AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 ✸ WAR ZONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar


the omniscient

Messages : 174
Date d'inscription : 06/12/2016
Face Identity : A ghost.
Crédits : hexactic.

Age du personnage : Infini.
Profession : Gardien des âmes.









MessageSujet: ✸ WAR ZONE   Mer 22 Fév - 20:06

war zone
bad blood ✸ gotham city
Les gouttes de pluie cognent contre les carreaux. Les ampoules grésillent, clignotent. « Bordel. Quand est-ce qu'ils vont nous changer ces putains de néons ? » L'infirmier hausse les épaules, tout en s'occupant de panser les plaies du dernier criminel à avoir passé les portes des urgences. Il a encore la marque d'un Batarang imprimée sur la joue. « Qu'ils s'occupent déjà de renouveler le stock de médicaments, le reste on s'en – mais bon sang, arrêtez de bouger, ou je vous jure que je vous anesthésie ! Ça pique, ouais, mais ça vous apprendra à braquer une vieille ! Estimez-vous heureux, le dernier que Batman nous a envoyé ne pouvait même plus s'asseoir. » Menotté au lit, le criminel ronchonne, et l'officier de police chargé de le surveiller le foudroie du regard. C'est la troisième fois cette semaine qu'il se retrouve à devoir baby-sitter la petite racaille de Gotham, envoyée aux urgences de l'hôpital après une malheureuse rencontre avec Batman. Tout ce qu'il voulait, lui, c'était rester tranquillement au poste. « Vous pourriez pas vous bouger un peu ? On en a encore dix comme lui au commissariat. Il est bien sympa Batman, mais c'est pas lui qui se charge de la paperasse après. » Le médecin d'à côté ricane doucement, puis le grondement du tonnerre couvre son rire. L'orage a commencé tôt dans la journée et n'a fait que gagner en puissance, on ne laisserait même pas un chien dehors. Mais personne n'y fait attention, les tempêtes récurrentes font partie de l'atmosphère lugubre de Gotham. « Euh... Les gars, excusez-moi... » Médecin, infirmier, policier et criminel tournent le regard vers la jeune infirmière, qui désigne quelque chose d'un doigt tremblant, derrière la vitre. « C'est... C'est... Un minotaure, ça ? » Silence général, froncements de sourcils. « Oh, putain. Ça y est, je craque. Je démissionne. Je retourne chez ma mère, dans le Kentucky. Il ne se passe jamais rien, dans le Kentucky. » Les portes des urgences volent en éclats ; l'officier n'a même pas le temps de sortir son arme.

✸ ✸ ✸


Batman se tient sur une montagne de gravats, restes d'un entrepôt appartenant à un parrain de la mafia russe. Plusieurs cadavres sont éparpillés, à moitié carbonisés par l'incendie qui a ravagé les lieux. « Maître Bruce ? » « Alfred ? » « Pardonnez mon interruption, mais je me dois de vous prévenir. Il y a du... Grabuge à l'hôpital, si je puis dire. » « Alfred... ? » « Eh bien, si ma vue ne me trompe pas... Arès, Hercule et une flopée de créatures que je ne saurais identifier viennent de s'inviter à Gotham. » Silence incrédule. Batman plonge dans la Batmobile, qui démarre au quart de tour et disparaît dans les rues. Le justicier entre en communication avec la Tour de Garde, et c'est le Limier Martien qui lui répond. « J'onn, que se passe-t-il ? » « Arès vient de surgir de nulle part, d'après Diana c'est très certainement Circé qui lui a ouvert un portail. Et si ce n'est pas elle, c'est l'Enchanteresse. Quoi qu'il en soit, la situation est déjà critique. Il semblerait que plusieurs dizaines de civils soient sous son contrôle, probablement un sortilège quelconque... L'hôpital subit leurs assauts. Nous ignorons encore la raison de cette attaque. Hawkgirl et Hawkman sont en route. Wonder Woman a dû faire un détour, mais elle ne devrait pas tarder. » Batman ne répond que par un grognement. Gotham est sa ville, mais face au Dieu de la Guerre en personne, il est lucide : il a besoin de la Ligue. « Alfred ? » « Maître Bruce ? » « Où sont les Robins ? » « Déjà sur place, à l'exception de Damian. Dois-je l'enfermer dans la Batcave ? » « Ce serait grandement apprécié. » « Ce sera fait, monsieur. »

✸ ✸ ✸


Les hurlements déchirent le silence de la nuit, accompagnés de violentes déflagrations – des bonbonnes de gaz viennent d'exploser dans les sous-sols de l'hôpital. Les bras croisés sur son poitrail, Arès observe le carnage, un sourire aux lèvres. À ses côtés se tient Hercule, bouillonnant d'impatience et de rage. « Patience. Laisse donc les fourmis s'agiter un peu avant de te mettre à les piétiner. » « Je maintiens que tout ceci n'est qu'une perte de temps. J'ignore ce que ce mortel t'a promis pour cette petite... Distraction, mais je doute que cela vaille le coup. » Arès ricane. « Détrompe-toi, mon frère. Je puis t'assurer que tu tireras satisfaction de ces festivités... » « Pourquoi Gotham ? » « Parce que cette ville est un véritable champ de bataille. Les guerres qui l'animent sont vicieuses, enracinées dans tous les êtres qui y vivent. Ce n'est pas ma présence ici qui réveillent leurs pulsions meurtrières... Elles sont ancrées en eux, je ne fais que les aider à les exprimer. » Arès tire sa force des conflits, et sa simple présence parmi les mortels réveille en eux un besoin viscéral d'exprimer leur colère. Le dieu arque un sourcil lorsque la Batmobile surgit de l'ombre, et il sourit. « Enfin. Je commençais à me demander où était le prétendu chevalier de Gotham... » « Ce n'est qu'un mortel, Arès. Débarrasse-t-en rapidement, avant que les vrais guerriers n'arrivent. » Hercule ne croit pas si bien dire. Hawkgirl fend les airs, masse en avant, et percute Arès de plein fouet. Hawkman la suit de près, il se pose lourdement au sol et balaye plusieurs hommes ensorcelés de ses ailes, les projetant à terre et les empêchant de se relever de plusieurs coups ; il met hors d'état de nuire, mais il ne tue pas, après tout, ces civils ne sont que les victimes innocentes des manigances du Dieu de la Guerre.

✸ ✸ ✸


quelques précisions :
→ Évitez de faire des posts de plus de 800 mots, pour que le rp aille vite I love you entre 500 et 800 mots, c'est l'idéal.
→ Arès et Hercule ont choisi de prendre l'hôpital de Gotham pour cible. Ils ne sont pas seuls, ils sont accompagnés d'une paire de minotaures fraîchement débarqués de Crète. Plusieurs hommes sont également sous le contrôle d'Arès. Ces derniers sont facilement identifiables à leur teint exsangue et leurs pupilles dilatées. Ils sont extrêmement agressifs, ils s'en prennent à n'importe qui. Toutefois, ce ne sont que des victimes innocentes... Si vous le pouvez, évitez de les tuer (ou pas Arrow).
→ A l'intérieur de l'hôpital, c'est le chaos, la panique règne. Forcément, un minotaure qui se balade dans les couloirs, ça surprend.
→ Il faut sauver un maximum de civils, et s'occuper des minotaures, ainsi que d'Arès et Hercule. En ce qui concerne les créatures, elles sont difficiles à tuer, mais mortelles. Les deux autres... On vous souhaite bien du courage
→ La présence d'Arès a tendance à rendre les hommes plus violents, alors vous pouvez tenter de garder le contrôle de vos nerfs... Ou laisser s'exprimer toute la rage qui sommeille en vous
→ Les PNJs présents sont : Batman, Hawkgirl, Hawkman, Arès et Hercule. Vous pouvez - et êtes même encouragés - à interagir avec eux ! En revanche, c'est le staff qui se charge de les PNJiser, sinon ce n'est pas drôle
May the odds be in your favor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godsamongus.forumactif.com

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Mer 22 Fév - 23:04

war zone
gotham city

Les yeux attirés par la baie vitrée. Il se tourne vers la fenêtre, où des reflets lumineux éclairent son visage. Les sirènes de police résonnent dans la rue en contre bas. Dick baisse le regard, tente de percevoir le moindre mouvement. Son geste est vain, son appartement est beaucoup trop haut pour discerner les voitures. Sa main cherche à tâtons la télécommande de la télévision. L'écran s'allume sur une des chaînes d'informations, passant en boucle la même courte vidéo. Choc. Bruit sourd. « Putain merde ! » Il se baisse, ramassant au passage la télécommande abimée par la chute. De nouveau, son regard se pose sur la télévision et la vidéo, commentée par les journalistes. « Je n'en crois pas mes yeux Nigel ! Est-ce bien un minotaure qui vient de débouler aux urgences de l'hôpital de Gotham ? Les gens sont ter… » Le noir remplace l'image. Dick sort son téléphone, ses doigts parcourant l'écran rapidement, manquant d'appeler la mauvaise personne. Son oreille ne perçoit qu'une tonalité sans réponse. Autre essai, autre numéro. Encore une fois, il est accueilli par des sonneries sans que personne ne décroche. Bruce et Tim sont déjà sur place, sans aucun doute. Ses pas sont rapides vers sa chambre, là où son costume gît sur le sol. Il est n'est pas lavé, mais il n'a pas le temps de faire une machine maintenant. Tant pis pour le sang sécher et la vieille odeur de sueur. Pour le glamour, on reverra.

Capharnaüm. Ses oreilles sont agressées par les sirènes, les cris, les hélices des hélicoptères. Sa vue n'est pas en reste avec les flashs et les étincelles. Ses yeux cherchent, tentent de percevoir Batman et Robin. Une pointe d'inquiétude vient emplir son crâne quand il se met à chercher le visage de Zatanna. Mais rien. Solitude. C'est beaucoup trop le bordel pour essayer de trouver qui que ce soit. Dans l'amas de policiers qui se mettent en place, il parvient à reconnaitre quelques visages familiers. Des collègues en première ligne contre la créature sortie d'un autre temps. Une explosion de verre détourne son attention de la scène, son regard se posant sur le minotaure, détruisant tout autour de lui. « Allez Dick, c'est juste un type avec une tête de vache. » qu'il murmure dans un souffle. Grande inspiration, puis une deuxième. Nightwing s'avance vers les urgences, le pas assuré. Le verre brisé craque sous ses pieds et ceux des civils en panique. Ils sont nombreux à tenter de s'échapper de l'hôpital, personnels soignant ou malades. Ils passent comme des mirages à côté de lui. Ses yeux sont fixés sur la bête. Sa nuque bouge légèrement de gauche à droite, d'avant en arrière. Ses épaules s'agitent. Il sert les poings, laisse ses doigts craquer. Le courage monte proportionnellement à l'adrénaline. « Hey la vache folle ! » Le sourire aux lèvres. L'assurance qui reprend sa place. La créature remarque enfin la présence de Nightwing. Ses naseaux laissent échapper un souffle dur et puissant. Dick croise les bras, nonchalance habituelle. « Bah alors ma vieille, tu vas être en retard pour la traite. » Son rire n'a pas le temps de passer ses lèvres qu'il se retrouve au sol, suffocant. Comme renversé par un camion, il s'est fait balancer par le minotaure sans avoir eu le temps de le voir venir. Manqué la grande gueule.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Jeu 23 Fév - 16:35

Encore un afflux de petites frappes aux urgences, rien de nouveau sous le soleil – ou sous la pluie battante qui inondait les rues de Gotham. Depuis qu’elle était arrivée dans cette ville, Hope avait l’impression d’avoir soigné bien plus de criminels victimes du Batman que de véritables patients. Elle n’aurait pas du s’en plaindre, on lui répétait même quelquefois qu’elle ferait mieux de remercier l’homme chauve-souris de nettoyer la ville de sa fange putride, mais c’était plus fort qu’elle, ça lui portait constamment sur les nerfs. Les jérémiades incessantes de ces types qui avaient essayé de violer, tuer ou voler et qui en récoltaient les fruits les rendaient bien plus pénibles à supporter que ceux qui avaient réellement besoin de soins et d’attention. Mais elle devait les soigner comme s’ils étaient … Et bien, comme s’ils étaient innocents. Ne pas prêter attention à leurs regards lubriques ou à leurs tentatives pour fausser compagnies aux officiers qui les accompagnaient. Ne pas préférer soigner quelqu’un arrivé bien plus tard sous prétexte qu’il était arrivé seul et pas menotté. Il y avait des règles, et il fallait les suivre même pour les criminels. « Aide-moi chérie, aide-moi … Tu le regretteras pas. » Hope soupira et foudroya l’homme du regard, avant de reprendre ses points de suture. « Taisez-vous. » « Me parle pas comme ça, chérie. Si tu veux pas finir avec ma … » Dieu merci, elle ne sut jamais par quelle menace fleurie il comptait terminer sa phrase, coupé dans son élan lyrique par des cris de terreur qui retentirent de l’autre côté du mur. Le policier qui se tenait avec eux hésita en regardant le criminel toujours menotté, et il fallut de nouveaux hurlements et un boucan de tous les diables pour qu’il se décide enfin à aller voir ce qui se passait, laissant Hope et son patient seuls dans une attente insoutenable. Le vacarme se faisait de plus en plus fort à côté, comme si quelqu’un était en train de détruire tout sur son passage. La plus élémentaire prudence commandait à Hope de fermer cette satanée porte et de rester bien sagement dans la salle de soins avec le criminel, en espérant que les assaillants, quels qu’ils soient, ne viennent pas regarder par ici, mais cela faisait bien longtemps qu’Hope n’écoutait plus ce que sa prudence élémentaire lui soufflait. Quoi qu’il se passe à côté, il fallait aller aider les blessés, ou moins essayer de les évacuer … Sans jeter un regard à son patient, qui poussa de grands cris indignés, elle s’avança vers la porte et jeta un coup d’œil dans le couloir. Il était vide pour l’instant, et elle s’avança vers le hall des urgences à pas mesurés. Ce qu’elle découvrit en poussant les portes battantes défiait tous ses cauchemars les plus fous : il y avait deux choses gigantesques dans le hall, deux Minotaures (elle n’osait pas croire qu’elle avait mis un nom pareil sur ces monstres, où était passée son esprit rationnel ?) en train de semer la panique parmi les médecins et les patients, détruisant tout sur leur passage. Elle resta figée, abasourdie, avant d’enfin réagir en entendant des gémissements non loin. Mais elle n’avait pas fait trois pas qu’un homme était projeté violemment devant elle par l’une des bêtes. Elle réprima un mouvement d’humeur en reconnaissant un des justiciers de la ville – n’était-ce d’ailleurs pas celui de Bludhaven ? C’était bien sa chance. « Bon sang … » Maugréa-t-elle en s’approchant de lui pour s’assurer qu’il n’était pas blessé. Mais elle ne parvint pas à l’atteindre : avant d’avoir pu faire trois pas, un des Minotaures avait lancé un chariot dans sa direction, et elle se jeta au sol pour ne pas se faire proprement décapiter tandis que le chariot s’écrasait derrière elle dans un grand fracas. Le cœur battant, Hope redressa la tête et jeta un regard paniqué autour d’elle. Le monstre se dirigeait vers elle, et elle tenta de reculer de son mieux. Ses doigts se posèrent sur un objet métallique – un scalpel ? – qu’elle agrippa et brandit devant elle, piètre défense face à une bête gigantesque à tête de taureau, mais c’était la seule chose qu’elle pouvait lui présenter. Elle allait se faire massacrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Jeu 23 Fév - 17:32


WAR ZONE.



Désolation. Tes bottes s'écrasent sur des débris de verre et de béton, provoquant des crissements à chacun de tes pas. Ta désinvolture contraste avec le chaos qui se dessine sous tes yeux, tu marches calmement, le reste du monde court à perdre haleine. Les cris, les détonations, les grognements, tu n'as jamais assisté à un tel désordre. Gotham, la ville du vice, prise en otage, victime des assauts de dieux psychotiques et de minotaures expulsés de leurs labyrinthes. Derrière ton masque, tu distingues aussi des civils, beaucoup de civils, terrorisés ou terriblement agressifs. Chaque inspiration provoque une douleur lancinante dans ta poitrine, tes muscles sont encore atrophiés, déchirés par ton dernier combat, le plus difficile de ta carrière d'obsessionnel de la justice. Le rouge qui recouvre tes traits cache des blessures encore fraiches. Mais le pire ce n'est pas ces dégâts physiques qui handicape ton efficacité, c'est ces images qui hantent ton esprit, défilent dans ta tête comme une vieille bobine de film abîmée d'avoir été trop jouée. Tu continues pourtant d'avancer, levant parfois le regard vers les cieux pour y voir ces héros fendre les airs dans une rage folle, une détermination tout aussi palpable que la tienne. Tu ne devrais pas être là, tu n'as pas récupéré les forces nécessaire pour faire face à une telle adversité, mais qui serais-tu si tu osais abandonner ta ville quand elle en a le plus besoin ? Tu ne sais que trop bien ce qu'on ressent quand personne ne vient. Quand le compte à rebours défile, que le zéro se rapproche, et qu'il ne reste rien d'autre que la peur et le désespoir. Tu ne promets pas de tous les sauver, mais tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour les protéger.

Quand tu pénètres à l'intérieur de l'hôpital, il t'est aisé d'identifier le noyau de l'action : tu cours dans le sens inverse de la foule et suis les rugissement bestiaux des minotaures. A toute vitesse, tu te faufiles dans les couloirs, évitant parfois de justesse la collision avec les patients paniqués. Une odeur de sang et de poussière t'agresse les narines. La mort rôde, guettant dans l'ombre de faucher les plus imprudents. Ou les plus malchanceux. Tu fonces dans le tas, mais tu n'as aucun plan. Ni A, encore moins B. Qui en aurait ? T'es persuadé que même Batman n'a pas pu prévoir une telle attaque. Pour sa défense, les probabilités que des dieux viennent saccager Gotham était quand même plutôt minces. Du moins, avant ta mort. Maintenant, c'est un peu du grand n'importe quoi. Ton attention se porte sur un chariot qui vient de s'écraser au fond du couloir perpendiculaire au tien. Armes aux poings, tu cesses ta course devant Hope, tirant plusieurs balles contre le monstre face à vous. Tu tires, jusqu'à ce que tes chargeurs se vident entièrement. Il n'est pas mort, loin de là, mais tu as stoppé son élan. C'est seulement maintenant que tu dévisages son apparence. Que tu réalises qu'une créature mythologique se dresse devant toi. Et qu'elle est très en colère. Tu n'as pas le temps de recharger tes flingues, alors tu cherches du regard quelque chose qui pourrait t'être utile. Quelle est cette petite chose qu'Hope tient dans sa main tremblante ? Ça fera l'affaire. « Je t'emprunte ça. » Tu saisis le scalpel et le lance avec agilité en direction du minotaure, pour le voir s'enfoncer dans son œil gauche. Bingo. La bête hurle, elle souffre, ce n'est qu'une question de secondes avant que sa rage ne se retourne contre toi. Un animal blessé est toujours extrêmement dangereux. « T'as cinq secondes pour dégager de là. Va voir si la princesse là bas est encore en un seul morceau. » Arrogant en toutes circonstances, c'est ta marque de fabrique. Tu as vu Dick, tu l'as reconnu de loin. Mais c'est un fantôme du passé que tu ne laisseras pas te perturber maintenant. Tu couvres les arrières de Hope le temps qu'elle rejoigne celui que tu considérais presque comme un frère malgré votre rivalité. Ce temps là est révolu. Mais elle sera en sécurité avec lui. Le minotaure rugit, il hurle de haine. Tu le vois s'approcher de toi à une vitesse fulgurante, et tu ne peux qu'estimer les secondes avant l'impact. Trois, deux, un …  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 2458
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : lolitaes (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Metropolis.
Profession : Princesse et ambassadrice de Themyscira, membre fondateur de la Ligue de Justice.
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus est d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna et le lasso de vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est incapable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Fiancée à l'amour de sa vie, elle porte son enfant.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Jeu 23 Fév - 23:15

war zone
GOTHAM CITY

« Mère, je vous en prie. Ils ont besoin de notre aide. Je n'y arriverai pas seule, pas cette fois ci. Pas contre Arès et Hercule réunis. » Hippolyte demeure de marbre. « Ce n'est pas notre combat, Diana. » « Il le deviendra. Vous le savez comme moi, ils rêvent de causer notre perte. » L'expression de la reine s'adoucit. « Ce n'est pas notre monde. » « C'est le mien. » Droite et fière, Diana soutient le regard de sa mère, jusqu'à ce qu'Hippolyte soupire longuement. « Dix. Je te laisse emmener dix de tes sœurs avec toi. Pas une de plus. » La princesse s'incline, et disparaît rapidement. Elle traverse les couloirs du palais au pas de course, talonnée de près par une cohorte de guerrières. Ensemble, elles se rendent jusqu'à la plage. « J'onn ? Nous sommes prêtes, tu peux y aller. » Pas de réponse, mais le Limier Martien active le téléporteur de la Tour de Garde. Les Amazones sont transportées à Gotham, déposées sur un champ de bataille moderne, aux allures de cauchemar. Il leur faut quelques secondes pour s'adapter ; à la pluie, l'ambiance lugubre, à la situation. Diana pointe du doigt l'hôpital. « C'est ici que les mortels s'occupent de leurs blessés. Distrayez Arès et Hercule le temps que je m'occupe de faire évacuer le bâtiment. Soyez prudentes. » « Nous ? C'est toi qui vis dans ce monde dément... » Diana sourit. « Toute folie n'est qu'une question de point de vue, Demetria. » L'Amazone s'élance, bouclier au bras et épée en main. Il n'y a pas une seconde à perdre, elle sait que ses sœurs n'occuperont pas les dieux bien longtemps. Arès est déjà aux prises avec Hawkgirl, et Hawkman fait de son mieux pour contenir les ensorcelés pour permettre aux civils d'évacuer l'hôpital. « Diana ! » Elle reconnaît la voix et ralentit. « Bruce. » « Ces hommes. Peut-on les sauver ? » « Je l'ignore. Mais je ne pense pas Circé ou l'Enchanteresse capables de pitié à leur égard. » « Tu dis qu'ils sont perdus ? » Elle fronce les sourcils. « Je dis qu'en attendant d'en avoir la certitude, commençons par sauver ceux qui peuvent l'être avant de se soucier de ceux qui sont peut-être déjà perdus. » C'est cruel, mais Diana sait qu'ils ne peuvent pas se permettre de faire autrement. Elle n'attend pas la réponse de Bruce, elle reprend sa course et s'introduit à l'intérieur de l'hôpital en fracassant un pan de mur d'un coup de bouclier. À l'intérieur, c'est le chaos. Diana a besoin de se concentrer un instant pour parvenir à occulter les hurlements, et distinguer les ronflements bestiaux du minotaure présent dans le bâtiment. Elle l'entend. Elle le voit. Et pendant une fraction de seconde, elle se fige, reconnaît les silhouettes derrière la bête. Dick. Jason. Ses réflexes surhumains prennent le dessus, elle traverse le couloir de l'hôpital comme une flèche, se glisse entre le minotaure et Red Hood. Elle lève son bouclier et frappe d'un grand coup au moment où la bête le percute. Ses talons s'enfoncent dans le carrelage qui craque, et le minotaure est projeté plusieurs mètres en arrière. « Tu aurais mieux fait de rester sur ton île, créature. » La bête renâcle, mais ne semble pas déterminée à lâcher le morceau. « Bien. Tant pis pour toi. Tu salueras Hadès de ma part. » Le minotaure charge, mais l'Amazone ne bouge pas. Quand la créature arrive à sa hauteur, elle lui donne un violent coup de tête. Le minotaure s'écroule à ses pieds, fauché en pleine course, le crâne fracassé. Un filet de sang – celui de la créature – coule sur le visage de Diana, qui observe le cadavre d'un air dédaigneux avant se retourner. « Tu ne devrais pas être ici. Tu ne devrais pas... » Elle secoue doucement la tête, laisse ses angoisses s'exprimer à travers un échange de regards, avant de reprendre contenance. « Il faut évacuer l'hôpital. Je ne sais pas combien de temps nous allons pouvoir occuper Arès et Hercule, mais il faut faire vite. Nightwing, debout. Il n'y a pas de temps à perdre. » Sans réelle délicatesse, Diana attrape Dick par l'épaule et le remet sur ses pieds. Elle remarque la jeune femme à ses côtés, et reconnaît l'urgentiste qui l'avait... accueillie... lorsqu'elle avait ramené le corps d'Ashley. Encore une qui ne porte pas les héros dans son coeur, et comment l'en blâmer ? Un rugissement extérieur la détourne des mortels, et à travers une fenêtre brisée, elle voit Arès saisir une Amazone par les cheveux et lui briser la nuque sèchement. Égoïste, elle se tourne vers Jason. « Il faut que je m'occupe de lui. Ne meurs pas, tu entends ? Ne meurs pas. » Elle prend une profonde inspiration et d'un coup de poing, ouvre une voie à travers le mur. Elle resserre sa prise sur son bouclier, son épée. Et comme une furie elle s'élance, et percute le Dieu de la Guerre de plein fouet.

Made by Neon Demon

_________________

ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
I used to want to save the world. To end war and bring peace to mankind. But then, I glimpsed the darkness that lives within their light. I learned that inside every one of them, there will always be both. The choice each must make for themselves - something no hero will ever defeat. And now I know… that only love can truly save the world. So I stay. I fight, and I give… for the world I know can be. This is my mission now. Forever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Sam 25 Fév - 17:04

war zone
gotham city

Douleur. Elle se balade partout entre ses muscles. Dick grimace alors qu'il sent ses pieds glisser contre le sol de l'hôpital. Une flaque de sang s'étale avec le mouvement de sa chaussure. Un râle s'échappe de ses lèvres. « Putain l'enfoiré. » Sa main passe sur son front, écartant quelques mèches de cheveux au passage. Un souffle. Un deuxième. Douleur, toujours. La mâchoire serrée, penser à autre chose, ne pas se laisser faire. Le brun relève la tête, discernant la créature massive à quelques mètres se rapprocher d'un visage familier. Hope. Ses poings se compriment. Le justicier cherche ses forces, balancées en même temps que lui par le minotaure. La tête qui se relève à nouveau, et l'incompréhension qui vient s'installer dans son crane. Une silhouette qu'il reconnait dans la cacophonie. Un revenant qui se tient là, au milieu de la désolation. La vision de Jason est comme un coup de poignard dans sa cage thoracique. Souffle coupé. Il ferme les yeux. Plusieurs secondes d'obscurité, puis de nouveau la lumière. La silhouette est toujours la même. C'est pas possible, il rêve. « Jason. » qu'il dit dans un murmure discret. Les images se succèdent dans sa tête, de l'arrivée de Todd en tant que Robin jusqu'à son assassinat. Douleur physique. Douleur mentale. Dick n'a pas le temps de réagir que Diana déboule pour s'interposer entre le revenant et la créature antique. Quelques secondes, et cette dernière s'écrase sur le sol, la tête ouverte. Discussion entre l'Amazone et Jason dont il n'arrive pas à capter le moindre mot. Puis elle s'approche de lui et l'attrape. Ses jambes mettent quelques secondes avant de réaliser qu'elles doivent de nouveau supporter le poids de son corps. « Merci. » Sourire simple en direction de Diana avant de la voir partir dans l'autre direction. Ses talons se tournent en direction de Jason. Léger mouvement de recul en croisant son regard. Son allure n'est plus la même. « C'est bien toi ? » qu'il demande dans un souffle. Il n'est pas certain. Il n'a pas vu son visage. Mais la stature lui parle. Les gestes lui rappellent beaucoup trop son frère adoptif. Résultant d'un entraînement supervisé par Bruce lui-même. Puis un bruit sourd au fond du couloir. Dick tourne rapidement la tête, apercevant Hercule au loin, comme un chef de guerre sur son monticule de débris. Son regard se promène entre Hope et le fantôme, hésitant.

Un cri dans la direction d'Hercule. « Et merde ! » Sans demander son reste, Dick s'élance en direction de la divinité. Si on lui avait dit un jour qu'il affronterait ceux qu'il avait croisés dans les livres d'histoire, il se serait bien marré. Il regarde autour de lui, cherche la moindre chose qu'il pourrait utiliser contre son adversaire. Les sédatifs ne sont sans aucun doute pas efficaces sur lui. Sur sa gauche, une chaise. Dick l'attrape au passage et la lance en direction d'Hercule alors qu'il arrive à sa hauteur. Le dieu esquive le meuble, mais pas la jambe de Dick qui vient percuter sa tempe. Echange de coups. Nightwing danse d'un pied sur l'autre pour essayer d'éviter les attaques, mais ça ne marche pas à chaque fois. Ses attaques sont inefficaces contre un adversaire de cette puissance. Ce n'est pas avec ses muscles qu'il va aider à gagner ce combat. Puis soudain, c'est comme une évidence dans sa tête. L'obscurité. Il la connait. Jason la connait. Bruce la connait. L'alliée fidèle. Dick évite un nouveau coup de la part d'Hercule, avant de détaler dans le sens inverse. Le souffle rapide, il se faufile dans les couloirs. Plusieurs secondes de course, puis il se stoppe dans un recoin désert de l'hôpital. Il tapote sur son bras, l'hologramme s'échappant de sa manchette affichant après quelques recherchent les plans du bâtiment. « Bingo ! » Nightwing s'élance dans le corridor, jetant quelques coups d'œil rapides à l'image. D'un coup d'épaule, il pousse une porte et dévale les escaliers, sautant la plupart des marches. Une nouvelle porte, gardée par un code. Un rire moqueur passe ses lèvres. Il ouvre le boitier, trifouille dans les fils avant d'en arracher un. Un bip, et la sécurité se désamorce. Dick s'aventure dans la pièce de maintenance. Le générateur. Il s'avance jusqu'à la machine, et la coupe. « Il va faire tout noir ! » Sans attendre une seconde de plus, il repart en courant, laissant son rire raisonner dans la pièce désormais privée de toute lumière, comme le reste du bâtiment.


Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 26 Fév - 15:25

Des coups de feu retentirent au-dessus de Hope, faisant à peine ralentir la bête, mais la jeune femme leva les yeux en tressaillant. Ce n’était pas un justicier qui était apparu, cette fois, du moins pas à ce qu’elle en savait. Elle ignorait son nom, mais elle l’avait déjà recousu à plusieurs reprises et elle commençait à être familière de sa grande gueule et de ses manières expéditives … Dont elle était loin de se plaindre en cet instant précis, malgré toutes les fois où elle l’avait menacé de plus le soigner s’il continuait à être aussi violent avec tout le personnel soignant. Bon. Peut-être que ce n’était pas un mal, finalement. Elle lui laissa son scalpel sans résister, partagée entre l’épouvante que son geste ne fasse que provoquer davantage la bête enragée, et l’espoir qu’il puisse réellement les sortir de là. Elle ne demanda pas son reste quand il lui ordonna de dégager, mais elle jeta un regard confus autour d’elle en l’entendant parler d’une princesse. Elle chercha d’abord une petite fille blessée, mais ses yeux ne rencontrèrent que Nightwing, toujours au sol. Une nouvelle fois, Hope fut stoppée dans son élan pour aller l’aider par l’apparition de Wonder Woman, et la violence inouïe dont elle fit preuve pour mettre KO le Minotaure laissa Hope pantelante. Elle venait d’arrêter un monstre à tête de taureau d’un coup de tête. Un coup de tête. Qui avait fracassé le crâne de la bête, mais dont elle était ressortie parfaitement indemne. Un frisson d’horreur traversa Hope, qui se retrouvait complètement dépassée par ce qu’elle voyait. Ce n’était pourtant pas la première fois, mais elle n’arrivait jamais à s’y faire. Mais d’après les quelques échanges qu’elle entendit – où elle nota le seul prénom qui fut prononcé, mais où elle nota également avec incrédulité qu’on parlait de Hercule et d’Arès – ils se connaissaient tous, ils avaient l’habitude de ce genre de scène. Nightwing avait été remis sur pied par la poigne extraordinaire de l’amazone, et Hope se garda bien de prononcer à haute voix la moindre inquiétude qu’elle pouvait avoir à son sujet quand elle le vit chanceler sur ses jambes. Ce n’était pas raisonnable, il avait l’air mal en point et il était sûrement blessé, mais … Mais il s’était déjà élancé vers une autre apparition infernale et elle ne pouvait pas l’arrêter.

Avisant une femme prostrée sous un tas de gravats, Hope se dirigea vers elle et l’aida à se relever. « Ca va aller, venez avec moi … » En temps normal, jamais elle ne l’aurait déplacée ainsi, mais le hall était beaucoup trop exposé. Pour l’instant, personne ne faisait attention à elles, et Hope en profita pour conduire la femme dans une salle à l’écart, la soutenant de son mieux pour ne pas qu’elle ne s’écroule. Au lieu de la coucher sur le lit, elle l’installa dans le petit réduit au fond de la pièce : si quelqu’un entrait, il penserait peut-être qu’il n’y avait personne et passerait son chemin. C’était la seule sécurité qu’elle pouvait lui offrir. « Je vais revenir. » Promit-elle après s’être assurée que ses blessures n’étaient pas trop graves. Elle la quitta la mort dans l’âme, avec la sensation de fuir son devoir, mais les cris qui résonnaient toujours la paniquaient autant qu’ils lui imposaient d’aller voir si elle ne pouvait pas mettre d’autres personnes à l’abri. De retour dans le couloir, elle attrapa au sol une barre de fer – plus pour se donner courage que pour une quelconque défense – et elle se raidit quand la lumière s’éteignit brusquement. « Merde ! » Son juron ne fit pas revenir l’éclairage, et elle s’avança à tâtons, le temps que ses yeux s’habituent à l’obscurité et à la faible lumière émanant des issues de secours. « Monsieur ? Vous êtes blessé ? » Elle plissa les yeux : la silhouette devant elle semblait désorientée, mais elle n’avait pas de tête de taureau et cette constatation rassura Hope qui s’avança davantage. « Je peux vous aider à sortir si vous … » L’homme s’était jeté sur elle et l’avait envoyée contre le mur d’un coup de poing, faisant naître des étincelles douloureuses sous les paupières de la jeune femme. Ahurie, elle n’eut pas le temps de se demander ce qui lui prenait qu’un nouveau coup la heurtait au plexus, lui coupant le souffle. Elle sentit alors ses mains tâtonner dans le noir pour enserrer sa gorge, et elle se débattit de son mieux avant de se souvenir de son arme de fortune, qu’elle lui balança dans le visage à l’aveuglette. Il eut un gémissement de douleur et s’écroula au sol. Hope resta pétrifiée devant lui pendant une seconde avant de s’enfuir. Qu’avait-elle fait ? Elle poussa une nouvelle porte, tentant de chasser la pensée qu’elle venait peut-être de frapper un patient déboussolé, mais la nouvelle scène de bataille qui s’ouvrit devant elle ôta de sa tête ses questionnements existentiels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Mar 28 Fév - 18:48


WAR ZONE.



Tu te prépares à l'impact, les muscles crispés, les bras en avant pour te protéger, mais rien ne vient. Quand tu rouvres les yeux – que tu avais déjà fermés pour encaisser le choc – ce n'est pas le minotaure que tu vois, mais Diana. La bête, elle, n'a pas eu d'autres choix que de reculer, blessée par sa collision avec le bouclier de l'Amazone. Sonnée mais encore en état d'attaquer, elle charge pour une énième tentative de vous atteindre. Cette fois, tu n'éprouves pas la moindre peur, sachant pertinemment qu'il ne t'arrivera rien tant que Diana sera là pour gérer la situation. La confiance que tu mets en elle est à la hauteur de ses ressources exceptionnels. Si quelqu'un peut mettre un terme à ce carnage, c'est elle. Certitude qu'elle renforce quand son crâne vient percuter violemment celui du minotaure, si fort que tu entends sa boite crânienne se fendre en deux. Impressionné. Soulagé. Fier. Tu ne t'attendais pas à ce que sa fin soit aussi brutale. Et épique. Un de mort, il est temps de s'attaquer aux autres. Une impression de calme plane autour de vous, mais l'illusion est trompeuse. Les cris n'ont pas cessés. Il reste énormément de gens à évacuer et des dieux à repousser. La nuit va être longue, surtout pour toi. Tu croises son regard, et devine aisément les reproches qu'elle aimerait te faire. Enfin, pas vraiment des reproches, plutôt des inquiétudes justifiées. « J'avais la situation bien en main. » L'humour, c'est tout ce que tu trouves pour désamorcer cette situation conflictuelle. Elle a raison, tu ne devrais pas être là, pas après l'étendue de tes blessures récentes. Tu sens les points qui tiraillent ta chair et les hématomes qui bloquent parfois ta respiration. Mais ce n'est pas suffisant pour que tu ne prennes pas part au combat. Elle le sait, et n'insiste pas. D'un hochement de tête, tu la remercies de ne pas sous-estimer tes capacités et ton mental d'acier. Tu n'es peut être qu'un homme, un mortel, mais t'es capable de faire de grandes choses pour cette ville. Tu observes Dick se relever, non sans un pincement au cœur d'amertume. Ce n'est pas ainsi que vous deviez vous retrouver. Pas dans ces circonstances. Pas sans pouvoir vous exprimer librement. Hope n'a rien non plus. Tu n'en doutais pas, tu sais à quel point elle est capable de se défendre. Quant à Diana, le devoir l'attend ailleurs. Tu ne devrais pas, mais une vague d'inquiétude s'empare de tout ton être. T'aimerais pouvoir la retenir, ou au moins, l'accompagner dans ce combat, être à ses côtés pour t'assurer qu'il ne lui arrivera rien. Mais ta place n'est pas auprès d'elle, tu le sais. Il y a encore beaucoup à faire ici. « Promis. » Tu ne vas pas mourir, pas aujourd'hui en tout cas. L'Amazone défonce alors le mur pour se confronter à Arès, et tu l'observes un moment, hésitant sur la conduite à adopter, avant de retrouver tes esprits.

Ton regard se porte sur Dick qui se trouve face à toi, le visage marqué par l'interrogation et l’incompréhension. Tu comprends son étonnement. Ce n'est pas tous les jours que son frère assassiné revient d'entre les morts. « C'est moi. » Tu ne dis rien de plus. Parce ce que n'est pas le bon moment, mais aussi parce que la rancoeur prend le dessus sur ton soulagement et ta joie de le revoir. Tu as aimé Dick, tu as aimé Bruce, aujourd'hui, tu n'en es plus certain. Vos retrouvailles mal engagées sont perturbées par l'entrée fracassante d'Hercule. Sa taille est impressionnante, ses muscles terrifiants. Il pourrait vous briser les os en une fraction de seconde. « Je relève le challenge ! » Tu t'élances aux côtés de Nightwing pour contrer le surhomme, marquant son corps d'une avalanche de coups inefficaces. Quand tes poings s'écrasent contre ses membres, t'as l'impression d'avoir plus mal que lui ne souffre. Tes doigts s'abîment, ils s'acharnent à frapper contre lui, mais le résultat n'est pas convaincant. Toi tu t'épuises bêtement, et lui, et bien, tout ça doit lui faire l'effet d'une caresse. Tu vois Dick s'éloigner en courant, te laissant seul avec Hercule. « Putain. » Il aurait pu prévenir, histoire que tu songes à une tactique un peu plus efficace. Mais tu sais qu'il a forcément une idée derrière la tête. En espérant qu'elle marche. Plutôt que de frapper le colosse, tu te contentes d'éviter les coups avec agilité. Tu sais que tu n'as aucune chance contre lui dans un combat à mains nus, alors que tu passes en mode défense. Tu vois son poing s'approcher de ton visage, l'esquive, puis plus rien. Le noir total. Bien joué Dick. Il a peut être la force, mais certainement pas l'aisance dans l'obscurité. En attendant que ton partenaire revienne, tu recules en silence, masquant ta présence. Hope est de retour. Tu ne sais pas où elle s'est cachée pendant tout ce temps, mais t'es plutôt soulagé de la voir la tête encore sur les épaules. Et les bras attachés au reste de son corps. « Vous tombez à pic, docteur. Il me faut un défibrillateur. Au max. C'est une urgence et le patient est plutôt balèze. » Tu ne la vois pas, mais tu l'entends se hâter, probablement handicapée par la noirceur des couloirs. C'est facile pour toi, beaucoup moins pour elle. Pourtant tu crois en son courage, et rapidement, tu devines la forme du défibrillateur portatif à tes côtés. Le son de ta voix a donné des indications sur ta position à Hercule, et tu entends sa colère se rapprocher dangereusement. Avant qu'il ne te percute, et grâce à l'avantage de l'obscurité, tu colles les deux poignées contre son torse pour lui offrir une belle et très violente décharge électrique. Il crie, et tombe à genoux sous la puissance du choc. Dick de retour, tu félicites intérieurement son parfait timing. « C'est le moment de l'achev... » Bam. D'un revers terrible de main, Hercule t'envoies valser par le trou dans le mur préalablement ouvert par Diana. La force de son coup te propulse à l’extérieur, en plein milieu du chaos, et c'est péniblement que tu te relèves dans une grimace de douleur. Tu croises le regard de la belle Amazone, stoppé net dans son duel par ta faute. « Je vais bien, tout va bien ! » Faux, et faux. Mais tu refuses qu'elle ne baisse sa garde trop longtemps. Une simple brèche est parfois suffisante pour prendre l'avantage sur son adversaire. Tu ne feras pas à Arès ce cadeau. Tu cours vers l'hôpital, et hurle de toutes tes forces en espérant que Dick puisse t'entendre. « NIGHTWING ! IL FAUT LE FAIRE SORTIR ! » L'espace est beaucoup trop étroit pour que vous puissiez vous battre avec aisance et efficacité. Trop confiné, trop handicapant. Et puis ici au moins, y a quelques Amazones qui vont pouvoir vous donner un petit coup de main.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 2458
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : lolitaes (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Metropolis.
Profession : Princesse et ambassadrice de Themyscira, membre fondateur de la Ligue de Justice.
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus est d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna et le lasso de vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est incapable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Fiancée à l'amour de sa vie, elle porte son enfant.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Mer 1 Mar - 1:41

j'ai édité au lieu de poster un nouveau message #boulet faut retenir que Didi a coupé un bras à Hercule

_________________

ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
I used to want to save the world. To end war and bring peace to mankind. But then, I glimpsed the darkness that lives within their light. I learned that inside every one of them, there will always be both. The choice each must make for themselves - something no hero will ever defeat. And now I know… that only love can truly save the world. So I stay. I fight, and I give… for the world I know can be. This is my mission now. Forever.


Dernière édition par Diana Prince le Lun 13 Mar - 1:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 5 Mar - 21:34

war zone
gotham city

Une voix au loin. Elle résonne dans les couloirs de l'hôpital. Interpellé, Dick prend la direction contraire. Il reconnait Jason. Il l'a laissé seul face à la furie du demi-dieu. Sans réfléchir, il avait détalé pour trouver le générateur. Trop habitué à travailler seul. Pas encore remis du retour de Jason. Il n'avait pas vraiment réalisé qu'il était à ses côtés, à affronter Hercule. Est-ce que Bruce était au moins au courant ? Aucune idée. Mais Dick, il se plaisait à se dire que non. Que son mentor n'avait pas pu lui cacher une chose pareille. Ça fusait dans son crane. Trop d'informations en si peu de temps, surtout dans une telle situation. Il secoue la tête, comme pour illustrer l'idée de chasser tout ça de son esprit. Concentre-toi Richard. C'est pas le moment de réfléchir à tout ça. Alors il continue de courir Dick, d'arpenter les couloirs en vitesse. Il n'a plus l'usage de ses yeux, mais il se souvient du plan de l'hôpital, inscrit dans un coin de son crane. A tâtons, il évite les murs et le matériel qui jonche les allées. Les échos du combat parviennent jusqu'à ses oreilles, comme le message de Jason un peu plus tôt. Le faire sortir. Plus facile à crier qu'à faire. Encore quelques enjambées, et le voilà revenu aux urgences. Les lueurs de l'extérieur éclairent finement les lieux, mais il fait assez sombre pour garder l'avantage. Après quelques secondes de recherches, il perçoit la silhouette de Jason. Un peu plus loin, il remarque Hercule, visiblement désorienté par le manque de lumière. En revanche, impossible de trouver Hope dans cette mêlée. Une pointe d'inquiétude se fait sentir. L'idée de priver les lieux de lumière n'était pas forcément bonne pour la médecin. Pas le temps de la chercher, malheureusement. Avec Jason encore présent, rien de grave n'avait dû lui arriver. C'était ce qu'il tentait de se convaincre, dans le fond. Rapidement, il s'approche de celui qui lui avait succédé dans le rôle de Robin. « T'es sûr que c'est une bonne idée ? On risque pas de le perdre dans tout ce bordel à l'extérieur ? » Il hurlait, sans vraiment s'en rendre compte. Les nombreuses explosions de l'extérieur étaient comme un coup de marteau sur ses tympans.

Puis il distingue une silhouette qui passe près d'eux. Une qu'il reconnaitrait entre mille. Bruce. Pas le temps de l'intercepter, il passe sans s'arrêter. Il ne sait même pas s'il a remarqué la présence de Jason. Sur ses talons, Diana. Un flash à l'extérieur, qui vient brièvement illuminer le visage de l'amazone. Interrogation. Dick, il comprend bien vite. L'odeur de gaz se répand rapidement dans l'atmosphère. Elle vient bruler ses narines, fait tourner sa tête. Encore un flash. Ils surviennent à un intervalle presque régulier. Le brun lève la tête, observe le plafond des urgences. A plusieurs endroits, des trous béants laissant des entrailles de câbles pendre au-dessus du sol. Un peu plus loin, un tuyau percé, et un bruit sourd qui s'en échappe, à peine perceptible. La fuite. « Fais sortir tout le monde, vite ! » Il tourne la tête, vérifie que Jason l'a bien entendu. Puis de nouveau, son regard se pose sur le tuyau éventré. « J'ai une idée. » Puis il s'élance dans la direction d'Hercule. L'art de la provocation. Son cœur, il bat à une vitesse folle. Il est timbré, il le sait très bien. Il sent que ses doigts tremblent légèrement. Y'a son souffle qui s'accélère aussi. « Il fait pas trop froid pour les sandales ? » C'est bon. Il a toute l'attention de la divinité. Rapides coups d'œil derrière lui. Les lieux sont déserts. Grande inspiration. Il sent la sueur couler dans sa nuque. Un pas en arrière, puis un autre. Hercule avance rapidement, les bras en avant. Dick esquive, saute d'un pied sur l'autre pour ne pas se laisser attraper. Nouveau flash. Il lève les yeux. Juste au-dessus de lui, le tuyau. L'odeur de gaz lui agresse le nez. Il passe la main dans son dos, cherche dans un des compartiments de sa ceinture. Ses doigts tremblants sortent un briquet. Il montre l'objet à Hercule, un énorme sourire illuminant son visage, malgré son air peu assuré. « Boom. » Alors que ses doigts déclenchent la flamme, des traits familiers viennent s'incruster dans son esprit. De grands yeux bleus, des lèvres rouges, et ces cheveux noirs comme la nuit. Dernière image. Une vive chaleur entoure son corps. Puis c'est le choc. Violent. Il sent ses os de briser alors qu'il rencontre le sol. Il sent un énorme poids le coincer contre le bitume. Projeté à l'extérieur de l'hôpital. D'une main hésitante, il tente de se dégager, en vain. Il sent quelque chose de velu, comme une peau d'animal. Le deuxième minotaure, inerte au-dessus de lui. Sa vue commence à diminuer, mais il perçoit plusieurs morceaux de chairs autour de lui. Mais Dick, il n'a pas le temps de regarder plus en détails ; la douleur lancinante, elle prend le poids sur sa conscience. L'obscurité prend totale possession de son esprit. Le souffle coupé. Il a perdu connaissance.

précisions:
 


Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 12 Mar - 17:11

Il avait beau faire noir, Hope ne pouvait pas ignorer le champ de bataille qui s’ouvrait devant elle. Tant de personnes qui se battaient, des hommes, des femmes, et déjà tant de corps qu’elle apercevait fugacement, gisant au sol sans qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit pour les aider. C’était terrifiant, c’était impensable, c’était la guerre à nouveau, les êtres extraordinaires sortis de nulle part, extraterrestres ou mythologiques, quelle différence ? Ils n’auraient pas du exister mais ils étaient là, sous ses yeux écarquillés. Et comme la dernière fois, quand elle avait été plongée contre son gré dans les combats lors de l’invasion de Darkseid, elle ne devait pas rester plantée là sans rien faire, elle devait agir, aider, se battre aussi peut-être. Quand une voix retentit vers elle, lui demandant avec un sarcasme douteux de lui fournir un défibrillateur, elle s’exécuta sans mot dire. Si elle n’avait pas vu celui qui lui avait demandé ce service, elle avait reconnu la voix, et elle était plutôt soulagée que quelqu’un ait décidé de la mettre à contribution. Elle garda pour elle ses protestations à propos de l’usage douteux qu’il comptait faire d’un matériel médical pointu, et elle tâtonna dans le noir pour aller trouver le défibrillateur. Elle effectua les réglages d’un geste assuré, presque apaisée de retrouver quelque chose d’aussi bêtement familier, et elle tendit ensuite l’appareil au masque rouge. Le choc quand les deux plaques entrèrent en contact avec le colosse qui lui faisait face fut terrible, bien assez pour terrasser un homme normal. Hercule – si c’était bien lui – ne fit que tomber à genou, sonné, et Hope s’écarta précautionneusement. Quelques secondes plus tard, le colosse avait retrouvé toute son énergie et la jeune femme eut un cri étranglé en voyant valser l’homme au masque rouge, projeté à travers le trou du mur. A cette vision, la jeune femme eut la nette impression qu’ils ne s’en sortiraient jamais. Rien ne semblait pouvoir arrêter les deux hommes monstrueux qui se battaient avec une facilité déconcertante.

Mais les deux monstres et le Minotaure n’étaient pas les seuls à se battre. Il y avait des hommes aussi, comme celui qui avait essayé d’agresser Hope. Des gens parfaitement normaux, qui s’en prenaient aux patients et à tous ceux qui leur tombaient sous la main. Hope le comprit en entendant les cris de détresse et les bruits de lutte, loin des monstres qui se battaient contre Wonder Woman et ses semblables. Etaient-ils des opportunistes, ou des criminels qui profitaient du chaos ? Elle n’en savait rien, mais elle ne pouvait pas les laisser faire. C’était la seule certitude qu’elle avait, et sa colère enfla, submergeant enfin sa peur. Elle récupéra sa barre de fer et se dirigea en tâtonnant vers les cris. Elle n’y voyait rien, mais elle connaissait les lieux et sa vue commençait à s’ajuster à l’obscurité. Si cela lui donnait un avantage, il était infime, mais elle comptait bien s’en servir et elle abattit sa barre de fer dans le dos de l’homme avant qu’il n’ait pu la voir. Quand il se retourna en beuglant, elle lui envoya sa barre au visage et il s’effondra. Au même moment, elle entendit un ordre très net derrière elle : il fallait faire sortir tout le monde. Il ne lui était sans doute pas adressé, mais elle sentit l’urgence dans cet ordre, et elle s’empressa d’obéir. Prenant les patients par la main, tirant et soutenant ceux qui avaient du mal à avancer, elle pressa tout le monde de sortir au plus vite. Dans le noir, elle fit de son mieux pour les orienter, un sentiment impérieux et terrifiant lui tordant le ventre. Elle sentait confusément qu’il vaudrait mieux ne plus se trouver ici dans quelques instants, sans savoir ce qui allait se passer. Elle fit sortir tous ceux qu’elle trouva à sa portée, et quand elle revint sur ses pas, poussant la porte pour vérifier qu’il ne restait personne en arrière, elle comprit. A l’odeur de gaz, à la petite flamme qui était soudain apparu dans les mains de Nightwing, au milieu de la salle … « NON ! » L’explosion fut assourdissante, et Hope fut violemment projetée en arrière. Elle roula dans la pelouse, à moitié sonnée, et se redressa, les membres encore traversés de secousses irrépressibles. Un sifflement aigu dans les oreilles, elle n’entendait rien d’autre, et sa vision était trouble. Elle essuya d’une main distraite le liquide chaud qui coulait sur son front, en jetant un regard hébété sur le chaos autour d’elle. Les urgences, détruites. La mort, partout. Et un corps, à quelques mètres d’elle … Il bougeait, il bougeait … Il ne bougeait plus. Hope s’avança vers lui à quatre pattes, trébuchant encore sur ses bras rendus gourds par l’explosion. Une chose immonde recouvrait le corps, poilue, sanglante, mais en-dessous il y avait … Nightwing. Vivant, mort ? Il avait bougé, elle l’avait vu, peut-être était-ce encore possible de le sauver, cet homme qui avait causé la perte de son frère, bien des années plus tôt. Qu’elle le haïssait, bien plus encore que tous les autres. Et pourtant. Elle posa sa main sur son cou, essaya de trouver son pouls. Il était encore vivant. « Merde … Vous m’entendez ? » Bien sûr que non, il était inconscient – et serait bientôt pire que cela si elle ne parvenait pas à l’aider à respirer. Elle essaya de soulever la chose qui l’écrasait, mais elle ne parvint même pas à le faire frémir. « Bon sang ! » Elle regarda autour d’elle, paniquée. Elle n’y arrivait pas … Alors elle hurla, de toute la force de ses poumons. « JASON !! » Elle ne savait pas où il était, et elle espérait avoir bien entendu quand ce prénom avait été lâché un peu plus tôt. Jason, le prénom du type au masque rouge, du petit malin qui venait se faire recoudre en posant un flingue sur sa tempe pour qu’elle aille plus vite. Elle se fichait bien de savoir comment il s’appelait, elle voulait juste qu’il l’entende, et qu’il vienne l’aider. « J’ai besoin d’aide ! » Pauvre appel au secours perdu au milieu du chaos, dans l’espoir de ne pas être seule à vouloir sauver un homme qui n’en valait même pas la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 12 Mar - 23:11


WAR ZONE.



Ta poitrine se soulève et tu expires lourdement. La douleur est omniprésente. Tu ne pourrais dire si ce sont les restes de ton altercation avec Kara ou de nouvelles blessures. Mais quelle importance. Il faut faire avec et continuer le combat, sans relâche, sans pitié. Tu vois Diana se battre contre Hercule, son bras se déchirer dans un hurlement terrifiant. Puis Arès reprendre le dessus. Tout va tellement vite que toutes tes émotions se mélangent. La colère, d'abord, tellement forte qu'elle pourrait te faire perdre la tête. Puis la crainte. De ne pas réussir, de ne pas être à la hauteur, ou pire, de la perdre. Tu sais que contrairement à toi sa résistance à la douleur est très élevée, mais tu ne peux quand même pas t'empêcher de serrer les dents quand le dieu de la guerre lui brise le poignet. Tu te rapproches en courant, mais la chauve-souris te devance, stoppant net ta course effrénée. Tes bottes freinent péniblement sur le sol recouvert de sang et de poussière. Il est là depuis le début, tu le sais, mais tu n'avais pas encore constaté sa présence de tes propres yeux. Ton cœur bat vite, tellement vite que t'as peur de le voir lâcher. Diana, Bruce. C'est tes deux mondes qui rentrent en collision. Dick te rejoint avant que tu ne puisses t'adresser à l'un d'eux. Tu n'as pas d'autres choix que de la laisser partir, ravalant ton inquiétude et ta colère. Tes sentiments personnels prennent trop le dessus. Ton amour pour Diana, ta haine envers Bruce. Tout ça doit prendre fin. Rapidement. « Les Amazones sont dehors, leur aide pourrait être grandement utile. » Vous ne pourrez rien faire contre Hercule ici, dans ce trop petit espace, avec vos seuls poings de mortels pour en venir à bout. Puis, à ton tour, tu sens l'odeur du gaz. L'odeur d'un danger imminent. Tu jures intérieurement, en rage contre cette succession d'imprévus qui vous ralentit. Tu ne perds pas une seule seconde, et abandonne ton partenaire pour faire sortir tout le monde avant l'explosion. Tu cours à perdre haleine, rentre dans chaque pièce, et brise les fenêtres en y balançant tout ce que tu trouves. « Sortez d'ici, dépêchez-vous ! » Les quelques retardataires prennent la fuite, regagnant un extérieur tout aussi dangereux.

T'es maintenant déterminé à retrouver Dick pour lui venir en aide, peu importe son idée, tu te dois d'être là pour lui. Mais quand la flamme se dessine dans l'obscurité, tu comprends que tu ne pourras rien faire. Tu constates ton impuissance avec beaucoup de frustration et énormément de douleur. Idiot. Il ne va pas oser. Qu'il ose seulement. T'es paralysé par cette décision hâtive qu'il semble avoir prise. Son nom reste coincé dans ta gorge. T'aimerais hurler, mais rien ne sort. C'est trop tôt. Pour lui. Pour vous. « Papaaaaaaa ! » Le cri déchirant te tire de ton état statique. Ton regard alterne entre Dick que tu pourrais peut être essayer de sauver, et cette petite fille perdue, oubliée dans le chaos. Chaque seconde compte. Il a fait son choix, tu fais le tien. Tu cours et attrape l'enfant dans ton élan. T'as à peine le temps de la cacher sous ton manteau que le souffle de l'explosion vous propulse à l’extérieur. Le béton te percute, et tu pousses un cri de douleur quand ton corps retombe définitivement sur le sol. L'enfant va bien, elle se hâte de retrouver son père. Toi tu te relèves, péniblement. Il ne reste plus rien des urgences. Plus rien de Dick ? Tu te faufiles à travers la foule,  écrasant ton poing contre le premier humain-pantin qui tente de t'attaquer. Tu tapes fort, trop fort, puisque son corps k.o s'écroule à tes pieds. Tu cherches ton frère, Diana, Bruce. C'est un cauchemar éveillé. Puis tu entends ton prénom hurler à travers ce vacarme assourdissant. Tu cours à nouveau, en direction de cette voix familière. Hope. Tes yeux s'écarquillent. Dick. Coincé sous ce qu'il reste du minotaure. Sans perdre une seconde, tu saisis le cadavre, enfonce tes doigts dans sa chair, et soulève de toutes tes forces. Ton épaule déboitée puis remise te fait horriblement mal. T'as l'impression que ton bras va tomber, comme celui d'Hercule. Mais tu tiens bon et libère le corps de Dick. Tu ignores s'il est vivant et l'émotion te prend, un coup dans l'estomac, violent, déroutant. Tu te détournes de la scène, et fais quelques pas en avant pour ne pas voir. Trop de regrets. Trop de choses à dire. Grayson, maudit Grayson. Ce courage aura peut être causé sa perte. « Il est en vie ? » Tu ne la regardes pas Hope. Tu lui tournes le dos. A elle, à lui. Et comme une libération, tu l'entends tousser. Il n'a rien. Tu te retournes pendant que lui se relève. Tu l'observes un moment, puis sans qu'elle ou lui ne s'y attende, tu le frappes en plein visage. Un coup bien placé mais pas assez pour blesser un homme de son gabarit. « Retente un coup comme ça et je te tue moi-même. » C'est ta façon d'extérioriser ton inquiétude. Parce que tu ne sais pas faire autrement. Pas avec ces fantômes du passé qui ne sont pas encore redevenus ton présent. Tu remercies Hope d'un hochement de tête, puis t'adresses exclusivement à elle. « On est dépassé par la situation. Je vais avoir besoin que tu trouves de l'adrénaline. Toutes les ampoules que tu pourras récupérer. Et de quoi l'injecter. » Ta main glisse dans ton blouson et en ressort une arme que tu tends à l'urgentiste. « Prends ça. Si quelqu'un te menace, si quelqu'un s'approche de toi, tire. Et cours. » Tu sais qu'elle en est capable. Sa place est parmi les héros de cette journée.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 2458
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : lolitaes (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Metropolis.
Profession : Princesse et ambassadrice de Themyscira, membre fondateur de la Ligue de Justice.
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus est d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna et le lasso de vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est incapable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Fiancée à l'amour de sa vie, elle porte son enfant.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Lun 13 Mar - 1:30

war zone
GOTHAM CITY

Bruce et elle ont à peine le temps de s'introduire dans le bâtiment. Tout va trop vite, même pour l'Amazone. L'odeur de gaz. Le briquet entre les doigts de Dick. La petite fille qui hurle. Jason. Le médecin. « NIGHTWING, NON ! » La voix grave de Batman résonne dans le couloir, et puis c'est l'explosion. Il a ce réflexe fou de se jeter sur Diana pour la protéger, quand bien même il est plus à même d'être heurté par les débris. Les deux héros heurtent lourdement au sol, son épée et son bouclier lui échappent, sa tête cogne contre le béton. Pendant quelques secondes, ni Bruce, ni elle ne bougent, les cendres volettent autour d'eux. Diana ne voit presque rien, protégée et aveuglée par la cape du justicier de Gotham. « Est-ce que ça va ? » « Tu sais bien que oui. » Ils se relèvent, et elle adresse un sourire sincère son ami. « Merci. » Elle l'observe aussi. Il ne semble pas plus blessé qu'elle, mais quand bien même aurait-il été à l'article de la mort, il ne l'aurait pas dit. Ils n'ont pas le temps de s'attarder sur leur bien-être, cependant. Diana ne voit pas Hercule, probablement enfoui sous les décombres. Elle se doute qu'il est encore loin d'avoir rendu son dernier souffle, mais est très certainement sonné, n'étant rien de plus qu'un demi-dieu. Quant à Arès... L'Amazone ne se fait aucune illusion, il est probablement furieux, la ruse de Dick n'aura fait que l'agacer. Sa respiration est difficile et sifflante, ses côtes brisées la font souffrir et risquent de l'handicaper encore de longues minutes. « Ce n'est pas une attaque isolée. Toute la Ligue est occupée, Diana. C'est plus important que ça en a l'air, quelqu'un tire les ficelles... Il n'y a rien ici pour Arès, tout ceci... N'est- qu'une distraction. Il faut qu'on sache qui est derrière tout ça, et vite. » Elle hoche la tête, effleure son lasso du bout des doigts. « Je m'en charge. » Elle le sait, elle est la seule à pouvoir tirer cette histoire au clair. Mais Arès demeure introuvable, invisible. C'est mauvais signe, Diana le connaît trop bien pour croire à une quelconque fuite. Il ne se cache pas, il prépare son prochain coup. Fébrile, elle cherche du regard les autres, et son cœur loupe un battement quand elle aperçoit Jason auprès de Dick, visiblement inconscient. « Oh, par Héra... » Elle ramasse épée et bouclier, et un échange de regards, et Bruce et elle se précipitent auprès des deux anciens Robins ; juste à temps pour voir Jason écraser son poing dans la mâchoire de Dick. Diana lève les yeux au ciel, à peine surprise, pas le moins du monde choquée. Au moins, Nightwing est encore en vie, et sa stratégie complètement folle aura eu le mérite de les débarrasser du second minotaure, dont il ne reste que quelques mots morceaux éparpillés. « C'était soit extrêmement courageux... Soit particulièrement stupide. » « Je penche davantage pour la seconde hypothèse. » Le répit sera court, Diana n'en doute pas. Autour d'eux, les Amazones se rapprochent, tout comme Hawgirl et Hawkman. « Ils ne sont pas morts, loin de là... Allez vous-en. Partez, vite. Emmenez autant de civils que vous le pouvez avec vous, mes sœurs et moi allons les occuper. Quand le carnage sera terminé, il ne restera plus rien ici pour eux. Partez. » C'est un sacrifice qu'elle est prête à faire, pour chacun d'entre eux. Nul ne connaît mieux Arès qu'elle, elle le sait capable de tous les piétiner sans remords ni regrets. « Avec tout le respect que je te dois, Diana, il n'en est pas question. Tant qu'ils seront dans ma ville, je ne partirai pas. » « Mets donc ton ego de côté une minute, ce n'est pas le moment de – » Elle est interrompue par un craquement sourd. Elle relève les yeux, et comprend que la structure du bâtiment a été compromise par l'explosion des urgences. Son expression change, la panique se lit sur ses traits. « Courrez ! » Encore une fois, tout se passe à une allure folle. Elle voit Bruce se saisir de la femme médecin encore présente, tandis qu'une Amazone – Thekla – attrape Dick précipitamment pour le mettre à l'abri. L'énorme bloc de béton qui tombe, elle-même n'aura pas le temps de l'éviter à temps, et Jason encore moins. Alors instinctivement, elle se jette sur lui, protège son corps du sien et lève son bouclier au dessus de leurs têtes. Elle a l'impression que c'est le Mont Olympe qui lui tombe dessus, lâche un hurlement de douleur, mais elle tient bon, jusqu'à ce que la poussière soit retombée autour d'eux. Alors seulement, elle prend appui sur ses paumes, malgré le mal lancinant de son poignet, et se relève, écartant le béton avec plus de difficulté qu'elle n'aurait dû. Il y a une épaisse tige métallique qui a traversé son épaule, son sang dégouline et paraît noir sous la lumière des lampadaires et de la lune. Elle serre les dents et la retire lentement de ses chairs. « Ce n'est rien. Je guéris vite. » Mais pas assez vite, songe-t-elle amèrement. « Va-t-en... Je t'en prie, je t'en supplie, va-t-en... » Diana se relève, elle a perdu son épée dans la précipitation, et ne la trouve pas au premier regard. Elle ne peut se permettre de la chercher. Enfin, elle aperçoit Arès, sa silhouette menaçante qui s'avance vers elle, l'air plus furieux que jamais. Il ne porte plus son casque, son expression de pure rage est visible de tous. Les Amazones forment une ligne de défense qu'il perce trop aisément, galvanisé par les combats qui font rage autour d'eux. Diana serre les poings, et lâche son bouclier qui, elle le sait, ne lui sera plus d'aucune utilité. « Tout ceci est pathétique, Diana. Ne vois-tu pas ? Toute résistance est futile. J'ai déjà gagné ce combat. Admets ta défaite, et peut-être te laisserai-je la vie sauve. » Le goût salé du sang en bouche, elle crache à ses pieds. « Jamais. » « Tu mourrais pour eux ? Pourquoi donc ? Ils n'en valent pas la peine. » « Un millier de fois s'il le fallait. Parce que, ils mourraient pour moi, eux aussi. » Elle ne se retourne pas. Elle ne peut pas croiser le regard de Jason, pas maintenant. « Commençons par une seule fois. » Arès s'élance, et elle fait de même. Elle bondit, mais il est plus rapide qu'elle et la rattrape en plein vol, ses doigts gantés se referment autour de sa gorge et bien vite, l'air lui manque. « D'abord, je te tue. Ensuite, je m'occupe de lui, et de tous les autres. » Et avec une violence inouïe, inimaginable, indescriptible, il la frappe. Comme si elle n'avait été qu'une poupée de chiffon, Arès l'envoie s'écraser quelques mètres plus loin. Marionnette désarticulée, os brisés et chair écorchée, Diana glisse sur plusieurs mètres avant d'être arrêtée par les restes d'un véhicule. Elle bat des paupières, repense aux paroles de Bruce, saisit son lasso. Elle doit savoir qui est derrière tout. Elle doit apprendre la vérité. Elle tousse, crache du sang, mais elle se relève. Wonder Woman n'est pas encore morte. Elle ne le laissera pas gagner, qu'importe si elle doit y laisser la vie. Le sacrifice en vaut la peine.

Made by Neon Demon

_________________

ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
I used to want to save the world. To end war and bring peace to mankind. But then, I glimpsed the darkness that lives within their light. I learned that inside every one of them, there will always be both. The choice each must make for themselves - something no hero will ever defeat. And now I know… that only love can truly save the world. So I stay. I fight, and I give… for the world I know can be. This is my mission now. Forever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Mar 14 Mar - 21:47

war zone
gotham city


Bruit assourdissant. L’explosion qui résonne encore dans ses oreilles. Sa respiration qui tape dans son crane, semblable au tic tac de l’horloge, tout aussi cyclique. Et son nom qu’il entend, à plusieurs reprises. Son alias qui résonne dans les rues délabrées de Gotham. Les sons lui viennent après un long décalage, comme s’ils provenaient d’un autre monde. Et la douleur, toujours aussi vive. Il tente de bouger son bras, mais le mal est trop important. Il s’étend jusqu’à ses côtes, elles aussi brisées par le poids de la créature. Contact. Des doigts qui se posent sur son coup. Il a envie de bouger, d’hurler qu’il est encore en vie. Mais il est loin. La personne est loin. Gotham entière est beaucoup trop loin. Dick, il est perdu quelque part dans son esprit. Il n’a plus aucune notion des choses. Son souffle est difficile, presque impossible. Il a l’impression de crever. C’est sûrement le cas. Encore une fois, plusieurs images passent dans son crane, se succèdent. Toujours les mêmes personnes. Et un couple qu’il reconnait. Le sourire sur le visage de son père, les yeux attendrissants de sa mère. Les mains tendues, comme s’ils attendaient qu’il les rejoigne. Il se laisse glisser Dick, lentement, mais sûrement. Cela ne lui demande pas le moindre effort. Une voix féminine au loin, qui essaye de le ramener. Mais le brun, il continue de s’enfoncer, sans un regard en arrière. Puis ses oreilles qui perçoivent une vibration rapide sur le sol. Des pas qui se rapprochent en vitesse. Et la libération. Le poids qui se retire, l’air qui rentre à pleine vitesse dans ses poumons. Grande inspiration qui vient le détruire alors que ses poumons s’écrasent contre les côtes brisées. Une perforation ne serait pas une surprise. Sa respiration rapide, ses yeux écarquillés. Il observe, cherche à comprendre ce qui se passe. Une toux vient s'installer dans sa gorge. Son bras intact prend appui sur le sol alors qu'il tente de se relever. En vain, il s'écrase en laissant un cri de douleur s'échapper. Sa jambe droite ne supporte plus le poids de son corps. Le poing serré, il ressaye, s'accrochant lamentablement à la femme, à Hope. Il tient à peine debout, sur son pied gauche, quand il sent une nouvelle douleur. Un coup rapide vient s'écraser sur sa face. Jason. Un léger rire passe ses lèvres en guise de réponse. Le voir se soucier ainsi de lui, malgré tout ce qui a pu se passer, c'est comme un baume à ses blessures. Sa main passe sur son flanc alors que la douleur succède à la rigolade. Au loin, il croise le regard de Bruce. L'inquiétude est inscrite dans ses yeux, en parfaite opposition avec le soulagement qui se lit sur son visage. Il n'a pas le temps de réagir qu'il se sent embarqué ailleurs. Il tourne la tête, découvre une chevelure rousse. Il voit flou Dick. Faut pas le secouer comme ça, pas alors qu'il vient de passer à deux doigts de la mort. « Babs ? » La silhouette se tourne, dévoilant un visage inconnu au bataillon. Bien sûr que ce n'est pas elle. Le reste de la batfamily lui a bien fait comprendre qu'ils n'avaient pratiquement aucune nouvelle de la première Batgirl. La rousse le dépose contre un mur, à plusieurs mètres du champ de bataille. D'ici, il a une vue parfaite sur la désolation qui s'étend sur Gotham. Sa ville, à feu et à sang. Ses amis, en première ligne. Et lui, bon à rien. Dick, il est complètement hors d'état. Ce n'est pas grâce à lui qu'ils vont réussir à se débarrasser d'Arès et d'Hercule. Son plan, aussi ingénieux qu'il était, n'était pas adapté à une divinité. Il a sérieusement envie de s'éclater la tête contre le mur, de se punir de sa stupidité. Il n'a pas les idées claires. L'Amazone revient, quelque chose à la main. Il n'avait même pas remarqué son absence. Elle tient une bouteille d'eau. D'un geste de la main, il refuse. Il ne sait même pas si l'eau va rester dans son corps ou sortir par un trou dans sa peau. Ça ne l'étonnerait même pas. De sa position éloignée, il regarde ses partenaires. Bruce, Tim, Jason, Diana. Même Hope pourrait se vanter d'être une justicière du calibre de la Ligue ce soir. Puis soudain, il se rend compte qu'il manque quelqu'un. Gotham n'est pas exclusivement réservée à l'entourage de Batman et à la Ligue. Zee. Vivement, il tourne la tête vers l'Amazone qui tente vainement de jeter un coup d'œil à ses blessures. « Zatanna, vous l'avez vue ? » Le regard interrogateur de la guerrière. Qu'il est con, mais qu'il est con. « Une brune, une magicienne. Ça vous dit quelque chose ? » L'amazone tourne la tête vers le capharnaüm, puis de nouveau vers Dick. Sa tête bouge de gauche à droite. « Non, désolée. Je ne crois pas qu'elle soit là. » Un soupir de soulagement passe ses lèvres. La guerrière n'a pas le temps de l'interroger plus que Bruce débarque. « MAIS T'ES COMPLETEMENT INCONSCIENT ? » Le cri vient lui agresser les oreilles. Il grimace, portant sa main droite, la valide, à son oreille. « Qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? » Il croise le regard de son mentor. L'amazone elle, elle s'est effacée. Il n'a même pas eu le temps de la remercier. Ils sont seuls. « Je sais, je sais. Je pensais que les lois de la physique s'appliquaient aux divinités, faut croire que non. » Il voit bien que l'énervement de Bruce n'est que le stress qui baisse. Il s'en veut de lui avoir fait une frayeur pareille. « Perds pas ton temps ici, ils ont besoin de toi là-bas. On verra ça plus tard. » Il voit bien que Bruce refuse d'en rester là, mais il se rend rapidement à l'évidence. Dick à raison. Ce n'est pas rester ici à lui hurler dessus qui va faire avancer les choses. Alors le Chevalier Noir pose une main rassurante sur son épaule droite, avant de quitter les lieux.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Jeu 16 Mar - 18:13

Avec l’aide de Jason, Nightwing s’était relevé – tant bien que mal. Vivant, en un seul morceau, mais dans un état si pitoyable que Hope aurait préféré qu’il reste couché et qu’il ne bouge plus. Il avait l’état d’esprit des justiciers masqués, songea-t-elle avec agacement : tant qu’il ne serait pas complètement mort, il se relèverait encore, quitte à aggraver sérieusement ses blessures. Quand l’homme au masque rouge lui envoya soudain son poing dans la figure, la jeune urgentiste étouffa un cri, plus par surprise que pour protester à ce traitement. Elle détourna le regard, prête à fuir ces deux hommes avec qui elle ne voulait plus rien avoir à faire et dont les histoires ne l’intéressaient pas. Mais Jason s’adressa directement à elle, dans un ton bien différent de celui qu’il usait habituellement pour lui donner des ordres à l’hôpital, et elle reporta son attention sur lui. Ses sourcils se froncèrent mais elle ne broncha pas, et elle attrapa l’arme qu’il lui tendait sans une seconde d’hésitation. « C’est une très mauvaise … » Sa faible protestation, pas même prononcée sur un ton convaincu, fut étouffée par un craquement sourd et un cri d’alerte. Hope leva la tête, écarquilla les yeux en songeant que toute l’adrénaline du monde ne les sauverait pas de ce bâtiment qui s’effondrait sur eux, et avant de pouvoir réagir, elle fut projetée à plusieurs mètres par une masse noire gigantesque qui l’écrasa de tout son poids. Elle mit plusieurs secondes à réaliser, à reconnaître celui qui lui avait sauvé la vie. L’homme Chauve-souris. Jamais elle ne l’avait vu d’aussi près – et en ayant grandi en entendant de ses aînés les histoires à faire peur concernant le Batman de Gotham, la vision avait de quoi donner des sueurs froides. Elle se débattit en criant, prise d’une panique presque plus forte encore que face au Minotaure, et elle se dégagea de la poigne de cet homme qui venait pourtant de lui sauver la vie. Le cœur battant, sans savoir si cette terreur qui lui mettait le cœur au bord des lèvres était due au fait qu’elle avait failli se faire écraser par un étage complet de son hôpital, ou simplement par la proximité cauchemardesque de Batman, Hope s’enfuit. Ses jambes la portèrent loin de lui, loin des autres dont elle ne savait même pas s’ils avaient survécu. Ils allaient tous crever de toute façon, non ? Ce n’était qu’une question de temps. Ils ne faisaient pas le poids. Ils ne faisaient pas le poids ! Pas le poids … Cette unique pensée tournoyait dans sa tête tandis qu’elle tâtonnait pour trouver la porte, le couloir, l’armoire. Au milieu des gravats, dans les grincements sinistres des murs qui menaçaient de s’écrouler, elle tâtonna, elle fouilla, seule au monde pour accomplir ce pillage déjà trop familier. Elle avait volé et elle s’était retrouvée forcée de se planquer à Gotham pour ne pas être dénoncée. Elle avait volé et elle volait encore, cette fois dans le vain espoir de sauver quelques âmes damnées, mais quelle différence ? L’ironie voulait que ses larcins d’étudiante fauchée l’aient conduite ici, ce soir, et elle n’y survivrait pas, pas cette fois … Elle en avait la certitude, et sa conscience la laissa enfin tranquille, alors elle attrapa les fioles, les seringues, les ampoules, et elle fourra le tout dans une sacoche sans aucun remord. « T’es perdue ? » Elle sursauta et se retourna. L’homme en face d’elle avait le visage blême, les yeux injectés de sang, et Hope eut un mauvais pressentiment. « Ne restez pas là, le bâtiment va s’effondrer. » Conseilla-t-elle prudemment. Elle ferma sa sacoche d’un geste lent et commença à s’avancer sans quitter l’homme des yeux. Il fit un pas vers elle, lui bloquant le passage. « Tu sors pas. Tu restes avec moi, on va s’amuser. » Hope inspira et secoua doucement la tête. « Vraiment, vous devriez sortir. Je vais vous montrer la sortie. » Un bruit derrière elle la fit tourner la tête : un autre homme, tout aussi blême, était apparu dans son dos. Puis un autre, derrière lui. Hope leur demanda une fois de la laisser passer, puis une seconde. Il n’y eut pas de troisième fois : sa main avait retrouvé la crosse de l’arme de Jason, et elle avait tiré. Dans le noir, elle ne put pas viser aussi bien qu’elle l’aurait voulu, et elle espéra pour le mieux en visant leurs jambes. Les hurlements qu’elle obtint en réponse lui parurent assez satisfaisants pour qu’elle fuie à nouveau sans rencontrer la moindre résistance. Elle repoussa au loin ses remords, refusant d’y penser pour l’instant. Si elle survivait, elle aurait le temps de se torturer avec ça … Elle courut jusqu’à la sortie et dut encore repousser deux hommes blêmes, l’un en le frappant avec la crosse de son arme, l’autre en faisant feu – et en le manquant. Elle ne s’attarda pas et continua de courir, déboula à l’extérieur, où elle retourna sans envie aucune vers le centre du chaos, où la bataille faisait encore rage. Les nerfs à vif, elle tenait son arme braquée devant elle, et elle faillit faire feu sur l’homme au masque rouge quand il réapparut soudain devant elle. « Putain ! Faites pas ça ! » Jura-t-elle, furieuse. Elle lui rendit son arme d’un geste brusque et attrapa sa sacoche, puis lui fit signe de s’approcher. « Restez tranquille, Red-Head. » Elle attrapa une première seringue, une première fiole, et inspira profondément. « Je vais faire plusieurs injections. Si jamais vous ressentez une douleur à la poitrine, vous m’arrêtez immédiatement, c’est bien clair ? Que vous vous fassiez tuer par Arès, Hadès ou Zeus en personne, c’est votre problème, mais ce n’est pas moi qui vous tuerais, pigé ? » Elle n’avait pas envie de discuter avec lui, mais les quelques bribes de conscience professionnelle qui lui restaient encore protestaient énergiquement contre ce qu’elle allait faire. Elle prépara l’aiguille et ses doses, qu’elle dut évaluer au jugé d’après des souvenirs épars de littératures scientifiques. Et elle planta sa seringue, directement dans sa jugulaire. Après avoir injecté 3mg d’adrénaline, elle se recula, les mains tremblantes. « Je ne peux pas faire plus. Allez-y, et ne vous faites pas tuer. » S’il survivait, peut-être aurait-il besoin d’une nouvelle dose, ainsi avait-elle gardé une marge de sûreté – au cas où. Elle le regarda s’éloigner puis se détourna, et ses yeux tombèrent sur une nouvelle silhouette, à l’écart. Hope soupira et se dirigea vers lui. « Vous devriez vous asseoir. J’ai récupéré de la morphine, ça vous soulagera un moment, le temps que … que les choses se calment et que vous puissiez être soigné. » Proposa-t-elle à contrecœur à Nightwing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Jeu 16 Mar - 20:40


WAR ZONE.



Dick. Bruce. Diana. Ils sont tous là, autour de toi, mais tu n'as pas le temps de ressentir le malaise de la situation. Il n'y a pas de répit dans cette guerre venue d'une autre monde. Le bruit qui se fait entendre est assourdissant, terrifiant. Le bâtiment s'écroule, et avec lui, va emporter plusieurs âmes en fuite. Tu ne vas pas avoir le temps de courir toi non plus, trop affaibli par l'effort pour dégager Dick du minotaure. Tes côtes te font souffrir, elles ont à nouveau cédé. Mais tu ne dis rien, tu fais abstraction de la douleur, repoussant chaque fois plus les limites de ton corps. Un jour, tu vas payer au prix cher ton inconscience. Mais pas aujourd'hui. Avant que tu ne puisses réagir, tu vois Diana se jeter sur toi pour te protéger. Non, pas ça. Tu refuses qu'elle subisse des dégâts pour te venir en aide. Tu grimaces sous l'impact de ton dos contre le sol et peine à respirer sous les décombres. Le bouclier au-dessus de vos têtes empêchent les débris de vous anéantir, d'écraser ton crâne en bouilli, mais c'est une traitre impression de sécurité. Tu constates avec horreur la tige qui transperce son épaule. « T'es … T'es blessée ... » Ta voix tremble, plus par peur pour elle que pour ton propre sort. Cette image t'est insupportable. Tu te fiche qu'elle guérisse vite, parce que la douleur, tu peux la lire sur son visage. Tu vois qu'elle souffre, que ce combat lui demande beaucoup. La guerrière se confronte à un adversaire trop fort. Comment peut-elle oser te demander de partir. Tu n'es pas ce genre d'homme. Tu ne fuis pas un combat, jamais. Et tu n'abandonnes pas les gens que tu aimes derrière toi. Encore moins elle. Tu refuses, hoche de la tête, et te relèves à ton tour. Les Amazones sont terrassées. Tu ne sais même plus où sont tes équipiers dans ce tableau de fin du monde. Tu ignores jusqu'à quoi faire pour aider. Tu te sens terriblement inutile, impuissant, faible. Sentiment terrible qui te met en rage contre toi-même. Arès s'attaque à elle. Leur échange est comme un coup de poing dans l'âme. Tu baisses le regard vers les débris qui jonchent le bitume, tu encaisses la dure réalité qu'elle vient de t'envoyer en plein visage. Elle est prête à se sacrifier. Prête à mourir. Pour toi, pour eux, pour vous. Mais qu'adviendrait-il de toi ?

Arès la tient à la gorge, tu te rapproches, bêtement. Tu ne sais pas ce que tu vas bien pouvoir faire, mais tu veux quand même essayer. Le frapper, le distraire, peu importe, tu ne peux pas te contenter de la regarder se faire terrasser par le dieu de la guerre. Soudain, tout va à nouveau trop vite. Quelqu'un t'agrippe par la veste, coupe ton élan, t'empêche de jouer les suicidaires. Arès la frappe. Arès l'envoie valser au loin. Arès t'arrache le cœur. « DIAAANA ! » Tu hurles de toutes tes forces, les dernières qu'il te reste après avoir vu celle que tu aimes se prendre un coup qui tuerait n'importe lequel d'entre vous. Les larmes te montent aux yeux, tu ne te souviens pas avoir été autant inquiet pour quelqu'un. Dans cette vie ou dans l'autre. Tu te dégage de l'emprise qu'une Amazone exerçait sur toi et t'approches du dieu. Tu inspires la colère, expire la haine. « C'est ma petite-amie sur qui tu viens de lever la main. » Euphémisme. «  Je vais te faire tellement mal que tu vas me supplier de te laisser rejoindre les Enfers par tes propres moyens. » Il rit, il se moque, mais quelque part en lui, tu ressens de la surprise. « Pauvre fou. » « Je sais, on me le dit souvent. » « Ton arrogance te mènera à ta perte. » « Une fois de plus ou une fois de moins. » Tu hausses les épaules, lui adresse un dernier regard de rage, et court pour retrouver Diana. « Je vais prendre plaisir à te tuer, mortel. » Tu sautes par-dessus les obstacle, évite les gens qui s'échappent dans la direction opposée. Et en quelques secondes, tu la retrouves. Tes mains se plaquent sur son visage avant même que tu ne freines totalement. Tu observes ses blessures, t'assures de tes propres yeux qu'elle va bien. Tes entrailles se déchirent. « Ne fais pas ça, je t'en supplie. Tu ne leur dois rien. Tu n'as pas à sacrifier quoi que ce soit pour ces gens. Moi j'ai besoin de toi. S'il te plait, cesse ce combat, reste avec moi. Reste avec moi je t'en supplie Diana. » C'est ton palpitant qui parle. T'es terrorisé. Complètement apeuré. Tu caresses sa joue, plonge ton regard brouillé dans le sien. Tu ne peux pas la perdre. C'est impossible. Pas maintenant. Derrière, tu distingues Hope qui semble avoir trouvé tout ce que tu lui as demandé. Parfait. Peut être que tu vas avoir une petite chance de lutter. Tu reportes ton attention sur l'Amazone. « Je reviens. J'en ai pour deux minutes. Attends-moi s'il te plait. » Mais elle ne le fera pas, pas vrai ?

Tu fais face à Hope que tu effraies au passage. Pas le temps de faire dans la dentelle. Elle a trouvé ce que tu lui as demandé, parfait. Même si tu n'en doutais pas. Elle te rend ton arme et tu la ranges aussitôt dans la poche intérieure de ton blouson beige. « Jason. » Pas Red Hood, pas Red-Head, juste Jason. Après tout, vous êtes bien plus qu'un médecin et son patient maintenant. Ce que vous partagez ce soir va au-delà de tout ça. Vous êtes un duo. Des partenaires. Peut être même que vous allez mourir ensemble. Alors tu préfères qu'elle t'appelle par le prénom qui t'a été donné. Elle te met en garde contre les risques de s'injecter de l'adrénaline pure, tu l'entends mais tu ne l'écoutes pas. Qu'importe les prescriptions ou les poitrines douloureuses. Si tu ne prends pas de risque, tout le monde ici va mourir. Tu hoches la tête pour la rassurer, mais tu sais déjà que tu n'en tiendras pas compte. S'il t'en faut plus, tu t'en injecteras plus. Tu dégages ton cou et ne bronche pas quand elle t'injecte le produit. C'est bête, mais quelque part tout ça sonne comme un au-revoir. Tu retires ton masque rouge et le laisse tomber à tes pieds, pour la regarder de tes propres yeux au moins une fois. C'est ta façon de lui montrer ta reconnaissance. De lui prouver que tu as pleinement confiance à elle. « Merci docteur. Et personnellement, je ne m'inquiète pas trop pour vous. » Tu lui souris, sincèrement, et tu t'en vas.

Tu t'en doutais, mais la voir en marche vers Arès c'est comme un poids de mille kilos qui compressent ta poitrine. T'arrives plus à respirer, pris par la panique. Mais t'es fier aussi. Fier de sa persévérance, de sa force. Tu n'as pas le droit de l'arrêter. Pas le droit de l'empêcher de mener cette guerre. L'amour qu'elle vous porte est sans limite, celui que tu as pour elle, au-delà. Tu pousses un long soupire, et saisis l'épée d'Athéna qui gît non loin de toi. Rien qu'en la touchant, tu ressens sa puissance. « Diana ! » Elle s'arrête, tu la rejoins. Tu marches vers elle dépité, anéanti. Tu souffres de devoir la laisser partir. Elle sait que tu sais. Qu'elle a fait son choix. Qu'elle ne renonce pas à toi, à vous, mais que ses responsabilités englobent quelque chose de plus large encore. Et qu'ainsi, elle te sauvera, toi aussi. Les larmes sont au bord de tes paupières, mais elles ne coulent pas. Hors de question de te montrer aussi faible alors qu'elle est aussi forte. Elle ne doit pas te voir ainsi blessé, ça pourrait la distraire pendant le combat. Tu lui tends l'épée qui est sienne, acceptant ainsi sa décision. La soutenant du mieux que tu peux. « Je t'aime. » Plus que les mots ne peuvent le dire. « Renvoie cet enculé d'où il vient. » Tu souris, mais t'as terriblement mal. T'as envie qu'elle y aille vite, qu'elle parte sans te regarder. Dans quelques minutes l'adrénaline va commencer à faire effet et tu pourras venir l'aider. En attendant, tout ça est insoutenable.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 2458
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : lolitaes (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Metropolis.
Profession : Princesse et ambassadrice de Themyscira, membre fondateur de la Ligue de Justice.
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus est d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna et le lasso de vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est incapable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Fiancée à l'amour de sa vie, elle porte son enfant.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Ven 17 Mar - 1:42

war zone
GOTHAM CITY

Wonder Woman ne baisse pas les bras. Diana Prince ne lâche pas prise. Alors, malgré la douleur qui fait trembler ses membres, elle se relève, lasso fermement serré dans une main. Face à Arès, elle est la seule qui puisse faire quoi que ce soit. Peut-être qu'elle ne gagnera pas, mais elle se doit d'essayer. Pour l'humanité, pour ses amis, pour Jason. Elle voit leurs visages à chaque fois qu'elle bat des paupières. Se rendre, se serait les condamner à endurer la fureur d'Arès, et elle ne le peut pas. La plupart de ses sœurs sont tombées, mortes parce que leur fidélité sans faille les a poussées à la suivre aveuglément. Pour elles aussi, elle doit continuer à lutter, ne pas lui donner la satisfaction de la voir défaillir. C'est un plaisir qu'il n'aura jamais. Il peut la frapper, l'insulter, la briser, jamais elle ne s'avilira devant lui. Si Hippolyte lui a bien appris une chose, c'est à ne pas faiblir devant qui que ce soit, et certainement pas devant ceux qui n'attendent que cela. Si elle doit user de son dernier souffle pour lui faire cracher la vérité, elle le fera. Certain de sa victoire imminente, Arès prend son temps. C'est parce qu'il a le goût du spectacle, et aime laisser l'illusion d'un espoir de victoire, qu'il laisse Jason la rejoindre. Il prend son visage entre ses mains ; elle regrette de ne pas pouvoir voir le sien, dissimulé derrière son masque. Ses suppliques lui brisent le cœur, ses épaules s'affaissent complètement. Il est terrifié à l'idée d'être abandonné, ses mots résonnent dans sa boite crânienne comme un écho défaitiste. « Je n'ai pas le choix... Si je ne l'arrête pas, il nous tuera tous. Il ne s'arrêtera pas avant que Gotham ne soit plus qu'un tas de cendres fumantes. Il... Il te tuera. Il l'a dit, c'était une promesse. Je dois l'arrêter. Mettre un terme à ce massacre. Je t'ai promis que je ne te laisserai pas, jamais. Aie foi en moi. En nous. » Arès n'aura pas son sang sur les mains. Ni celui de Bruce, ni celui de Dick, pas même celui de cette femme qui semble tant les mépriser. Elle aimerait tellement pouvoir faire comme il le demande, et l'attendre. Mais le dieu s'avance, et elle doit faire de même. Diana se fait violence et détourne le regard. Elle a égaré son épée pendant le combat, mais ça ne doit pas l'arrêter. Droite, fière, la tête haute, l'Amazone s'avance, prête à mener son ultime combat contre un adversaire qu'elle connaît trop bien ; un homme qu'elle considérait autrefois comme un ami, avant que la folie ne s'en mêle. Diana. Elle se fige, incapable de lutter contre la vague de sentiments qui déferle sur elle quand elle voit Jason accourir, visage découvert. C'est tellement, tellement difficile de voir son expression horrifiée, comme si elle s'apprêtait à se jeter dans la gueule du Cerbère lui-même. Elle aimerait pouvoir le rassurer, lui promettre que tout ira bien, mais aucun mot n'aurait assez de poids. Les larmes qui brillent aux coins de ses yeux, elle les remarque, sa gorge se serre. En silence, elle récupère l'épée qu'il lui tend. Elle ne lui répète pas qu'elle l'aime ; les mots sonneraient comme un adieu et elle ne veut pas croire que ce puisse être sa dernière occasion de les prononcer. Elle hoche la tête, lui rend son sourire... Et elle l'embrasse. Les spectateurs lui importent peu. Arès peut se moquer, Bruce s'offusquer, elle n'en a que faire. Elle l'embrasse, leur baiser a un goût de sel et de cendres, et elle prend son envol.

Elle fond sur Arès comme un oiseau de proie, épée en avant, la rage au ventre. Wonder Woman s'écrase sur le dieu comme un météore, il a tout juste le temps de parer le coup qu'elle lui assène. Elle frappe, fort, fracasse son casque d'un coup de poing qui l'envoie dans le décor. Sans perdre une seconde, Diana s'élance, mais Arès est cette fois plus rapide et esquive son attaque. L'épée d'Athéna tranche dans le bitume comme dans de l'eau, puis elle rencontre la hache du dieu dans un fracas métallique assourdissant. Une fois, deux fois, trois fois, les échanges sont rapides, trop pour que l'œil humain ne les distingue avec précision. À bout de forces, Diana se souvient des enseignements d'Artémis, et décide de retourner la force d'Arès contre lui. Quand il se jette sur elle, elle ne cherche pas à l'éviter, elle l'attrape par les épaules et tandis qu'ils basculent au sol, elle se sert de son propre élan pour le balancer par dessus son corps. Surpris, le dieu hurle de colère, Diana profite de ce bref avantage pour lui enrouler le lasso de Vérité autour du corps et de la gorge. Elle tire, serre, suffisamment pour l'entraver mais pas assez pour l'étouffer. Ses talons s'enfoncent au sol, elle prend appui sur un bloc de béton pour garder l'avantage, et empêcher le dieu entravé de se relever. « Qui ? Qui est à l'origine de ce carnage ? Je sais que tu n'en es pas l'instigateur, alors je t'ordonne de me répondre ! Qui t'a demandé de déverser ta rage sur Gotham ? » Arès se débat, en vain. Le lasso scintille d'une douce lumière dorée, le soumet à son pouvoir, contre lequel même lui ne peut rien. Mais le nom qu'il prononce, Diana l'entend à peine. Trop tard, bien trop tard, elle a senti la présence dans son dos. Elle n'a pas le temps de faire volte-face, pas le temps d'agir. Elle sent la lame la transpercer, perforer son armure et déchirer ses chairs. Avant la douleur, c'est la stupeur qui prime. Celle de voir la pointe d'une épée dépasser de sa poitrine, juste sous son cœur. Le hurlement déchirant de Jason lui perce les tympans, mais elle est incapable de bouger, incapable de réaliser...

Et puis le sang afflue au fond de sa gorge, un filet écarlate s'écoule d'entre ses lèvres. Le souffle coupé, Diana hoquette désespérément à la recherche d'air, elle esquisse un geste, et c'est là qu'Hercule referme ses doigts autour de son cou. « Leçon numéro une : toujours surveiller ses arrières. » Il faut davantage que quelques blocs de béton pour tuer un demi-dieu. « C'est la tête que tu aurais dû me couper, ma chère petite Amazone. » Il tourne et retourne la lame dans son corps avant de l'en retirer sèchement. C'est ironique ; Arès lui-même paraît choqué lorsqu'il se défait du lasso, comme si Hercule venait de franchir une limite interdite. Aucun son ne s'échappe des lèvres de Diana, elle est stupéfaite par la douleur qui prend lentement le contrôle. Ses entrailles sont à l'agonie, le sang coule à flots des plaies, elle ne parvient plus à respirer. « J'ai hâte. Hâte de voir Hippolyte s'effondrer quand elle saura que c'est moi, qui lui ai arraché sa si précieuse enfant. Mille fois merci, Diana. Grâce à toi, je tiens enfin ma vengeance, après cinq mille ans. » Hercule ose faire preuve d'une perversion sans nom en caressant sa joue, en y déposant un baiser qui la répugne tant qu'elle a un mouvement de recul. Le lasso glisse entre les doigts de Diana, qui est prise d'une irrépressible envie de lui échapper. Elle s'écarte et il la laisse faire, elle titube sur plusieurs pas avant de tomber à genoux. Frénétiquement, elle cherche à contenir tout le sang qui s'échappe de son corps, mais l'armure, cette si fidèle alliée, l'en empêche. L'hémorragie est terrible, mais ce n'est rien comparé à ce qu'elle ressent. Au delà de l'échec, c'est la peur de mourir, la vraie, qui l'enserre étroitement, pour la première fois en plusieurs millénaires. Comme une enfant, Diana étouffe un sanglot, à genoux, vaincue, mourante. Arès s'est relevé, mais il n'a pas fait le moindre geste pour profiter de la situation. Peut-être parce qu'au fond, il n'aurait jamais osé la tuer. Comme s'il était au fait d'un secret qu'Hercule ignorait. Elle le voit, son sourire pervers, à travers les larmes qui brouillent sa vision. Il va prendre un malin plaisir à l'achever, et il jettera son cadavre encore chaud aux pieds d'Hippolyte. Elle ne veut pas le regarder. Une main plaquée contre son flanc, elle lutte contre la douleur et se relève, elle fait quelques pas sur des jambes chancelantes. Elle croise le regard de Jason, et c'est plus douloureux encore que la lame d'Hercule. Elle a échoué. Elle a menti. Elle aussi, va l'abandonner. Volontairement ou non, cela ne change rien. Elle est désolée. Tellement désolée. Ses jambes cèdent sous son poids, elle s'effondre.

Made by Neon Demon

_________________

ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
I used to want to save the world. To end war and bring peace to mankind. But then, I glimpsed the darkness that lives within their light. I learned that inside every one of them, there will always be both. The choice each must make for themselves - something no hero will ever defeat. And now I know… that only love can truly save the world. So I stay. I fight, and I give… for the world I know can be. This is my mission now. Forever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 19 Mar - 16:18

war zone
gotham city


Une violente toux passe sa gorge, laissant sur son passage une impression de thorax broyé. L'adrénaline est complètement retombée. La douleur bat le même rythme que celui de son cœur. Il la sent frapper à la moindre de ses respirations. Quel con, non mais quel con. Dick, il se demande bien où est-ce que ça à pu merder. Pour lui, tout lui semblait clair. Une réaction pareille, ça détruit tout sur son passage. Tout. Ce combat repousse les limites de ses croyances. Un être, aussi puissant et divin qu'il soit, ne devrait pas être en mesure de résister à une déflagration pareille. Il n'y a qu'à voir l'état du minotaure, qui lui avait sauvé la vie, au final. Il n'y avait qu'à voir son état à lui, les os broyés, les chairs en sang. Nouvelle quinte de toux, qui vient lui arracher un grognement acerbe. Dick se racle la gorge, puis crache sur le sol une salive imprégnée de rouge. Chacune de ses inspirations est une épreuve qui lui parait impossible à surmonter. Plus aucun doute, il y a autant de dommages à l'intérieur qu'à l'extérieur. Il ne se pose même plus la question, il sait très bien qu'il va être hors d'action pendant un bon bout de temps. S'il s'en sort. Il en doute de plus en plus, en voyant s'étendre devant lui la désolation qui recouvre Gotham. Sa ville, celle qu'il avait pourtant tenté de fuir. Revenir, c'était pour lui comme une punition. Que cela au niveau de sa profession, ou de sa vie en dehors des forces de police. Gotham, c'était la crasse, c'était le crime, c'était la douleur et la mort. Mais le voilà à la regarder, avec un pincement au cœur, se faire détruire de par tous les côtés. Il n'accepte pas ça. Il refuse de l'accepter. Cette foutue ville, il peut la haïr de tout son être, mais il ne voudrait jamais la voir disparaître. Gotham, c'est le souvenir, bien que douloureux, de ses parents. Gotham, c'est sa vie en tant que Robin, sa vie en tant que Nightwing. Gotham, c'est toutes les personnes qui comptent vraiment pour lui. Ces personnes qu'il voit se briser, un peu plus loin. Nouveau soupir de soulagement quand il repense à l'absence de Zatanna. Se tenant de son bras valide l'autre ballant, il s'adosse contre le mur pour se redresser un minimum. Garder un minimum de prestance malgré son corps meurtri par les blessures. Il sait très bien que cela ne sert à rien, mais ça lui apporte quelque chose, à lui. Le voir se relever n'entachera en rien le moral des assaillants. Il n'arrive pas à voir la moindre issu à ce capharnaüm. Dick, il a l'impression que le monde est en train de sombrer sous ses yeux. Que Gotham n'est que la première d'une longue liste. Que la fin est proche. Ironiquement, ce n'était pas dieux qu'il aurait imaginé descendre du ciel pour tout ravager sur leur passage. Il tente de bouger son bras gauche, mais ce dernier n'est pas du tout réceptif. Il relève la tête, cherchant à se torturer encore en regardant le champ de bataille. Mais du coin de l'œil, c'est Hope qu'il voit débarquer. Cette nana qui fait preuve d'un courage ahurissant depuis le début des hostilités. En la voyant de temps en temps aux urgences, Dick n'aurait jamais deviné qu'elle avait ça en elle. Hope, c'était toujours celle qui était prête à rendre service au GCPD. La personne dont Dick avait le plus confiance dans l'hôpital de Gotham. Le regard de la brune n'est pourtant pas le même. Il remarque bien qu'elle ne porte pas la même estime pour Nightwing que pour l'inspecteur Grayson. Son aversion pour les héros est quelque chose de confirmé maintenant. Il grimace à sa réplique, mais il sait très bien qu'elle a raison. « J'peux pas rester assis ici alors que les autres sont encore là-bas… » Sa voix traine, comme son souffle. Il devrait suivre les conseils de l'urgentiste, mais pourtant, il reste debout. Il ne peut pas se tenir droit, sa jambe gauche étant la seule à supporter son poids. « Je veux bien de la morphine, mais je ne vais pas rester ici à attendre des soins. » La dose servira à calmer la douleur le temps de retourner au combat, encore une fois. Parce que Dick, il ne peut pas se résoudre à rester là, à attendre que ça passe. Il est meurtri, la douleur a pris totale possession de ses muscles, mais il ne peut pas. Il refuse d'abandonner ses compagnons à leur sort. Pas comme ça. Il tend son bras droit à Hope, attendant la dose de courage, littéralement. Il croise son regard. Mais dans son champ de vision, quelque chose attire son attention. Les mots n'ont pas le temps de passer ses lèvres. Ignorant la douleur, Dick écarte rapidement Hope du chemin, attrapant dans son dos un de ses bâtons. En face de lui, une femme blafarde, les yeux injectés de sang. Elle hurle, elle s'élance, les bras en avant, prête à tout. Il resserre ses doigts autour de son arme, avant de l'écraser contre l'épaule de l'assaillante. Il manque de précision, sans surprise. Elle lui attrape son bras gauche, lui arrachant un cri de douleur au passage. Il tient à peine debout, sa jambe droite est plus un poids qu'autre chose. Pourtant, il n'en démord pas, et frappe à nouveau. Cette fois, c'est la tempe qui prend. Le coup n'est pas fatal. La femme s'écrase sur le sol, inconsciente. A bout de souffle, Dick se retourne vers Hope. « D'autres vont venir. J'ai vraiment besoin de cette dose, maintenant. » Un sourire se dessine sur son visage masqué. Il ne peut-être plus se mesurer à Arès et Hercule, mais ils ne sont pas les seuls dangers restants. Il va continuer à se battre Dick, aux côtés de Hope.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 19 Mar - 18:09

Un super-héros après l’autre, Hope était en train de vivre une soirée surréaliste. Après Jason qu’elle avait shooté à l’adrénaline – et qui lui avait en retour offert un comportement bien différent de celui qu’il lui imposait habituellement – voilà que c’était vers Nightwing qu’elle se tournait, pour l’aider du mieux qu’elle pouvait. Et si elle était à peu près prête à aider l’homme au masque rouge, c’était un réel effort qu’elle devait fournir pour celui en bleu. Mais c’était son travail, rien que son travail, et elle avait appris il y a longtemps que ses propres sentiments n’avaient pas à interférer quand elle était face à un blessé. Il était blessé, il avait besoin d’aide. Fin de l’histoire, et elle oublierait pendant quelques secondes que c’était lui qu’elle blâmait et blâmerait toujours pour la mort de son frère. « Vous en avez assez fait, vous êtes en vie et c’est déjà pas mal. » Répliqua-t-elle d’un ton cassant à ses protestations. Il avait détruit la moitié de l’hôpital avec ses prouesses, et c’était quelque chose qu’elle garderait en travers de la gorge un bon moment. Même si, techniquement, il n’était pas responsable de la présence des dieux et des monstres qui avaient envahi les lieux. Elle allait sortir de sa sacoche de quoi le soulager quand il la repoussa et bondit devant elle. Figée par la surprise, elle le regarda se battre et mettre hors d’état de nuire une femme blême qu’elle n’avait même pas entendu arriver. Quand la femme s’effondra, Hope baissa les yeux. Elle avait une trop grande conscience des lésions qui le torturaient pour ne pas comprendre ce que ce combat avait du lui coûter, en souffrance et en énergie. « Merci. » Ce petit mot lui arracha la bouche, et elle le prononça sans le regarder. « Asseyez-vous, s’il vous plaît. Au moins le temps que je vous fasse l’injection et qu’elle fasse effet. » Son ton s’était radouci, et elle le força à s’asseoir sur un bloc de pierre déchiqueté en prenant soin de ne pas toucher ses blessures. Elle lui fit l’injection de morphine, chargeant la dose autant que possible, puis replongea la main dans sa sacoche. « Attendez. Si vous comptez y retourner, je vais vous donner aussi de l’adrénaline. Ca vous aidera un moment. » Elle lui injecta bien moins de produit qu’à Jason, craignant que son cœur ne lâche si elle s’y risquait, mais cela suffirait pour le booster un peu. Il était trop têtu pour accepter de rester là quoi qu’il arrive, de toute façon. Elle allait lui conseiller, une nouvelle fois, de rester tranquille, quand un hurlement lui glaça le sang. Elle se retourna, paniquée et le cœur battant, pour faire face aux combats qui faisaient toujours rage. Et elle écarquilla les yeux. Il y avait eu des morts, beaucoup depuis que le premier Minotaure était apparu, mais le spectacle qu’elle avait sous les yeux semblait bien pire encore. Wonder Woman, transpercée de part en part par la lame d’une épée, son visage reflétant une surprise et une douleur qui choquèrent Hope au plus profond d’elle-même. Que les humains tombent, que les super-héros saignent, c’était une fatalité, rien de plus qu’un quotidien familier. Mais Wonder Woman n’était pas comme eux. Elle n’était pas faillible, et encore moins mortelle. Mais elle mourait. C’était tellement invraisemblable que Hope se tourna vers Nightwing, comme pour chercher vers lui une explication à cette horreur sans nom. Et un peu de soutien, peut-être. Mais après cet instant de flottement, à errer entre réalité et cauchemar, Hope retomba sur terre. Elle agrippa sa sacoche et s’élança vers le corps de Wonder Woman qui était retombé au sol, brisé. C’était impossible. Elle ne pouvait pas être morte, pas elle, pas cette figure sortie des mythes qui avait une fois croisé son chemin et montré plus d’humanité qu’Hope ne l’en aurait crue capable. Humaine et faillible, alors. Avant de l’atteindre, elle croisa un regard familier dans le noir, le tout premier qui n’était ni un super-héros, ni un être de légende, juste un humain, comme elle. Un interne, un des seuls qui avait eu le courage de rester, sans doute en attendant que les choses se calment pour apporter son aide. « Sebastian ! » Elle s’accrocha à lui, fébrile. « Aide-moi ! Va chercher tout ce que tu pourras trouver, des poches de sang, des perf’, des compresses. Et un défibrillateur ! » Elle se tourna vers Nightwing, derrière elle. « Vous pouvez l’aider ? » L’aider à s’en sortir vivant – à le protéger. C’était son job, non ? Qu’il l’aide alors, dans l’espoir de sauver une vie de plus. Elle regarda Sebastian disparaître dans le noir en priant pour qu’il revienne en vie et avec tout ce qu’elle lui avait demandé, puis elle s’approcha à nouveau de Wonder Woman. C’était le chaos autour d’elle, et Hope ne sut pas comment elle parvenait jusqu’à elle sans y perdre la vie, mais elle était focalisée sur ce corps brisé et ne voyait plus rien autour. Elle s’agenouilla à côté d’elle, et constata avec un soupir soulagé que l’amazone était toujours en vie, mais sa plaie béante à la poitrine était si impressionnante que Hope fut prise d’un vertige. « Vous m’entendez ? Restez avec moi, ça va aller. » Sans perdre une seconde, elle attrapa un scalpel dans sa sacoche et entreprit de trancher les liens qui retenaient les plaques de son armure. Elle dégagea sa poitrine, lui permettant de respirer plus librement et dévoilant sa plaie plus nettement, puis elle prépara une nouvelle seringue de morphine qu’elle lui injecta. Avant que Sebastian ne revienne avec ce qu’elle lui avait demandé, elle n’avait pas une grande possibilité de moyens, mais elle ferait de son mieux pour la soulager et la maintenir en vie. La maintenir en vie, c’était tout ce qu’elle semblait pouvoir faire encore, dans le noir, sans aucune autre aide, sans matériel. Elle détacha la lanière de sa sacoche et en fit un garrot autour de son épaule pour endiguer au moins cette source d’hémorragie, et appuya ensuite sur sa poitrine pour comprimer la plaie. Quand Sebastian revint enfin, après à peine quelques minutes qui avaient pourtant parus des heures à Hope, elle le regarda comme le Messie en personne. Mais s’il portait du matériel avec lui, elle vit qu’il n’avait pas une seule poche de sang. « Je n’ai pas pu Hope, tout a été enseveli par l’explosion … » Elle lui jeta un regard désespéré. « Mais elle a besoin de sang, elle ne s’en sortira pas sans … » Même s’ils parvenaient à recoudre sa plaie, même s’ils faisaient de leur mieux, jamais elle ne s’en sortirait, elle avait perdu beaucoup trop de sang. Et malgré les efforts de Hope, elle continuait à en perdre. « Tu es de quel groupe sanguin, Seb ? » Son dernier espoir était de trouver un donneur universel pour faire une transfusion directe, malgré les risques que cela représentait. Elle ne demanderait pas à Nightwing, qui avait besoin du sang qui lui restait … Et c’était à peu près tous ceux qu’elle avait sous la main. Un interne et un super-héros en trop mauvais état pour les aider. Et il s’avéra que l’interne était tout aussi incapable qu’elle de donner son sang pour sauver l’Amazone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 19 Mar - 22:41


WAR ZONE.



Le temps s'est arrêté. La brise nocturne s'engouffre dans tes cheveux. Tes yeux ne parviennent plus à retenir tes larmes. Elles coulent, sans bruit, laissent un sillage salé sur tes joues. Tout ce que tu possédais t'a été arraché. C'est ton bonheur qui gît à côté de ton cœur sur le bitume. La lame qu'elle a reçu en pleine poitrine, elle a également transpercé la tienne. Toi aussi, t'as le torse béant. Tu sais que tu as crié, que t'as essayé de la prévenir quand tu as vu Hercule arriver derrière elle. Crier. C'est tout ce que tu pouvais faire. Tu n'as pas eu le temps de la protéger. Tes genoux s'écrasent sur le sol. Violemment, lourdement. T'as tellement mal que t'es incapable de réagir. Tu repenses à ce baiser qu'elle t'a donné avant de se lancer dans la bataille. Tu l'a serré si fort que tu ressens encore cette étreinte fantôme. Comme si elle était encore là. T'aimerais revenir en arrière. A ce moment précis. Quand vos lèvres se sont retrouvées, agrippées. Tout aurait été différent si tu avais insisté, si tu avais tout fait pour l'empêcher d'y retourner. Quitte à l'y obliger. Tout, sauf ça. Un futur qui s'efface dans des flaques de sang. Un passé qui revient comme un poing de feu dans les entrailles. Ton regard dans le vide distingue à peine les formes qui se dessinent autour. Quelqu'un pourrait venir te trancher la gorge que tu ne le sentirais pas. Que tu t'en ficherais. Quelle importance tout ça peut avoir si Diana sort de ta vie. Tu serres les dents si fort qu'elles pourraient se briser. Tes ongles mordent tes paumes à travers le cuir de tes gants. Il l'embrasse, affront impardonnable. La voir tituber, douleur que toute la morphine du monde ne pourrait calmer. C'est si intense que c'est comme si tu ne ressentais plus rien. Comme si tu n'existait plus vraiment. L'ombre de toi-même, privé de ta moitié. « DIANA ! » Tu hurles son prénom, la conjure de rester en vie, de ne pas t'abandonner. Tu veux qu'elle t'entende, qu'elle sache que tu es là, qu'elle trouve la force de se battre. Pour toi. Pour vous. Tu te relèves, l'adrénaline se mêle à ta rage. Le monde a vu Wonder Woman s'écrouler, mais toi, c'est Diana Prince que tu as perdu. Un avenir, des rêves plein la tête qu'Hercule vient de piétiner sans pitié. Vos promesses, vos corps qui se mêlent, vos regards qui se dévorent, vos bouches qui se cherchent, tout ça, réduit à néant en un seul coup d'épée. Et pourquoi ? Au nom de quoi ? De la haine ? De la vengeance ? Tu connais si bien tous ces sentiments. Ce n'est pas ça. Ça, c'est l'acte du mal incarné. Il l'a détruit, ainsi que tous les gens qui l'aiment. Un domino qu'on pousse et qui dégringole sur tous les autres. Tant de vies touchés par la cruauté d'un seul. T'es tellement enragé que tu perds le contrôle de ton corps. Tu te diriges vers le demi-dieu, il s'approche d'elle, il ne la touchera plus jamais. Son regard sale et écœurant ne la regardera plus jamais. Plus jamais, il ne posera quoi que ce soit sur la femme que tu aimes. Et tu vas t'en assurer personnellement. A sa hauteur, tu abats tes poings contre ses côtes, à une vitesse folle, sans interruption, de toutes tes forces. Si fort que tu hurles de colère. Si elle meurt, tu meurs aussi.

T'aimerais la rejoindre, manifester ta présence, mais tu refuses de laisser une seule chance à Hercule de l'approcher. Tu vois Hope courir vers elle, t'es un peu rassuré. Tu sais qu'elle va faire tout ce qui est en son pouvoir pour la sauver. Malgré la plaie. La gravité des dégâts t'arrache un frisson terrible à travers tout le corps, et une larme coule encore. Le monstre a reculé, mais il te faudra plus que des poings pour le tuer. Tu récupères l'épée de Diana. Celle qu'elle a laissé tomber quand il l'a pris en traitre. Dans le dos, comme un lâche. « Quand je vais te tuer, ce sera de face. » Tu craches ta haine comme un venin. Il rit de toi. Il ne se sent pas menacé. Il devrait. Il lâche son épée parce qu'il estime ne pas en avoir besoin. Il est guidé par la haine, mais toi, tu as quelque chose de plus. Tu as l'amour. L'amour qu'elle te porte et qui te donne une énergie incroyable. Tu fais tourner l'épée à ton poignet et tente d'abattre la lame sur sa peau. Il te saisit par le cou avant que tu n'atteignes ton but. Il serre si fort que tu peines à respirer. Tes iris sont des flammes qui dansent et le mitraillent. Tu parviens à te dégager. De son bras valide, il t'envoie valser contre un pan de mur encore débout au milieu des décombres. Ton dos se fracasse contre le béton, tu grimaces de douleur. Mais elle n'est rien comparée à celle que tu éprouves au fond de ton âme. Coeur brisé qui n'a plus rien à perdre. Tu serais prêt à donner ton dernier souffle pour la venger. « Je vais en finir rapidement avec toi, et ensuite, j'irai m'occuper de Diana. Je lui dirai que je t'ai brisé le crane, avant de l'achever pour de bon. » L'entendre prononcer son prénom te donne envie de vomir, accentue ta rage.Tu évites son premier coup. Le second s'écrase dans ton estomac. Tu sens tes côtes se briser. Tu craches à ses pieds, et avant que le troisième n'arrive, tu te jettes au sol pour glisser derrière lui. La lame vient trancher ses talons, coupe ses tendons. L'adrénaline est à son paroxysme, tu la sens parcourir tes veines. Tu te sens capable de tout. « Ça, c'est pour Gotham. » Il hurle de douleur et peine à rester debout. Tu viens de supprimer sa vitesse. Son bras en moins et l'étourdissement que lui a infligé Dick avec l'explosion sont des atouts dont tu comptes bien utiliser. Tu te places sur le côté, là où il ne reste plus que de la viande sanguinolente, là où il ne pourra pas t'attraper. Il tente de se tourner pour te saisir de sa main valide mais il tombe à genoux, incapable de se maintenir debout sans les appuis de ses tendons. « TU CROIS QUE ÇA VA SUFFIRE À M'ABATTRE ? » Sa colère est si réel que son souffle te frappe. Peut-être que c'est aussi un peu de peur. « Je n'ai pas terminé. » Tu prends ton élan, et viens planter l'épée de Diana dans son épaule. Un des endroits les plus douloureux et les handicapants. « Ça, c'est pour les Amazones d'hier et d'aujourd'hui. » Plus de jambes, plus de bras, que lui reste t-il ? Sa tête. Et quand elle s'écrase  violemment contre ton crâne, tu perds équilibre et t'écroules au sol, sonné. Paralysé, tu vois à travers ta vision brouillée qu'il s'approche doucement mais sûrement de toi. Putain. Son épaule est toujours transpercée par la lame. Il ne peut pas la déloger, mais toi, tu n'as plus d'arme. Tu rampes, à la recherche de quelque chose qui pourrait t'aider. Dans un effort que seul un surhomme pourrait exécuter, il agrippe ta cheville et te tire vers lui. Tu racles le bitume, les pierres frappent ton torse. Tu tentes de t'accrocher, de te dégager. Et enfin tu la vois. Son épée qu'il a lâché au préalable. Tu tends ta main au point de la sentir se déchirer du reste de ton corps. Il te traine, encore, et quand enfin tu sens le métal se loger entre tes doigts, tu te retournes. Il te soulève, te maintient à nouveau par la gorge. Et toi, tu plantes sa propre lame dans son gosier. Là où la membrane est si fine que n'importe quoi y pénètre facilement. Son sang gicle sur ton visage, il s'étouffe, lâche prise. Tu retombes par terre et admire ton œuvre. Il est à genoux, se serre le cou pour empêcher l'hémorragie de s'étendre. C'est trop tard. « Et ça, fils de pute, c'est pour Diana. » T'as l'impression d'avoir été passé à la machine à lever, ou au broyeur. T'aimerais juste fermer les yeux et laisser la douleur t'emporter. Mais la vision de l'Amazone abattue par Hercule te hante. Elle nourrie ta rage, la décuple à un point inimaginable. Ceci est une exécution. Une vengeance. Tu élèves l'épée dans les airs, tu sens l'énergie de Diana avec toi, c'est comme si elle se tenait juste à tes côtés, et qu'elle serrait le manche elle aussi. L'arme s'abat, sa tête tombe.

Son cadavre s'écroule, et derrière tu distingues la silhouette d'Arès. Il n'a pas bougé pendant ton combat contre Hercule. Pour des raisons qui lui sont propres. L'épée glisse entre tes doigts. La réalité te revient en pleine face. Il est mort, mais Diana, plus réellement en vie. T'as si peur d'aller la voir. T'es terrorisé. Tu trembles, tes mains s'agitent dans le vide. Les larmes te montent à nouveau aux yeux, et tu les essuies avec la manche de ton blouson. Tu veux pas qu'elle te voit comme ça. Tu dois rester fort devant elle. Tu dois au moins essayer. T'as tellement de mal à respirer. Plus rien n'a de sens. Plus rien n'a d'intérêt. T'es perdu. Terriblement perdu. Tes pas t'amènent machinalement vers elle. L'image te frappe. Elle te détruit. Tu pensais ne plus ressentir la douleur, mais c'est faux. Plutôt mourir dix fois sous les coups du Joker que de la voir ainsi. Tu cherches tes mots, abasourdi par la souffrance qu'elle éprouve. Et par la tienne qui t'assaille. « J'ai, je ... » Tu ne sais plus. Tu passes une main sur tes yeux, tu reprends tes esprits. « Tu peux prendre mon sang, je suis donneur universel. » Tu tombes à genoux près d'elle, sous le poids de tout ce qui te pèse. Tu n'as pas pu la protéger. Tu n'as pas su. T'as échoué. Tu devais être là pour elle, tu lui avais promis. Tu lui avais promis que tu ne laisserais personne lui faire de mal. Tu caresses son front avec une douceur infinie, lui sourit malgré l’effondrement de tous tes organes. « Mon amour. » Tu débordes d'amour et de tristesse. La peine est si réelle que tu ne sais plus quoi en faire. T'aimerais qu'elle se taise, elle hurle dans ta tête. « Il ne te fera plus jamais de mal. Je lui ai fait payer ce qu'il t'a fait. » Tu tends ton bras à Hope pour qu'elle puisse faire la transfusion. Qu'elle prenne tout le sang qu'il lui faudra et plus encore. De ta main libre, tu continues de la caresser, et t'abaisses pour déposer un baiser sur son front. Tu t'es promis de pas pleurer mais c'est tellement dur. « Tu dois t'en sortir. T'as pas le choix. T'as pas le droit de me laisser. Je t'en supplie Diana ... » Prier ne servira à rien. Personne n'entend les prières. Personne n'écoute. T'es seul au monde. Seul dans un monde qui s'est écroulé. « Tu peux pas entrer dans ma vie et en ressortir comme tu le veux. C'est trop tard, je peux plus te laisser partir. J'ai trop besoin de toi maintenant. » Le sol s'ouvre sous tes pieds et tu tombes dans des abysses sans fin. L'amour est beau, l'amour est bon, l'amour est grand, mais ce soir, il vient de creuser ta seconde tombe.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 2458
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Gal Gadot.
Crédits : lolitaes (avatar) + starfire (signature).

Age du personnage : Cinq millénaires se sont écoulés, mais Diana demeure inchangée, épargnée par les ravages du temps.
Ville : Metropolis.
Profession : Princesse et ambassadrice de Themyscira, membre fondateur de la Ligue de Justice.
Affiliation : Les Amazones et la Ligue de Justice.
Compétences/Capacités :
Fille de Zeus est d'Hippolyte, Diana est à la fois une déesse et une Amazone. Elle possède une force, une endurance, une rapidité et des réflexes surhumains/divins. Elle est invulnérable à tout sauf aux armes capables de tuer des dieux, est immortelle et se régénère rapidement lorsqu'elle est blessée. Elle résiste à la magie et à la télépathie, et peut communiquer avec les animaux. Combattante inégalée, elle possède des bracelets de soumission d'Amazone forgés à partir du bouclier de Zeus, l'épée d'Athéna et le lasso de vérité d'Hestia. Depuis peu, elle est incapable d'invoquer et d'user de la foudre.


Situation Maritale : Fiancée à l'amour de sa vie, elle porte son enfant.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Lun 20 Mar - 1:07

war zone
GOTHAM CITY

Un voile écarlate recouvre sa vision. Elle ne sait pas si c'est un mélange de sang et de larmes, le manque d'oxygène ou si elle divague simplement. Bêtement, désespérément, elle bat des paupières. Elle hoquette à la recherche d'air, ses mains tremblantes trop faibles pour réussir à contenir le flot de sang qui s'échappe de ses plaies. Elle a mal. La douleur est insupportable. Un milliard d'aiguilles percent ses poumons, elle ressent chaque terminaison nerveuse à vif, le monde autour d'elle disparaît lentement. Diana doit lutter pour ne pas sombrer, ne pas laisser les ténèbres l'engloutir, paniquée à l'idée de ne plus jamais rouvrir les yeux. Il n'y a plus que le goût du sang sur ses lèvres, celui de Jason a disparu. C'est ridicule, mais cela lui donne envie de fondre en larmes. Elle a un léger sursaut quand elle sent une présence à ses côtés. Hercule, prêt à l'achever ? Non, la voix est celle d'une femme. Ça va aller. Oh, combien de fois Diana a-t-elle répété ces mêmes mots en sachant qu'ils n'étaient qu'un mensonge ? Des milliers de fois. Mais elle choisit de s'y raccrocher, elle aussi. Non, Diana n'est pas sereine face à la mort, malgré cinq millénaires d'existence et plusieurs voyages dans les Enfers d'Hadès. Elle est terrorisée, comme une enfant, elle implore silencieusement Hippolyte de venir la chercher, elle a besoin de sa mère, de sa présence à ses côtés. Un poids quitte sa poitrine et instinctivement, elle chercher à respirer. Grossière erreur. Elle est prise d'un spasme violent, un sifflement odieux s'échappe d'entre ses lèvres exsangues, une nouvelle gorgée de sang remonte du fond de sa gorge et manque de l'étouffer. Elle ignore ce que le médecin lui injecte, mais elle sait que cela ne fera aucun effet. Son organisme élimine toutes substances étrangères trop rapidement, toxines comme remèdes. L'intention est là, mais elle ne lui sera d'aucun secours. Elle est en train de mourir, et elle le sait. Tout est vain. Frappée par une épée déicide, elle, Amazone née de l'argile, n'a pas la moindre de s'en sortir. Les Moires sont certainement en train de contempler son fil, elles attendent le moment le plus opportun pour le couper. Une minute. Rien qu'une minute de plus. Pour qu'elle puisse dire à Jason à quel point elle l'aime, une dernière fois. Pour qu'elle puisse lui dire au revoir. Que sa dernière image d'elle ne soit pas celle de son corps désarticulé baignant dans une mare de sang.

Diana gît, inerte, sur le bitume froid de Gotham. Tous les efforts de Hope ne parviendront pas à la sauver, elle est lucide. Elle aimerait pouvoir la remercier, malgré tout. D'essayer. De lutter avec acharnement contre l'inévitable. Sur le point de fermer les yeux, d'être happée par la mort, elle se fait violence pour les garder ouverts lorsqu'elle entend la voix de Jason, tout près d'elle. Elle cligne des yeux jusqu'à ce que sa vision soit moins floue, elle veut voir son visage. Il caresse son front, lui sourit, c'est comme un baume sur ses plaies béantes. Mais ça ne suffira pas. Hercule, mort ? Elle n'est plus en état de s'inquiéter clairement du sort de l'Olympien. Si Jason est là, c'est qu'il ne l'est plus, et c'est bien suffisant pour elle. « Ne... Ne pleure pas... S'il te plaît... Ne pleure pas... » C'est plus douloureux pour elle que la lame dans sa poitrine, de le voir dans un tel état. Ses mots fendent ce qu'il reste de son cœur, elle parvient à lever une main tremblante qu'elle pose sur sa joue. Leurs visages sont si proches, mais l'étreinte si froide. Elle n'a pas conscience de son sang qui passe dans ses veines, de cette nouvelle tentative de la sauver. Elle n'ose pas lui dire qu'il lutte contre un adversaire bien trop fort, même pour lui. « Prends-moi dans tes bras... S'il te plaît... » Sans doute n'est-ce pas bien raisonnable, mais Diana s'en moque. Ses instants sont comptés, elle préfère passer le peu de temps qu'il lui reste dans la chaleur de ses bras, plutôt que sur le sol. Elle attend qu'il s'exécute ; la douleur s'évanouit peu à peu, elle comprend bien ce que cela veut dire. Ce qu'il lui reste de forces, elle l'utilise pour lui parler. Hope, Dick, Bruce... Ils peuvent bien tout entendre, ça n'a pas la moindre importance. « Je sais... Je sais qui a fait tout ça... Trouve Kal-El... Trouve Superman... Dis-lui... Dis-lui... » Elle déglutit avec peine, sa tête bascule légèrement en arrière, elle se reprend. « Lex Luthor. Dis-lui que c'est Lex Luthor... » Il ne l'emportera pas au paradis. Ni nulle part ailleurs. Ils lui feront payer, elle le sait. C'est presque rassurant, de savoir qu'elle sera vengée, que sa mort ne restera pas impunie, que son sacrifice ne sera pas vain.

C'est du moins ce dont elle essaie de se persuader, ses doigts accrochés au vêtement de Jason, dernier point d'ancrage dans ce monde. Les larmes roulent sur ses joues, elle bat des paupières de plus en plus lentement. « Pardonne-moi... Pardonne-moi... » Diana s'était jurée de ne pas l'abandonner, jamais. Or, c'est exactement ce qu'elle était en train de faire. Elle frissonne ; elle a froid, tellement froid. « Tu es... Tu es l'amour de ma vie, celle-ci, et toutes les autres. Je t'aime... Je t'aime tellement... » On s'agite, autour d'eux. Une Amazone, Shayera, elles accourent, paniquées. « Oh, Héra. Par les dieux. Oh non, non, pas ça. Pas ça, pitié. » « Diana... ? Il faut qu'on fasse quelque chose... » « Je... Nos guérisseuses, sur Themyscira, elles pourront peut-être... Je ne sais pas... » « Toutes les communications avec la Ligue et la Tour de Garde ont été coupées. Et je ne peux plus voler... Je ne peux pas l'y conduire... » Abattue, vaincue, Hawgirl tombe à genoux, le visage entre les mains. Diana aurait voulu lui dire que ce n'était pas de sa faute, mais elle est incapable de détourner son regard du visage de Jason. C'est le dernier qu'elle veut voir, la dernière image qu'elle veut emporter dans l'au-delà. Ils s'étaient promis de faire tellement de choses. Elle rêvait de l'emmener à Themyscira. De lui présenter Hippolyte. De fonder une famille. Tous ses rêves, balayés d'un coup d'épée. « Promets-moi... » Elle est interrompue par un spasme violent qui la fait cracher du sang, elle tousse, lutte pour trouver de l'air. « Promets-moi de vivre pour nous deux... Promets-moi, Jason, promets-moi... » Les larmes brouillent sa vision, elle ne distingue plus les traits de son visage clairement. Ses dernières forces l'abandonnent, sa poitrine se soulève une dernière fois, son cœur offre son dernier battement. Son corps se détend brusquement, son bras retombe contre son corps, sa tête bascule contre la poitrine de Jason. Le sang continue de couler, mais Diana n'est plus qu'une poupée de porcelaine brisée, pâle et sans vie.

Made by Neon Demon

_________________

ONLY LOVE WILL TRULY SAVE THE WORLD.
I used to want to save the world. To end war and bring peace to mankind. But then, I glimpsed the darkness that lives within their light. I learned that inside every one of them, there will always be both. The choice each must make for themselves - something no hero will ever defeat. And now I know… that only love can truly save the world. So I stay. I fight, and I give… for the world I know can be. This is my mission now. Forever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


independent soul

Messages : 2120
Date d'inscription : 29/01/2017
Face Identity : Matthew Daddario
Crédits : dreamy (avatar), STARFIRE alias Julia ♥ (les bannières, le gif badass et les crackship canon)
blablalblalba
Age du personnage : Vingt-cinq années à écumer la ville du crime.
Ville : Anciennement Gotham, nouvellement Métropolis avec celle que tu aimes.
Profession : Plus mercenaire que justicier, tu ne te considères pas comme un héros. Tu exécutes de sang froid ceux qui se dressent sur ton chemin.
Affiliation : La Bat-Family. Selon tes humeurs.
Compétences/Capacités :

Tu n'as aucun superpouvoir. Ton talent repose sur une maitrise parfaite des armes, l'apprentissage des meilleurs techniques de combat, l'usage de la stratégie militaire et une aisance innée pour l'acrobatie. Tu possèdes également un don presque mystique enseigné par l'All Caste.


you gave me peace in a lifetime of war
Diana ♥ Jason

Situation Maritale : Lié à jamais à Diana, la sublime Amazone, ta fiancée et l'amour de ta vie.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Lun 20 Mar - 3:06


WAR ZONE.



Elle ne veut pas que tu pleures, mais tu n'y arrives pas. Parce que tu ne contrôles pas ces flots qui inondent ton visage. Tu ne sais pas comment les arrêter, quand bien même tu le voudrais. Comment pourrais-tu rester statique face à la femme que tu aimes en train de se vider de son sang. Tu n'oses même pas regarder sa blessure. T'en es incapable. Alors tu fixes son regard qui s'éteint peu à peu. Tu aimes l'image de toi qu'elle te renvoie. Tu vois l'homme brisé qui peu à peu, est parvenu à recoller certains morceaux. A apprendre à gérer sa colère, et à la remplacer par quelque chose de plus beau. Tu vois quelqu'un avec beaucoup de défauts, quelqu'un qui a fait énormément d'erreurs, mais qui depuis qu'elle est entrée dans sa vie, a fait tout son possible pour se racheter. Pour faire mieux.  Pour devenir meilleur. Pour être à la hauteur. Tu vois tout ce que tu aurais aimé être et qu'elle t'a aidé à devenir. Par la force de son amour, sa confiance, sa bonté et sa douceur. Quand tu la regardes, tu vois tellement de choses. Mais tout appartient au passé. Votre première nuit, votre duel dans le parc, le bain, la tente, la douche, le premier je t'aime, tout. Tous ces souvenirs heureux qui aujourd'hui te poignardent en traitre. Parce qu'ils seront les seuls. Il n'y en aura pas d'autres. Ton sang coule dans ses veines, mais il ne pourra pas la sauver. Tout le monde ici le sait, mais tout le monde refuse. Toi le premier. Tu t'exécutes quand elle réclame tes bras. Doucement, tu la soulèves pour la serrer contre toi. Tes bras l'entourent pour la protéger, mais c'est trop tard. Tu la sens trembler, tu vois le sang s'échapper de ses lèvres. Vision insupportable qui t'assomme. « Reste avec moi s'il te plait ... » Ta voix est déformées par le chagrin. Tu ne sais plus quoi lui dire pour qu'elle s'accroche. T'es en train de lutter contre un ennemi invisible. C'était simple contre Hercule, il était fait de chair et de sang, mais là, c'est la mort qui cherche à te l'arracher. Tu serais prêt à échanger son âme contre la tienne. Sans hésiter une seule seconde. Après tout, tu n'as rien à faire ici. Tu as déjà eu ta chance et on t'a ramené à la vie. Diana, elle s'est battue pour ce monde, pour tous ces gens qui passent près d'elle sans s'arrêter, même sans regarder. Celle qui a sauvé l'humanité va mourir, et chaque Homme de cette planète ne serait pas suffisant pour rendre hommage à la femme qu'elle était. Cette femme avec qui tu as partagé quelques mois de ton existence, cette femme que tu as aimé de tout ton être.

T'aimerais lui dire d'arrêter de parler, mais t'es trop égoïste pour ça. T'as besoin de l'entendre. T'as besoin de savoir qu'elle est toujours là. Tu écoutes tout ce qu'il lui reste à te dire. Trouver Superman. Lui dire que Lex Luthor est responsable de ce carnage. Lex Luthor. Tu grimaces de haine. Cet acte ne restera pas impuni. Tu lui feras payer. Avec l'aide de Superman, tu lui feras payer. « Je lui dirai. » Ta main vient caresser sa joue, calmement, alors qu'une volcan est entrer en ébullition dans ton cœur. La lave brûle tout sur son passage. Il ne reste plus grand chose de toi. Tu n'es plus capable de ressentir autre chose que de la rage et de la souffrance. Tu fermes les yeux, laisse les larmes qui brouillent ta vue couler. Tout ce qu'elle te dit sonne comme un adieu. Tu secoues la tête, refuse d'accepter ce qu'elle veut te faire comprendre. C'est impossible. Elle est Wonder Woman. Elle peut pas mourir. Elle peut pas partir alors que vous aviez tant à faire ensemble. T'étais heureux, putain. Putain t'étais heureux. Et on te vole l'objet du bonheur, brutalement, cruellement. Qu'est-ce que tu as bien pu faire dans une autre vie pour mériter une telle torture. Perdre tes parents, perdre ta famille, perdre Diana. Elle frisonne, tu la serre contre toi, tentative désespéré de la réchauffer. De la retenir. De la cacher de la faucheuse. Comme si enfuie dans tes bras, elle ne la verra pas. « Je t'aime ... » Tu détestes rentrer dans ce jeu. Mais tu ne peux pas ne pas lui répondre. Ces déclarations te paralysent. T'étais supposé l'entendre te dire tout ça pendant de longues années. Au coucher, au réveil. Elle devait te dire je t'aime simplement, sans aucun autre but que de te prouver son amour. Pas sous forme d'adieu. « Pour toujours. » Les autres s'attroupent autour de vous, tu sens leur présence mais tu ne les vois pas. C'est elle, que tu ne quitte pas des yeux. Tu ne sais pas comment vivre sans elle. Tu ne sais plus. Ne plus la retrouver après tes nuits agitées est une douleur qui te transperce de toute part. Retrouver un appartement vide, sans sa présence, sans son parfum, une souffrance indescriptible. « Je te le promets ... » Ça te paraît inconcevable, mais tu te dois de lui faire cette promesse. Si fort contre toi, tu sens son corps qui se relâche. Tu n'entends plus sa voix. Ses yeux n'exprime plus rien. La panique laisse place à tout le reste. « Diana ? » Rien que prononcer son prénom t'arrache le cœur. « Diana ! Non, non, non, non ! » Tu t'agites, saisis son visage pour y lire quelque chose. N'importe quoi ! Tout, absolument tout, mais pas ça. Tu prends sa main atrocement froide et la serre dans la tienne. Elle n'a plus de réaction. Elle est partie. « Reviens ... » Tes bras l'enlaces, sa tête inerte repose sur ton épaule. L'amour de ta vie n'existe plus que dans tes souvenirs. « Diana s'il te plait reviens ... » Tu enfuies son visage dans son cou, laisse aller ton chagrin, te moquant bien des regards. Tu la berces contre toi, comme pour faciliter son passage vers un autre monde. Tu restes ainsi pendant de longues minutes, refusant d'accepter sa perte. Attentif au moindre son, à la moindre toux ou suffocation qui te prouverait qu'elle est encore là. Tu gardes sa main, parce que tu attends qu'elle te la serre, qu'elle se manifeste d'une quelconque façon. « Jason, elle est partie ... » Tu ignores qui vient de poser sa ses doigts sur ton épaule, mais tu la repousses violemment. « Ne me touchez surtout pas. » C'est pas perdu. Tu peux peut être encore la sauver. Avec la délicatesse la plus extrême, tu reposes son corps sur le sol. Tu essuies tes larmes d'un revers de main et entreprend de la réanimer. Tu appuies sur sa poitrine avec tes paumes, puis expire dans sa bouche. Tu appuies, expire. Tu appuies et expire pendant d'interminables minutes. Sans résultats. Ton acharnement n'est qu'une source en plus de douleur. T'es pas capable de lâcher prise parce que il t'est impossible de vivre sans elle. Et ça, aucun d'entre eux ne peut le comprendre. « Jason ... » Une autre voix se fait entendre dans ton dos, et vivement tu te relèves et leur fais tous face. Qui sont-ils ? Qu'ont-ils fait pour toi ? « Restez pas plantés là à rien faire ! Aidez-la ! » Ton regard en braise se pose premièrement sur l'Amazone. « Comment êtes-vous arrivés jusqu'ici ? Emmenez-la avec ce qu'il reste de vous. Confiez-la à vos médecins ! » Tu comprends dans ses yeux ce qu'elle n'ose pas te dire. Que même les meilleurs médecins du monde ne peuvent ramener les morts à la vie. C'est ensuite vers Bruce que tu te tournes. Ton ancien mentor. Ton père. Ton rival. « Je n'attends plus rien de toi depuis longtemps. Mais tu dois m'aider. Tu me dois bien ça putain. On peut contacter la Ligue et l’emmener dans un puits de Lazare. Ça a marché pour moi ça marchera pour elle. » De lui non plus, tu n'obtiendras aucune aide. Ils sont tous là, à t'observer, à te prendre en pitié, mais aucun ne te tend la main. Personne ne la sauvera. Il n'y a que toi qui peut le faire. Et si tu dois porter son corps jusqu'à Talia, tu le feras. Le monde n'avait pas besoin de toi. Mais il a besoin de Wonder Woman. Et toi, de Diana Prince.
Première phase du deuil : le déni. 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 244
Date d'inscription : 16/12/2016
Face Identity : Henry Cavill
Crédits : vava : Ozzy / gif : unknown

Age du personnage : 33 ans
Ville : Metropolis
Profession : Journaliste au Daily Planet / Bénévole dans plusieurs associations
Affiliation : Justice League
Compétences/Capacités :
Pouvoirs : Superforce - Supervitesse - Super endurance - Super Vision (incluant vision rayon X, vision télescopique, microscopique, et laser) - Super Souffle - Super Sens - Invulnérabilité physique - Vol - Super mémoire - Super intelligence - Super dextérité - Super guérison - Longévité

Talents : Investigation - Combat au corps-à-corps (maîtrise 2 arts martiaux kryptonien) - Sauver les jolies fesses de Loïs Lane constamment en danger quelque part pour un scoop

Faiblesses : Kryptonite (chaque couleur a des effets différents) - Magie - Soleil rouge

Situation Maritale : En couple avec l'intrépide Loïs "Yolo" Lane.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Mar 21 Mar - 0:53

The angel of Metropolis
Rumor has it Lucifer Morningstar was an angel too



Un bruit, une explosion. D'ordinaire, le bang du mur du son franchi était un signe salvateur pour nombre de gens qui avaient appris à reconnaître son auteur. Un vacarme sourd au loin quelque part dans le ciel qui pour d'autres, était signe de terreur, de fuite urgente à opérer avant que ce même ciel ne s'abatte sur eux comme la foudre. Un battement. Il n'avait suffit que d'un battement anormal pour comprendre. Un battement étouffé par le sang lui-même censé le concevoir. A des kilomètres de là, ce battement hémorragique m'avait frappé comme un coup dans l'estomac. Je l'aurais reconnu entre des millions, comme chaque coeur que je connaissais personnellement et que je préservais sous mon radar sensoriel. Sur le moment je n'y avais pas cru. Elle était, à mes yeux, la quintessence de l'immortalité, invincible à jamais. Et pourtant.

Mach 8 fut la vitesse que j'atteignis sur la courte distance qui séparait Gotham de Metropolis. Faisant fi des murmures de Diana et de Red Hood, des espoirs des Amazones parlant de Themyscira et ses guérisseurs, ce fut donc à Mach 8 que mes deux poings, tendus au-devant de mon visage crispé d'une concentration furieuse, allèrent frapper de plein fouet le torse du Dieu de la Guerre. L'onde de choc souleva la terre, les gravats, la poussière, les corps tout autour, en une vague circulaire implacable pour quiconque se trouvait trop près. Mais j'avais pris mes précautions de loin grâce à ma super-vue pour m'assurer que la voie était à peu près libre de toute vie, hormis de celle que j'allais réduire à néant. Hercule était peut-être déjà mort, chose en soi déjà surprenante surtout de la part d'un humain, mais son leader était toujours là. Arès termina sa course dans les gravats de l'hôpital, ricochant droit vers la station essence qui explosa à l'impact. Loin de m'arrêter là, je fonçai dans les flammes, l'y retrouvai sans lui laisser le temps de comprendre qui avait osé l'attaquer ainsi par surprise. Je le frappai, frappai, et frappai encore à même le sol, hors de toute contenance, creusant un cratère morcelé autour de lui.

Sorti de nulle part son pied rencontra mon visage et me refoula en arrière, m'envoyant littéralement labourer le sol sur plusieurs mètres. « Je m'étonnais presque de ne pas voir la petite Ligue débarquer... » ricana le Dieu en essuyant le sang de sa lèvre explosée. « Oh, mais j'oubliais... elle est dépassée par sa propre incompétence un peu partout dans ce pays de misérables mortels...  Et elle se réduit comme peau de chagrin... » Son sourire carnassier fut de trop. Diana. Non. Non, je refusais. Combien des nôtres étaient encore en ce moment même en train de lutter ? J'entendais leurs coeurs, leurs ordres, leurs cris de rage et de douleur aux quatre coins du pays, carburant de ma fureur grandissante. J'allais lui faire ravaler son orgueil. Je le vis émerger des flammes, ramassant sa hache déicide alors que sa lèvre se refermait déjà, que sa peau parsemée d'hématomes retrouvait la couleur normale de son épiderme. Il regarda vers le ciel, tendant les bras autour de lui comme surpris de n'avoir rien. Me narguait-il, ou s'était-il attendu à subir un autre sort extérieur ? Je ne cherchai même pas à savoir.

Je repartis sans attendre, volant à pleine vitesse droit sur lui, et lui sur moi. La terre trembla de nouveau. Je n'en avais que faire. Batman, Nightwing, Red Hood, la médecin improvisée dont j'ignorais l'identité, et tous les autres, s'affairaient à évacuer la zone autant que je m'employais à éloigner ce monstre d'eux et de Diana. Tout ce que je savais, c'était qu'elle était au bord de la mort par sa faute. Tout ce que j'entendais, c'était la disparition lente de ses signes vitaux, de tout ce qui me permettait de savoir où elle était. Tout ce qui me permettait de savoir qu'elle existait. Qu'elle était vivante.
Boum. Lourd battement de coeur. Uppercut. Esquive. Coup de poing droit, puis gauche, puis droit, puis uppercut encore. Boum. J'entendais sa voix faiblir à l'égard de celui dont elle m'avait parlé quelques jours auparavant, après notre combat contre Bizarro. Coup de genoux dans sa mâchoire. Son poing droit dans mon flanc. Boum. Je me baissai pour éviter le coup de hache, et les multiples coups suivants, le bombardant de mes poings en super-vitesse sans une once de répit.  Sa lame me taillada plusieurs fois malgré ma réactivité, mais je tins bon. Arès était un expert de la guerre et du combat, mais mes pouvoirs avaient désormais la chance de se combiner aux entraînements que m'avait donné Diana elle-même ainsi que Bruce. Je ne savais même pas si j'étais de taille, mais je ne me posais pas la question. A vrai dire, je ne m'en posais plus aucune. Mon cerveau, mon corps entier, étaient tendus, focalisés sur ce duel rythmé par les afflux sanguins de celle que j'étais venu à considérer comme une amie, voire même une soeur. Boum. Tiens bon Diana, je t'en supplie. A chaque battement qui faiblissait, ma force se décuplait sous la haine et l'effroi. Boum.  « Il paraît qu'ils te considèrent comme un Dieu... Tu es tout juste digne de mourir de la main d'un vrai, Kryptonien... Il est temps que tu la rejoignes... »
Je me retrouvai à traverser plusieurs murs après une contre-prise de sa part. Le bâtiment déjà à moitié détruit acheva de s'écrouler sur moi. Il était fort. Ses coups me faisaient mal. Un détail qui valait d'être précisé car peu pouvaient s'en vanter. J'encaissai dans un gémissement étouffé. Etouffé par tant de colère que je ne sentis finalement rien sous l'adrénaline. Parler de Diana morte était la dernière chose à faire. Sous les décombres, deux yeux rougeoyants percèrent l'obscurité, prenant une ampleur fulgurante. « La ferme ! LA FERME ! » Fou de rage, incapable de rester muet ni de contenir le flot de colère qui envahit mes veines comme un torrent de lave, je me jetai vers le Dieu. La lave haineuse qui m'animait s'en déversa comme un déluge de feu qu'il tenta habilement de parer avec sa hache.



La chaleur alentour atteignit rapidement les quelques deux mille degrés celcius et continua de grimper alors que je hurlais sur mon ennemi en me rapprochant de lui. Qu'importe que le feu m'était partiellement renvoyé dessus, je le sentais faiblir, je voyais sa hache trembler pour tenir, plus atteint que moi par sa violence. Je savais que cela ne le tuerait pas mais ce n'était pas le but. Non. Pas comme ça. Juste l'aveugler d'un torrent de rayon et d'une douleur cuisante. Juste assez pour me retrouver face à lui sans même qu'il ne le réalise. « Qu'est-ce que... » Je saisis son poignet et sous la surprise, l'écartai brusquement tout en stoppant dans ma paume son autre poing. Là où il s'attendit sans nul doute à recevoir le feu de mes yeux en plein visage sans sa hache en travers pour le protéger, ce ne fut pas le cas. Je libérai mes poumons de leur longue inspiration, déversant un flot de glace assassin qui dévasta son corps entier en une fraction de seconde. Son propre corps devint sa prison de gel. Je n'utilisais pratiquement jamais ce pouvoir, ce qui avait le don de le faire oublier à mes ennemis. Erreur fatale. Lâchant son poing immobilisé, je fermai le mien à m'en blanchir les jointures et fracassai son poignet tenant la hache, désormais dans ma main. Son avant-bras se brisa en morceaux, et d'une vague de vibrations de vitesse je fis tomber à mes pieds le reste de sa main glacée qui tenait encore le pommeau. Intérieurement, ma moralité, mon éducation, mes valeurs, hurlaient d'une telle violence, mais ma haine hurlait plus fort. Arès ne resterait pas longtemps ainsi mais je n'en aurais pas pour longtemps, justement.
Mes yeux fixèrent la double lame et usant de ma vision je la fis surchauffer de nouveau, pour mieux l'abattre sur ses deux bras gelés. La lame brûlante trancha sa chair, la cautérisant dans l'instant, bloquant son facteur guérisseur pour bien plus que quelques secondes cette fois-ci. D'un coup de pied dans le torse je brisai sa prison et fissurai sa peau et ses muscles sous le choc, le laissant tomber à terre. Je jetai la hache de côté. Mes mains jointes, j'abattis ces dernières sur son visage, encore et encore, les yeux toujours étincelant d'une fureur rouge. « Tu as raison je ne suis pas un dieu... LES DIEUX JE LES BRISE ! » rugis-je en dévastant son visage gercé des flammes de mes iris. Je ne réfléchissais plus, j'avais juste envie de me lâcher, de ne plus rien garder. Je le pouvais, je le savais. Car il ne mourrait pas. Je pouvais détruire son corps mais pas son essence, Diana me l'avait expliqué, alors à quoi bon me retenir.

Soudain, une enveloppe d'étranges lueurs. Je réalisai qu'Arès était en train de s'évaporer. Mon double-poing s'abattit non plus sur son visage tuméfié et carbonisé, mais sur le sol même. Téléportation magique. « NON ! » vociférai-je. « LACHES ! » Qui avait ôté Arès à son sort ? Qui ? Je restai perdu dans mon ouragan de colère intérieure, privé de mon défouloir. Des vies avaient été prises aujourd'hui à Metropolis au nom d'un jeu d'énigmes malsain. Diana. Gotham. Quels dégâts dans les autres villes ? Et ce monstre qui s'échappait ? Combien de victimes ? Soudain, j'eus le vertige, l'épuisement d'une telle quantité d'énergie puisée me cognant tel une massue. Ca, et surtout le silence. Je ne l'entendais plus. Je n'entendais plus son coeur et ça depuis plusieurs dizaines de secondes déjà. Plusieurs minutes que Batman, incapable de s'approcher du combat sans risquer de fâcheux dommages collatéraux, tentait de m'appeler, hurlant mon nom, auquel j'étais resté sourd, perdu dans ma vendetta.
« Diana. » En une fraction de seconde je me retrouvai à ses côtés. « [...] On peut contacter la Ligue et l’emmener dans un puits de Lazare. Ça a marché pour moi ça marchera pour elle. » Jamais. Même pas en rêve. Etait-il devenu fou ? Le Lazare était aussi malsain que son propriétaire auto-proclamé. Red Hood était agité, désespéré, j'entendais son coeur au bord de la rupture physique. Derrière lui, la silhouette inerte au sol s'imposa à mes yeux tout sauf préparés. Non. Je me précipitai auprès d'elle, posant genoux à terre. Je scannai son corps de tous mes sens à disposition à la recherche de la moindre once de vie. Sans réfléchir, mes pupilles s'animèrent de rouge à nouveau, mais non pour détruire cette fois-ci. Avec une précision chirurgicale qui fut des plus délicates à tenir au milieu de mes tremblements de haine et de chagrin, je cautérisai ses blessures, dont la plus mortelle en premier. J'aurais aimé la voir bondir, me frapper même en réaction à la douleur de ce bandage brûlant. Mais elle ne bougea pas, et ce fut mon coeur qui rata un autre battement. Non. Non. Elle ne pouvait pas. Pas elle.
Serrant le poing, je le levai pour mieux l'abaisser avec force sur sa cage thoracique. Une fois. Deux fois. Trois fois. Espérant ranimer son coeur à la seule force de ma conviction. De mon fol espoir. « Superman... C'est inutile... » « TAIS-TOI ! IL N'EST PAS TROP TARD ! » éructai-je en toisant férocement Hawkman, qui retira sa main. Je ne pouvais pas être arrivé trop tard. Non. Avec tous ces pouvoirs, me rendre aussi impuissant était d'une cruauté sans nom. Je ne le supportais déjà pas à chaque fois que j'échouais à sauver une vie. Avec Diana, ce serait au-delà de l'insupportable. Elle qui était l'une des rares à qui je pouvais me confier, parler, qui pouvait me comprendre. et que je pouvais comprendre. Boum. Je rabaissai mon regard sur le visage de Diana, et me figeai, mes yeux retrouvant leur bleu originel soudainement marqué par la surprise. Boum. « J'entends son coeur... Elle est vivante... J'entends son coeur ! » m'exclamai-je, porté par une nouvelle énergie. C'était un battement extrêmement faible, sur la brèche, prêt à s'évanouir de nouveau, mais il existait. Il était là. Il était là, ce fol espoir. Immédiatement, je décrochai ma cape et enveloppai délicatement son corps dedans. Sa composition kryptonienne était résistante et hermétique, elle la garderait au chaud et la protégerait de la friction surpuissante de l'air durant le vol hypersonique à venir.  Je la soulevai dans mes bras, la serrant contre mon torse d'un geste protecteur. « Je dois l'emmener au plus vite à Themyscira, » déclarai-je, focalisé sur le rythme de son coeur par peur de ne plus l'entendre. Un seul regard vers Batman qui acquiesça de la tête. Mon regard bifurqua sur la jeune femme qui avait maintenu Diana en vie le plus longtemps possible. J'étais encore trop ailleurs pour parler mais je savais que je lui devais beaucoup. Puis je toisai Red Hood, de qui je ne savais quoi penser. Et je ne voulais pas avoir à y penser en cet instant. Un seul objectif, rejoindre Themyscira au plus vite.

MESSAGE HORS-JEU:
 


_________________



"You are my world."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Sam 25 Mar - 18:37

war zone
gotham city


Les seringues viennent lui influer en lui un courage sous forme liquide. Il serre les dents, tient son bras pendouillant. La douleur se fait plus simpliste, moins agressive. Elle ne disparait pas complètement. Impossible avec les dégâts faits sur son corps. Ce qu'il lui faut, ce soin des soins, du repos. Des privilèges qu'il ne peut pas se permettre d'avoir, pas maintenant. Pas alors que Gotham s'écroule de tous les côtés. « Merci. » Et le regard de Hope, toujours aussi accusateur. Il connait sa réticence face aux justiciers, mais avec lui, cela semble dépasser toutes limites. La question reste pourtant au fond de sa gorge. Ce n'est pas le moment de l'interroger. Il aura bien le temps, une autre fois. S'ils s'en sortent. Elle tourne vivement la tête. Dick, il suit le mouvement. Et sous ses yeux, c'est l'apocalypse. L'épée ressort du corps de l'Amazone, laissant cette dernière tombée comme une vulgaire poupée de chiffon. La bouche béante, aucun son ne passe ses lèvres. C'est pas Wonder Woman qui vient de s'écrouler, c'est leur espoir de s'en sortir. Hope est la première à réagir, à le secouer. « Ouais, j'y vais. » Sans demander son reste, ignorant sa jambe qu'il lui demande de s'arrêter, Dick s'élance à la suite de l'interne. Il le suit dans les décombres, faisant attention aux civils sous influence qui risquent de s'interposer. L'hôpital, au départ vrai champ de bataille, n'est plus que désolation. Désert depuis l'écroulement, ils ne risquent pas d'être dérangés. « Vous pouvez vous charger du défibrillateur ? » Hochement de tête en guise de réponse. Il lui suffit de retrouver celui que Jason a utilisé un peu plus tôt. Rapidement, Dick retrouve ses marques dans le bâtiment enseveli. A quelques mètres, il remarque un objet familier, coincé sous un morceau  de pierre. Il se précipite vers lui, et soulève avec difficulté de sa seule main valide le bloc. Le défibrillateur est abimé, mais il ne semble pas complètement hors d'état de marche. Il appuie sur un bouton, et ce dernier s'illumine. Un sourire de satisfaction se dessine sur son visage. Demi-tour. Il retrouve l'interne, les mains pleines. « T'as tout ce qu'il te faut ? » Dick fait le décompte rapide, tout ce que Hope a demandé semble être là. L'interne bouge la tête de haut en bas. Puis de nouveau, ils s'élancent, vers le corps inanimé de Wonder Woman. Puis le rappel d'Hope. Le sang. Un soupir passe les lèvres de Dick. Putain, il se sent complètement impuissant. Il remarque Jason. Douleur transperçante. Rien de physique. Son frère n'est plus que souffrance. La scène qui se joue devant son regard vient lui tirer des larmes. Dick, il veut se rapprocher, tenir Jason. Mais pour lui dire quoi ? Y'a rien qui vient. Aucun mot qui ne pourrait apaiser sa douleur. Malgré l'épisode de sa mort, le voir dans cet état, c'est pire que tout. Pire qu'il n'aurait imaginé. Tout ça, c'est d'une violence sans nom à ses yeux. Dick, il est tellement brisé par l'état de Jason qu'il ne remarque à peine l'intervention de Superman. Pour lui, c'est comme si le monde s'était arrêté, au moment où son frère s'était écroulé aux côtés du corps sans vie de Diana. Plus loin, le combat s'arrête. Mais il n'y accorde aucune attention. Puis c'est le kryptonien qui prend la relève au près de l'Amazone. Et à ce moment-là, il s'autorise un geste Dick. Lentement, sans grande conviction, il se rapproche de Jason. Il ne cherche pas à obtenir son accord. Il n'attend pas de voir s'il est réceptif. Dick, il attrape Jason par le bras, puis il vient le nicher contre lui. Malgré un gabarit plus petit que celui de son frère, Dick a l'impression de le garder entier. Il refuse de le lâcher. Il a trop peur de le voir tomber en morceaux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1059
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by lux aeterna, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   Dim 26 Mar - 20:46

Hope avait déjà vécu des charniers, elle avait déjà perdu des patients – bien trop pour pouvoir les compter – et elle avait également fait face à la douleur de centaines de proches coupés d’un être cher. Elle s’était endurcie, elle essayait toujours de prendre du recul pour ne pas tomber à genoux à chaque fois qu’elle se retrouvait face aux larmes et aux supplications. C’était d’autant plus facile depuis qu’elle était à Gotham, loin de sa fille, et qu’elle ne s’autorisait plus de sentimentalisme de peur de craquer complètement. La mort était son quotidien. Mais la mort de Wonder Woman, c’était quelque chose de bien différent, de plus difficile à accepter. Et pire encore, bien pire encore, il y avait la douleur incroyable qui jaillissait de Jason. Hope s’était attendue à être mise sous pression par Batman ou un de ses pairs pour sauver la guerrière, mais elle n’aurait jamais pu imaginer que le premier à arriver serait Jason, et qu’il serait si affecté. Hope avait déjà vu cette réaction des dizaines de fois, un amant suppliant sa bien-aimée de ne pas l’abandonner … Mais c’étaient Red Hood et Wonder Woman, deux personnes qui, dans l’esprit de Hope, ne possédaient ni sentiments ni cœur, juste une rage et une violence qui leur permettaient de vivre une vie bien différente de la sienne. C’était un schéma simpliste qu’elle savait être erroné, pour avoir entraperçu une fois ou deux quelque chose de plus humain à travers leur masque de fer, mais jamais autant que ce soir. Jason était déchiré par la terreur de perdre sa bien-aimée, sa Diana. Face à la mort, ils étaient égaux à tous les êtres sans défense qui avaient déjà perdu la vie ce soir. Ils souffraient, ils pleuraient, ils se révélaient. Ils mouraient. Hope se recula en comprenant qu’elle ne pouvait plus rien pour elle, pour eux, et le laissa prendre son corps brisé dans ses bras. Elle avait du mal à supporter ce spectacle, et elle détourna les yeux, les poings serrés sur le matériel qui avait servi à la transfusion, et qui était maintenant inutile. Wonder Woman allait mourir là, elle avait fait tout ce qu’elle pouvait pour la sauver, mais il fallait savoir se résigner.

Elle s’était résignée, comme beaucoup autour d’elle. Ainsi, le choc assourdissant qui annonça l’apparition de Superman lui causa une peur intense. Mais ce ne fut rien comparé à ce qui suivit : yeux écarquillés, Hope ne put détacher son regard du combat qu’il entama avec Arès. Chacun de ses coups était si puissant que la terre en tremblait, et elle fut bientôt certaine qu’ils allaient tous être pulvérisés, comme les insignifiants dommages collatéraux qu’ils étaient tous, qu’ils avaient toujours été. Elle ne l’avait jamais vu en chair et en os (mais était-il réellement fait de chair et d’os ?) et les manifestations de ses pouvoirs absolument hors normes la saisirent d’une horreur sans nom. Il vint à bout du dieu en déployant une rage impensable pour la jeune médecin, toujours tétanisée. Ce fut seulement à ce moment là qu’elle recula précipitamment, s’écartant de Diana et de Jason en comprenant que Superman se dirigeait vers eux. A nouveau, il fit usage de son terrifiant pouvoir, et Hope jeta un regard éperdu autour d’elle en espérant que quelqu’un s’élèverait contre ce traitement barbare, mais personne ne broncha. Etaient-ils tous aussi terrifiés qu’elle de la rage du surhomme ? Elle ne cherchait plus à comprendre. Elle n’entendit qu’à peine Superman déclarer que Wonder Woman était vivante, encore trop choquée de l’avoir vu marteler sa cage thoracique, et sûrement trop incrédule pour croire que l’Amazone ait survécu à cette violence. Quand finalement Superman jeta un regard autour de lui et posa ses yeux sur elle, elle eut un mouvement de recul instinctif, mais il se détourna rapidement sans la faire flamber de son regard impossible. Il s’envola alors en emportant le corps de Diana, et Hope poussa un long soupir. C’était terminé. Elle se laissa tomber par terre, ses jambes flageolantes cédant finalement sous son poids après l’avoir aidée à traverser l’enfer. Elle se ferma totalement à ce qui se passait autour d’elle, oubliant les vivants et les morts, les héros et les humains. D’un geste lent, elle prit une compresse et essuya le sang qui maculait ses mains. La nuit allait être longue, trop longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: ✸ WAR ZONE   

Revenir en haut Aller en bas
 
✸ WAR ZONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Euscaphis japonica, zone 6!
» Callistemon rustique en zone 8 (-12°C)
» Quelles plantes 'tropicales' pour la zone 8 ?
» petit patio en zone 8
» Impatiens hians annuelle en zone 8?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: UNITED STATES OF AMERICA :: gotham city-