne peut pas maitriser. Et depuis que tu fréquentes un peu le milieu des divinités, t'as constaté que moins t'as affaire à elles, mieux tu te portes. La seule en qui tu as pleinement confiance, c'est Diana.

Tu ignores depuis combien de temps vous avancez dans le désert, mais selon la position du soleil, la nuit devrait tomber d'ici deux heures. Il est donc grand temps de vous trouver un abri où passer la nuit. Mais ce qui t'inquiète, c'est que vous n'avez rien vu depuis un bon moment. Il y a du sable. Du sable. Et encore du sable. Pire, et plus inquiétant, aucun bruit ne s'échappe des alentours. Comme si le temps s'était subitement arrêté. « Il y a quelque chose qui cloche. » Et comme pour confirmer tes craintes, vos chameaux blatèrent soudainement et très bruyamment. Tu tentes de calmer le tien qui s'agite, mais rien n'y fait, il panique et refuse de faire un pas de plus. Refusant de le forcer à faire quoi que ce soit, tu descends pour essayer de l'apaiser avec quelques caresses. « Qu'est-ce qui te prends mon grand ? Qu'est-ce que tu sens ? » Le sifflement qui se rapproche dangereusement de ton oreille est un début de réponse. Une flèche vient de transpercer la gourde accrochée au flanc de ton chameau, laissant déverser ta réserve d'eau sur le sable. Et en à peine quelques secondes, c'est une pluie de flèches qui s'abat sur vous, sans qu'aucune ne parvienne cependant à vous toucher. On ne cherche pas à vous tuer, on veut vous capturer vivants. Elles sont tirées derrière les dunes, mais tu ne parviens pas à déterminer par qui. Des voleurs ? Les Amazones ? « Babs, prends l'arc et laisse les chameaux partir. » Vous n'aurez pas le temps de récupérer toutes vos affaires. Tu sors ton arme et vise vers les dunes, tout en reculant pour éviter les flèches qui se plantent dans le sable à seulement quelques mètres de vos pieds. Est-ce toi qui recule pour prendre la fuite, ou vos ennemis qui vous poussent à emprunter un chemin bien précis ? « Je crois qu'on... » Boom. Trop tard. La chute fait mal. Tu ignores dans quoi vous êtes tombés, mais c'est profond. Vous voilà fait comme des rats, et à la merci de vos attaquants. Des pièges dans le désert ? Aucun doute possible, il s'agit de l'avant-garde des Amazones de Bana-Mighdall qui protège l'entrée de leur cité. Vous êtes très proches du but. Et pourtant si loin.
AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Mer 3 Oct - 21:52

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

« On prend le risque ». Mes yeux bleus se posèrent dans les siens et je soulevais un de mes sourcils. J'aurais pu lui faire remarquer que la décision ne lui revenait pas vraiment. L'arc était déjà là. Ce n'était pas comme si on pouvait décider de le laisser derrière nous, caché dans les ruines de ce village abandonné. Ma conscience professionnelle – ou plutôt celle de mon autre moi – s'offusquait face à cette simple idée. L'artefact était une antiquité. Elle méritait qu'on en prenne soin. Si elle ne nous servait pas, elle finirait ses jours dans un musée de la capitale, avec mon nom en dessous sur la plaque informative.  Pas une mauvaise façon d'être reconnue. Je ne pouvais que l'admettre. Avec un petit mouvement de tête, j'enroulai l'arme dans un long morceau de tissu que je transformais en bandoulière improvisé. L'arme trouva refuge sur mon dos et je retrouvais de la hauteur en grimpant sur mon chameau. Il était l'heure de reprendre la route. Je n'étais pas non plus mécontente de laisser notre repère pour la nuit derrière moi. Certes, la grange dans laquelle nous avions séjourné avait bien servie mais ...son histoire ne mettait mal à l'aise. Étonnement d'ailleurs. J'avais vu pire qu'une pandémie pendant mes années en tant que justicière.  Cependant, il y avait quelque chose de final avec la maladie. Lorsqu'elle arrivait ainsi, sans crier guère et qu'elle foudroyait la population, elle était impossible à arrêter. C'était l'impuissance que cette situation provoquait qui faisait grandir mon mal-être.  Evidemment, si je n'avais rien dit à Jason, c'était par choix. Malgré son histoire douloureusement chargée, ce village était un endroit sûr. C'était cette étrange qui nous avait protégé des voleurs, pilleurs et autres personnes mal attentionnées. Si j'avais appris une chose, c'était que les égyptiens étaient des personnes assez superstitieuses. Jamais alors ils ne se seraient permis de rentrer dans un tel endroit. Seuls des étrangers étaient alors assez fou pour s'y aventurer. Comme l'on disait, ce qui faisait le malheur des uns, faisait le bonheur des autres. En quelque sorte.

 x x x x x

Ambiance

J'avais chaud sous mes couches de vêtements protectrices.  Nous déambulions depuis des heures au milieu d'un même paysage désertique. A force, je n'étais même plus très certaine de notre trajectoire. Ce qui était plutôt embêtant. J'étais censée être l'experte ici. Il fallait croire que Barbara la blonde m'avait cependant abandonné pendant quelques instants. Pourtant, il me semblait nous mener sur la bonne direction. Difficile à savoir lorsque tout se ressemblait à des kilomètres à la ronde.  Agacée, je pliais la carte que je tenais entre les doigts et allais chercher ma gourde pour me désaltérer un peu. Heureusement, la nuit n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez et les températures allaient se radoucir. Je m'inquiétais cependant des températures glaciales à venir. Pour y survivre, il allait falloir que l'on fasse à feu. Il n'y avait rien autour de nous. Un abri de fortune devait donc également être construit. Au moins pour nous protéger du sable si jamais une nouvelle tempête venait à se lever. Mourir étouffée sur une épaisse couche granuleuse ne faisait pas parti de mes objectifs. Au contraire, je voulais y survivre. Il me restait tellement de choses à faire. Retrouver mes proches. Mon père. Retrouver ma propre réalité. Mais dans un premier temps, il me fallait mener cette mission à bien. « Il y a quelque chose qui cloche ». Par réflexe, je me raidissais sur le dos de mon animal de transport. Entendre ces mots étaient toujours source d'ennui. Jason était passé bien trop de chose pour que je n'écoute pas son instinct. Alors sens en alerte, je tendais l'oreille. Rien de particulier n'atteignis ces dernières. A vrai dire, je n'entendais aucun bruits. Ou du moins aucun autres bruits que ceux que nous faisions. Ses soupçons furent cependant confirmés lorsque nos chameaux s'agitèrent sans raisons apparentes. Comme Jason, je fus forcée de mettre pied à terre pour espérer calmer l'animal.  Ma monture se cabra  lorsqu'une flèche en bois fusa entre nous pour aller encocher la gourde de Jason. Même moi je sursautais, surprise par la soudaine apparition de cette dernière. « Babs, prends l'arc et laisse les chameaux partir ». Avisant la nuée de flèches qui arrivait dans notre direction, je ne discutais pas. L'arc toujours accroché sur mon dos, je n'eus qu'à défaire les rênes. Les bêtes ne se prièrent pas pour décamper. Comme je les comprenais. J'étais bien tentée de les suivre. Nous étions deux contre ce qui apparaissait être une armée. Armée que l'on ne pouvait même pas voir. Effectuer une retraite stratégique aurait été plus intéressant. Plus intelligent aussi. Malheureusement, nous n'étions pas là pour reculer. Quelque chose me disait, qui plus est, que détaler ne nous servirait pas à grand chose.

« Je crois qu'on... ». L'homme ne finit jamais sa phrase. Lui comme moi furent projetés en contre bas lorsque le sol se déroba soudainement sous nos pieds. Nous étions tombés dans un piège. Ayant une large expérience des tombeaux égyptiens, je savais par avance que cela était une mauvaise nouvelle. Très mauvaise nouvelle. Serpents, pieux, liquide en tout genre, araignées, pierres .. les égyptiens étaient dotés d'une imagination florissante lorsqu'il s'agissait de protéger leurs trésors.  Ou les entrées de leurs anciennes cités et/ou temples. Le contact de l'eau me fit l'effet d'un électrochoc. Avec la distance de la chute, l'eau était devenue dure. Pas assez pour être mortelle mais assez pour être hautement désagréable. Un cri voulu s'échapper d'entre mes lèvres mais l'eau s'engouffra dans ma bouche et noya les sons qui avaient voulu en sortir. Lorsque je remontais, je suffoquais un instant avant de cracher le liquide rance. Le goût qui persista sur mon palet me donna la nausée. Je la réfreinais du mieux que je pus et levais la tête. Nous avions fait un large trou dans la voûte. Il était impossible pour nous de sortir de là par où nous étions arrivés. C'était bien trop haut et nous n'avions pas les équipements adéquats.  Un autre problème plus important s'imposa cependant à moi. L'eau autour de moi commença à scintiller d'une couleur verte, comme si inactive depuis des années, elle s'était éveillée à notre contact. «  Euh … Jason... l'eau .. » commençais je en tournant sur moi même. «  On est tombé dans un puits de Lazare ». J'avais passé assez de temps aux côtés de Batman pour savoir ce que cela signifiait. Si le puits permettait de guérir les plaies ou ramener les mots à la vie.. il permettait aussi de tuer toutes les personnes jugées physiquement saines. Techniquement, à ce moment précis, rien ne clochait chez nous. Nous étions en grave danger. «  Faut qu'on sorte de là tout de suite ! » Nous ne pouvions pas rester. Rester plus longtemps signifiait notre mort.  Malheureusement, l'obscurité de la grande cave souterraine ne nous permettait pas de voir jusqu'à le puits s'étendait. Je ne savais pas si nous pouvions monter sur un rebord ou si nous étions simplement fait comme des rats.  Déjà nous commencions à manquer de temps. Ma tête se faisait lourde et une drôle de sensation de brûlure commença à se propager dans mon œsophage. La soudaine douleur me donna envie de hurler mais ma bouche ne réussit à s'ouvrir que sur un son muet. Bientôt, je perdis toute sensation dans le bas du corps. Instantanément, je sus que je venais de perdre l'usage de mes jambes. Mon corps s'alourdit et commença à couler. Seul le mouvement frénétique de mes bras me maintenait à la surface pour le moment. «  Jason.. mes jambes »  tentais je de lui signaler. «  Je ne peux plus bouger ». Avec la seule force de mes bras, je n'allais pas tenir bien longtemps. Déjà, je fatiguais et m'enfonçais chaque seconde un peu plus dans cette eau verte et lumineuse.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Sam 13 Oct - 21:43


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Tu reconnais cette sensation, puissante, unique, à couper le souffle. La chute a été rude, mais moins que de sentir le Lazare s'immiscer en toi. Quand tu remontes à la surface, tu le sens s'infiltrer dans tes veines, tes muscles s'en imprègnent comme une éponge. La dernière fois que tu as plongé dans un puits de Lazare, tu étais mort. Talia a plongé ton corps sans vie dans le liquide magique, et tu revenu brutalement parmi les vivants. Tu sais de quoi il s'agit, avant même que Barbara ne le réalise, parce que ta renaissance est due à cette eau verte. Elle et toi, pendant un moment, vous n'avez fait qu'un. Tu connais ses propriétés, aussi bonnes que mauvaises. Ra's Al Ghul s'en sert pour rester immortel, mais elle a tellement d'autres vertus. Et loin, très loin d'être toutes reluisantes. Il faut que vous sortiez d'ici au plus vite, tu sens déjà ses effets néfastes sur ton énergie. En parfaite santé, le Lazare pourrait vous tuer. Et c'est précisément pour cette raison que les Amazones ont cherché à vous faire battre en retraite, pour vous faire tomber dans leur piège. Un problème rapidement résolu pour elles, sans même avoir à se débarrasser de vos corps ensuite. Si vous restez ici, vous allez pourrir. D'abord les muscles, jusqu'à n'avoir que la peau sur les os, et vous finirez complètement désintégrés, dévorés par le Lazare. Une fin peu glamour que tu refuses catégoriquement. Mais comment sortir d'ici ? Tu jettes un regard sur le haut du puits, d'où tu distingues les rayons du soleil disparaître peu à peu, à mesure qu'il se couche derrière les dunes. La distance à remonter n'est pas inhumaine, mais il va falloir faire vite, tu sens déjà tes forces te quitter et le Lazare tout ronger. Ce qui vous attend dehors ne sera peut-être pas chaleureux, mais au moins, ce sera moins douloureux. Enfin, normalement. « Barbara, on a pas le choix, il va falloir qu'on escalade. » Les parois sont trop écartées l'une de l'autre pour espèrer faire autrement. Mais avec les pierres apparentes, vous avez peut-être une chance de vous en sortir. Il faudra prendre votre temps, faire attention où mettre vos pieds, et trouver les accroches parfaites, mais ce n'est pas impossible. Vous avez déjà connu pire situation, pas vrai ?

Tu distingues péniblement Barbara dans l'obscurité du fond du puits, mais tu la vois subitement s'agiter. Paniquer. « Quoi ?! » Si ses jambes l'abandonnent, alors la minime chance que vous aviez se réduit considérablement. Il y a un goût de déjà vu derrière tout ça. Un puits de Lazare. Des jambes dysfonctionnelles. Est-ce le fruit du hasard ou votre univers qui tente de reprendre le dessus ? « Bordel ! » Si tu ne fais rien, elle va couler. Tu retires alors ton chèche que tu avais encore sur la tête, et l'enroule sur lui-même pour en faire une épaisse corde. Courte, mais suffisante pour  improviser une ceinture et maintenir Barbara contre toi. Tu la remontes, et fait passer le chèche autour de vos deux corps, de sorte à ce que ce que tu puisses la garder hors de l'eau et porter son poids sans avoir besoin de tes deux mains. Tu serres le nœud devant toi, et tu prends une profonde inspiration. C'est maintenant ou jamais. Si vous attendez trop longtemps, tu ne pourras plus jamais remonter. « Bon, je vais escalader. Surtout, reste collée à moi, agrippe-toi fermement à mes épaules. Au moindre geste brusque, je pourrais perdre l'équilibre. » C'est fou ? Insensé ? Avec un pourcentage de réussite très faible ? Oui. Mais vous n'avez pas d'autres choix, inutile d'espérer que quelqu'un vienne miraculeusement vous sauver. Ça, ça ne fonctionne que pour Lois Lane et Superman. Diana finirait par vous trouver, c'est certain, mais beaucoup trop tard.

Pour avoir une meilleure tenue, tu sors la dague que tu portais sur toi. C'est parti. Tu poses ton pied sur une première accroche, avant de planter la lame entre deux pierres. Et tu te hisses. Avec le corps de Barbara dans ton dos, tu sens déjà tes muscles trembler. L'appui que te donne la dague est un plus, mais la montée est digne d'un des travaux d'Hercule – qu'il périsse en enfer celui-là. Petit à petit, tu grimpes le long de la paroi du puits. Plusieurs fois, tu manques de glisser ou de perdre l'équilibre. Une main sur une pierre saillante, l'autre qui s’agrippe fermement à la poignet de la dague, les mètres qui vous séparent de la sortie s'amenuisent. Le point positif, c'est que vous êtes hors de l'eau. En espérant que ses jambes retrouvent peu à peu leur mobilité. Sur les dernières poussées, tu dois faire un effort titanesque. Tes bras menacent de céder, tes doigts sont abîmés, et tu laisses des traces de sang sur chaque pierre que tu accroches. Mais il faut que tu tiennes. Encore un petit mètre. Ton propre son n'arrive pas jusqu'à tes oreilles, pourtant tu sais que tu hurles. Ta gorge te fait mal, autant que tout le reste. Quand enfin tu sens le rebord du puits, tu donnes ce qu'il te reste d'énergie pour te hisser jusqu'en haut, pour votre délivrance. T'es épuisé, ta respiration est lourde, bruyante, mais vous êtes sortis. Tu t'empresses de détacher le nœud qui te compresse, et laisse retomber doucement Barbara sur le sol. Est-ce qu'elle va mieux ? Est-ce que ses jambes refonctionnent ? Tu n'as pas le temps de lui demander, puisque déjà, une armée d'Amazones s'approchent de vous, leurs flèches plantées droit sur vous. « Putain. » Voilà qui résume bien ton état d'esprit. Escalader ne vous sortira pas de la merde, cette fois.
AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 1796
Date d'inscription : 26/02/2017
Face Identity : Evan Rachel Wood
Crédits : babine; starfire

Age du personnage : 27 ans
Ville : Gotham
Profession : Assistante bibliotéhcaire, pirate informatique et analyste
Affiliation : Bat-Family
Compétences/Capacités :

Oracle:

x pirate informatique / hackeuse
x vidéo surveillance
x construction/maintenance des objets informatiques à la tour de l'horloge et à la batcave
x support technique de la Batfamily
x 911 des super-héros
x maniement d'armes de poings
x soins de premier secours
x analyse produits chimiques/toxines

Batgirl (en hiatus)

x gymnastique / danse classique
x maniements d'armes propre à la Batfamily (batarangs, escrima sticks, bombes et fumigènes)
x arts martiaux
x soins de premiers secours
x analyse chimique/toxines
x désactivation de bombes
x support informatique et technique
x conduite des moyens de transports de la Batfamily ( batmobile, batjet, moto..)


Situation Maritale : Célibataire.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Lun 15 Oct - 13:59

indi et lara : à la recherche du lasso perdu
jason & barbara
••••

Je ne devais pas céder à la panique. C'était clairement la première leçon du guide de la survie. Paniquer ne me ferait que couler plus vite. Ma situation actuelle était déjà assez catastrophique comme cela. Cependant, il y avait une différence notable entre savoir quoi faire et le mettre en application. Mon corps se faisait de plus en plus lourd de secondes en secondes. Malgré moi, ma respiration commença à s'accélérer alors que mon cœur tambourinait follement dans ma poitrine. Par chance, Jason ne gaspilla aucune précieuse seconde. A peine les mots sortis d’entre mes lèvres, qu'il agissait. Mes doigts s'accrochèrent à ses épaules, attrapant les muscles. Il n'y avait plus que lui pour nous sortir de là. Sans mes jambes, je ne pouvais lui être d'aucun secours. Mon cerveau – aussi gros soit il – n'était pas un allié dans une situation comme celle ci. Nous avions besoin d'une prestation physique et non intellectuelle. Mes bras se serrèrent autour de son cou lorsqu'il commença à grimper. Petit à petit, mètre par mètre, mon corps fatigué et en souffrance fut sorti de ces eaux mortelles. Tout au long de son ascension, je tentais de rester le plus immobile possible pour ne pas le déséquilibrer avec un geste malheureux. Il avait déjà bien à faire. Je faisais attention également à la prise que j'avais sur le haut de son corps. Mon but n'était aucunement de l'étrangler. Poids du corps sur ses épaules, je l'encourageais du mieux que je pouvais. Je savais que mes mots étaient perdus à ses oreilles. Il ne m'entendait plus. Pour autant, je ne cessais pas de parler. Ma voix se mêla à ses râles d'effort.  Bientôt, le soleil recommença à briller sur ma peau. Je sentis ses rayons pénétrer mon épiderme et venir me réchauffer.  A peine une minute plus tard, nous étions à nouveau dehors. Allongée sur le dos, je plissais des yeux face à l'astre solaire. Des larmes chaudes coulèrent le long de mes joues lorsque sa vive lumière m'aveugla. « Putain ». Il le prononça dans un souffle et je n'émis qu'un son pour acquiescer. «  Désolée, je crois que j'ai pris un peu de poids » ne pus je m'empêcher de lâcher malgré le sérieux de la situation. Plaisanter après  s'être sorti du tunnel de la mort n'était jamais une mauvaise idée. Et puis, ce n'était pas comme si je pouvais faire grand chose d'autre. Mes jambes étaient toujours lourdes. Inutilisables. Je ne sentais rien. Ni la chaleur du sable à l'arrière de mes cuisses ni la chaleur du soleil. Ni rien. Une boule se forma au fond de mon estomac. Le sentiment d'inutilité que j'avais ressenti la première fois en me réveillant à l’hôpital après la visite du Joker me reprit soudainement à la gorge. Je détestais entre aussi vulnérable. Aussi à la merci de tout et de tout le monde. Ici je n'avais même pas de fauteuil pour espérer me donner un minimum d'indépendance. Minimum étant définitivement le mot clé.

Une ombre se dessina sur mon visage lorsque nos ennemies furent finalement à nos côtés. J'ouvris à peine mon œil droit en une fente pour les étudier. Nous avions définitivement trouver ce pour quoi nous étions venu. Leur accueil avait été à la hauteur de nos espérances. Je ne m'étais pas fait d'illusions. La probabilité pour qu'elles nous accueillent à bras ouverts avait toujours été faible. Mes yeux bleus s'ouvrirent cependant en grand lorsque l'une d'elle – après avoir échangé quelques mots avec ce que j'imaginais être la personne en charge – attrapa mon pied pour commencer à me tirer le long du sable. «  Hé ! » protestais je en relevant la tête et en tournant mon buste pour essayer de plonger mes mains dans le sable. Ce dernier ne me retint pas et l'amazone continua de m'emmener dans son sillage. Mes jambes décidèrent finalement de se remettre en route. Par réflexe, j'envoyais un coup de pied. L'amazone surprise me lâcha. Je sus cependant rien qu'à l'onde de choc qui se propagea le long de ma colonne vertébrale que j'eus plus mal qu'elle.  Malgré cette nouvelle douleur, je sautais sur mes pieds et mettais le maximum de distance entre elles et moi que je pus.  Avec intention, je retournais vers l'entrée du puits et décrochais l'arc de mon dos. L'arme brilla sous le soleil lorsque le linge la recouvrant tomba au sol. «  Pas un geste de plus, ou je le balance ! ». Les guerrières arrêtèrent de bouger. Un silence de mort s'installa entre nous. «  Lâchez le » leur ordonnais je en arabe en désignant Jason de ma main libre. Ce n'était probablement pas la tactique la plus intelligente. Cependant, à ce moment précis, c'était bien la seule que j'avais sous la main. Littéralement. Les femmes échangèrent des mots dans un langage que j'eus du mal à comprendre. Elles n'étaient pas d'accords. Au moins, l'on pouvait à présent affirmer avec certitude que l'arc leur appartenait. Ou était censé leur appartenir.  Le silence revint peu à peu entre leurs rangs.  Mes yeux bleus passèrent sur leurs visages. Leurs attitudes ne me disaient absolument rien qui vaille. La suite des événements me donna raison.  Avant même de pouvoir comprendre ce qu'il se passait, une flèche fut tirée dans ma direction. Je l'esquivais à la dernière seconde, plus par chance que par réel talent. Pour se faire cependant, je dus pivoter sur mes pieds. Mes talons finirent dans le vide. Pour la seconde fois, je sentis mon corps basculer par l'arrière, tout droit vers les eaux émeraudes dont Jason nous avait sortis. Ma chute fut cependant stoppée brutalement par l'une des Amazones qui rattrapa la corde de l'arc. Elle tira dessus. J'eus peur un moment que cette dernière se brise. Par chance, rien de ceci ne se passa et mon corps bascula vers l'avant. A défaut de rencontrer le sable, je rencontrais d'abord son coude et m'effondrais inconsciente à ses pieds. Lorsque je revins à moi, j'étais ligotée en hauteur au milieu de ce qui semblait être la place publique. Toute seule. Pas d'arc. Ou de Jason en vue. «  10 sur 10 pour la situation pourrie » marmonnais-je en essayant de distinguer ce qui se plaçait plus bas. Quelque chose me disait que je n'allais pas aimer le sort qu'elles me réservaient. Vu ma position, j'étais presque sûre que j'étais prête à être exécutée.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 4196
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario.
Crédits : exotic (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackships canons), Hank ♥ (l'aesthetic), signature (anaphore), Ozzy (avatar ship) & renegade (montage)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-six années à écumer la ville du crime.
Ville : Gotham City.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Toi, tu n'hésites jamais à tuer.
Affiliation : Solitaire, tu es malgré tout rattaché à la batfamily. Plus ou moins. Ta vraie famille est celle que tu t'es construite.
Compétences/Capacités :


Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie.



Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste, qui consiste à ôter tout pouvoir et immortalité à ton adversaire. Par la force de ta volonté, tu peux matérialiser des épées d'énergie mystique, les All-Blades. Indestructibles, elles sont directement connectées à toi.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ღ Jason



Situation Maritale : Marié à Diana, l'amour de ta vie et mère de ta petite fille, Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Mer 24 Oct - 21:00


Barbara & Jason

Nothing is ever really lost to us as long as we remember it.


Vous ne faites pas le poids. Vous n'avez aucune chance. Ce n'est pas du pessimisme, c'est la simple réalité. Même si tu as toujours été sûr de tes capacités, et toujours enclin à fournir un maximum d'efforts pour atteindre ton but, cette fois, tu sais que c'est perdu d'avance. Qu'est-ce que vous pouvez bien faire contre une armée d'Amazones en colère ? Votre seul espoir, c'est Diana. Tu ne vas pas engager de confrontation, tu vas essayer de gagner du temps. Assez pour qu'elle vous retrouve et vous sorte de ce pétrin. Le téléphone satellite que tu avais dans la poche a pris l'eau, mais ça ne coûte rien d'essayer. Discrètement, tu l'actives, pour lancer directement une alerte sur celui de Diana. Elle va non seulement pouvoir identifier ta position exact, mais en plus recevoir un s.o.s. Qui ne l'étonnera probablement pas. Le bon côté de la chose, c'est que vous avez atteint votre destination, vous avez trouvé la tribu de Bana Mighdall. « On peut dire que vous savez accueillir vos invités. » Tu t'exprimes en arabe, ignorant si elles comprennent la langue du pays, ou si elles ont un dialecte bien à elles. Cette petite provocation – oui, tu ne peux pas t'en empêcher – ne passe pas inaperçue. Qu'elles saisissent ou non tes propos, elles ne semblent pas du tout apprécier votre présence sur leur territoire. Pour une raison qui t'es inconnue, c'est vers Barbara qu'elles portent toute leur attention. Et très vite, l'une d'entre elles l'entraine par la cheville, laissant son corps dessiner un sillon dans le sable. Par réflexe, tu te relèves brusquement, sans aucune envie de faire dans la dentelle ou de prendre des pincettes avec vos tortionnaires. « Ne la touchez pas ! » Ton ton est menaçant, exactement à l'inverse de ce que tu devrais faire. Plutôt que de te taire et d'obéir, tu montres tes crocs, et les incite à redoubler de vigilance. Mais c'est plus fort que toi. En plus de ce caractère impulsif et sanguin, il y a la culpabilité. C'est toi qui a amené Barbara dans ce guêpier, et tu t'en voudrais terriblement s'il venait à lui arriver quoi que ce soit. Mais aussi, de base, on ne touche pas à la famille. C'est la règle numéro une.

La réaction ne se fait pas attendre, et à peine la menace proférée, deux Amazones se jettent sur toi pour te maintenir calme. L'une te bloque les deux bras, tu sens la force de sa poigne sur tes muscles déjà épuisés par la remontée du puits, et l'autre tient une lame sous ta gorge. La colère fait désormais place à l’inquiétude. Ce n'est pas du bluff, tu ne vaux strictement rien pour elles, et elles n'hésiteront pas une seule seconde à t'exécuter sur le champ. Ici, peu de chance qu'elles connaissent Diana de Themyscira, tu ne disposes donc d'aucun moyen de pression ou de marchandage. Toi non, mais Barbara oui. Et bénis soit son idée de récupérer ce maudit arc ! Pendant un instant, tu sens que vous reprenez le dessus sur la situation. Le silence s'étend dans les rangs, et aucune n'ose n'engager quoi que ce soit. Que ce soit à ton encontre, ou à celle de Barbara. Mais pour combien de temps ? Cet artefact est-il réellement suffisant pour mettre un terme au conflit ? Vont-elles vous prendre pour des voleurs, ou pour les messagers d'un cadeau des dieux ? Finalement, la carte que vous venez de jouer va peut-être se retourner contre vous. Tu observes les visages de chacune, et vois leurs traits se transformer à nouveau. Elles veulent l'arc, coûte que coûte. Et malheureusement, le temps en suspend prend rapidement fin, et les hostilités reprennent de plus bel. Barbara manque de retomber dans le puits avant d'être assommée par l'une des Amazones. Quant à toi, tu es trainé, un sac sur la tête, jusqu'à votre prochaine destination. Tu penses à Diana, en espérant qu'elle ait eu assez de temps pour parvenir jusqu'à vous. Elle est désormais la seule qui puisse vous sauver.  

Quand on t'ôte le tissu, c'est au milieu d'une salle de conseil que tes yeux se réhabituent à la lumière. Ou du moins, quelque chose qui y ressemble beaucoup. Tu te revois face à Hippolyte, lors de ton intrusion sur Themyscira pour retrouver Diana. Mais cette fois, les choses ne risquent pas de tourner en ta faveur. Sur un trône se trouve une Amazone égyptienne, grande, fière, avec beaucoup de prestance, sans aucun doute leur reine. Elle te dévisage, pas la moindre chaleur ne se dégage d'elle. Tu sens le mépris émaner de sa personne, et tu sais que c'est probablement dû à ton sexe. Entre autres. « Où est Barbara ? Qu'est-ce que vous avez fait d'elle ? » Tu continues de parler en arabe, espérant une réponse rapide. Tu as déjà analysé la pièce, elle ne se trouve pas parmi vous, et son sort t'inquiète tout autant que le tien. « Elle va servir de repas à Sobek. » A Sobek, très bien. Elle est donc en train de t'annoncer que ta sœur est sur le point de se faire dévorer vivante par des crocodiles. « Quant à toi, tu vas nous offrir des héritières. » Les poings liés, tu restes pantois devant ce que t'annonce la reine. Des héritières ? Elle sous-entend quoi exactement ? « Vous voulez dire que vous avez besoin de moi pour... » Tu n'oses même pas aller jusqu'au bout de ta pensée, tant elle te paraît saugrenue et impensable. « Pas de toi, de ta semence. Ensuite tu subiras le même sort que la fille. » Bouche-bée, il te faut plusieurs secondes pour reprendre tes esprits. Evidemment, autant se servir de tes avantages avant de te jeter aux crocodiles. « Désolé mais ça va pas être possible, je suis déjà marié. » Tu affiches un sourire arrogant, ta seule arme contre ce qui t'attend. Et d'ailleurs, ce serait pas mal que ta femme débarque maintenant.
AVENGEDINCHAINS

_________________

GOOD HEART, BAD TEMPER
ANAPHORE




A SUMMARY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 4773
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : blossom (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Gotham ou Themyscira.
Profession : Princesse et Ambassadrice de Themyscira, Déesse de la Vérité, guerrière, membre fondateur de la Ligue de Justice
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus et d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna, la Tueuse de Dieux et le Lasso de Vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est capable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Mariée à l'amour de sa vie, son âme-soeur, Jason, mère de leur premier enfant, une petite Ophelia.









MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    Sam 3 Nov - 17:25

Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu
diana & jason & barbara

Diana ne s'est rendue en Égypte qu'une seule fois auparavant. Une dizaine d'années plus tôt, quand elle ignorait encore presque tout du monde qu'elle avait choisi d'aider. Rien qu'une fois, pour découvrir le pays que sa tante avait choisi pour établir sa nouvelle tribu d'Amazones. Elle n'avait pas cherché à trouver Bana-Mighdall, sachant Antiope morte et craignant ce qu'elle risquait d'y trouver. Elle ne voulait pas non plus risquer de perturber une société ayant vécu en autarcie pendant des millénaires, à la fois si similaire et si différente de Themyscira. Elle avait suivi les conseils d'Hippolyte et s'était contentée des sables du désert ainsi que des pyramides. À ce moment là, cela lui avait suffi. Rien n'avait écorché le souvenir d'Antiope et elle avait enfin pu finir de faire son deuil, après plusieurs milliers d'années. Jusqu'à ce que le monde change et ne ressuscite les morts. Aujourd'hui, c'est avec Antiope elle-même que Diana se retrouve en Égypte. Avec une revenante qui connaît la région mieux que quiconque. Elle n'a encore rien confié à sa nièce, mais elle n'en aura pas besoin. Diana sait que son aura de Déesse de la Vérité l'a aidée à ouvrir les yeux, à voir au delà du mensonge qu'elle pensait être la réalité. Elle le voit dans ses gestes, l'entend dans ses paroles et le lit sur son visage. Sachant où Diana devait se rendre, elle avait demandé à l'accompagner, ce qu'elle n'avait pas pu lui refuser. D'abord parce qu'elle localiserait Bana-Mighdall plus rapidement qu'elle à un moment où chaque minute est comptée. Ensuite, parce que Diana ignore combien de temps il leur reste avant d'être de nouveau séparées, elle veut pouvoir profiter d'un peu de temps avec elle. Dans un monde idéal, Antiope aurait été la meilleure de ses préceptrices pour sa nièce. Cinq millénaires ne se rattraperont jamais, alors Diana prend ce qui lui est offert sans se plaindre.

Dans le désert égyptien, Diana ne voit rien d'autre que du sable à perte de vue. Mais pas Antiope, qui avance comme si elle suivait un chemin tout tracé jusqu'à leur destination. Elle sait parfaitement où elle va, sa détermination ne laisse pas place au moindre doute. À ses côtés, elle a l'impression d'être redevenue la petite fille qui échappait à ses professeures pour aller admirer Antiope et ses guerrières, au grand dam d'Hippolyte qui désespérait de pouvoir garder sa fille assise à une table d'étude. Même si l'angoisse lui ronge le cœur, Diana ne se permet pas de demander à sa tante si elles arriveront bientôt à leur destination. Après avoir traversé une étendue de sable pendant ce qui lui paraît être une éternité, elles font face à une montagne de roches, en apparence sorties de nulles part. Mais elles ne sont qu'une illusion, un rideau de magie qu'elles traversent sans difficulté, Antiope les ayant conduites jusqu'à un passage secret. À l'intérieur de la cité, elles rabattent les capuches de leurs manteaux pour se fondre dans la foule d'Amazones. En d'autres circonstances, Diana se serait émerveillée devant la beauté de Bana-Mighdall. En d'autres circonstances, quand les vies de Jason et de Barbara n'auraient pas été menacées. Une main sur la garde de son épée, Diana suit Antiope dans les dédales de rues, jusqu'à l'édifice qui semble être le palais royal. « Et maintenant ? » « Nous entrons. » « Sans frapper ? Ce n'est pas poli, ma tante. » Pour la première fois depuis le début de cette étrange mascarade, Diana voit Antiope sourire. « Les gardes seront lourdement armées. Rien qui ne risque de te poser problème, je suppose ? » « Non. Mais je doute que vous soyez plus en danger que moi. » Antiope hausse les épaules, pas le moins du monde inquiétée par ce qui les attend. « Évitons cependant de tuer qui que ce soit. Nous ne sommes pas ici pour déclencher un nouveau conflit. » « Non... Mais si elles leur ont fait le moindre mal, je ne peux rien promettre. » Antiope se contente de hocher la tête. Diana sait qu'elle n'approuve toujours pas son union avec un homme, mais elle espère qu'elle se montrera plus ouverte après avoir fait la connaissance de Jason. En supposant qu'elles ne le retrouvent pas dans une position embarrassante... « Je te rejoindrai à la salle du trône. » « Où allez-vous ? » « Je vais récupérer l'Arc de Râ. Au cas où nous aurions besoin d'une monnaie d'échange supplémentaire. » « Je devrais avoir les moyens de les convaincre de nous rendre le Lasso de Vérité. En plus de mon époux et de sa sœur. » « Bana-Mighdall n'est pas Themyscira, Diana. Fais-moi confiance. » Elle prend une profonde inspiration avant d'acquiescer. Encore naïve, Diana espère trop souvent que la diplomatie suffise à régler les conflits. Mais parfois, c'est une démonstration de force qu'il faut faire. Chose qu'elle sait très bien faire quand il le faut.

Elle fait une entrée fracassante, au sens propre du terme, dans la salle du trône. Les épais battants de bois de la porte volent en éclats quand elle force le passage, laissant derrière elle plusieurs gardes inconscientes. Son arrivée a l'effet escompté, l'Amazone qui siège sur le trône de Bana-Mighdall se lève brusquement, et les femmes qui l'entourent sont dans un premier temps trop bouche-bées pour réagir. « Qui ose... ? » « Diana, Reine de Themyscira. Pardonnez mon arrivée non annoncée, Reine Anahid, mais c'est mon époux que vous menacez. » À en juger par la position de Jason, elle arrive à point nommé. En revanche elle ne voit pas Barbara à ses côtés, son absence l'inquiète. Par Athéna, faites qu'elle ne soit pas arrivée trop tard... « Comment osez-vous ? » « Vous avez quelque chose qui m'appartient, et je suis venue le récupérer. Et non, je ne parle pas de l'homme que vous traitez comme un simple outil. » Anahid lui adresse un regard antipathique, auquel Diana répond par un sourire plein d'assurance. Sourire qui s'élargit davantage quand elle entend de l'agitation dans les couloirs, avant qu'Antiope ne la rejoigne dans la salle du trône. Son visage est légèrement éclaboussé de sang, mais ce n'est pas le sien. Chose promise, chose due, elle a récupéré l'Arc de Râ, qu'elle tend à Diana avant de lever les yeux au ciel en apercevant Jason. Situation gênante confirmée. « L'Arc de Râ ! Comment osez-vous vous introduire dans notre cité... Voler notre arme la plus précieuse... » « Du vol ? Si je ne m'abuse, Jason et Barbara vous l'ont rendu, vous l'aviez perdu et avez été incapables de le retrouver par vos propres moyens. C'est vous qui avez volé les Amazones de Themyscira. Nous allons faire un échange. Je vous rendrai l'arc si vous me remettez le Lasso de Vérité. Ne faites pas cette tête, Anahid, vous savez très bien de quoi je parle. » La reine de Bana-Mighdall peste avant de se rasseoir sur son trône, Diana la sent furieuse. « Cette corde dorée n'a pas le moindre intérêt. Elle n'est rien, comparée à l'arc... » « Parce que nos dieux vous interdisent de l'utiliser. Vous avez renoncé à les vénérer, pourquoi vous laisseraient-ils utiliser leur magie ? »

Diana lâche l'Arc de Râ, et met le pied dessus. Un affront pour la reine, qui lâche un juron tandis que les gardes qui l'entourent se mettent en position d'attaque. « Je ne veux que deux choses. Deux choses, et nous partirons. » « Nous ne vous devons absolument rien ! » « Nous non plus. » Lentement pour ne pas paraître trop menaçante, Diana sort l’Épée d'Athéna de son fourreau. « La femme qui l'accompagnait. Je veux qu'elle nous soit rendue sur le champ, saine et sauve. Si le moindre mal lui a été fait, vous le regretterez. Je veux également que vous me restituiez le lasso. En échange, je vous rendrai l'Arc de Râ et vous serez libres d'élire enfin la Shim'Tar qui aura l'honneur de le brandir. Sinon... » Elle pose la pointe de son épée sur le bois de l'arc. La reine ne semble pas impressionnée ou inquiète, certainement convaincue que l'arme est indestructible. Et peut-être que ses dieux le pensaient eux aussi. Mais quand la lame entaille l'arc, Anahid sursaute, prise au dépourvu. Diana n'a pas l'intention de détruire la meilleure défense de Bana-Mighdall, mais elle est la seule à le savoir. « Vous avez cinq minutes. » Cinq minutes, avant que l'épée la plus tranchante jamais forgée par Héphaïstos ne réduise à néant leurs chances de récupérer l’artefact égaré. C'est du moins ce dont elle veut les persuader.
Made by Neon Demon

_________________


ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
We have a saying, my people. Don’t kill if you can wound, don’t wound if you can subdue, don’t subdue if you can pacify, and don’t raise your hand at all until you’ve first extended it.

jason, before and after diana:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Indiana Jones & Lara Croft : à la recherche du lasso perdu (barbara)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Indiana Jones était-il un voleur?
» Lara Croft L'extraordinaire est dans nos actes et non dans notre façon d'être
» Il était une fois...(jeu collectif)
» [UPTOBOX] Le Livre de la jungle [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: the wrong world :: the paradox of time-