AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Did you miss me ? (Susan&Hope)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


human being

Messages : 1512
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by magnus effect, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Sam 1 Avr - 17:25

Did you miss me ?
Susan & Hope

Hope avait fini par craquer. Après s’être dit qu’elle ne prendrait pas de jours de congés, qu’elle tiendrait bon malgré la destruction de l’hôpital, malgré les cauchemars, malgré la fatigue … Elle n’avait pas réussi. Elle était pourtant allée au bout de ses réserves, elle avait tiré la corde jusqu’au point de rupture, et quand elle avait failli tuer un patient pour une bêtise, elle s’était rendue compte que ce n’était plus possible. La mort dans l’âme, elle s’était résignée à prendre quelques jours de repos. Elle ne pouvait raisonnablement pas continuer en ce sens, car si elle ne tuait personne, c’était elle qui finirait par craquer. Et elle ne voulait ni l’un ni l’autre, n’est-ce pas ? Mais dès qu’elle s’était réveillée chez elle le premier matin, sans avoir à se rendre au travail, elle s’était dit que le congé était une idée vraiment terrible. Qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir faire ? C’était la première fois depuis qu’elle était à Gotham qu’elle se retrouvait ainsi, sans avoir à se rendre à l’hôpital. Et elle ne savait absolument pas comment combler ce temps, toutes ces heures infinies qui s’étalaient devant elle, prêtes à l’engloutir comme un monstre sorti des enfers. Comme un Minotaure, comme un zombie, comme un Dieu de l’Olympe, comme un Superman ou un Batman. Bref, comme tout ce qui hantait ses cauchemars et qu’elle ne voulait pas voir débarquer en plus quand elle était éveillée, merci bien. Parce que forcément, quand elle n’était pas occupée à courir d’un bout à l’autre des urgences, elle se retrouvait seule face à ses souvenirs, elle les faisait tous ressurgir sans pouvoir s’en empêcher, et c’était atroce. Elle avait donc décrété que ce n’était pas possible. Qu’elle ne resterait pas enfermée plus longtemps entre les quatre murs de son appartement miteux. Elle avait hésité un bon moment sur ce qu’elle ferait, et c’est en posant ses yeux sur une lettre, posé sur sa commode, qu’elle avait fini par se décider. Elle avait décroché son téléphone et avait appelé Susan – alors qu’elle ne l’avait pas appelée depuis des années. Elles correspondaient depuis longtemps, mais elles parlaient très rarement de vive voix. Les lettres et les mails rendaient les choses différentes de ce qu’elle aurait pu partager avec n’importe qui d’autre, c’était ainsi qu’elles avaient bâti leur amitié et Hope ne voyait pas pourquoi cela changerait. Elle aimait cette correspondance, qui la faisait sortir de son quotidien. Mais elle avait fait une entorse à cette petite règle en téléphonant à son amie et en lui demandant une faveur. Elle ne se permettait pas ce genre de demande en temps normal, mais elle était à bout et Susan dut le comprendre rien qu’à sa voix. Elle avait besoin de quitter Gotham, de s’extirper de cette noirceur immonde qui l’engluait à ses rues. C’est ainsi qu’elle prépara quelques affaires et qu’elle s’enfuit, littéralement, de cette prison qui l’enchaînait depuis trop longtemps.

La route jusqu’à Central City permit à Hope de s’éclaircir les idées, et eut l’effet bénéfique de la faire respirer plus librement. Elle ne s’était jamais rendue dans cette ville, qui n’avait rien de commun avec Bludhaven ou Gotham, et c’était agréable de penser que pour une fois, elle allait pouvoir se balader dans des rues qui ne seraient pas des coupe-gorges. Elle aimait Bludhaven pour y avoir grandi et y avoir vécu les meilleures années de sa vie malgré tout, et elle avait eu une certaine affection pour Gotham il y a bien longtemps … Mais ces deux villes étaient parmi les pires du pays, et cela faisait un bien fou d’en sortir. Elle laissait tout ça derrière elle, elle allait se changer les idées. Elle n’oubliait ni sa fille, ni son travail, elle se permettait simplement, pour la première fois depuis très longtemps, de mettre ces fardeaux entre parenthèse, juste quelques heures, ou quelques jours. Elle n’avait pas le choix.

Elle se gara finalement au centre-ville, sans pouvoir se départir de la crainte familière de voir sa voiture brûlée ou volée dès qu’elle aurait le dos tourné – elle payait une fortune à Gotham pour avoir un garage individuel, jamais elle ne l’aurait laissée ainsi dans la rue. Mais elle se morigéna, se répétant qu’elle n’était plus dans la ville des vices, et elle flâna tranquillement dans les rues pendant un moment. Elle acheta une bouteille de vin, une boîte de chocolats, et un livre qu’elle fit emballer dans un paquet cadeau, puis prit le chemin de l’appartement de Susan. Elle lui offrit un grand sourire, quoique fatigué, quand celle-ci lui ouvrit sa porte. « Salut ! Je suis désolée de débarquer comme ça à l’improviste, mais si je restais chez moi une heure de plus, j’allais vraiment craquer. J’ai jamais beaucoup aimé prendre de congés, mais là, c’est vraiment pire que tout … » Elle prit son amie dans ses bras, puis lui présenta ses petites emplettes, ainsi que le paquet cadeau. « Pour me faire pardonner j’ai acheté quelques petites choses … Et je t’offre le resto ce soir si tu veux ! Il doit bien y avoir des trucs sympas dans le coin ? Comme c’est pas Gotham, je suis pleine d’espoir. » Voici un mot qu’elle avait banni de son vocabulaire dernièrement : l’espoir … Comme si son prénom suffisait à l’ironie de son sort, elle évitait généralement de parler d’espoir, mais aujourd’hui était différent. Elle se sentait bien mieux qu’elle ne l’avait été depuis des mois, rien qu’à la vue de Susan et à cet environnement différent de celui qu’elle côtoyait quotidiennement.

Made by Neon Demon

_________________
My conscience has been poisoned


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Mer 19 Avr - 17:56


DID YOU MISS ME ? – SUE LAWTON & HOPE WILLIAMS



Il y a des appels dans la vie que l’on ne s’attend jamais à avoir. Il y a des correspondances qui s’éternisent et qui développent l’amitié entre deux inconnus. Mais ces liaisons épistolaires ne sont-elles qu’éphémères ? Les siècles sont passés et les relations à distance ont atteint un boum sans précédent avec l’apparition des nouvelles technologies. Il y a encore deux cents ans, une lettre pouvait mettre des semaines avant d’atteindre son destinataire, mais la patience entretenait le charme de la liaison. Aujourd’hui avec internet, les téléphones portables, les SMS, il est possible d’atteindre tout le monde en seulement quelques secondes. Le monde et sa grandeur ne sont plus qu’un euphémisme facilement franchissable. Il en de même pour les rencontre. De nos jours, les webcams peuvent permettre à une grand-mère de l’Ohio de voir ses petits-enfants grandirent jour après jour au Nevada. Et les transports terrestres ou aériens peuvent lui permettre de rejoindre les siens en moins d’une journée. Alors qu’il y a cinq ans ans, lorsque l’on retrouvait quelqu’un que l’on avait connu après quelques années d’absences, nous nous retrouvions bien souvent devant un inconnu.

Alors quand Hope Williams m’appela, je n’ai pas su vraiment comment réagir à sa démarche. J’acceptais ce qu’elle me demandait, mais la peur et la joie se combattait en moi sans que je comprenne pourquoi !

J’avais rencontré Hope une dizaine d’années plus tôt, les rues de Gotham recèlent bien des surprises. Dix ans… ce qui correspondait à une éternité après tout ce que j’avais vécue. Je finissais mon internat à Gotham, je rêvais déjà d’une autre vie, d’une autre ville. Je ne connaissais pas Floyd. Hope, quant à elle, commençait ses études de médecine. Je ne me souviens plus très bien comment cela à finir par se créer, mais nous nous étions plus quitté après ça. Enfin d’une certaine façon ! J’avais rarement vu la jeune femme depuis notre rencontre, si ce n’était pas caméra. Etrangement, elle était celle qui devait en savoir le plus sur ma vie, sur ce que j’avais vécu. Elle n’ignorait rien de Floyd Lawton, mon assassin de mari. Et elle connaissait bien le visage d’Eddie, aussi bien que l’avait connu ma propre mère. Autant avouer que malgré la distance qui nous avait séparés toutes ces années, elle devait être une des personnes qui me connaissait le mieux au monde. De plus est, Hope avait choisi la même carrière que celle que j’avais pris à son âge. Médecin était un métier passionnant et divertissant. A croire qu’elle et moi étions semblable dans le fond.

C’était l’heure. Je venais de passer les dernières heures à mettre de l’ordre dans mon appartement. Il était aussi chaotique que l’avait été ma vie, où bien aussi surchargée. Travailler pour la police n’était pas une mince affaire. Entre les astreintes, les catastrophes méta-humaines et l’anneau magenta qui brillait à mon doigt, je n’avais pas vraiment le temps de mettre de l’ordre dans mes affaires. Cela me prit la journée, mais une partie fut occuper à feuilleter les pages d’un album photo sur lequel posait mon petit garçon. Je ne les avais pas observées avec tristesse, mais avec sourire et nostalgie, j’y avais même trouvé de nouvelles idées pour mes nouvelles toiles. Même si le temps me manquer de peindre… Je terminais d’essuyer des verres lorsque la sonnette émit le son strident. Je n’y étais pas habitué, je ne recevais personne. Et la dernière personne qui avait actionné l’appareil avait été Floyd. Je posais mon chiffon et mon verre. Je regardais vite fait dans un miroir pour voir de quoi j’avais l’air. Un vieux tablier avec l’inscription « cuisine à maman » recouvrait une jolie robe bleue à bretelle d’une simplicité effarante. Pas maquillé, pas coiffé. J’avais l’air d’une mère trentenaire qui venait de passer sa journée à cuisiner… Ce qui était presque le cas, puisque je n’avais pas cuisiné. J’ouvris la porte et vis la jeune femme, tout sourire, sous mon porche. A l’instant même où je la vis mes doutes s’évanouir et grand sourire se dessina sur mon visage. Hope Williams était là devant moi, elle était devenue une jeune trentenaire avec un regard si pétillant qu’il en brillait l’innocence. En la voyant, je ne compris pas comment j’avais pu avoir peur un seul instant.

Salut ! Je suis désolée de débarquer comme ça à l’improviste, mais si je restais chez moi une heure de plus, j’allais vraiment craquer. J’ai jamais beaucoup aimé prendre de congés, mais là, c’est vraiment pire que tout … Etait-ce la nervosité qui la faisait autant s’exprimer, je n’en eu pas le sentiment. Alors nous nous prime dans les bras l’une de l’autre, toujours en souriant. Je vins apposer une petite tape sur son épaule avant de la regarder droit dans les yeux. Tu as bien fais de m’appeler. Tu es la bienvenue. Se détachant de cette étreinte, elle me montra les victuailles qu’elle avait apportées. Pour me faire pardonner j’ai acheté quelques petites choses … Et je t’offre le resto ce soir si tu veux ! Il doit bien y avoir des trucs sympas dans le coin ? Comme ce n’est pas Gotham, je suis pleine d’espoir.

Sa remarque sur Gotham me fit rire à gorge déployée. Je lui fis signe de la main d’entrer dans l’appartement avant de refermer la porte derrière elle. Mon appartement avait un petit côté laboratoire d’artiste que j’avais toujours affectionné, on ne pouvait pas se tromper sur la personne que j’étais quand on observait mon chez moi. Je pris la bouteille de vin, les chocolats et un cadeau. Alors que je mettais chaque chose à sa place au côté cuisine, et n’osais pas regarder le cadeau pour le moment, Hope semblait observer mon environnement.

Tu n’as pas besoin de me remercier, tu sais ! Je suis certaine que tu en  aurais fait de même pour moi. Je t’avais prévenu que la vie à Gotham n’avait rien d’appréciable… Dis-je en ouvrant la boite de chocolat sur le plan de travail pour en savourer un. Tu devrais songer à changer de ville… Quand tu vas découvrir Central City, je suis certaine que tu voudras pas retourner dans le coupe-gorge qu’est Gotham ! Ajoutais-je avec un sourire taquin en lui tendant le tire-bouchon pour qu’elle ouvre la bouteille de vin qu’elle avait apporté.

Spoiler:
 

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1512
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by magnus effect, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Sam 29 Avr - 21:11

Did you miss me ?
Susan & Hope

C’était la première fois que Hope venait chez Susan. En fait, c’était la première fois qu’elle se rendait à Central City, également. En grandissant, elle avait navigué entre Bludhaven et Gotham, et après elle n’avait jamais eu le temps, ni l’argent pour voyager en dehors de son cadre habituel. Elle ne doutait pas un instant que Susan aurait pu l’accueillir bien avant aujourd’hui si elle le lui avait demandé, mais elles n’en avaient jamais eu l’occasion. Hope avait sa vie et ses emmerdes … Et Susan avait les siennes. Hope n’ignorait pas ce qu’elle avait vécu, tout comme Susan savait ce par quoi la jeune médecin était passée. Elles avaient tout partagé, mais par lettres interposées, quelquefois même sur Skype pour donner un peu plus de vie à leurs échanges, mais cela s’était arrêté là. Et c’était une sensation vraiment étrange que de se revoir en vrai après toutes ces années. Se prendre dans les bras, ce n’était pas quelque chose qui pouvait se partager par écrit … Et cette étreinte fit un bien fou à Hope, qui se demanda à cet instant pourquoi elles avaient attendu si longtemps pour partager ce moment. Ca n’avait rien de compliqué, mais ce contact humain avait terriblement manqué à Hope. Elle s’était peu à peu coupée de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des démonstrations d’affections depuis que Zach avait pris Tessa et l’empêchait de la revoir. Comme si toute entorse à sa façade glaciale risquait de la briser pour de bon … Mais non, elle s’était trompée. Elle avait besoin de voir des gens, de prendre une personne chère dans ses bras. Le manque de Tessa n’en disparaissait pas pour autant, mais ça ne la tuerait pas non plus. Elle ne devait pas s’empêcher de vivre pour sa fille – une vérité qu’elle refusait bien souvent d’admettre, mais qu’elle avait acceptée en se rendant chez Susan.

Elle pénétra dans l’appartement et jeta un regard curieux autour d’elle. Elle l’avait déjà vu sur des photos, ou aperçu derrière Susan quand elles discutaient derrière leurs webcams, mais ça n’était rien comparé à ce qu’elle découvrait aujourd’hui. L’appartement était à l’image de sa propriétaire, et laissa Hope sans voix. Il y avait une véritable âme dans cet endroit, bien loin de là où elle-même vivait. Mais elle n’avait jamais recherché à faire de son appartement un endroit douillet ou familier, tandis que Susan avait créé quelque chose de fabuleux chez elle. Détachant son regard d’un tableau quand Susan éclata de rire, Hope eut un sourire. « Oh c’est sûr, tu peux venir chez moi quand tu veux, mais ça risque d’être moins confortable ! Ton appartement est magnifique, j’adore cette pièce. Tu verrais chez moi, ça n’a rien à voir ! Et qui voudrait revenir de son plein gré à Gotham, sérieusement ? Tu as bien fait d’en partir, ne t’avise pas de revenir de si tôt. » Fit-elle avec un rictus. Elle reprit la parole plus sérieusement, son sourire s’effaçant un peu. « Je savais à quoi m’attendre en m’y installant de toute façon, c’est juste pour être près de mon père que j’y suis retournée. » Elle avait quitté Bludhaven dans la précipitation, emplie d’une détresse sans nom. Son choix pour Gotham avait été fait naturellement, parce qu’elle y avait passé plusieurs années auparavant et qu’elle connaissait déjà la ville, alors elle n’avait pas cherché plus loin. Elle pouvait veiller sur son père, ainsi … Mais franchement, elle commençait à se dire que ça avait été une erreur. Les emmerdes n’avaient pas cessé de s’accumuler depuis – comme si elle avait besoin de ça ! Alors la proposition de Susan n’était pas si extraordinaire que ça. Hope refusait d’y songer sérieusement pour l’instant, mais elle serait bien mieux ailleurs, c’était certain … « Je compte sur toi pour me vendre ta ville alors ! Il faut que tu m’en mettes plein les yeux pour que je ne veuille plus rentrer chez moi. » Elle disait cela sans trop y croire, elle ne se sentait pas la force de quitter la ville pour un nouveau départ ailleurs. Elle trouverait sans doute du boulot ici, mais elle perdrait également la seule chose stable dans sa vie : elle avait des souvenirs agréables à Gotham, malgré tout. Elle y avait passé du temps en famille quand elle était enfant … Et si elle perdait même ça, elle avait peur de se perdre complètement. Tant qu’elle n’aurait pas Tessa avec elle, elle ne pourrait pas faire ça. Elle en était certaine, et cela teintait son humeur d’une certaine mélancolie qu’elle ne parvint pas tout à fait à repousser. Elle attrapa le tire-bouchon que lui tendait Susan et ouvrit la bouteille qu’elle avait acheté, puis la déposa sur le plan de travail, à côté des chocolats. Elle ne buvait pas d’alcool, par contre elle n’allait pas se priver pour les petites friandises ! Elle se servit un chocolat, puis se tourna vers Susan. « Assez parlé de Gotham … Tu me fais visiter ton appartement ? Depuis le temps que tu m’en parles, je voudrais voir le coin où tu peins. » Parler d’autre chose, se plonger dans la vie de Susan et partager avec elle ses passions pour éviter de trop ressasser leurs maux, voilà qui lui semblait une bonne idée.


Made by Neon Demon

_________________
My conscience has been poisoned


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Mer 14 Juin - 20:11


DID YOU MISS ME ? – SUE LAWTON & HOPE WILLIAMS


Je ne manquais pas un seul instant de l’investigation de Hope face à mon appartement. Elle avait dans les yeux de petites étoiles comme si elle s’était retrouvée plongé dans un autre univers. Ce qui n’était pas totalement faux car si Gotham était une statue grecque faite de marbre, Central City était Les Tournesols de Van Gogh. D’un jaune lumineux et chaleureux, donnant l’envie de sourire. C’est ce qui m’avait attiré ici, si loin de ma ville de naissance. Après tout ce qui m’était arrivé j’avais voulu… carrément désiré… sourire de nouveau. Et même si mon amie était ne semblait pas prête à faire le saut, son visage indiquait combien cela lui ferait du bien. Mais je ne comprenais que trop bien son sentiment. Mon fils était mort, mais sa fille était toujours vivante. Comment reconstruire une nouvelle vie dans un contexte aussi chaotique ?

Je compte sur toi pour me vendre ta ville alors ! Il faut que tu m’en mettes plein les yeux pour que je ne veuille plus rentrer chez moi. Je me mis alors à rire.
Oooooh je n’en ferais rien ! Central City sait très bien se vendre toute seule. Concluais-je par un clin d’œil.

L’anneau à mon doigt émit une faible lueur que je fus la seule à percevoir. Il réagissait aux sentiments présents dans la pièce. Je pensais à mon fils et Hope pensait probablement à son enfant elle aussi. J’éloignais mon esprit de l’amour, de l’anneau et des Star Sapphires. Il y avait plus important à gérer ici… Mon amie avait besoin de moi. De se sentir bien !
Je pris la bouteille de vin quel me tendit. Je n’avais pas trop compris pourquoi elle me l’avait apporté car si mes souvenirs étaient exacts, Hope ne se laissait jamais aller aux plaisirs de l’ivresse. Tout du moins ne le faisait-elle plus. Ce qui n’était pas mon cas, car je vouais un culte aux saveurs fruités et onctueuse des bons vins. Je me sortis donc un verre que je remplis au trois quart avant d’en déguster une gorgée. Délicieusement délicat en bouche et fleuri au nez. Bien. J’appréciais l’attention.

 Assez parlé de Gotham … Tu me fais visiter ton appartement ? Depuis le temps que tu m’en parles, je voudrais voir le coin où tu peins.

Je failli m’étrangler avec mon alcool avant de sourire et de répondre par l’affirmative. Je fis signe à Hope de me suivre pour atteindre la chambre d’ami. La chambre dans laquelle elle allait loger et qui me servait de laboratoire artistique depuis que j’avais commencé.  La pièce ne faisait que douze mètres carrés mais elle pouvait accueillir un lit de place et mon bordel d’artiste peintre en même temps. Mettons que ça me permettait de camoufler mon désordre quand je ne pouvais plus le voir, il me suffisait alors de fermer la porte. J’ouvris la porte et fis une révérence à Hope en lui tenant l’accès ouvert.
Il y avait une demi-douzaine de toiles posé les unes contre les autres sur un mur. Elle représentait toute la même chose… Eddie dans des scènes de la vie quotidienne. Le peindre était ma façon de faire mon deuil. Il y avait une toile en cours de création posée sur un trépied. Elle avait des couleurs très vives allant du rose au violet, elle restait dans ces tons très féminins. Elle ne représentait pas grand-chose pour moment… c’était une toile compliqué ! La première sur laquelle n’apparaissait pas Eddie.
Et à côté d’elle se trouvait ma lanterne. La lanterne des Star Sapphires, celle qui me permettait de recharger mon anneau d’énergie. En vérité, je mettais inspiré de ce que j’avais vu et vécu sur Zamaron pour peindre. Mes souvenirs n’étaient pas flous mais il était compliqué de juxtaposé ce que j’avais en tête. Je n’obtenais rien de concret… et pour garder le secret c’était peut-être une bonne chose que je n’y parvienne pas.

Voici quelques-uns de mes chefs d’œuvres… pour les autres, il faudra aller voir dans la cave car je n’avais plus de place ici. Dis-je en souriant et en continuant de lui présenter ma tanière. Et là…  c’est ma dernière œuvre ! Que je ne parviens pas à finir car je ne parviens pas à savoir où elle va m’emmener… Tu vois ça n’a rien de bien…. mystérieux ou impressionnant ? Je ne sais pas trop à quoi tu t’attendais en vérité, mais voilà, c’est chez moi. Emis-je alors que mon amie semblait être obnubilée par ce que lui présentait. Mais je suis certaine que tu seras bien plus impressionné par sa ville et ses restaurants. D’ailleurs, si tu y tiens réellement, il va falloir y aller, car l’activité festive est telle ici, que si on veut une table à un bon endroit, il faut s’y prendre vite.


EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1512
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by magnus effect, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Ven 7 Juil - 18:54

Did you miss me ?
Susan & Hope

Hope était réellement heureuse d’être là. Peut-être pas au point de s’y installer définitivement – elle venait juste d’arriver après tout ! – mais elle allait profiter de ces moments ici, du mieux qu’elle le pourrait. Il ne fallait pas déjà penser à son retour à Gotham. Ne pas penser à l’hôpital détruit, aux monstres, aux tueurs complètement fous … Ne pas penser à toutes ces choses qui allaient lui faire perdre la raison et qui l’avaient poussée à prendre quelques jours de repos loin de cette folie. La normalité, c’était ce dont Hope avait besoin. La normalité et l’amitié ! Et elle trouverait les deux auprès de Susan. Elle haussa les sourcils et offrit un franc sourire à son amie. « Bien, on va laisser Central City me séduire dans ce cas ! Elle a intérêt à sortir le grand jeu pour moi, je suis difficile, je viens de la meilleure ville du pays après tout. » Ironisa-t-elle. Susan et elles étaient très bien placées pour connaître les mauvais côtés de Gotham. Les pires côtés … Et il était très facile de trouver n’importe quelle ville bien meilleure que celle-ci.

La jeune femme suivit ensuite son amie jusqu’à son atelier, très curieuse de découvrir enfin ce lieu. Elle connaissait l’âme d’artiste de Susan, mais elle n’avait jamais eu le plaisir d’observer une de ses œuvres en vrai. Hope n’avait pas vraiment de fibre artistique, elle était bien trop terre-à-terre pour ça et n’avait jamais su créer quoi que ce soit de ses mains, ce qui rendait d’autant plus grande son admiration pour Susan. Elle ouvrit de grands yeux en découvrant la pièce, un joyeux bazar empli de toiles de toutes sortes. Pourtant, son admiration se teinta de peine en découvrant partout le même petit garçon, et elle ressentit une vive douleur à la poitrine en comprenant que c’était ainsi que Susan parvenait à supporter la perte de son fils. « C’est magnifique. » Fit-elle d’une voix étranglée. « Je ne sais pas comment tu fais. » Ajouta-t-elle doucement. Même si Hope avait su peindre, elle n’était pas certaine d’avoir la force de représenter sa propre fille ainsi et d’en supporter la vue chaque jour en sachant qu’elle ne la reverrait jamais. Si elle pouvait encore regarder les photos de Tessa, c’était justement parce qu’elle avait l’espoir de la revoir. Susan n’avait rien de tel auquel se raccrocher, et Hope trouvait que ses toiles montraient sa force et son courage, d’avancer ainsi au quotidien sans se laisser abattre par sa douleur. Elle se détourna pourtant de ces toiles qui la touchaient tant pour se rapprocher de celle que Susan avait présentée comme étant sa dernière en date. Elle n’avait rien de commun avec les autres, et Hope la regarda avec étonnement. « Les couleurs sont très harmonieuses, j’aime bien ce qui en ressort, même si c’est assez … flou, comme ressenti. Il faudra que tu m’envoies une photo du tableau complet quand tu l’auras terminé, je suis curieuse de savoir ce que tu en feras ! » Elle se tourna ensuite vers son amie. « C’est très mystérieux pour moi en tout cas ! L’art de faire naître des choses à partir de rien, ce n’est pas donné à tout le monde. » Ca lui faisait plaisir d’avoir découvert cette facette de Susan, qui l’intriguait depuis longtemps. Il y avait de la souffrance, mais pas que, et c’était le plus beau au milieu de tout ça.

Hope eut un sourire gourmand quand Susan parla soudain des restaurants, et elle sortit de la pièce sans avoir remarqué la lanterne qui trônait à côté du tableau. « J’y tiens absolument, je ne mange jamais au restaurant à Gotham, il est hors de question que je loupe une opportunité ici ! » Ce n’était pas parce qu’elle n’en avait pas envie que Hope ne s’offrait jamais de restaurant à Gotham, c’était plutôt par manque de temps et à cause de son compte en banque qui était quasiment toujours vide … Mais ce soir, elle ne compterait pas, et elle profiterait de son temps libre. Pour une fois, enfin. « Je veux une table à un bon endroit et je veux de l’animation ! Tu peux nous dégotter ça ? » Pas question de finir dans un boui-boui sombre et de rentrer avant que la nuit ne soit tombée. Puisque Susan avait dit que l’ambiance était festive, Hope comptait en profiter ! Elle ne comptait pas danser en boîte de nuit jusqu’au lendemain, mais au moins rester à une terrasse de café pour discuter, ça lui semblait déjà un bon début. Elles sortirent donc de l’appartement et Hope se laissa guider par Susan. « Comment ça se passe à ton boulot dernièrement ? » Finit-elle par demander alors qu’elles marchaient.


Made by Neon Demon

_________________
My conscience has been poisoned


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Mer 19 Juil - 20:59


DID YOU MISS ME ? – SUE LAWTON & HOPE WILLIAMS



Je n’avais pas manqué un seul changement des états d’âme de Hope en visitant l’atelier. Elle et moi avions partagé tellement de choses ces dernières années. Nous avions vécu tellement d’événement commun. Mon fils, sa fille. Son époux, mon ex-mari. Sentimentalement, la vie ne nous avait pas gâtée, elle s’était plutôt acharnée. Et malgré les ressemblances de nos histoires, nous n’avions pas usé des mêmes moyens pour en échapper. Ou bien était-ce là le souci ? Si j’avais été capable de tourner la page, ce n’était pas le cas de Hope. Je n’avais pas eu le choix de changer de vie puisqu’il n’y avait plus d’espoir dans mon cas. Alors qu’au contraire, Hope était la représentation même de l’espoir. Si j’étais un avatar de l’amour, elle représentait une force bien plus puissante encore. J’accueillis tous ses compliments avec un grand sourire. Cela me faisait plaisir de partager ma vie, ma passion, mes changements avec elle. Peut-être pourrais-je annoncer un déclic en elle ? Pour qu’elle en fasse de même.

J’avais une idée toute faite de l’endroit où j’allais l’emmener pour diner. Il existait une multitude d’endroit où se poser pour un bon repas à Central City. Mais aucun de valait la simplicité et l’authenticité du CC Jiters. Petite terrasse faisant face à la Hardwell Tower, l’emblème de la ville. Ce qu’ils y proposaient n’avait rien d’extraordinaire mais cet endroit était à l’image des gens de la ville. Avec un peu de chance, nous y croiserions Barry Allen ou Iris West, et alors Hope pourrait apprendre apprécier les gens d’ici, et réaliserait qu’ils ne sont pas les mêmes abrutis violents vivant à Gotham.

« Comment ça se passe à ton boulot dernièrement ? » me demanda-t-elle alors que je prenais mes clés de voiture, ma veste et mon sac à main. Je ne savais pas trop quoi répondre à ça. Le boulot ? Quel boulot ? Celui de l’analyste ou celui de l’anneau ? Quoiqu’en vérité les deux se mêlaient intimement. Je lui fis signe de la main de sortir et fermait la porte derrière nous. Alors que les rues commençaient à s’assombrir face au coucher de soleil, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir lui raconter. Etre analyste c’est bien moins violent que de travailler dans un hopital… je peux te l’assurer ! Enfin sauf quand on doit neutraliser des singes géants et intelligents avec des pistolets à ultrasons… dis-je en riant à moitié. L’attaque de Grood avait fait partie d’une série d’attaque qui avait menacé l’ensemble du pays et Gotham aussi avait été touché. Je me suis spécialisée dans les métahumains… tu vois à Gotham, on a des clowns barjos mais aussi on a des accélérateurs de particules qui explosent et qui donne des super pouvoirs à des super crétins… dans la majorité des cas ! Je pouvais bien parler de comment obtenir des pouvoirs, les miens me venaient de l’espace. J’avais envie de me gifler en y pensant à nouveau. Nous arrivâmes au niveau de la voiture que je déverrouillais et j’invitais Hope à y entrer. Une petite citadine hybride que je n’utilisais que trois fois l’an, mais ce soir était une exception. J’ai un super partenaire de laboratoire. Il s’appelle Barry… il a tout le temps la tête ailleurs, mais il est adorable. Il est un peu de petit-frère que l’on pourrait tous avoir. On fait une bonne équipe et il rit de mes blagues… ce qui n’est pas peu dire ! Je crois que c’est la première fois de ma vie que je m’épanouis autant dans un métier, je t’avouerai ! Je n’en pouvais plus des blessures par balles et des coups de couteaux. Ajoutais-je la tête perdue dans les souvenirs du passé. Je montais dans le véhicule et mis le contact. Je regardais Hope s’installer avant de prendre la route. Je suppose que ça n’a pas dû être facile à l’hôpital après tout ce qui est arrivé ? Tu le vis bien ? Demandais-je d’une petite voix, alors que je commençais à m’engager sur la route. Dans cinq minutes nous serions sur la terrasse du CC Jiters.


EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 1512
Date d'inscription : 06/02/2017
Face Identity : Tatiana Maslany
Crédits : avatar by magnus effect, codes sign by anaelle, bann by Starfire ♥

Age du personnage : 30 ans
Ville : Gotham City, après avoir commencé sa carrière à Bludhaven
Profession : Médecin urgentiste au Gotham Mercy General Hospital.
Affiliation : Neutre, avec une animosité assez marquée envers les justiciers.
Situation Maritale : Séparée de son compagnon qui l'a embarquée dans un chantage dont elle ne sait pas se sortir. Mère d'une petite fille qui lui a été enlevée et qu'elle n'a pas vue depuis bientôt un an.









MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   Lun 7 Aoû - 10:40

Did you miss me ?
Susan & Hope

A une époque, Susan et Hope avaient partagé le même environnement de travail, bien qu’elles n’aient jamais travaillé dans le même hôpital. C’était ce qui les avait rapprochées en premier lieu : le fait que Susan soit infirmière alors que Hope suivait ses études de médecines. Leur envie commune de sauver des vies et de s’impliquer corps et âmes dans leurs taches. Mais Susan avait changé de voie suite au drame qui l’avait touchée et Hope pouvait tout à fait le comprendre. Pourtant au lieu de devenir artiste à plein temps, comme la jeune femme s’y était attendue, elle avait entamé une carrière bien différente, dans la police. Voilà un choix qui avait beaucoup surpris Hope. C’était bien différent de son rôle d’infirmière … Et pourtant, il y avait des similitudes. Ces similitudes qui l’avaient poussée dans cette voie, sans doute. Elle ne pouvait pas arrêter complètement d’aider son prochain, c’était quelque chose de trop profondément ancré en elle. Elles en avaient souvent parlé, mais ces dernières semaines Hope avait été trop prise pour qu’elles en discutent. Beaucoup de choses s’étaient passées, en quelques semaines … A Gotham, mais aussi à Central City. Les attaques avaient été simultanées, mais Hope avait supposé que Susan avait réussi à s’en tenir écartée. Elle s’était trompée. « Ils t’ont demandé d’aller sur le terrain lors de l’attaque ? » S’indigna Hope. « Mais ce n’est pas ton job ! Tu aurais pu te faire tuer ! Ils n’ont pas assez d’effectifs ici non plus ? C’est dingue ça … Et il était où, le guignol en costume du coin, pendant ce temps ? Flash, c’est ça ? » Voilà que la jeune femme s’inquiétait pour son amie à présent, avec pas mal de retard. Mais elle n’avait pas imaginé Susan plongée là-dedans, et cette idée la fit frissonner. Elle, elle aurait tout donné pour ne pas avoir été sur place quand l’hôpital avait été attaqué. Elle n’avait pas eu d’autre choix que de participer, et elle s’en serait bien passée.

Sur le trottoir ensoleillé, Hope avait l’impression que la température avait largement chuté, et elle frissonna à nouveau. Elle fut contente que Susan poursuive sur une note un peu plus légère à propos de son travail, ce qui la força à penser à autre chose qu’aux attaques. « Ne me répète pas trop ce genre de trucs, t’étais censée me vendre Central City comme une ville parfaite ! » Fit Hope en riant. « Mais je regrette presque de ne pas avoir de méta-humains à Gotham … Juste pour pouvoir les observer à l’hôpital, tu vois ! Je ne dirais pas que tu as de la chance d’en avoir autant ici, mais ça doit être passionnant de pouvoir les analyser. D’un point de vue strictement scientifique. » Hope ne voulait pas que la population de psychopathes de Gotham augmente, bien sûr, mais elle enviait Susan de pouvoir observer ce nouveau phénomène qu’étaient les méta-humains. Ils possédaient un potentiel destructeur, mais ils étaient également une nouvelle espèce à part entière, et c’était fascinant. « Je te comprends … » Fit-elle à l’évocation de son nouveau travail. Quelquefois, Hope avait envie de pleurer en voyant arriver les vagues de blessés aux urgences. Mais c’était la cause de ces blessés qui la décourageait, pas le travail en lui-même. « Je suis contente que tu t’y plaises autant ! Et que tu ais trouvé un collègue de travail aussi … Intéressant. » Fit-elle avec une œillade moqueuse alors qu’elle entrait dans la voiture. « Un petit frère, vraiment ? S’il rit de tes blagues, il ne doit pas te voir comme une sœur, lui. » Continua-t-elle, un sourire innocent flottant sur ses lèvres. Son sourire s’effaça pourtant de ses lèvres quand Susan lui demanda si elle vivait bien les derniers évènements. Etait-ce réellement possible de bien les vivre ? Hope resta silencieuse un moment, les yeux rivés à la route qui défilait. « Non. C’était horrible. Tous ces gens qui sont morts devant moi, et les monstres qui n’auraient même pas du exister, mais qui étaient là, et qui détruisaient tout sur leur passage … Et Wonder Woman qui est morte sous mes yeux, Superman qui est arrivé, qui a … » Elle eut un geste vague de la main, pas même capable de mettre des mots sur ce que Superman avait fait. « Ca s’est terminé en quelques secondes après des heures d’horreur totale. Et il n’est plus resté que les ruines de l’hôpital, avec tous les blessés, et tous les morts. J’ai eu de la chance, j’imagine. Red Hood a pas mal contribué à ce que je survive. » Ajouta-t-elle d’un ton amer. Pas question de reconnaître que Nightwing aussi avait aidé, c’était déjà bien assez difficile avec Red Hood seul. Elle soupira. « On travaille dans des centres temporaires qui ont été montés à la va-vite, maintenant. C’est l’enfer, on manque de tout. Je suis fatiguée, tu ne peux pas imaginer. » La voiture s’arrêta finalement et Hope en descendit, en même temps que Susan. « Mais c’est pour oublier tout ça que je suis ici, non ? Fais-moi découvrir l’endroit où tu viens de m’amener. »



Made by Neon Demon

_________________
My conscience has been poisoned


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Did you miss me ? (Susan&Hope)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Did you miss me ? (Susan&Hope)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Miss Cracra!!
» miss-choupette
» Jolie miss Naïade
» Petit problème avec miss Edene
» lilas Miss Kim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: limbo :: archives :: les rps terminés-