AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


hero of earth

Messages : 166
Date d'inscription : 11/09/2018
Face Identity : Alexandra Daddario
Crédits : Shiya (vava) / Astra (sign) / tumblr (gifs)
Alvaro Martinez/Raúl Fernández
Age du personnage : 32 ans
Ville : Gotham City
Profession : Magicienne
Affiliation : Justice League Dark, de temps en temps
Compétences/Capacités :

Prestidigitation * Hypnose * Projection astrale * Magie élémentale * Télékinésie * Télépathie * Téléportation * Manipulation de portails interdimensionnels * Manipulation du temps * Manipulation de la réalité * Bouclier psychique et magique * Manipulation de la météo dans une aire réduite * Attaques d’énergie mystique * Création de pièges magiques * vol et lévitation * Don de guérison * Transformation d'objets en d’autres objets * Combat au corps à corps dans la limite de sa constitution.
fiche + liens + phone
Situation Maritale : Célibataire









MessageSujet: You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine   Dim 16 Sep - 17:16

You're dead, and dead, and dead indeed
Cette ville, et ces rues, elle finissait toujours par y revenir. Quiconque était né à Gotham et y avait grandi aurait pu en dire autant. C’était le pouvoir glauque et irrépressible de Gotham, de rappeler ses enfants à elle, de les ramener dans ses ruelles sombres, et peu importaient vos choix, vos réussites et toutes les portes de sortie que la vie avait ouvertes devant vous. Zatanna aurait pu être à l’autre bout du monde dans un hôtel cinq étoiles, à l’heure actuelle. Ou, au moins, dans un hôtel cinq étoiles de Gotham, elle n’aurait pas fait la difficile. En fait, elle aurait pu choisir de faire un millier d’autres choses à l’issue de son spectacle de ce soir, donné au cœur de sa ville natale, puisque c’était là que son métier et sa passion l’avait ramenée. Elle avait des tas de livres à lire en retard. Probablement du ménage à faire – d’un claquement de doigts, évidemment. Des amis, aussi, qu’elle aurait pu appeler pour leur proposer un verre. Au lieu de quoi, elle avançait doucement dans une ruelle sale et sombre d’un quartier ni meilleur ni pire que la moyenne dans cette ville, suivant des yeux la minuscule petite luciole argentée qui la guidait dans le dédale. « siuS-el ! » avait-elle déclamé en lançant ce petit sort basique, le doigt discrètement tendu vers l’homme qui, assis au premier rang pendant tout son spectacle, avait immanquablement attiré son attention. Il l’avait fixée pendant deux heures, au point de la mettre mal à l’aise, et avait qui plus est esquissé quelques petits signes de ses doigts agiles qu’elle aurait reconnus entre mille. Non pas qu’ils aient eu un quelconque effet. Zatanna doutait que cet inconnu soit un vrai magicien. Mais elle avait vu plusieurs fois un autre genre de sorcière effectuer ces gestes, et cet homme devait bien le savoir, vu son regard.

Voilà pourquoi elle le suivait, à distance, grâce à son petit sort. Qu’il soit humain ou plus qu’humain n’était pas la question pour elle. Il était clairement un de ces cinglés qui vénéraient Allura, et elle se devait de vérifier qu’il n’était pas en train de manigancer quelque chose de grave. S’il était juste venu l’ennuyer pendant son spectacle en espérant qu’elle se plante à cause de lui, c’était une autre histoire – elle le transformerait peut-être en quelque chose de mignon pendant quelques jours, et ça n’irait pas plus loin. Alors qu’elle longeait le mur d’un vieil entrepôt désaffecté, exactement le genre d’endroit parfait pour découper des héros, évidemment, elle vit sa petite luciole se glisser dans l’interstice d’une porte. Zatanna, s’apercevant qu’elle était verrouillée de l’intérieur, l’ouvrit d’un sort et s’avança entre les tas de caisses abandonnées et les étagères en métal poussiéreuse. C’était forcément ici et maintenant que le type allait faire quelque chose, elle ne se faisait aucune illusion. Il devait bien s’attendre à ce qu’il ait attiré son attention. Un type. Un seul type. Elle n’allait pas appeler les renforts pour ça, n’est-ce pas ? D’autant plus que tout ce qui touchait de près ou de loin à Allura était son problème. Elle regarda sa luciole se dissoudre dans la pénombre et s’immobilisa pour écouter le silence absolu qui régnait dans les lieux. Devant elle, à ses pieds, était dessiné un pentacle complexe. Elle en fit le tour pour l’observer, sans en comprendre la signification. Parce qu’il n’en avait aucun. Relevant les yeux, elle vit son inconnu qui se jetait sur elle. D’un geste et d’une salve magique, elle l’envoya valdinguer dans un tas de conteneurs en métal, peut-être un peu trop violemment car, en s’approchant de lui et en le trouvant inanimé et ensanglanté, elle comprit qu’il n’était bel et bien qu’humain. Bon. Elle avait cru pendant un bref instant qu’Allura elle-même l’attendait quelque part dans l’ombre, mais ce n’était pas son genre.

Zatanna tourna les talons et se retrouva face à une autre silhouette, au visage dissimulé par la capuche de son manteau, à quelques mètres d’elle. Il ouvrit la bouche et elle crut qu’il allait lui lancer un sort, s’apprêtant à prononcer la réponse adéquate, mais capta alors le geste quasi imperceptible qu’il fit de la main gauche. Il y eut un petit claquement sec et pendant une seconde, la magicienne se demanda ce qu’ils étaient censés faire, là, tous les deux, face à face. Puis elle sentit une brûlure au niveau de la gorge et y porta la main. Elle sentit quatre aiguilles plantées dans la chair, pas trop profondément, juste de quoi l’empêcher de parler pendant quelques secondes. Bien assez pour lui apparemment, qui leva une arme, une arme à feu toute bête. Arrachant une des aiguilles de sa gorge, elle tenta de prononcer un mot, eut une quinte de toux à la place et entendit l’autre brailler : « Pour Allura ! » Elle leva un bouclier en même temps qu’il tira et la détonation explosa derrière elle. Elle était belle, la fille du célèbre Zatara. Qui s'était fait avoir par deux simples humains. Alors qu'elle pourrait les tuer tous les deux si elle l'avait voulu. Quelques secondes, juste quelques secondes, c’était tout ce dont elle avait besoin.

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Zatanna Zatara le Mar 18 Sep - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


independent soul

Messages : 135
Date d'inscription : 29/07/2018
Face Identity : Matt Ryan
Crédits : tbc

Age du personnage : 37 ans, sûrement 36 de trop si vous voulez son avis.
Ville : Vagabond sans attaches, si ce n'est sa célèbre Maison des Mystères.
Profession : Détective de l'occulte, magicien, exorciste, spécialiste des démons et autres saletés surnaturelles, escroc patenté, anti-héros du dimanche.
Affiliation : Justice League Dark.
Compétences/Capacités :
- Expert de la magie dont il a une connaissance encyclopédique. les sortilèges et rituels n'ont aucun secret pour lui. Sans exagération l'un des sorciers les plus puissants actuellement en vie.
- Magie noire et occultisme sont sa spécialité, et sa supériorité en la matière réside en la parcimonie avec laquelle il fait usage de sa terrible magie.
- Exorcisme, invocation de démons.
- Contrôle des esprit, illusion, pyromancie, divination.
- Extrêmement résistant à toute magie.
- Plus résistant qu'un cafard de façon générale.
- Ondes synchrones : il a le pouvoir de toujours être où il faut, quand il faut, et quand il le veut.
- Carnet d'adresses fourni, bagout et débrouillardise à toute épreuve, maître manipulateur.

Situation Maritale : Marié à son paquet de clopes et un bon gin tonic.









MessageSujet: Re: You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine   Mar 18 Sep - 12:51


you're dead, and dead, and dead indeed
zatanna & john


De toutes les villes des Etats-Unis que John Constantine avait eu l’occasion de visiter (et qui avaient eu la malchance de l’avoir dans le collimateur), Gotham était sans doute celle qui lui était la plus familière. Rongée de l’intérieure par une peste plus tenace que la Peste Noire, pourrie jusqu’à la moelle, peuplée de personnages plus et surtout moins recommandables, John pouvait sans crainte assurer que la ville du Batman était un terrain jeu qui dégageait une atmosphère particulièrement familière. Malheureusement, le brave justicier au sigle de chauve-souris ne le portait guère dans son cœur et s’était fait un plaisir de le lui rappeler à plusieurs reprises. C’est donc en tout discrétion que John revenait, et uniquement lorsqu’une bonne raison l’y amenait. Même si la bonne raison en question était, la plupart du temps, aussi floue et imprécise qu’un instinct lui murmurant qu’il allait avoir du boulot à Gotham. Une information bien maigre pour la plupart des gens, mais pour John Constantine, l’instinct faisait autant office de compas que le GPS de Chas. Autrement dit, on suit, et on discute pas. En général, ça lui réussissait plutôt bien comme approche, même si ça le jetait aussi dans les ennuis la tête la première. Rien d’inquiétant à ça. Les ennuis, il s’en sortait toujours les mains dans les poches et la clope au bec.

John n’opposa donc aucune résistance lorsque, se promenant sans but dans les rues de Gotham en quête de ce qui avait pu l’amener dans les parages, il se retrouva devant ce qui ressemblait à un hangar abandonné, ou un entrepôt délaissé depuis maintenant quelques années. Tous sens magiques et non-magiques en alerte, il observa l’endroit quelques instants, avant de prendre sa clope à moitié finie entre ses doigts et de l’envoyer voler d’une pichenette dans la poussière. Il n’y avait pas de voix dans la tête de Johnny, personne pour le guider malgré le poids de l’héritage des Laughing Magicians qu’il sentait lui donner une poussée dans le dos. Constantine ne se trouvait jamais nulle part sans une bonne raison – et une fois encore, il décida d’écouter son subconscient qui l’entraînait irrémédiablement dans il ne savait quelle aventure encore.
Prudemment, John poussa la porte de l’entrepôt, aussitôt assailli à la fois par l’odeur de vieillerie de l’endroit et l’énergie magique concentrée là – son instinct légendaire ne l’avait donc pas trompé. Et surtout, il semblerait qu’il ne soit pas seul. A peine eut-il refermé la porte derrière lui que des bruits sourds de lutte lui parvinrent, suivis de bruit de chute, comme si quelqu’un venait d’être promptement envoyé au tapis. Suivant le bruit, John avançant silencieusement entre les étalages, peu désireux d’être identifié avant que la bagarre ne soit fini, et finit par trouver le nœud de l’action et ses protagonistes. L’un deux était un pauvre type étalé par terre comme un pochtron qui vient de passer une mauvaise soirée, le deuxième était un encapuchonné qui n’annonçait rien de bon, et la troisième…

« Zatanna Zatara. Evidemment. » murmura-t-il entre ses dents. Semblerait que la belle soit en pleine enquête elle-même, et il doutait fort qu’elle apprécie qu’il s’incruste sans plus de cérémonies ; mais alors qu’il s’attendait à la voir ne faire qu’une bouchée de l’aspirant zinzin, l’illuminé en question n’échoua à la tuer qu’à cause d’un bouclier magique qu’elle réussit à invoquer sans sortilège à l’envers. John fronça les sourcils. Quelle qu’en soit la raison, la magie de Zee était limitée.

Au moins, il savait pourquoi ses pas l’avaient guidé ici, maintenant.

Sans perdre une seconde de plus, John bondit de l’ombre et sur l’encapuchonné, agrippant son bras au moment où il allait tirer un nouveau coup de feu et déviant le tir. La balle partit dans une détonation sourde et ricocha sur le mur, un échec qui arracha une exclamation de surprise et de rage à l’adorateur d’Allura. Profitant de son avantage, John réaffirma sa prise et lui plaqua une main sur les yeux avant de prononcer une courte incantation dans une langue qui aurait laissé bien des experts perplexes. Aussitôt le sortilège terminé, l’assaillant cessa de se débattre, ses membres se détendant tout à fait jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’une poupée de chiffon endormie dans les bras de John. « Bonne nuit, Blanche-Neige. » marmonna-t-il en laissant le pauvre type glisser et tomber par terre dans un bruit étouffé. Sans plus s’en préoccuper, John se hâta de franchir les quelques pas qui le séparaient de Zatanna – remarquant enfin la main qu’elle portait à sa gorge. Classique. Qui que soit son adversaire, il la connaissait bien, et surtout ses méthodes. « Je croyais que c’était moi, le cas irrécupérable qui fonce la tête la première dans les ennuis. Aïe aïe aïe, ans quoi t’es-tu encore fourrée, Zee ? » demanda-t-il en sortant une nouvelle cigarette de sa poche, ses yeux quittant brièvement la magicienne pour glisser vers le pentagramme dessiné au sol. « Ouch. Allura, hein ? » Dans le genre gros poisson, Zee n’avait pas froid aux yeux. Ca faisait partie de son charme – mais elle était loin d’être imprudente, donc le pourquoi du comment s’était-elle retrouvée là à faire face seule à cette menace lui échappait encore. Constantine garda sagement ses réflexions pour lui, considérant Zatanna d’un air mi-inquiet, mi-curieux. « Ca va mieux, la gorge ? Qui que tu aies à tes trousses, ça m’étonnerait qu’ils nous laissent le temps de souffler bien longtemps. Qu’est-ce qui se passe, ici ? »



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 166
Date d'inscription : 11/09/2018
Face Identity : Alexandra Daddario
Crédits : Shiya (vava) / Astra (sign) / tumblr (gifs)
Alvaro Martinez/Raúl Fernández
Age du personnage : 32 ans
Ville : Gotham City
Profession : Magicienne
Affiliation : Justice League Dark, de temps en temps
Compétences/Capacités :

Prestidigitation * Hypnose * Projection astrale * Magie élémentale * Télékinésie * Télépathie * Téléportation * Manipulation de portails interdimensionnels * Manipulation du temps * Manipulation de la réalité * Bouclier psychique et magique * Manipulation de la météo dans une aire réduite * Attaques d’énergie mystique * Création de pièges magiques * vol et lévitation * Don de guérison * Transformation d'objets en d’autres objets * Combat au corps à corps dans la limite de sa constitution.
fiche + liens + phone
Situation Maritale : Célibataire









MessageSujet: Re: You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine   Hier à 22:20

You're dead, and dead, and dead indeed
Elle ne savait pas si elle devait se sentit en colère ou humiliée. Mais durant les quelques secondes de répit que lui offrit son bouclier, elle décida qu’elle allait être en colère. En même temps, tout ce qui touchait de prés ou de loin à Allura était source de colère pour elle. Cette sorcière lui avait volé son père, l’avait maudit, l’avait séparée de Zatara pendant des années, durant lesquelles Zatanna l’avait cru mort. Et par la suite, elles s’étaient souvent affrontées, sans que jamais Zatanna ne parvienne à la capturer. C’était ce qu’on appelait une Némésis, et elle s’en serait bien passé. Que cette odieuse bonne femme parvienne à se faire apprécier de stupides humains dépassait l’entendement pour Zatanna et dans ces moments-là, elle avait du mal à se souvenir qu’elle aussi était humaine. Mais les hommes, après tout, ils l’avaient prouvé à de nombreuses reprises depuis que les héros s’étaient révélés au monde, pouvaient vraiment faire de terribles choix. Elle balaya les aiguilles d’un geste rageur et porta la main à sa gorge tandis que son bouclier disparaissait déjà. Dans le regard qu’elle darda sur son ennemi, qui déjà s’apprêtait à tirer à nouveau, il y avait vraiment de la rage. Mais soudain, une silhouette apparut derrière l’agresseur et avant même que tout ne soit fini, Zatanna sut que c’était fini. Il n’y avait bien qu’une personne pour surgir ainsi au milieu de nulle part, là où absolument personne n’aurait dû se trouver. D’ailleurs, elle n’était même pas surprise. Agacée, oui, en revanche, même si comme d’habitude, avec lui dans les parages, elle n’aurait su dire pourquoi. Si c’était parce qu’il se mêlait de ce qui ne le regardait pas, parce qu’il l’aidait ou simplement parce que c’était lui, ce qui en soit était déjà un motif d’agacement, il ne fallait pas se voiler la face.

Et malgré tout, l’accent reconnaissable entre mille, et l’incantation bricolée comme une recette dont lui seul avait le secret, et le plaisir de voir son agresseur s’effondrer, tout cela lui arracha un sourire. Qui s’effaça aussitôt quand John prit la parole. Elle haussa les épaules, effleura sa gorge du bout des doigts en soufflant un sort tout bas, qui lui était destinée à elle seule – nosiréug. Elle aurait préféré qu’il ne vienne pas, pas alors qu’elle était en train de lutter contre deux types nuls et stupides. « Ce sont eux qui sont venus me chercher. Chez les gens bien élevés, une invitation, ça ne se refuse pas. » Toujours sans le regarder, elle alla s’agenouiller devant le pentagramme bas de gamme que ces idiots avaient tracé. Pffff. Quelle honte. Elle passa une main au-dessus du symbole : « erutaN, sdenrper set stiord… » Enfin, alors que du pentagramme, fendant doucement le béton du sol, jaillissait de l’herbe et des fleurs sauvages s’emmêlant les unes aux autres, elle se releva et fit face à John. Brrrr, ce trenchcoat… Et cet air du type qui n’a qu’une envie, s’en aller… Pourquoi est-ce qu’il venait toujours à elle, elle n’en avait aucune idée. « Ce sont des fans d’Allura, comme j’ai les miens. Elle n’est peut-être même pas au courant de ce que ses adorateurs font en son nom. Je préfèrerais l’affronter elle que eux. » Elle eut une grimace. Elle n’était pas censée blesser des humains, non ? Tout ça, ce n’était que des mots, de toute façon.

Elle ne savait même plus à quand remontait la dernière fois que John et elle s’étaient croisés, et surtout, quelle raison excellente il avait invoqué pour disparaître une fois de plus. En même temps, cela faisait bien longtemps qu’elle ne lui demandait plus de rester. Et la prochaine fois, ce serait quoi ? Il allait apparaître quand elle se couperait sur le couteau à beurre ? Elle ne savait pas comment tout ça fonctionnait pour lui, mais cette idée la fit frissonner. Même sa magie sentait qu’elle avait du mal ? Pauvre John Constantine. Même quand il ne faisait rien de mal, il la blessait. « Je suis si nulle que ça, pour que tu aies ressenti le besoin de venir ? Merci pour ton aide, mais tu peux t’en aller. Je suis sûre que tu es très occupé. » Une bouteille à finir. Un démon à exorciser. Un plan tordu à élaborer. Arrête de venir pour de bon, voilà ce qu’elle aurait dû lui dire depuis longtemps – d’ailleurs, ne l’avait-elle pas fait ? Au lieu de quoi… « aÇ em tiaf risialp ed et riov. » Comme si le dire à l’envers servait de filtre, ou de bouclier. Comme s’il ne pouvait pas comprendre. Enfin, un sourire en coin gagna ses lèvres. Bien sûr qu'il comprenait. Et bien sûr que ça lui faisait plaisir de le revoir. Ne serait-ce que parce qu'elle avait la preuve, épisodiquement, qu'il était en vie, vu qu'il n'était pas du genre à envoyer des cartes postales

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're dead, and dead, and dead indeed || Constantine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» pretty much dead already ◭◭ PHOENIX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: UNITED STATES OF AMERICA :: gotham city-