AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Long road to you ft. Damian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Long road to you ft. Damian   Ven 9 Nov - 19:46

Long road to you
My father is... imperfect. Distant. Uncertain. You've gnawed on the doubts he left you. But don't mistake uncertainty for lack of faith. He wanted you to surpass him. Perhaps you'll stop giving up long enough to attempt it? If he left Mother to us...it's because he believes we can win.

Bruce & Damian Wayne ;
Cette cité avait toujours été la sienne, perdue aux yeux des autres, déclarée comme ville prison par Savage qui avait plusieurs fois menacé de l’entourer de hautes murailles infranchissables pour empêcher la racaille d’en sortir. Autrefois, cité céleste, cité magnifique, fondée par six familles qui croyaient en la science et la modernité, qui pensaient créer ainsi une ville en avance sur son temps. Leur ambition trop folle avait été durement récompensée. La plupart de ces familles avaient aujourd’hui disparues. Batman ignorait l’existence d’une quelconque cour des hiboux, ignorant que ces familles fondatrices avaient trouvées une autre voix pour que leur rêve se réalise, une voie perdue d’avance. Il pensait être le dernier, le seul encore à se battre pour cette utopie à jamais perdue. Gotham avait sombré, et lorsqu’il marquait les criminels au fer rouge, qu’il abattait ceux qu’il pensait irrécupérables, il ne montrait pas la générosité ou la mansuétude dont avaient fait preuve ses ancêtres plus vénérables qu’il ne l’était. Mais Batman savait qu’il avait renoncé à sa vie d’avant afin de permettre à d’autres de pouvoir vivre. Peut-être inspirait-il le crime, comme le prétendait ses ennemis, peut-être n’était-il que le criminel que la police voyait en lui. Mais Batman tel un chevalier des temps modernes continuait sa quête, sauvait la veuve et l’orphelin, n’accordait aucune pitié au criminel ayant du sang sur les mains.

Pendant longtemps, il s’était senti seul, aussi aurait-il peut-être dû être soulagé en voyant les traces d’un autre justicier dans les rues de Gotham. Ce n’est pourtant pas ce qu’il a éprouvé. En voyant des batrang assez distinct des siens mais néanmoins, portant le symbole de la chauve souris, il avait haussé un sourcil, certain de n’avoir laissé aucun de ses joujoux trainer. Quand il avait trouvé des criminels ligotés par des nœuds savants et compliqués, marqué par des armes orientales, mais livrés vivants à la police, il avait reconnu ses premières escapades nocturnes. Et puis, les criminels avaient commencé à l’évoquer, une ombre impalpable s’abattant sur eux, une menace de plus, différente du Batman, plus rapide, moins cassante mais pas moins dangereuse. Ils le redoutaient. Et Batman commençait à sentir poindre en lui à la fois de l’étonnement, de la curiosité mais aussi beaucoup de méfiance. Peut-être avait-il inspiré quelqu’un, mais il n’avait jamais souhaité que quelqu’un reproduise ses gestes, se mette en danger comme lui le faisait. Ce n’était pas une vie, c’était l’absence d’une vie.

Remonter sa trace fut toutefois facile, Gotham était sa ville. Batman pouvait se fondre dans l’obscurité de sa ville, en entendre les moindres mugissements. Il avait établi un réseau de sans-abri, d’orphelins et d’émigrés sans papiers travaillant de nuit au noir qui tous le connaissaient sous un faux nom, tantôt tête d’épingle, tantôt l’Allumette, et tous lui donnaient des informations en sous main. Il utilisait ce puissant réseau d’information pour savoir tout ce qu’il se passait dans sa ville. L’ordinateur central pouvait tout aussi bien faire ce boulot, mais Batman aimait travailler à l’ancienne parfois. Surtout, il redoutait les fausses informations, plus facile à trouver sur le net que dans un réseau fait d’humains, de marginaux qui plus est, qui n’ont plus rien à perdre. Quelqu’un en bout de route n’a aucune raison de mentir et guère d’imagination pour le faire. Batman l’avait appris à la dure. Il savait donc où retrouver son imitateur. C’est ainsi qu’il le voyait. Et posté sur sa gargouille, il attendait que le jeune prodige se manifeste. Cet échange de drogue ne pourrait lui passer sous le nez, d’autant qu’il avait fait trainer une fausse information comme quoi il était au nord de la ville. Les trafiquants en profitaient donc, agissant rapidement. Son double ayant toujours agit dans son dos devrait en faire de même ce soir, supposait-il, l’attendant de pied ferme. Mais avant toute chose, il souhaitait l’observer avant de l’aborder.

b l a c k f i s h
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Long road to you ft. Damian   Mar 13 Nov - 11:48



Long road to you
Tout fils tient de son père tout ce qu'il est, et il ne peut cesser d'être son fils.
Il s'en était passé des choses dans la vie de Damian. Trop pour un enfant de cet âge. Si on peut parler d'un enfant. Les premières années de son existence lui ont été volées. Difficile d'envisager une vie normale, même durant un court laps de temps. L'adolescent se trouvait constamment en colère contre tout et tout le monde. D'une froideur qui n'a rien d'habituel pour un gosse de son âge. Avec les années et le manque d'affection, son cœur s'est endurci. Mais la glace a fini par fondre, grâce à un seul homme. Son père biologique ou la personne qu'il aime le plus au monde. Cependant, difficile de pouvoir mettre des mots sur les sentiments et autres émotions, lorsque l'on est pas habitué à le faire et qu'on nous a enseigné qu'il n'y avait que les faibles qui ressentaient ces choses-là. Et lui, il n'a pas le droit d'être faible. Il est voué à reprendre la ligue des assassins et ce, même si ses parents sont contre. Parce que Damian a beau n'être qu'un jeune adolescent, il sait ce qui en coûte à ceux qui tentent de quitter la Ligue de son grand-père. Toujours en contact avec cet homme, qu'il continue de respecter malgré tout, le petit a pactisé avec lui dans le dos de tout le monde. S'il ne lui promettait pas de reprendre le flambeau, Ra's lui promettait lui de tuer Bruce. Damian l'a cru une fois mort et son monde s'est écroulé. Il ne veut pas revivre cette expérience et a prit les devants cette fois-ci. Talia n'a maintenant plus son mot à dire, l'adolescent prend ses décisions sans se soucier de son avis. Elle l'a trahi, elle l'a poignardé, elle n'est plus digne d'être considérée comme mère.

Mais malgré cette promesse à Ra's pour sauver la vie de son père, le petit Wayne n'était pas rentré au bercail. Lui, il ne veut pas de cette famille que Bruce lui impose. Ce n'est pas la sienne et il n'est certainement pas le bienvenu. Il est le seul vrai fils de Batman et tout le monde le déteste, le pire étant que son père laisse faire. Il y arrive un moment où ce n'est plus possible, même pour quelqu'un comme Damian, que d'accepter un tel traitement. Préférant maintenant vivre seul plutôt que très mal accompagné, il œuvre aussi en parfait petit Justicier solitaire. Plutôt, il serait considéré d'anti-héro pour sa façon d'opérer, car avoir du sang sur les mains, ne le dérange absolument pas. C'est terminé de tout faire pour obtenir un peu d'attention de son père, s'il ne le voit pas comme son unique fils, autant qu'il ne le voit plus du tout. Cependant, quelque chose avait changé. La réalité largement modifiée, pourtant lui, il n'avait pas été touché. Il y eut fallu cette histoire débile pour que Damian ouvre enfin les yeux. Bruce lui manquait. Son père créait, à lui tout seul, un énorme vide dans la vie de son unique fils de sang. Ils peuvent bien se disputer, être en froid, ou incapables de se parler, mais les sentiments sont réels. Comprendre que son père l'avait oublié sans le vouloir, sans même le savoir, avait largement contribué à effriter la coquille quasiment indestructible que le petit al Ghul s'était créé avec le temps. Pour éviter d'y songer et afin de se trouver une occupation, il s'adonnait à une chose sur laquelle personne ne pouvait l'égaler : déglinguer les criminels.

Plus tôt dans la soirée, Damian avait eu vent qu'un trafique de drogue allait avoir lieu. Naturellement, il s'était rendu sur place, cherchant à stopper l'échange. Posté en haut d'un immeuble, dans l'obscurité liée à la nuit, l'adolescent portait son ancien costume de la Ligue des Assassins, cependant revisité par ses soins et agrémenté de certains accessoires semblables à ceux de son père, Batman. Ce n'était pas quelques petits trafiquants armés qui lui feraient peur, il a affronté bien pire que cela.

De là où il se trouvait, le gamin avait une vue imprenable sur la scène. N'attendant que le moment jugé adéquat pour débarquer, atterrissant au milieu de l'assemblée. Il parvint sans mal à dégommer les dealers, détruisant par la même occasion leur chargement. Certains étaient en fuite ? Ce n'était pas un problème, il avait empêché l'échange d'avoir lieu, il n'a pas pour objectif d'envoyer tout le monde en taule. Certains, à la place, iront à l'hôpital. L'un d'eux aurait pu même finir au cimetière, si Damian ne l'avait pas épargné en ayant la désagréable impression d'être épié. Se redressant, il releva la tête, quand son regard s'arrêta sur une gargouille. Celle-ci avait une forme très bizarre, bien plus imposante qu'à son habitude. Même si dans le noir, il était difficile d'y voir clair, le gamin jurait que c'était son père qui se trouvait là-haut, enfin une partie de lui l'espérait. Ou plutôt le chevalier noir de Gotham, puisque pour le moment, Batman et même Bruce, les deux entités ont oublié qui était ce gosse semant parfois la panique chez les criminels.

Pour la première fois, sûrement de toute sa courte existence, le petit Wayne hésita dans sa prochaine manœuvre. Si le justicier se sentait repéré, sûrement qu'il allait descendre de là-haut, pour savoir à qui il avait à faire. Damian se sentait-il prêt à affronté la froideur de son père qui ne le reconnaît pas ? Un gros doute naquit d'un seul coup. C'est comme si les rôles venaient de s'inverser. Et pour la toute première fois de sa vie, il se rendait compte de ce que Bruce pouvait ressentir, face à la carapace impénétrable de son petit garçon. Son cœur était comme broyé et il n'aimait pas ça du tout, s'en voulant déjà de ressentir une pareille chose, comme si lui, il était faible. Ne voulant pas se confronter à son père maintenant, le gamin s'apprêtait à disparaître dans l'obscurité, mais un bruit l'en dissuada.
 
(c) sweet.lips


Dernière édition par Damian Wayne le Jeu 29 Nov - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Long road to you ft. Damian   Jeu 22 Nov - 13:56

Long road to you
My father is... imperfect. Distant. Uncertain. You've gnawed on the doubts he left you. But don't mistake uncertainty for lack of faith. He wanted you to surpass him. Perhaps you'll stop giving up long enough to attempt it? If he left Mother to us...it's because he believes we can win.

Bruce & Damian Wayne ;
Le justicier perché là haut observait la scène. Il avait un œil agile capable de distinguer parmi les ombres de la nuit celles qui pouvaient être une menace. Mais aussi celles pouvant être des alliés. Son regard se posa sur une silhouette au nez levé. Il cru distinguer des oreilles de chauves souris et cependant, la forme d’un katana à la ceinture. Troublé, le justicier laissa cet échange de regard se prolonger quelques instants avant de disparaître dans la nuit. Batman aimait mener la danse, ne pas se laisser surprendre, avoir toujours un coup d’avance, même lorsqu’il s’agissait de faire la rencontre d’un nouveau justicier dans sa ville. Aussi disparut-il pour réapparaître en bas, descendu à la vitesse de l’éclair grâce à un filin et une agilité hors paire. Il se déplaça sans bruit jusqu’à l’endroit où s’était tenu le petit ninja aux oreilles de chauves souris. Au milieu de la nuit noire, il se distinguait encore, et Batman n’eut aucun mal à le repérer, et s’avancer vers lui. Plus il s’en approchait plus il était gagné par un sentiment troublant de familiarité, comme s’il connaissait ce potentiel allié. Mais c’est face à lui qu’il fut le plus troublé.

Non seulement le costume était un étrange mélange de ce qui composait l’habituel costume de la ligue des assassins, mais de surcroit, y avait été ajouté pas mal d’éléments provenant de son propre costume. Il n’y avait pas que les oreilles de chauve souris, il avait son plastron, sa ceinture de gadget, ses bracelets de force qui sur le côté incorporait des crochets. Certains éléments avaient fait parti de son costume à ses premières heures, mais avaient été remplacé depuis longtemps. Il fut étourdit en réalisant que c’était peut-être un fan de longue date de Batman. Ce qui le frappait néanmoins, c’était la jeunesse de ce garçon. Il pourrait être mon fils pensa-t-il, frappé également par la ressemblance des traits, lui rappelant les siens mais aussi ceux d’un amour perdu. Talia. Le costume était celui de la ligue des assassins, et ce gamin avait l’age… Bruce secoua la tête, ce n’était pas possible, impensable. Il le saurait s’il avait… Son seul enfant était mort et enterré. C’était la raison du port de ce costume, de cette lutte sans fin. Talia n’avait été qu’une amourette sans lendemain. Pourtant…

Batman recula, maladroit, il fit un bruit en faisant cela qui risquait d’attirer les criminels à eux. Il était trop stupéfait, par ses propres pensées et les idées douloureuses qui y naissaient. Il refusait de se donner de telles idées, de faux espoirs. Il n’avait plus d’enfant. Inutile d’espérer ainsi, de voir en chaque garçon de son âge l’enfant qu’il aurait pu avoir. Il senti sa gorge sèche et tenta de déglutir, péniblement.  

b l a c k f i s h
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Long road to you ft. Damian   Jeu 29 Nov - 12:11



Long road to you
Tout fils tient de son père tout ce qu'il est, et il ne peut cesser d'être son fils.
Du haut de ses treize ans et malgré son éducation à la dure, pour en faire une machine à tuer, Damian souffrait plus qu'il ne l'aurait cru. Cette situation de merde, d'un monde parallèle totalement absurde, faisait encore éclater son petit monde. S'il tenait le responsable de cette vérité trafiquée, il le massacrerait lui-même. A cause de ça, le pré-adolescent qu'il est, perdait encore son père. Cette fois, pire que tout, il pouvait le voir, l'observer, mais l'homme sous le masque n'était pas conscient du lien qui les unit. Autant que Damian peut être dur avec Bruce. Parfois de trop. Autant qu'il se rendait enfin compte de la place que son père avait pris dans sa vie. Ce n'est que maintenant que le Justicier l'a oublié, que son garçon aurait tant de choses à lui dire. Tant de choses qu'il a toujours refoulé par crainte d'être jugé, ou moqué. Chose absurde, sachant très bien que son père ne réagirait jamais de cette façon à son égard. Il a des défauts, il n'est pas parfait, mais il reste l'homme qui lui a donné la vie.

Un échange de regard malgré l'obscurité. Les deux oiseaux de la nuit se scrutaient l'un et l'autre. Comme s'ils étaient capables de deviner où se trouvait leur vis à vis. Puis plus rien. Damian a apprit à connaître Bruce. Il sait que ce n'est pas un lâche et qu'il ne fuit jamais. Alors il ne fut pas étonné d'entendre des bruits derrière lui. La chauve-souris était descendue pour le voir de plus près. L'adolescent finit par lui faire face, non sans que son cœur ne martèle l'intérieur de sa cage thoracique en le voyant si proche, mais aussi si éloigné par son comportement. Le gamin aurait voulu dire quelque chose, mais les mots lui manquaient. Aucun son n'était en mesure de sortir de sa bouche. Batman semblait partager son mutisme, restant dans l'observation. Si on peut dire une chose de Bruce Wayne, c'est qu'il n'a rien d'une personne maladroite, si ce n'est dans ses paroles quand il tient fermement à quelqu'un, ce que le fils partage avec lui d'ailleurs. Alors son pas presque chancelant en arrière, ne manqua pas de faire réagir Damian, qui en fit un vers l'avant, comme pour tenter de le retenir.

« Non...ne me laisse pas. »

Le petit assassin qu'il a été, est toujours parvenu à s'assagir aux côtés de son père, mais ce n'était qu'en dents de scie. Lorsqu'il a fini par croire que Bruce était mort et que jamais plus il ne le reverrait, sa violence s'est décuplée. Il s'en voulait tellement. Pas de ne pas l'avoir sauvé, puisque le Batman faisait tout dans son dos pour ne pas le mettre en danger et quoiqu'il en dise, l'adolescent l'a très bien compris. Mais de ne pas avoir su trouver les mots plus tôt. D'avoir imaginé que son père aurait pu mourir en pensant que son fils le haïssait. Cette fois, la vie s'amusait encore à leurs dépends, comme si les deux Wayne n'en avaient pas assez bavé dans leurs vies. La différence c'est que le Justicier se trouvait en face de lui et que ce n'était pas dans l'intérêt de Damian que de louper cette chance. Il avait d'ailleurs choisi ses paroles avec réflexion. Il ne lui avait pas demandé de ne pas partir, mais de ne pas le laisser. Ce qui fait toute la différence. Car, peut-être qu'en touchant le cœur de l'homme, il parviendrait à se rappeler à ses souvenirs ? Et cette fois-ci, mettre de l'eau dans son soda pour ne plus jamais tourner le dos à son père.

« Tu ne te souviens pas de moi, mais moi je n'ai rien oublié. Tu es la seule personne qui ne m'a jamais abandonné. J'ai besoin de toi...papa. »

Damian n'est pas doué pour parler de ses sentiments, c'est vrai. Il est constamment en colère contre tout et tout le monde. C'est une véritable bombe à retardement, prête à exploser à n'importe quel moment. Il est dangereux, c'est également la vérité. Mais il n'en reste pas moins un gosse qui a besoin de la personne qui compte le plus pour lui. Et en fin observateur, il sait que son père a toujours secrètement rêvé entendre son fils lui dire à quel point il a besoin de lui à ses côtés. En lui offrant cette victoire, peut-être qu'il parviendra à l'aider à revenir dans le monde réel. Celui où il est Bruce Wayne, l'éternel célibataire que les femmes font constamment souffrir, mais aussi son père qu'il a apprit à aimer plus que tout au monde.

Cependant le mouvement de recul un peu maladroit que Batman venait d'avoir, n'était pas passé inaperçu. Des criminels se ramenaient un peu de tous les côtés et Damian craignait, dans le fond, qu'ils viennent gâcher ce qui aurait pu raviver les souvenirs de son père. Mais ils ne pouvaient pas rester au milieu de la scène, en attendant de recevoir des coups, sans bouger le moindre petit doigt pour se défendre.

« Il y en a cinq qui arrivent dans ton dos. »

Il sait que son père devait sentir que quelqu'un arrivait derrière lui, mais en lui donnant le nombre exact, ça lui permettrait de ne pas être pris par surprise. De son côté, l'adolescent dût également se battre, ce qui remettait leur conversation malheureusement à plus tard.


 
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Long road to you ft. Damian   

Revenir en haut Aller en bas
 
Long road to you ft. Damian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Long road to ruin} Ae'
» Un combat long....très long !!
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» Mellindra Road, à votre service !
» Repos après un long voyage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: limbo :: archives :: les rps terminés-