AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Even the universe can't keep us apart Ft. Carol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


hero of earth

Messages : 592
Date d'inscription : 25/09/2017
Face Identity : Armie Hammer
Crédits : Dandelion

Age du personnage : 32 ans
Ville : Coast City
Profession : Pilote chez Ferris Aircraft
Affiliation : Justice League // Green Lantern Corps
Compétences/Capacités :

Le pouvoir de Hal est transmit par l'anneau. C'est lui qui lui confère tout. La connaissance de tout ce que savent les Gardiens est inscrites à l’intérieur même de l'anneau. Ce dernier fonctionne avec une batterie, une lanterne. Hal a besoin de la recharger au moins une fois toute les 24 heures minimums s'il ne veut pas tomber à cours. L'anneau lui permet de créer ce qu'il souhaite. Du moment qu'il le visualise, le reste se fait tout seul.


Porter l'anneau est quelque chose d’éprouvant. L'anneau lui permet de voler et de pouvoir se déplacer extrêmement rapidement dans l'espace. L'anneau est considéré comme l'une des armes les plus puissantes de la galaxie. .


Situation Maritale : En couple avec la belle Carol Ferris, celle qui a su lui mettre une nouvelle fois la corde au cou









MessageSujet: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Ven 14 Sep - 22:54

Even the universe can't keep us apart
Carol & Hal
••••

Aujourd’hui était la journée de présentation des joueurs de l’équipe. Comme chaque année pour chaque club. Le système consistait de présenter dans un stade rempli de supporter l’effectif pour l’année de compétition en cours. Cela faisait un bon petit moment que j’étais dans ce club, et j’en connaissait donc tout les rouages. Avec le reste de l’équipe, nous entrons dans le tunnel qui menait à la pelouse. Le fameux tunnel. Un de mes moments préférés. Celui où la tension est à son comble en jour de match. Celui où on peut lire la peur ou la concentration sur le visage des joueurs adverses alors que les chants de nos supporters retentissaient dans l’arène. J’étais placé en dernier, l’équipe, comme supporter me considérait comme était l’élément clef du système. D’où le fait de rentrer en dernier. Un a un, je voyais les joueurs partir et la foule acclamer chacun d’eux. Mon tour arrivait. « Et enfin, son quaterback. Le numéro 12 ! Hal ? » « JORDAN » hurlait la foule alors que je rentrais sur la pelouse. Je levais les bras et faisais signe un peu partout. Tout en souriant. J’en profitais pour faire deux trois idioties comme à mon habitude avant de rejoindre les rangs. « Un dernier applaudissements pour nos anges de Coast City » Avec des confettis et un feu d’artifice au dessus du stade. C’était une scène mémorable. Je lisais le bonheur sur le visage de chacun de mes partenaires. C’était le principal. Je détournais la tête et un laser vert entrait à plein fouet dans mon regard, ce qui m’aveugla pendant quelques secondes.


Ces quelques secondes parurent une éternité. Mais le plus étrange, c’est qu’une sensation étrange, inconnue venait me tordre l’esprit. Je ne savait quoi, mais tout ce problème ne m’empêchait pas de finir de passer une super cérémonie. Une fois dans les vestiaires, j’étais assis, je regardais le vide, essayant de jouer de mon esprit pour comprendre ce qui venait de ce produire. Mais rien. Lorsqu’un collègue venait pour me serrer la main, j’allais faire de même lorsqu’une bague à son doigt me procurait le même effet que plus tôt. Je faisais semblant de rien mais j’avais encore plus d’interrogation. Puis, c’était dans le miroir. Par je ne sais quel moyen, et pendant une fraction de seconde, un masque venait se mettre sur mon reflet, ainsi qu’un symbole dans mes yeux, un symbole que j’avais déjà vu… Ça y était, je me souvenais, c’était le symbole de l’alien rose, celui qui s’était crashé sur Terre et qui avait eu besoin de mon aide pour repartir. Abi-One de mémoire. Il avait aussi parlé d’un groupe, d’un ‘Corps’. Le Green Lantern Corps. A la fin de ces mots, un nouveau flash. Mais pas de vision, rien. Juste une voix. Une voix familière qui disait « J’suis comme toi okay ?! Juste pas la même couleur. ». Pas moyen de comprendre la signification, mais une chose était sûr, c’était Carol.


Sans perdre un instant, je prenais de suite la direction de l’endroit où elle vivait. Notre relation était pour le moins chaotique, à vrai dire, je ne savais même pas où nous en étions, mais c’était un autre débat. Tout ce que je voulais, c’était de savoir si elle avait un avis la dessus, et peut-être voir si cela se reproduit. J’arrivais donc devant sa porte, et je toquais assez fort. J’espérais que la demoiselle se trouvait dans son habitacle et non sur une scène, sinon j’allais devoir passer Hollywood au peigne fin.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


independent soul

Messages : 385
Date d'inscription : 07/08/2017
Face Identity : Lyndsy Fonseca.
Crédits : vanka

Age du personnage : 32 ans.
Ville : Coast City.
Profession : Directrice de Ferris Aircraft ; pilote ; super héros parfois à ses heures perdues.
Affiliation : Star Sapphire corp.
Compétences/Capacités :

Humaine
x Corps à corps / sport de combat
x Maniement d'armes
x Pilotage d'avions militaires
x Parle Anglais, Espagnol et Portugais

Star Sapphire
x Rayon énergétique
x Vol / lévitation
x Création de structures
x Localisation des êtres aimés dans la galaxie
x Pouvoir de l'Amour



Situation Maritale : En couple avec Hal Jordan, la personne qu'elle sait être son âme soeur.









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Sam 15 Sep - 20:23

Even the universe can't keep us apart
hal & carol
••••

Un grognement de bien être remonta le long de a gorge pour finir par passer la barrière de chaire de mes lèvres. Au dessus de mon dos, un léger rire rauque se fit entendre. «  Tu es bien trop doué Mike »  soufflais je dans une voix à moitié étouffée contre la peau nue de mes bras. Mike ria de plus belle. Ses mains courraient le long de mon dos huileux à la recherche de tous les points de tensions. Depuis que j'avais découvert son talent, je n'avais jamais appeler quelqu'un d'autre. Mike était devenu mon masseur attitré. Celui que j'appelais pour me détendre. Pour passer un bon moment de relaxation. L'homme avait des doigts de fée et savais très clairement s'y prendre. Il savait ce qu'il faisait. Je ne pouvais qu'apprécier son dévouement. «  Vous êtes vraiment tendue aujourd'hui Mlle Ferris ». «  Mike enfin, je t'ai déjà dit d'arrêter de me vouvoyer et de m'appeler Carol ». «  Pardon, les habitudes ont la peau dure ». Je secouais quelque peu le haut de ma tête contre ma serviette. J'imaginais sans mal son sourire. Et cela même sans le voir. «  J'ai eu une dure semaine » répondis je finalement. «  Oui … j'ai cru comprendre ». Ce début de semaine aurait pu être des plus tranquille. Mais cela avait été tout le contraire. J'avais été attaqué. Moi. Attaquée alors que je me rendais à un interview pour la promotion de mon nouveau film.

J'avais encore du mal à comprendre ce qu'il s'était réellement passer. Il y avait des scènes de cette altercation qui passaient au ralenti devant mes yeux. D'autres qui étaient si rapides que je ne pouvais décerner rien d'autres que des formes et des couleurs.  L’événement avait été traumatisant. Il expliquait pourquoi 'étais dans ma villa hollywoodienne et non de retour sur le plateau de Tomb Raider en Afrique du Sud. Mon agent, mon publiciste , mon producteur, mon directeur... tout s'étaient mis d'accord pour repousser la date de mon retour. Ils m'avaient ordonné de prendre du temps pour moi pour me remettre et me reposer. La production du film n'avait pour autant pas été arrêté. Certaines scènes pouvaient être tournées sans ma présence. Bien qu'étant le personnage principal, il y avait toujours des moments où la caméra se tournait vers les seconds rôles.  Quelque part, j'avouais avoir besoin de ce petit temps de calme. De l'autre, j'aurais aimé me replonger tête baissée dans mon travail, dans ma passion. Mon esprit , focalisé sur mes lignes, n'aurait pas eu à ressasser les détails de l'assaut effectué sur ma personne. Comme mon producteur l'avait cependant souligné, il y avait des scènes à tourner qui demandait des cascades automobiles et des scènes de combat. Ils m'avaient jugé pour le moment inapte. Je mettais donc à profit ces vacances improvisées. De toute façon, je n'avais pas le choix. C'était comme ça et pas autrement. Par ailleurs, je savais qu'ils ne voulaient que mon bien. Qui plus est, ils n'hésiteraient pas à me remplacer si jamais je commençais à devenir difficile. Honnêtement, je n'avais aucune envie de perdre mon job. Cette franchise était du pain béni.

Des coups forts portés contre le bois de ma porte d'entrée me tirèrent de mes pensées et autres rêveries. «  Vous ..pardon.. tu veux que j'aille ouvrir ». «  Non ne t'en fais pas, je m'en occupe. Ne bouge pas je reviens ». «  Je ne vais nulle part, après tout tu as payé pour une heure et on n'a pas encore fait la moitié de la séance ». Je lui offris un sourire en me relevant. Dans un geste, j'enroulais la serviette blanche autour de mon buste et la nouais juste au dessus de ma poitrine. Franchement, la serviette était courte et n'était là que pour protéger ma pudeur. Elle ne laissait pas grand chose à l'imagination. D'un pas léger, je me dirigeais vers ma porte d'entrée et déverrouillais la porte avant de l'ouvrir. «  Hal ? ». J'étais surprise de le trouver ici. Plutôt de le trouver ici en cet instant. Nous avions plutôt tendance à passer du temps ensemble en soirée où après la tombée de la nuit. Nous étions ce genre de duo. Pas vraiment un couple car nous ne passions définitivement pas assez de temps ensemble pour cela et pas vraiment des amis non plus car le côté physique de notre relation dépassait tout de même le stade de friends with benefits. «  Pourquoi tu n'es pas avec ton équipe ? » demandais je tout en ouvrant ma porte en plus grand pour le laisser rentrer.  Je refermais cette dernière dans son dos et le menais jusqu'à la grande pièce à vivre où se tenait toujours Mike. « Hal, Mike ; Mike, Hal Jordan » les présentais je rapidement avant de reprendre ma place sur la table de massage qui n'attendait que moi. Je comptais bien profiter de la dernière demi heure restante. «  Hal Jordan ! c'est un plaisir de vous rencontrer! Coast City a été excellente à la dernière saison ! C'était vraiment du beau football ». Je levais un sourcil dans la direction de mon employé du moment. L'homme était si calme que j'avais du mal à l'imaginer en fervent supporter de football américain. Mais après tout, pourquoi pas. Je ne le connaissais pas. Ou plutôt, je ne connaissais que sa facette professionnelle. J'imaginais qu'il était différent dans sa vie privée. Un soupir passa ma bouche lorsqu'il reposa ses mains sur mon corps pour reprendre son massage. «  On passe au cupping ? ». Contre le tissu de ma serviette, j'hochais la tête pour lui donner mon accord. «  Ok, tête basse, on respire calmement  et on ne bouge pas».  Bonne patiente, je fis ce qu'il me demanda et le laissais placer les cups chaudes sur toute la surface de mon dos. Hal devait trouver le spectacle ahurissant voir étrange. Il était vrai que cela l'était. Mais, cela faisait un bien fou. Qu'importe alors la bizzareté que cela pouvait engendrer.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 592
Date d'inscription : 25/09/2017
Face Identity : Armie Hammer
Crédits : Dandelion

Age du personnage : 32 ans
Ville : Coast City
Profession : Pilote chez Ferris Aircraft
Affiliation : Justice League // Green Lantern Corps
Compétences/Capacités :

Le pouvoir de Hal est transmit par l'anneau. C'est lui qui lui confère tout. La connaissance de tout ce que savent les Gardiens est inscrites à l’intérieur même de l'anneau. Ce dernier fonctionne avec une batterie, une lanterne. Hal a besoin de la recharger au moins une fois toute les 24 heures minimums s'il ne veut pas tomber à cours. L'anneau lui permet de créer ce qu'il souhaite. Du moment qu'il le visualise, le reste se fait tout seul.


Porter l'anneau est quelque chose d’éprouvant. L'anneau lui permet de voler et de pouvoir se déplacer extrêmement rapidement dans l'espace. L'anneau est considéré comme l'une des armes les plus puissantes de la galaxie. .


Situation Maritale : En couple avec la belle Carol Ferris, celle qui a su lui mettre une nouvelle fois la corde au cou









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Jeu 20 Sep - 15:57

Even the universe can't keep us apart
Carol & Hal
••••

Alors que la porte s’ouvrait, je découvrais Carol peu vêtu, avec juste une serviette pour servir de vêtement de substitution, un peu surpris au début, je lui répondais presqu’au tac au tac. « Le seul et l’unique » tout en faisant un petit mouvement de tête. Alors qu’elle me laissait entrer dans sa demeure, qui, pour le coup était plus un palace qu’une demeure me demandait pourquoi je n’étais pas avec mon équipe, j’avais toujours la veste sur les épaules, mais c’était parce que je n’avais pas eus le temps de me changer, c’était bien trop important, et mon style vestimentaire pouvait bien attendre un peu. « Oh, on a fini la présentation, le prochain rendez-vous est demain matin, donc je suis tran- ». je me coupais net lorsque je voyais un homme présent. Sans perdre un instant, Carol nous présentait. « Hal, Mike ; Mike, Hal Jordan » Je m’avançais pour lui serrer la main lorsqu’il se mit à rajouter des choses. «  Hal Jordan ! c'est un plaisir de vous rencontrer! Coast City a été excellente à la dernière saison ! C'était vraiment du beau football » Je lâchais un sourire sincère, puis j’ajoutais « Merci, c’est vrai qu’avec l’équipe, on à réussi à mettre la barre haute, d’ailleurs, si vous le souhaitez, j’ai quelques places en loge VIP pour la réception des Chargers de Los Angeles, je peux les transmettre à Carol pour qu’elle puisse vous les faire parvenir ? » finissais-je en me tournant vers Carol alors qu’elle avait l’air de se remettre en place pour ce qui me semblait être un massage. Les paroles de Mike me confirmait mes propos. J’allais donc devoir attendre que la demoiselle finisse. J’esperais de tout cœur qu’elle n’en avait pas pour deux heures encore…

Je m’approchais du siège non loin pour m’y asseoir et je reprenais la conversation avec son masseur attitré. Bien que je n’étais pas commun à ce genre de situation, un peu dérangeante de ma perspective, j’avais l’habitude de voir du personnel pour s’occuper du corps. C’était essentiel au football, alors je comprenais facilement que Carol aussi en avait besoin. Même si j’aurais su cela, je serais peut-être venu avec un peu de retard. « Vous supportez les Angels depuis longtemps ? » l’homme, tout en massant Carol répondait. « depuis petit, mon père n’emmenait au match et me portais même sur ses épaules pour que avoir une meilleure vue. Au départ, c’était juste un loisir avant de devenir une passion. C’est parfait Miss Carol. » Je voyais Carol froncer un peu les sourcils, mais je n’étais pas cent pour cent sûr, je reprenais la conversation. « Et bien, si vous voulez du croustillant, et bien ‘disais-je tout en m’avançant un peu sur mon siège’ le club est sur Julio Jones des Falcons et Aaron Donald des Rams, ils espèrent les signer d’ici la fin de semaine pour avoir une équipe capable de gagner la conférence comme l’année dernière. » L’homme, les yeux ronds. «  Jones ? Comme Jones qui à fini 3ème meilleurs joueurs l’année dernière juste après Vous et Brady ? » je hochais la tête. « Quand la campagne d’abonnement disait que du lourd allait venir, je ne m’attendais pas à ce point... » Je continuais ma conversation avec lui sur la bonne demi-heure qui suivait. Jusqu’à ce qu’il s’éloigne quelques secondes pour faire je ne savais quoi. J’en profitais pour glisser à Carol. « C’est bientôt fini ? Il faut que je te parle de quelque chose d’important... » On pouvait lire sur mon visage la gravité de la chose, il fallait que je lui demande, il fallait que je mette des réponses sur ses interrogations… Il le fallait rapidement.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


independent soul

Messages : 385
Date d'inscription : 07/08/2017
Face Identity : Lyndsy Fonseca.
Crédits : vanka

Age du personnage : 32 ans.
Ville : Coast City.
Profession : Directrice de Ferris Aircraft ; pilote ; super héros parfois à ses heures perdues.
Affiliation : Star Sapphire corp.
Compétences/Capacités :

Humaine
x Corps à corps / sport de combat
x Maniement d'armes
x Pilotage d'avions militaires
x Parle Anglais, Espagnol et Portugais

Star Sapphire
x Rayon énergétique
x Vol / lévitation
x Création de structures
x Localisation des êtres aimés dans la galaxie
x Pouvoir de l'Amour



Situation Maritale : En couple avec Hal Jordan, la personne qu'elle sait être son âme soeur.









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Jeu 20 Sep - 22:27

Even the universe can't keep us apart
hal & carol
••••

Un léger ricanement monta le long de ma gorge lorsque les deux homes commencèrent à parler football. La gent masculine était parfois tellement prévisible. Mais bon avec le quaterback star Hal Jordan dans la pièce, je supposais qu'il ne pouvait pas en être autrement. J'oubliais parfois qe comme moi, Hal était une véritable célébrité. Étrange n'est ce pas ? Mais entre ces murs nous arrivions à être nous mêmes. Il était alors aisé d'oublier l'extérieur pour quelques heures. D'oublier qui nous étions et les paparazzis qui ne rodaient jamais loin, appareil prêts à nous prendre sous toutes nos coutures dès que nous apparaissions en public. C'était le prix à payer pour le métier que nous faisions. Chaque passion méritait son lot de concession. Pour mon rêve j'avais fait un trait sur ma vie privée. Parfois même sur ma dignité. Tout était fair play pour les journalistes... même les choses qui n'auraient jamais du l'être. Il fallait croire qu'aux yeux du monde nous ne faisions plus parti du commun des mortels. Parfois, j'avais même l'impression d'être la propriété de ces gens. Des journaux comme de mes fans. Bien sur ces dernier étaient géniaux. Du moins, la plupart du temps. Néanmoins, il y avait des moments où j'étais prête à vendre mon âme au diable pour un peu de tranquillité. Ces moments de calme je n'arrivais en revanche qu'à les trouver en étant cloîtrée chez moi. Quelque part, je supposais que ce n'était pas si mal. Au moins, j'avais la chance de vivre dans l'un des endroits les mieux protégés d'Hollywood. Personne ne rentrait ici sans y être expressément invité. Il fallait dire que sur cette colline vivaient les plus grandes célébrités et les plus grosses fortunes. Forcément, tout le monde était un peu porté sur la paranoïa. Ronde par des services de sécurité privés et caméras dernières générations étaient le quotidien de ce petit havre de paix.

Sans trop de mal, je réussissais à faire abstraction de leur conversation. Le football ce n'était pas forcément ma tasse de thé. Surtout, je n'y comprenais pas grand chose. Je me contentais de venir supporter Hal de temps en temps et cela s’arrêtait là. Yeux fermés, je me concentrais sur ma respiration. Les cups étaient brûlantes sur ma peau. Presque incandescentes. Ce n'était jamais la partie la plus agréable. Rapidement cependant, la température baissa et je finissais de fondre sur la table. J'en ronronnais à moitié de plaisir. «  Je vais chercher la crème, on ne bouge pas jusqu'à ce que je revienne ». Je murmurais son assentiment entre mes lèvres à moitié closes. « C’est bientôt fini ? Il faut que je te parle de quelque chose d’important... » . Cette fois ci, un soupir de frustration passa mes lèvres. Je pouvais compter sur lui pour casser ma bulle de bien être. «  Oui c'est bientôt terminé » répondais je avec un certain mordant. Un nouveau soupir se fit entendre alors que mon cerveau se mettait en overdrive pour trouver la raison de son ton pressant. Qu'avait il de si important à me dire ? Une boule commença à se former dans mon bas ventre malgré moi. Cette boule me rappela que j'avais même moi quelque chose à lui annoncer. «  J'ai quelque chose à te dire aussi ». Ma voix était étouffée par ma serviette mais je savais qu'il m'avait entendu. A présent plus question de faire machine arrière et cela même si sa réaction me terrifiait. «  Je vais enlever les cups  maintenant ». Avec la cacophonie dans mon esprit, je n'avais pas entendu Mike revenir et je tressaillis donc lorsqu'il me toucha. « Tout va bien » murmura t-il doucement en caressant légèrement les parties accessibles de mon dos. Si il nota la soudaine tension dans la pièce, il ne fit aucune remarque. Silencieusement, il enleva les objets de ma peau et passa la crème réparatrice. Je savais que mon dos était bleu, rouge voir même noir par endroit. Les cups faisaient remonter le sang à la surface de l'épiderme par leur effet de succion, formant ainsi des hématomes circulaires. Dans deux jours, ils auraient cependant disparus. Jusque là ma peau resterait sensible au toucher.

Après ça, je refermais la serviette autour de mon corps et écoutais ses conseils pour m'occuper de moi. Mike fut chaleureusement remercié, payé et ramené à la porte.  Pieds nus, je retournais dans mon salon et retrouvais Hal.  Avec un petit grognement, je me laissais tomber à ses côtés sur ma long canapé crème. Je respirais calmement pendant quelques secondes avant de tourner mon visage vers lui. Je lui offrais un maigre sourire puis me redressais pour déposer délicatement mes lèvres sur les siennes en un baiser chaste. La légère blessure à ma lèvre - vestige de l'attaque j'avais subie à Gotham - me lança légère. Après quelques secondes je me reculais et retournais m'enfoncer dans mes coussins. C'était peut être la dernière fois que je faisais cela. Je n'avais donc pas pu résister.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 592
Date d'inscription : 25/09/2017
Face Identity : Armie Hammer
Crédits : Dandelion

Age du personnage : 32 ans
Ville : Coast City
Profession : Pilote chez Ferris Aircraft
Affiliation : Justice League // Green Lantern Corps
Compétences/Capacités :

Le pouvoir de Hal est transmit par l'anneau. C'est lui qui lui confère tout. La connaissance de tout ce que savent les Gardiens est inscrites à l’intérieur même de l'anneau. Ce dernier fonctionne avec une batterie, une lanterne. Hal a besoin de la recharger au moins une fois toute les 24 heures minimums s'il ne veut pas tomber à cours. L'anneau lui permet de créer ce qu'il souhaite. Du moment qu'il le visualise, le reste se fait tout seul.


Porter l'anneau est quelque chose d’éprouvant. L'anneau lui permet de voler et de pouvoir se déplacer extrêmement rapidement dans l'espace. L'anneau est considéré comme l'une des armes les plus puissantes de la galaxie. .


Situation Maritale : En couple avec la belle Carol Ferris, celle qui a su lui mettre une nouvelle fois la corde au cou









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Lun 1 Oct - 15:58

Even the universe can't keep us apart
Carol & Hal
••••

Alors qu’elle me donnait une réponse positive, elle me disait aussi qu’elle avait quelque chose à me dire. Quoi donc ? Je ne savais pas, mais quand une femme vous dit cela, ça sent très rarement bon. C’est souvent le chaos derrière. Il y avait anguille sous roche. Je retournais m’asseoir et je regardais Mike continuer. Patiemment, j’attendais que cela se finisse. Dans le silence, je tapotais l’accoudoir du canapé, des petits ‘tactactac’. Puis, je voyais que tout semblait être fini. Mike qui lui donnait quelques conseils, Carol qui hochait la tête, avant de la voir le raccompagner jusqu’à la porte, puis revenir. Elle venait déposer un baiser sur mes lèvres, et rien que pour ça. Tout le trajet en valait le coup. Quand elle reculait, je pouvais voir la petite marque sur ses lèvres. Elle m’avait raconté l’histoire, incroyable à entendre ce qu’il s’était passé, mais pas autant que ce que j’allais lui sortir. Elle allait me prendre pour un fou à mettre à l’asile, mais il fallait que je lui en parle.

« Il s’est passé quelque chose d’étrange aujourd’hui. Comme dans les films, sauf que là, c’est pas un film, merci captain obvious. Tu te souviens de l’histoire qui m’étais arrivé quelques années avant. Avec un alien vert là. Pas beau du tout, rose bonbon ? J’ai l’impression que quelque chose ne va pas, j’ai eu comme une vision sur ça... » Je marquais une pause, je cherchais du regard quelque chose dans la pièce qui pourrait m’aider, rien. Je reprenais. « Puis une seconde, devant un miroir. Mais ce coup-ci, je me voyais avec un masque vert et ce fameux symbole dans l’œil. Le égal avec un O dedans. Je sais pas, mais pendant une seconde tout ça m’avait paru réel. » je me tournais vers Carol, comme si elle allait me donner les réponses. « Et j’ai même… Je t’ai entendu. Dire quelque chose, quelque chose dont je ne me souviens plus, mais je suis persuadé que tu ne l’a jamais dit. Ou du moins... »pas ici. Je me levais, je faisais quelques pas avant de mettre mes mains sur ma tête. « Je deviens pas fou quand même ? » avec les traits du visage qui tombaient un peu. Un journal était posé sur la table, dessus se trouvait une Une sur les joyaux les plus importants de la ville, et le mot saphir retenait mon intention. Instinctivement, le mot star me venait à l’esprit. Comme lorsqu’on veut former État-Unis. L’un venait avec l’autre. Perplexe, je me tournais vers Carol. « Est-ce que Saphir Star de dis quelque chose ? » Elle devait penser que je débloquais totalement, que la pression des matchs m’avaient enfin eus. Mais j’avais  la sensation que je touchais à quelque chose. Je l’avais sur le bout des doigts, je le titillais, mais je n’arrivais pas à le décrocher. J’espérais qu’avec l’aide de Carol, je parviendrais à trouver le pourquoi du comment, mais aussi ce que c’était. Pourquoi maintenant ? Quelque chose avait changé ? Je revenais m’asseoir à ses côtés. « C’était quoi sinon ce que tu voulais me dire ? » Je n’étais clairement pas prêt, pas prêt pour la tornade, la tempête, l’orage qui arrivait.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


independent soul

Messages : 385
Date d'inscription : 07/08/2017
Face Identity : Lyndsy Fonseca.
Crédits : vanka

Age du personnage : 32 ans.
Ville : Coast City.
Profession : Directrice de Ferris Aircraft ; pilote ; super héros parfois à ses heures perdues.
Affiliation : Star Sapphire corp.
Compétences/Capacités :

Humaine
x Corps à corps / sport de combat
x Maniement d'armes
x Pilotage d'avions militaires
x Parle Anglais, Espagnol et Portugais

Star Sapphire
x Rayon énergétique
x Vol / lévitation
x Création de structures
x Localisation des êtres aimés dans la galaxie
x Pouvoir de l'Amour



Situation Maritale : En couple avec Hal Jordan, la personne qu'elle sait être son âme soeur.









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Lun 1 Oct - 20:09

Even the universe can't keep us apart
hal & carol
••••

«  Il s’est passé quelque chose d’étrange aujourd’hui ». D'un mouvement du sourcil, je l'invitais à continuer. Hal était préoccupé et je laissais donc me parler en premier. C'était peut être mieux ainsi. Au moins, il aurait le temps de vider son sac avant que je ne le bombarde avec ma nouvelle. C'était vraiment l'impression que cela me donnait. Celle d'être un petit bombardier ennemi tout près à lui lancer une bombe de gros calibre sur la tête. Si l'image pouvait être amusante ainsi racontée, la réalité était tout autre. « [...] Tu te souviens de l’histoire qui m’étais arrivé quelques années avant. Avec un alien vert là. Pas beau du tout, rose bonbon ? J’ai l’impression que quelque chose ne va pas, j’ai eu comme une vision sur ça... ». «  Okay... » murmurais je peu sûre de savoir où il allait exactement avec ça. Bien sur que je m'en souvenais. La nouvelle avait fait le tour des journaux. Tout le monde en avait parlé pendant des semaines. La découverte de cet homme étrange avait alimenté toutes les rumeurs les plus étranges et les plus loufoques. Complot, invasion... tout y était passé. Je n'avais pas participé à la folie générale. Quelque part, j'avais toujours pensé que les humains n'étaient pas seuls dans l'univers. Comment cela pouvait il être possible mathématiquement ? On considérait ce dernier comme infini. En partant de ce postulat, il était impossible de dire avec certitude qui nous étions la seule espèce vivante et douée d'intelligence. Une telle affirmation était même absurde. Bien sur, j'étais actrice et j'avais gardé mes observations pour moi. Personne ne m'avait demandé mon avis et je préférais éviter de passer pour une illuminée. Ce n'était pas mon job de faire ce genre de déclarations. Je laissais ça aux soit disant experts. Experts qui en savaient beaucoup moins que le reste. Ils prétendaient juste. Evidemment, une telle évidence et le fait que j'y croyais sans me poser de questions ne m'avait jamais plus intriguée que ça. C'était un fait que j'avais accepté.  

Hal continuait de parler, agité. Plus il s'exprimait et moins je comprenais. Je ne voyais même pas le lien avec l'alien. Peut être portait il ce symbole. Mais souvenirs de cette histoire n'étaient pas aussi précis. Quant à ce que j'avais bien pu dire... j'en savais autant que lui. « Je deviens pas fou quand même ? ». La question me laissa muette. Je ne savais pas quoi lui répondre. Là tout de suite, rien de ce qu'il disait n'avait réellement pas de sens. Cela ne voulait pas pour autant dire qu'il perdait la tête. Hal avait beaucoup de pression sur les épaules. Avec la nouvelle saison qui commençait, tous les regards étaient tournés vers lui. Ceux de ses fans, comme ceux de ses détracteurs. Ces derniers n'attendaient qu'une petite erreur de sa part pour fondre sur lui comme des vautours. Il avait beau affirmer haut et fort qu'il s'en fichait, je savais qu'au fond les méchancetés que ces personnes pouvaient bien véhiculer le blessaient. Ce n'était jamais plaisant d'être la cible de moqueries ou d'insultes. J'en savais quelque chose. Lorsqu'on avait un statut aussi public que le nôtre, les gens avaient tendance à penser qu'on leur appartenait. Ils oubliaient que comme eux nous étions des  humains. Ils oubliaient que nous n'étions pas parfait. Cet état de fait était d'autant plus exacerbé dans le sport où les supporters avaient un accès direct aux événements. Leurs colère et déception pouvaient briser un homme. « Est-ce que Saphir Star te dis quelque chose ? ». Je fronçais les sourcils et réfléchissais. Pendant plusieurs longues secondes, je me creusais les méninges.Je secouais finalement les épaules. Non, cela ne me disait rien du tout. «  Désolée » ne pus je m'empêcher de prononcer devant son regard soudainement dépité. J'avais l'impression de le laisser tomber avant l'heure. J'aurais aimé le rassurer, lui dire que tout allait bien. Mais je ne savais pas comment l'aider. Hal semblait seulement avoir besoin de repos. « C’était quoi sinon ce que tu voulais me dire ? » prononça t-il finalement alors que je m’apprêtais à lui dire d'aller s'allonger un peu. Tout cet incident, ses paroles sans queue ni tête, je mettais ça sur son stress.

Je lâchais un soupir et par réflexe mes dents allèrent malmener ma lèvre inférieure. Une grimace de douleur passa sur mon visage lorsque ma canine s'enfonça dans la blessure à peine cicatrisée. Pendant un moment, je le regardais. Peut être devais je attendre un peu avant de lui donner la nouvelle. Il n'avait pas l'air dans son assiette. Le moment ne semblait pas approprié. Cependant, je connaissais Hal depuis assez longtemps pour savoir qu'il n'allait pas lâcher le morceau. Il était têtu. Borné même. «  Viens t'asseoir ». Avec un sourire que j'espérais convaincant, je lui tendis une main. J'attendis qu'il la prenne pour tirer légèrement dessus et le ramener à mes côtés sur le large canapé. «  Ecoute, je ne sais pas comment te dire ça … alors je vais juste le dire d'accord ? » repris je après un nouveau silence. Boule à l'estomac, je le regardais. Finalement, je pris une profonde inspiration et rassemblais le peu de courage que j'avais. Il fallait bien que je lui dise de toute façon. Il avait le droit de savoir. Plus que quiconque d'autres. « Jesuisenceintededesixsemaines » déclarais je dans un souffle sans guère articuler. A son visage, je compris très vite qu'il n'avait pas compris un mot de ce que je venais de dire. Il me regardait, perdu. « Je suis … enceinte de six semaines ». Les mots ici parfaitement articulés étaient audibles. Il n'était plus question de faire demi tour à présent. C'était trop tard. Pour le meilleur ou pour le pire, il était maintenant au courant. Au courant, qu'il allait peut être devenir père. Je ne savais pas encore ce que j'allais en faire. Avorter, le garder ? Je connaissais mes options. Cependant, la décision n'appartenait pas qu'à moi. Certes c'était mon corps et le choix final me revenait … ceci dit c'était aussi son enfant. Il avait, à mon sens, son mot à dire. «  Je l'ai appris en début de semaine. Après mon agression à Gotham, j'ai demandé à mon médecin de me faire un bilan complet. C'est comme ça que je l'ai su ». mes yeux bleus étaient tombés sur nos mains entrelacées. J'étais incapable de le regarder dans les yeux.  «  Six semaines...ça paraît tellement... ». J'avais retourné l'information dans tous les sens jusqu'à aujourd'hui. Même après l'avoir dite à voix haute, elle me paressait encore irréelle.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 592
Date d'inscription : 25/09/2017
Face Identity : Armie Hammer
Crédits : Dandelion

Age du personnage : 32 ans
Ville : Coast City
Profession : Pilote chez Ferris Aircraft
Affiliation : Justice League // Green Lantern Corps
Compétences/Capacités :

Le pouvoir de Hal est transmit par l'anneau. C'est lui qui lui confère tout. La connaissance de tout ce que savent les Gardiens est inscrites à l’intérieur même de l'anneau. Ce dernier fonctionne avec une batterie, une lanterne. Hal a besoin de la recharger au moins une fois toute les 24 heures minimums s'il ne veut pas tomber à cours. L'anneau lui permet de créer ce qu'il souhaite. Du moment qu'il le visualise, le reste se fait tout seul.


Porter l'anneau est quelque chose d’éprouvant. L'anneau lui permet de voler et de pouvoir se déplacer extrêmement rapidement dans l'espace. L'anneau est considéré comme l'une des armes les plus puissantes de la galaxie. .


Situation Maritale : En couple avec la belle Carol Ferris, celle qui a su lui mettre une nouvelle fois la corde au cou









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Mar 2 Oct - 0:51

Even the universe can't keep us apart
Carol & Hal
••••

Voyant l’air des traits de Carol changer, je me doutais que c’était quelque chose de sérieux. Que se passait-il ? Était-ce lié à l’attaque. La personne avait-elle réitéré? Non, elle me l’aurait dis plus tôt. Alors quoi ? «  Viens t'asseoir ». Ne venait pas me réconforter. Souvent, quand une femme disait cela, surtout quand c’est la votre, rien de bon ne peut survenir, c’est tout le temps quelque chose qui vient faire trembler votre monde. Je ne le savais pas, mais c’était bel et bien une news de ce type. «  Ecoute, je ne sais pas comment te dire ça … alors je vais juste le dire d'accord ? » Je commençais à presque paniquer, rien ne me rassurais, mais il fallait faire bonne figure. J’haussais un sourcil, toujours autant perplexe. Puis, quelque chose d’inaudible sortais de sa bouche, mais je sentais qu’elle était nerveuse, rien que le faite qu’elle parlait tellement vite en était un signe, mais sa mine aussi. Puis, elle le répétais.


Une bombe, une explosion, une détonation. Un bourrasque, que disais-je, un ouragan qui venait me balayer. Mon regard se perdait dans le vide, je ne comprenais plus rien. C’était comme-ci mon cerveau s’était éteint pour se préserver. Se préserver de tout ce qui en découle. Un bébé ? Un enfant ? Maintenant, là tout de suite ? Je n’étais pas prêt, je ne savais même pas m’occuper de moi même alors d’un nourrisson ? Non, c’était trop tôt. Trop de responsabilité je ne pouvais pas me le permettre, je ne savais même pas si je le voulais. C’était trop rapide, trop soudain, je ne l’avais même pas imaginé. Non, c’était impossible. Puis, une autre vision, celle d’un nourrisson qui hurlait. Celle de Jimmy plus heureux que jamais, qui tenait dans ses bras ce qui semblait être sa fille. Sa femme à ses côtés. J’étais heureux, je tenais Carol dans mes bras, elle aussi était toute souriante. La pièce rayonnait avec tant de bonheur. A la vue de cette vision, j’avais un sentiment de jalousie, dans le sens où je l’enviais. Et ce qui me surprenais le plus, c’est que j’avais l’envie d’avoir aussi un petit bout. Le mien, celui de Carol, le notre. Mais quelque chose clochait. Jimmy n’avait jamais eut d’enfant. D’où me venait ces visions. Un autre flash reprenait. Celui d’un où je semblait être assis sur un toit, sur ce qui semblait être une piste éclairé par la lumière de la lune. Carol était là aussi. Tout semblait pointer sur le fait que c’était un rencard. Ou du moins un rendez-vous en amoureux. Tout se passait pour le mieux. J’étais avec la personne que j’aimais, pendant une super soirée, je n’étais pas importuné par le Green Lantern Corps. Tout allait pour le mieux.

Je refaisais surface, mais je regardais Carol ébahit. Pour la nouvelle certes, mais aussi pour ces flashs. Je ne savais d’où ils venaient, mais une chose était sûr, ils étaient vrais. Je ne savais pas comment expliquer ça, ce n’était clairement pas le moment, mais j’en étais sûr. Des mots me venaient à l’esprit, ils ne faisaient aucun sens, comme Mogo, Sinestro, Kilowog, Kyle. Mais plus je regardais Carol, et plus de nouveaux moments apparaissaient. C’était comme-ci elle était une ancre à laquelle j’étais accroché, et que depuis tout ce temps je dérivais parce que je n’arrivais pas à la retrouver, à m’y retrouver. Des souvenirs d’elle et moi, des choses qui ne s’était pas produit ici. Mais alors où ? C’était comme-ci nous avions vécu une autre vie quelque part ailleurs. Comment ? C’était la question. Mais j’en avait la conviction, c’était vrai, obligatoirement. Mes tripes me le disaient. C’était alors que tout commençait à tourner autour de moi. Mon cerveau qui accusait le coup. Et qui se demandait si tout ça n’était pas faux ? Pourtant, tout semblait l’être. Tout comme la personne qui se tenait devant moi. Tout comme le petit bout de choux qui se formait au moment même ou nous parlions dans le ventre de Carol. Comment tout pouvait semblait si réel et si irréel en même temps ? J’en étais sûr à présent, quelque chose clochait avec ce ‘monde’, et j’en avais la certitude que nous ne devions pas être là, mais dans l’autre. Mais Carol n’avait pas réagit au départ, peut-être qu’elle ne le réalisait pas ? Qu’elle était toujours aveuglé par je ne sais quoi. Ce cauchemar ? Il fallait qu’elle se réveille elle aussi. Mais comment sans la brusquer ?


Mais je n’avais pas le temps de trouver un stratagème ou un angle d’attaque que la nouvelle du bambin venait paralyser mes pensées. Il était là lui. Qu’importe si ce monde est réel ou non. Carol l’était alors lui aussi. Ce n’était donc pas une nouvelle à prendre à la légère, même avec cette découverte. Encore plus. Puisque si ma théorie s’avérait vrai. Cela voulait dire que lui aussi était de là-bas. Ou du moins devait arriver. Je maintenais les deux mains de Carol, et je soufflais calmement, pour éviter de perdre mon sang-froid. Parce que bon dieux, qu’est-ce qu’il m’en fallait à ce moment là. Je la regardais et le plus calmement possible, je lui demandais. « Qu’est-ce que tu veux en faire ? Est-ce que tu le veux ? » Je parlais de moi depuis le début, mais je n’avais pas envisagé l’impact sur Carol, sa carrière, sa vie. Peut-être qu’elle ne le voulait pas, trop de problème à venir. Trop tôt dans la relation ? Mais j’avais le sentiment que c’était contraire. Sinon elle ne me l’aurais pas dit, et aurais avorté non ? Je rassemblais tout mon courage pour ne pas m’enfuir, je n’étais clairement pas doué avec les responsabilités, mais celle-ci devait être la pire. Enfin pire. C’était génial cette nouvelle, enfin je le pensais, mais ce qui allait avec était aussi effrayant. Tout un pan de la vie que je n’avais pas prévu, un pan de la vie où je ne me voyais pas dedans. Mais est-ce qu’il y avait un temps pour ça ? Était-ce pas le déclic qui me fallait pour envie passer à autre chose ? À la suite dans ma vie ? j’étais plus qu’incertain à mon avenir, à celui de Carol et surtout à celui du bout’choux qui se formait. Mais quoi qu’il en soit, j’allais en discuter avec cette dernière. Bien que je me surprenais à avoir ce genre de pensée, c’était un sujet où il ne fallait pas rigoler. C’était un sujet où je devais être présent. Sujet que je ne pouvais pas fuir. Sujet que j’allais tenir. Il le fallait.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


independent soul

Messages : 385
Date d'inscription : 07/08/2017
Face Identity : Lyndsy Fonseca.
Crédits : vanka

Age du personnage : 32 ans.
Ville : Coast City.
Profession : Directrice de Ferris Aircraft ; pilote ; super héros parfois à ses heures perdues.
Affiliation : Star Sapphire corp.
Compétences/Capacités :

Humaine
x Corps à corps / sport de combat
x Maniement d'armes
x Pilotage d'avions militaires
x Parle Anglais, Espagnol et Portugais

Star Sapphire
x Rayon énergétique
x Vol / lévitation
x Création de structures
x Localisation des êtres aimés dans la galaxie
x Pouvoir de l'Amour



Situation Maritale : En couple avec Hal Jordan, la personne qu'elle sait être son âme soeur.









MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   Mar 2 Oct - 18:48

Even the universe can't keep us apart
hal & carol
••••

Devant son silence, j'osais relever un instant mes yeux bleus. Le visage d'Hal était ouvert par la surprise. Son sourire avait disparu depuis longtemps. Il avait tout l'air d'une carpe hors de l'eau. Il était perdu. Certainement autant voir même plus que moi. Même si cela me paraissait encore fou, j'avais eu le temps de digérer un petit peu l'information. Lui venait à peine de l'apprendre. Il ne semblait pas apte à la digérer tout de suite. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Ce n'était pas une annonce à prendre à la légère. Cette situation pouvait potentiellement changer beaucoup de choses. Pour lui. Pour moi. Mais aussi et surtout pour nous. Nous n'avions jamais définit notre relation. Nous n'avions jamais collé une étiquette sur ce que nous étions. Sur ce que nous représentions l'un pour l'autre. Les journaux , eux, ne s'étaient pas gênés pour le faire à notre place. Mais entre ce qu'ils écrivaient dans leurs poubelles et ce qui était vrai... souvent il y avait tout un monde. Personne d'autres que nous pouvions savions ce que nous voulions être. A la fin de la journée, nous étions les seuls à être maîtres de nos destins. La seule chose que je savais vraiment lorsque cela nous concernait était que nous étions exclusifs. Du moins je l'étais. Lui, je ne savais pas. Et honnêtement, je n'allais pas chercher à me planter une épine dans le pied en posant la question. Si il était allé voir ailleurs, il n'y avait rien que je pouvais faire. Bien sur, cela me blesserait. Mais je n'allais pas le blâmer. J'en doutais cependant. Il ne semblait pas être ce type d'hommes. A moins que je ne me sois vivement trompée en ce qui le concernait. Mais j'étais un bon juge de personnalités. Il n'était pas comme ça. Il était fidèle. Loyal aussi. Je le savais avec autant de certitude que je savais m'appeler Carol. Ou Caroline si l'on voulait être vraiment précis. Un nom ancien qu j'exécrais. Je lui avais vite préféré son diminutif.

A vrai dire que cela touchait Hal Jordan, j'étais sure de beaucoup de choses. Parfois, j'avais l'impression de l'avoir connu toute ma vie. Je pouvais prévoir ces réactions. Du moins certaines. Il ne m'avait jamais fait l'effet d'un étranger. Au contraire même. Je me souvenais encore de notre première rencontre. Nous avions tous les deux étaient invités à un gala. Un de ces événements auxquels on ne pouvait dire non. Parfois, la célébrité voulait aussi dire que l'on avait besoin de se montrer. Il importait peu que tout le monde connaisse déjà nos noms. Il y avait des personnes à ne pas froisser dans cette industrie. L'organisateur de cette soirée là en avait été un. Après une heure de discussion creuse, j'avais finalement trouvé mon chemin jusqu'au bar. Jusqu'à Hal, lui aussi accoudé avec un verre dans la main. Lui parler avait été aisé. J'avais eu l'impression de retrouver un vieil ami. Cette sensation je ne me l'étais pas expliquée. Je ne me l'expliquais toujours pas. Je supposais que nous étions compatibles. Après tout, on entendait souvent ce genre d'histoires. Je ne m'étais donc jamais plus posée de questions que cela.

« Qu’est-ce que tu veux en faire ? Est-ce que tu le veux ? ». «  Je ne sais pas » avouais je sans trop de difficultés. Avoir un enfant n'avait pas fait parti de mes plans jusqu'à présent. Bien sur, je souhaitais en avoir un. Mais plus tard. Celui ci n'était pas prévu. Il était arrivé. Un peu malgré nous.  Avoir un enfant, cela changeait beaucoup de choses.  Par chance, au moins l'argent n'était pas un problème. C'était une source de stress en moins. J'avais tout a fait les moyens de subvenir aux besoins 'un enfant si jamais je décidais de le garder. Hal aussi si il en voulait. Un soupir passa mes lèvres et je me laissais basculer ma tête vers l'arrière pour la reposer sur la courbe du dossier. Yeux au plafond, je réfléchissais. En voulais je ? Et si oui , supporterais je l'idée de l'élever tout seul si jamais il ne voulait pas en entendre parler ? Cette dernière question me nouait l'estomac malgré moi. Je n'osais pas l'imaginer. Il y avait quelque chose qui tirait sur ma poitrine face à cette hypothèse. Comme si le seul fait de le penser était inconcevable. Peut être étais je un peu plus amoureuse de lui que je ne voulais bien l'admettre. Je tournais finalement mon visage à nouveau vers lui. «  Je ne sais pas quoi faire ». Je n'avais pas peur de l'avouer. C'était tout nouveau pour moi aussi. C'était l'inconnu. Un monde totalement nouveau pour lequel l'on n'était jamais vraiment prêt. «  Mais je ne pense pas pouvoir le faire toute seule.. ». Non sans lui, cela me paraissait insurmontable. Qui viendrait rattraper mes erreurs si j'étais mère célibataire ? Qui viendrait donner à mon fils ou à ma fille ce dont elle avait besoin si je flanchais ? Non j'avais besoin de lui. Quelque part, je me savais injuste. Il n'avait rien demandé. Et pourtant, en avouant que je ne pouvais pas le faire seule, je lui refilais le fardeau de la décision. Je venais de placer la balle dans son camp.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Even the universe can't keep us apart Ft. Carol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Even the universe can't keep us apart Ft. Carol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» ✝ I'M JUST HAVING AN ALLERGIC REACTION TO THE UNIVERSE.
» DC Universe : LE nouveau MMORPG ?
» DC Universe online
» Le DC Cinematic Universe est-il un désastre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: the wrong world :: the paradox of time-