AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Training Day [Pv Barry Allen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


super villain

Messages : 90
Date d'inscription : 12/02/2017
Face Identity : Simon Baker
Crédits : u.c.

Age du personnage : Indéterminé du fait de nombreux voyages temporels
Ville : Central City
Profession : 21ème siècle (Harrison Wells) : Ingénieur à STAR Labs; Consultant scientifique au CCPD / 25ème siècle : Scientifique, professeur renommé sur la Force Véloce
Compétences/Capacités :











MessageSujet: Training Day [Pv Barry Allen]   Sam 16 Sep - 21:50


Barry Allen & Harrison Wells
The Flash & Professor Zoom



Maison des Mystères de John Constantine, QG temporaire indétectable de la Justice League
Plusieurs jours après l'invasion du Syndicat et l'inondation de Metropolis


« Plus vite, Barry, plus vite ! Concentre-toi ! Tu te disperses ! » Les yeux sur l'écran holographique, je surveillai toutes les informations que transmettaient les capteurs que portait Barry. Sur le tapis de course construit conjointement avec lui pour résister aux vitesses extrêmes de ses mouvements, ce dernier tentait de se surpasser. S'il avait su que ce tapis de course allait par la suite devenir un vecteur temporel stratégique dans sa vie... Mais ce n'était pas à l'ordre du présent, pas encore. Aujourd'hui, en jeu, la survie de la Terre, mise en péril par le Syndicat du Crime qui avait déjà mis Superman et Aquaman hors jeu avec le quart seulement de son équipe. Pour Flash, le défi était bien sûr de vaincre sa version diabolique Johnny Quick. Egalement, et c'était plus personnel pour lui, l'ambition de vaincre l'autre speedster diabolique jaune et rouge qui se faisait appeler Professeur Zoom. Autrement dit, moi-même.

Et c'était là l'ironie de la chose, qui me faisait doucement rire intérieurement. Je me jouais de lui, et pourtant, je ne pouvais empêcher mon admiration pour lui de perdurer rien qu'en scrutant les graphiques de son organisme en plein effort. J'avais beau être devenu le plus grand expert de la Force Véloce du 25ème siècle, je restais fasciné par elle comme au premier jour, plus encore lorsque j'avais le privilège de pouvoir l'étudier d'aussi près sur Flash lui-même. J'étais un fan de Flash depuis mon plus jeune âge. Le plus grand et le plus obsessionnel de tous les fans, pour ainsi dire, et cela même si cette longue période avait évoluée depuis. De Reverse Flash, qui n'existait que par opposition à Flash, j'étais devenu Professeur Zoom, pour forger ma propre destinée cette fois-ci. Bien sûr, j'étais à jamais lié à mon meilleur ennemi. Un lien que je tentais néanmoins de briser en remaniant la ligne temporelle actuelle à mon avantage. Ce mélange d'admiration et de haine était unique en son genre, et difficile à contrôler. Mais je ne pouvais qu'être excité par le seul fait de partager le quotidien de Barry Allen à son insu, plus encore intimement depuis qu'il avait consenti à me "révéler" sa double identité. A présent, j'étais devenu son entraîneur attitré pour tenter de faire face à ces multiples menaces, et optimiser le potentiel de la Seepdforce qu'il gardait enfermé en lui. Un potentiel qu'il peinait à libérer.

« Barry... » dis-je en me levant du bureau d'observation pour venir vers le tapis de course, alors qu'il terminait sa énième session. « Je sais que tu fais de ton mieux, mais cela fait quatre jours qu'on est ici et tu ne progresses plus, en tout cas pas assez pour espérer vaincre Quick et Reverse Flash, » expliquai-je dans un soupir. Je relevai un instant mes lunettes pour me gratter l'arrête du nez, avant de les laisser retomber. L'entraînement avait commencé avant l'apparition du Syndicat, et au début Barry avait progressé. Mais depuis quelques temps, il stagnait. « Pause, » dis-je en lui lançant sa troisième bouteille d'eau du matin. Déjà plusieurs heures que nous nous acharnions après nous être levés à l'aube comme chaque jour désormais. Barry était déterminé à s'entraîner, mais je sentais que quelque chose n'allait pas, et j'ignorais si c'était à cause de mes tortures psychologiques sous Zoom, ou si c'était à cause d'autre chose. « Tu sais parfois j'ai encore l'impression que je suis en train de rêver, » dis-je avec plus de légèreté en lui tapant l'épaule. « Dire que depuis le début... c'était toi ! » J'eus un petit sourire. Après des décennies à jouer le Docteur Wells et d'autres personnages encore, j'étais devenu un acteur digne d'être oscarisé. Je le laissai reprendre son souffle et se poser un peu avant de reprendre mon rôle de coach.

« Tu n'es pas concentré, Barry. Tu comptes trop sur la Force Véloce pour qu'elle fasse le travail à ta place. Je crois que tu prends la chose à l'envers, » repris-je finalement en faisant quelques pas dans la pièce. Je perdis mon regard dans le vide tout en marchant. « Cette... énergie... qui te traverse, elle ne fait pas que te traverser. Elle n'est pas un élément extérieur qui est venu se greffer sur toi et que tu utilises au besoin. Elle ne l'est plus. Quand j'étudie les rares images qu'on a de Quick et de ce speedster jaune, ou quand je t'étudie toi en train de courir, c'est flagrant. J'ai l'impression que tu considères cette Force comme un véhicule dans lequel tu montes pour courir plus vite, mais ce n'est pas ça... c'est bien plus, Barry. C'est devenu une partie de toi. De la même manière que nous sommes composés à 70% d'eau sans même la voir, et que les mouvements de la lune influent sur nos corps et nos humeurs en conséquence, tu dois voir cette Force comme un composant de toi-même, qui est à la fois dépendant et indépendant de toi. Tu es cette Force. Il faut que tu l'acceptes, non pas que tu en aies peur. J'ai l'impression que même si tu adores ça, tu refuses de l'appréhender entièrement, tu accélères en gardant le frein à main, si on peut dire. » J'accompagnais mes paroles de gestes et de poings serrés par mes convictions sur le sujet, tel le scientifique passionné que j'étais.

« Est-ce que tout va bien, Barry ? » M'adossant contre le rebord du bureau, je l'observai en croisant les bras, soucieux.  Comme tout sportif de haut niveau, le mental jouait pour la moitié des performances, si ce n'était pas plus. « Je peux me tromper, mais j'ai l'impression qu'outre la compréhension de la Force Véloce, quelque chose te... bloque, » expliquai-je. Etait-ce à cause de mon alter-égo et de ses paroles pleines de sous-entendus sadiques durant l'attaque de Grodd sur Central City et ses autres apparitions succinctes ? Etait-ce à cause du mensonge qu'il maintenait face à la femme qu'il aimait quant à sa double identité ? Ou encore autre chose ? J'étais si curieux de savoir. Une curiosité sadique et sincère à la fois quant à son état. Je savais que s'il devait progresser, il ne pourrait le faire dans un état d'esprit trop chamboulé. Je voulais son malheur et son progrès tout à la fois. Equilibre dangereux. « Tu sais, si c'est à cause de ce speedster jaune que tu es perturbé, sache que s'il avait voulu te tuer ou tuer tes proches, il l'aurait vraisemblablement déjà fait vu sa vitesse supérieure à la tienne... pour le moment. C'est que ce n'est donc pas son objectif. Il faut que tu cesses de trop t'inquiéter pour Iris et les autres, la seule menace réelle c'est le Syndicat, et avec toute la Ligue, Iris est en sécurité. Et on va tout faire pour que tu sois plus rapide que tous ces tarés, » souris-je en essayant de le réconforter, saisissant son épaule dans ma main pour la serrer avec amitié et détermination. En bon ami que j'étais. Que j'étais supposé être, ou que j'étais réellement, parfois je ne savais plus moi-même tant cela faisait de temps que j'étais auprès de lui et Iris. Les dîners joyeux après le travail, les cafés en entre midi et deux, les enquêtes au CCPD, les joies et les peines que nous avions partagées ensemble. Même moi je ne pouvais totalement jouer la comédie constamment. Après tout, quelque part au fond de moi, être l'ami de Flash et avoir son respect avait été l'un de mes premiers grands rêves de gosse. Avant qu'ils ne me brisent tous le coeur.


Spoiler:
 



_________________



Come ride with me through the veins of History
I'll show you how God falls asleep on the job
MUSE - knights of cydonia

My dear Barry, you can't run away from me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017
Face Identity : Ryan Gosling
Crédits : moonlight (avatar); titania (sign); may0osh & iris (gifs)

Age du personnage : Trente-deux ans
Ville : Central City
Profession : Technicien au sein de la police scientifique
Affiliation : Justice League, Flash family & CCPD
Compétences/Capacités :

Pouvoirs

- Vitesse surhumaine
- Réflexes surhumains
- Endurance surhumaine
- Activité cérébrale accrue
- Contrôle moléculaire
- Guérison accélérée
- Voyage temporel
- Voyage entre les dimensions
- Aérokinésie
- Electrokinésie

Habilités
- Excellentes connaissances en chimie, pathologie et criminologie
- Bon détective


Situation Maritale : Loin d'être insensible au charme d'une jolie reporter qui a tendance à se mettre un peu trop souvent dans le pétrin









MessageSujet: Re: Training Day [Pv Barry Allen]   Sam 7 Oct - 0:43

Training Day
Harrison Wells & Barry Allen
Atychiphobia : Fear of failure
Failure is only a temporary change in direction to set you straight for you next success
••••

Deux écrans se trouvaient face à Barry qui trottinait sur le tapis de course adapté à ses capacités. L'un indiquait son record, la plus haute vitesse qu'il n'ait jamais atteinte et qu'il devait désormais dépasser. L'autre était lié à un compteur kilométrique qui lui donnait la vitesse à laquelle il se déplaçait actuellement. Le nombre inscrit dessus n'avait cessé d'augmenter durant les premières minutes avant de stagner quand il se rapprocha de son allure maximale.  Il avait beau écouter les remarques du Docteur Wells et pousser plus fort sur ses pieds à chaque foulée, rien n'y faisait. Il ne parvenait pas à courir plus vite. « Je... Je suis déjà à mon maximum ! » Parvint-il à répondre entre deux halètement. Après avoir accompli un certain nombre de progrès durant ces quelques mois, le bolide avait la sensation de ne plus avancer du tout. Cela le frustrait, il n'avait pas besoin des commentaires de son mentor pour savoir qu'il était encore loin d'avoir le niveau nécessaire pour pouvoir tenir tête face aux deux dangers actuels que représentaient Johnny Quick et Professor Zoom. La fatigue et l'énervement que ressentait l’Éclair commencèrent à lui jouer des tours. Sa concentration était de moins en moins focalisée sur l'entrainement. A la place, il imaginait une traînée d'éclairs écarlates qu'il ne parvenait pas à rattraper. Le rire provocateur de l'homme en jaune résonnait dans un coin de sa tête. Il se moquait de ses piètres compétences et de sa lenteur, comme il avait l'habitude de le faire à chacune de leurs rencontres. Il serrait les dents en continuant de se surmener sans meilleurs résultats. Pourquoi y avait-il un tel fossé entre le speedster inconnu et lui ? Rester optimistes devenait de plus en plus difficile quand il se remémorait les nombreuses fois où il s'était retrouvé face contre terre après avoir essayé de l'appréhender. Il détestait cela. Il aurait pu continuer à brouiller du noir comme cela pendant encore un petit moment, mais Wells décida heureusement de terminer la session. Son esprit revint à la réalité au fur et à mesure que le tapis de course ralentissait.

Les quelques gorgées d'eau qu'il prit avant de s'asseoir sur le rebord de l'appareil d'entraînement lui firent le plus grand bien. Le directeur de S. T. A. R. Labs n'avait fait que lui confirmer ce qu'il avait déjà pressenti : les dernières séances d'exercices ne s'étaient pas avérées productives du tout. Le sprinteur ne parvint pas à faire autre chose que de montrer sa déception à travers un soupir. Il y mettait pourtant toute sa volonté, ce n'était pas comme s'il faisait chaque tâche qui lui était demandée à moitié. Son partenaire ne semblait toujours pas remis  de la découverte, ce qui lui fit légèrement sourire de gêne. Son regard se dirigea sur ses deux mains où quelques petites étincelles de Force Véloce crépitaient encore. Il écoutait les explications scientifiques du Docteur d'une oreille distraite. Ce n'était pas la première fois qu'il les entendait, après tout. Les mots utilisés n'étaient pas forcément les mêmes, mais l'idée derrière, elle, ne changeait pas. Il n'utilisait pas la Speed Force à son plein potentiel car il ne se l'était toujours pas complètement appropriée. Il la considérait toujours comme quelque chose qui se répandait dans chacune de ses cellules, une étrange énergie qui le poussait en avant dès qu'il désirait se déplacer. Ce n'était que temporaire de son point de vue, la Force Véloce envahissait son corps quand il en avait besoin et disparaissait aussitôt qu'il s'arrêtait. Il devait maintenant la faire sienne, l'exploiter d'une manière plus naturelle. Et Wells ne pouvait pas l'aider à ce stade-là, il devait y arriver seul. L'autre scientifique marqua d'ailleurs un point en lui annonçant que la compréhension de la Speed Force n'était pas le seul frein à son évolution. Un autre soupir sortit de sa bouche avant qu'il ne baisse la tête, abattu. « Peu importe la vitesse à laquelle je progresse, j'ai l'impression que ce n'est jamais suffisant. Je pensais avoir évolué depuis que nous avons commencé à travailler ensemble, mais cela n'a pas empêché le tsunami de prendre plus de vies que je n'en ai sauvées à Metropolis. J'étais le plus rapide sur les lieux, j'aurais pu faire mieux. J'aurais du faire mieux » Il voyait les récents événements comme un échec. Il était présent sur les lieux, mais il n'avait rien pu faire pour en épargner certains. Cela lui rappelait quelque peu la mort de sa mère. Ce jour-là, il avait couru pour rentrer chez lui mais avait été trop lent, elle avait déjà rendu son dernier souffle quand il avait passé la porte de leur maison. S'il avait été plus rapide, il serait arrivé plus tôt et peut-être aurait-il pu voir qui était le véritable assassin. Son témoignage aurait pu être suffisant pour innocenter son père. Être plus vif aurait fait toute la différence.

Mais il y avait quelque chose qui lui pesait encore plus sur la conscience que de ne pas avoir pu sauver tous les habitants de Metropolis. En effet, il se demandait maintenant quand viendra le prochain moment où des gens perdraient la vie parce qu'il ne serait pas arrivé à temps. La prochaine fois que Zoom frappera, Flash ne serait clairement pas en mesure de pouvoir l'arrêter. Il pourrait s'en prendre à Iris ou à n'importe quel autre auquel il tient. Il avait l'impression qu'un monde le séparait du niveau de sa Némésis et qu'il ne pourrait jamais le rattraper. « Et si je ne pouvais pas aller plus vite ? J'ai peut-être déjà atteint mes limites, vous ne pensez pas ? » Pour la première depuis bien longtemps, le coureur manquait d'enthousiasme. Même quand une enquête semblait impossible à résoudre, il était le seul à garder espoir et cela avait souvent porté ses fruits. Il s'agissait même de l'une des raisons pour lesquelles il était si apprécié au CCPD malgré ses nombreuses disparitions. Harrisson essayait de le convaincre qu'il était encore possible de réaliser un miracle, mais cela ne suffisait pas à le faire continuer à voir le verre à moitié plein. « Tout le monde me voit comme Barry Allen, l'éternel optimiste ou Flash, le héros qui ne perd jamais son sourire. J'ai pourtant beaucoup de mal à être les deux actuellement, je ne vais pas vous le cacher. » Il ne put s'empêcher de se gratter nerveusement la tête avant de laisser s'échapper un petit rire nerveux. « Enfin, ça ne doit pas vous intéresser, j'imagine. C'est juste que... Je ne sais pas, j'ai l'impression que vous comprenez parfaitement ce que je traverse. Vous êtes l'une des rares personnes à qui je peux me confier. » Quand le coureur rencontrait un souci lié à sa vie super-héroïque, le Docteur Wells était devenu le premier individu vers lequel il se tournait. Il aurait aimé pouvoir en parler à Iris également, mais il préférait la laisser loin de tout ça. Il refusait de la mettre volontairement en danger en la laissant l'aider dans ce genre d'activités. Rien que le fait de la côtoyer en tant que Barry faisait déjà d'elle une cible importante aux yeux de Zoom, il n'osait pas imaginer ce qu'il pourrait se produire si en plus elle se rapprochait de lui en tant que Flash. Ce raisonnement s'appliquait aussi pour son nouveau mentor. Au plus il y avait de gens sachant qui se cachait sous le masque du bolide écarlate, et au plus il y avait de morts potentielles qu'il devrait porter sur les épaules à l'avenir. « Merci, Docteur Wells. Vraiment. Merci pour tout. » Il avait longuement hésité avant de se décider à lui révéler qu'il était le bolide écarlate de Central City, mais il avait dû se résoudre à accepter qu'il ne pouvait avancer dans sa lutte sans l'aide d'autrui. Et qui de mieux que l'homme le plus intelligent qu'il connaisse pour lui prêter main forte ?

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


super villain

Messages : 90
Date d'inscription : 12/02/2017
Face Identity : Simon Baker
Crédits : u.c.

Age du personnage : Indéterminé du fait de nombreux voyages temporels
Ville : Central City
Profession : 21ème siècle (Harrison Wells) : Ingénieur à STAR Labs; Consultant scientifique au CCPD / 25ème siècle : Scientifique, professeur renommé sur la Force Véloce
Compétences/Capacités :











MessageSujet: Re: Training Day [Pv Barry Allen]   Lun 9 Oct - 23:05


Barry Allen & Harrison Wells
We've been knowing each others for a long, long time



Le tsunami. Une des raisons qui tracassait l'esprit de Barry. Je sentis à son ton las et accablé à quel point cet événement l'avait marqué. Je fus, à l'entendre, moi-même partagé entre la compassion face à sa souffrance, et l'amusement. Je voguais de sentiments contradictoires en sentiments contradictoires depuis ma naissance, et côtoyer mon ennemi, comme un ami, n'aidait pas à arranger l'affaire. De la même manière que j'avais envie de tuer Iris pour briser Barry, j'étais tout autant capable de déchaîner les enfers de tout mon pouvoir pour exterminer jusqu'à la dernière molécule de celui ou celle qui chercherait à lui faire du mal. Combien de vies avaient effacé de l'existence, de la ligne temporelle, en ce but ? Je ne les comptais plus. Les Allen et les West étaient à moi, et à moi seul. Leurs vies étaient entre mes mains intemporelles et toutes puissantes et personne ne devait se dresser sur ma route. Ils étaient mes amis, ma famille, et je devais les protéger. Ils étaient mes ennemis, mes souffrances personnelles, et je devais les détruire.

« Tu es trop dur avec toi-même Barry ! Ce tsunami c'était... c'était de la folie ! Tu as fait tout ce que tu as pu, tu as sauvé énormément de vies ! Même Superman et Green Lantern ont été mis K.O. durant ce combat, alors que toi non, tu as tenu jusqu'au bout, tu as tout donné et tout le monde le sait, tu n'as rien à te reprocher... L'attaque était juste trop énorme et trop calculée pour que vous puissiez faire plus, personne n'aurait pu prévoir ça, » tentai-je de le réconforter. J'étais sincère, en plus. Hormis moi qui trichait en venant du futur, il aurait été impossible de voir venir cet événement. A vrai dire, même moi, je ne l'avais pas vu venir. Mes efforts pour changer la ligne du temps continuaient de payer, et cette arrivée du Syndicat, plus de trois ans à l'avance, en témoignait. C'était excitant. Plus quelques mois, et je pourrais cesser cette mascarade. Mais pour cela, il fallait que Barry progresse. Ironie.



« Et si je ne pouvais pas aller plus vite ? J'ai peut-être déjà atteint mes limites, vous ne pensez pas ? » Ah oui, il était vraiment plus déprimé que ce que je n'avais envisagé au premier abord. Et je ne pouvais qu'à peine m'en réjouir intérieurement. Je le fixai un instant, gravant son visage marqué par le doute et le chagrin dans mon esprit. Mon idole était déprimée, et c'était moi qui devait la remettre sur pied. Honneur et déshonneur tout à la fois. Je finis par me lever, silencieux face à cette hypothèse. Je fis quelque pas dans la pièce, pensif. Il continua à s'expliquer, à vider sa conscience. « Tout le monde... [...] Enfin, ça ne doit pas vous intéresser, j'imagine. C'est juste que... Je ne sais pas, j'ai l'impression que vous comprenez parfaitement ce que je traverse. Vous êtes l'une des rares personnes à qui je peux me confier. [...] Merci pour tout. » Comble. Et là encore, je ne pouvais ni rire, ni jubiler hormis intérieurement. J'éprouvai en cet instant un mélange de sadisme et de fierté, mais une fierté positive. Barry Allen, le Flash, m'avait définitivement choisi comme confident pour sa double-vie et me conférait une confiance désormais quasi aveugle. Tout ce qu'il ne pouvait partager avec Iris, ni personne d'autre, il le partageait avec moi. Victoire. Au-delà de mon plan secret, j'en étais honoré, pour tout dire. Il était probablement la seule personne au monde dont j'avais réussi à me rapprocher autant depuis toutes ces années, tout comme Iris. Dans toute ma puissance et ma supériorité, j'étais isolé, seul, c'était là le prix à payer d'être un voyageur temporel. A part eux, je n'avais personne d'autre. Même dans mes mensonges, j'avais trouvé le moyen de dire certaines vérités, lorsque nous nous confions entre amis lors de dîners après le travail ou de cafés entre deux enquêtes.« Tu n'as pas à me remercier Barry. Sans toi ni les autres, je ne serais même plus vivant depuis bien longtemps comme le reste de cette planète, c'est plutôt à moi de te remercier, » dis-je avec un sourire en coin. Bon, ça, c'était faux, mais passons. Si cette planète explosait, je n'aurais qu'à sauter dans le Temps et repartir en arrière, ou dans une autre réalité pour recommencer mon oeuvre. Mais cela ne m'enchantait guère tant j'étais si près du but.
« Qui plus est, tu m'offres la chance inespérée d'aider l'un des plus grands héros de la Terre tout en pouvant étudier la Force Véloce ! Tu combles le scientifique que je suis ! » rigolai-je. « Pour tout te dire, je suis heureux moi aussi de t'avoir pour parler. Tu es le seul qui me comprend quand je parle, que ce soit de la science comme du reste, » avouai-je à mon tour. Sincère de nouveau. A part l'intelligence artificielle de ma Chambre du Temps, je ne pouvais parler avec personne. Mon ennemi était devenu mon confident, et inversement. « Je trouve que toi et moi, on forme une bonne équipe. Team Flash ! » fis-je en bousculant gentiment son épaule de mon poing pour tenter de le faire sourire au moins un peu.

Puis je me rapprochai du tableau transparent non loin. « D'ailleurs, en parlant d'étude, j'ai eu le temps de me pencher sur plusieurs idées ces derniers jours, en les raccordant avec mes précédentes recherches à STAR Labs. Mais avant de t'en parler, je vais te répondre et te dire pourquoi tu es encore très loin d'être arrivé à la limite de tes pouvoirs, comme tu sembles en être arrivé à le penser. » Face au tableau, je dessinai un trait ondulé horizontal en travers du tableau, puis un deuxième en dessous, comme un long tunnel en forme de vague. Tout en se faisant, j'expliquai.
« Superman, Shazam, Wonder Woman, Aquaman, et j'en passe... Ils sont tous dotés entre autres choses d'une Super-Force. Mais cette Super-Force leur est indépendante, elle est propre à chacun d'eux, elle est une spécificité génétique ou divine, neutre. Toi Barry, tu es doté d'une énergie qui a sa propre volonté et qui s'avère être partagée par d'autres speedsters, à même eux-aussi de puiser dans cette sorte de dimension énergétique, d'entité, selon toute vraisemblance soit parce qu'elle l'autorise, ou qu'elle en a besoin, cela reste à déterminer. Oui, il apparaît de plus en plus évident que la Foudre ne t'a pas frappé par hasard, pas plus que Wally, ni les autres. » Je m'étais retourné pour croiser son regard et m'assurer qu'il comprenait les enjeux de mes paroles. Je refis volte-face et traçai des cercles au-dessus et au-dessous du tube ondulé central. Je les reliai à ce dernier par des traits. Dans un rond, je mis un "B" pour Barry, dans un autre, un "W" pour Wally, dans un autre, un "PZ" pour Professeur Zoom. Dans tous les autres, je mis des points d'interrogations. Je n'allais pas me griller en écrivant Max Mercury, Jay Garrick ou encore Godspeed et Zolomon. Je lui laissais le loisir de faire leur rencontre le moment venu. « Pour la faire courte, ma théorie, c'est qu'en voyant les portails dimensionnels utilisés par Zoom pour apparaître et disparaître, ce dernier est en mesure de créer des sortes de passages spatio-temporels. J'en déduis que cette Force est peut-être la pièce manquante des théories quantiques qui bloquent le monde scientifique depuis des décennies, Barry ! Ce que j'essayais d'accomplir avec le générateur de particules ! Peut-être que cette Force n'est autre que la représentation physique du Temps et donc de l'Espace ! Imaginons donc que ceci - ce tube - est la Force Véloce, et ces cercles, les speedsters. Votre pouvoir n'est pas tant de posséder la Force Véloce, mais plutôt d'être capables d'ouvrir des sortes de portes pour puiser dedans. Votre physiologie s'est adaptée je ne sais comment pour recevoir cette énergie et l'employer. En toute logique, il n'y a absolument aucune raison pour que ce Professeur Zoom puisse puiser davantage dans cette Force que toi ou Wally, ce qui signifie que tout ce que l'un peut faire, les autres le peuvent aussi. Ce n'est qu'affaire d'entraînement, voire peut-être éventuellement, d'intelligence dans la compréhension de cette entité, je te l'accorde. Il semble évident que Zoom, au vu de vos altercations, la maîtrise autant parce qu'il en sait bien plus que tous les autres, alors que nous en sommes tous les deux encore qu'à des hypothèses ! » Je tapai plusieurs fois le tableau avec la pointe du feutre pour marquer mon excitation. « Et que fait un scientifique face à une hypothèse ? Il la teste, il la prouve, ou la réfute ! Voilà pourquoi il est nécessaire de rattraper notre retard et de faire plus que t'entraîner. Il va falloir en parallèle découvrir comment il s'y prend. Il va falloir l'étudier, lui. » Je finis d'écrire frénétiquement mes équations et interrogations scientifiques un peu partout autour de mon dessin. Mon engouement de chercheurs était certes feint, mais qu'à moitié. Fut un temps, j'avais été victime de cette frénésie de savoir, encore tout jeune dans mon laboratoire du 25ème siècle, à tenter de percer tous les mystères de la Force Véloce. Depuis, j'en avais appris bien plus que quiconque, mais je savais qu'il me restait encore beaucoup à dénouer.

Bien sûr, je me doutai qu'il serait surpris d'entendre ces derniers mots bien plus que les premiers. « C'est là que tu entres en jeu. A force de l'analyser d'après tes affrontements avec lui, et à défaut de lui trouver une faiblesse physique vu sa rapidité supérieure, c'est à sa personnalité qu'il va falloir s'attaquer. Il semble prendre plaisir à te narguer ponctuellement au lieu de te tuer. A défaut de pouvoir le rattraper, Barry, la prochaine fois qu'il se montrera, essaye de le provoquer puis de le laisser venir à toi afin que son égo le trahisse. Une fois assez près de lui, colle-lui ce micro-capteur. Je l'ai fabriqué exprès pour qu'il puisse encaisser les effets de la Force Véloce lorsqu'il courra, du moins assez longtemps pour nous transmettre des informations. Si cela marche, peut-être que cela nous aidera à en savoir plus sur lui, qu'en penses-tu ? J'ai besoin de ton avis car tu es le seul à le vivre. Plus important encore, est-ce que tu t'en sens capable ? » Est-ce que je me tirais une balle dans le pied ? Absolument pas. Je ne lui avais livré qu'une infime partie de mon savoir, et de surcroît parsemée d'erreurs concernant la "généralité sur les speedsters". Je n'avais clairement pas accès de la même manière à la Force Véloce. Mais ça, il ne le saurait que trop tard. Je savais pertinemment ce que je faisais. Et ce que je faisais était très simple : j'amenais Barry à accomplir sa destinée, et sa destinée était de faire de moi un être invincible, tout puissant, immunisé contre le Temps et l'Espace.

Message hors-jeu:
 


_________________



Come ride with me through the veins of History
I'll show you how God falls asleep on the job
MUSE - knights of cydonia

My dear Barry, you can't run away from me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


hero of earth

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017
Face Identity : Ryan Gosling
Crédits : moonlight (avatar); titania (sign); may0osh & iris (gifs)

Age du personnage : Trente-deux ans
Ville : Central City
Profession : Technicien au sein de la police scientifique
Affiliation : Justice League, Flash family & CCPD
Compétences/Capacités :

Pouvoirs

- Vitesse surhumaine
- Réflexes surhumains
- Endurance surhumaine
- Activité cérébrale accrue
- Contrôle moléculaire
- Guérison accélérée
- Voyage temporel
- Voyage entre les dimensions
- Aérokinésie
- Electrokinésie

Habilités
- Excellentes connaissances en chimie, pathologie et criminologie
- Bon détective


Situation Maritale : Loin d'être insensible au charme d'une jolie reporter qui a tendance à se mettre un peu trop souvent dans le pétrin









MessageSujet: Re: Training Day [Pv Barry Allen]   Ven 5 Jan - 22:51

Training Day
Harrison Wells & Barry Allen
Atychiphobia : Fear of failure
Failure is only a temporary change in direction to set you straight for you next success
••••

Quelques gorgées suffirent au bolide écarlate pour vider sa bouteille du peu d'eau qu'il restait encore au fond. Il baissa les yeux pour fixer le sol et ses pieds, comme s'il leur reprochait sa propre faiblesse, comme si c'était de leur faute s'il n'avait pas été assez rapide pour évacuer tous les bâtiments de Metropolis. Au contraire, Wells paraissait persuadé que l’Éclair avait donné tout ce qu'il avait ce jour-là, tellement qu'il était presque parvenu à convaincre ce dernier. Il n'arrêtait pas de lui répéter qu'il ne méritait pas tous ces remerciements, mais Allen persistait tout de même. Sans lui, il serait toujours le même speedster débutant qu'il était il y a cinq ans. Le même individu qui courait aux quatre coins du globe sans même savoir jusqu'où s'étendaient ses pouvoirs. Il avait grandement évolué depuis que la foudre l'avait frappé, et tout cela n'était dû qu'aux actions du directeur de STAR Labs. Il était donc tout à fait normal qu'il lui rende la pareille en le laissant assouvir sa curiosité scientifique vis-à-vis de tout ce qui concernait l'incroyable énergie qui le traversait dès qu'il se mettait à courir. Son interlocuteur avait raison, comme bien souvent, ils formaient un excellent duo.  « Oui. Team Flash. » Wells était finalement arrivé à obtenir un sourire sincère de sa part, le premier depuis que l'entraînement avait débuté. Aussi bien en tant que membre des forces de l'ordre qu'en tant que super-héros, Barry en avait connu de misères. Malgré cela, il gardait toujours la tête haute et riait toujours aussi légèrement. Personne ne savait comment cela était possible alors que la réponse était toute simple. C'était son entourage qui l'aidait à rester tel qu'il était. Ils étaient la première motivation qui l'avait poussé à se confectionner une combinaison rouge et or. Quand tout semblait s'écrouler autour de lui, le simple fait de savoir qu'il y avait toujours des gens derrière lui prêts à le soutenir était suffisant pour qu'il reprenne courage. Iris, Harrisson, Hal, Wally, ... Ils représentaient ce qu'il y avait de plus cher à ses yeux. S'il cessait de lutter, il n'aurait plus personne avec qui il se détendrait quand il sentirait la pression devenir trop lourde pour ses épaules, tout comme il n'aurait plus personne pour discuter des derniers progrès réalisés dans le domaine scientifique ou personne avec qui vivre des aventures inoubliables à chaque fois qu'il revêtait sa tenue de justicier. Ne passer ne fut-ce qu'une minute en l'absence de tout cela lui était inconcevable. Alors, il allait continuer de se battre. Pour eux.

L'employé du CCPD avait toujours été fasciné par les compétences de son interlocuteur. Aucun mystère ne semblait lui résister, il finissait toujours par atteindre ce qu'il visait à un moment ou un autre. Chacune de ses affirmations était toujours fondée sur des preuves solides. Ainsi, il ne devait pas simplement vouloir réconforter le bolide écarlate en tentant de le convaincre qu'il était encore loin d'avoir exploité son potentiel à son maximum. Il ne dit pas un mot pendant que le Docteur Wells lui révélait ce qui l'avait mené à penser cela. Ses yeux étaient rivés sur le tableau qui fut bien rapidement recouvert de divers dessins et d'annotations dont il ne saisissait pas encore la signification. Suivre les propos du scientifique n'était pas toujours simple quand il s'emballait de cette manière. Il lui fallut toute sa concentration pour comprendre là où ce dernier voulait en venir. Aucun speedster n'était différent d'un autre. Chacun était capable de réaliser les mêmes prouesses qu'un autre aussitôt qu'il avait assimilé la façon de s'y prendre. Autrement dit, Barry n'était pas spécifiquement plus faible que Zoom, il avait juste découvert moins de façons de manipuler la Force Véloce à son avantage. Cela était frustrant d'un côté, cela ne faisait que confirmer ce que tous savaient déjà : l'homme en jaune avait une bonne longueur d'avance sur lui. Mais d'un autre côté, cela voulait également dire qu'il leur suffisait de percer un peu plus les secrets de la Speed Force pour rattraper le retard qu'ils avaient et ainsi être en mesure de jouer sur un pied d'égalité avec leur ennemi. Harrisson avait trouvé un moyen très simple pour y arriver. Il rit faiblement en l'entendant lui demander comment un scientifique devait se comporter quand il se retrouvait face à des hypothèses. « Il la teste, il la prouve, ou la réfute. » avait-il sorti au même moment que son ami. « Vous sortez cette phrase à chaque fois que l'occasion se présente, j'ai fini par la connaître par cœur. » Le sprinteur se la répétait même tel un mantra pour avancer dans certaines de ses enquêtes. Quand l'idée émise par l'un de ses collègues ou lui-même lui avait l'air un peu trop ridicule, il testait direct cette dernière pour être fixé. Pour lui, la Loi de Le Chatelier et la Loi de Newton n'étaient pas les bases de toutes avancées scientifiques. Non, il s'agissait  du leitmotiv que le Docteur Wells ne cessait d'utiliser. Toutes les découvertes des plus grands génies de la planète avaient réalisées avec cette façon de penser. Si celui-ci était sûr que cette méthode serait une nouvelle fois utile pour qu'ils en apprennent plus sur les pouvoirs du bolide écarlate, alors il lui faisait confiance. Parce que le patron de STAR Labs, lui aussi, faisait partie des plus grands esprits que la Terre n'ait jamais vus.

Il le prouva d'ailleurs une fois de plus en lui montrant l'une de ses dernières inventions, un petit appareil qui récolterait toutes les données dont ils auraient besoin sur la façon dont leur ennemi commun puisait dans la Force Véloce. Encore fallait-il qu'il ait les moyens de poser sa main sur son rival, ce qui n'était encore jamais arrivé jusqu'à présent. Heureusement, Barry était encore loin d'avoir baissé les bras. Il prit le micro-récepteur en main, bien déterminé à réaliser la tâche qui lui avait été proposée.  « Qui ne tente rien n'a rien. Il n'y a qu'une seule façon de savoir si j'en serai capable ou pas. » Toutes ses altercations avec le Reverse-Flash avait toujours été très douloureuses pour lui. La dernière fois, son poignet avait été cassé. Il n'osait pas imaginer quelle serait la prochaine partie de son corps à être brisée pour qu'il arrive à placer le dispositif sur le corps de son ennemi juré. Mais si c'était le prix à payer pour s'améliorer, il était prêt à être autant blessé qu'il le faudra. Il pouvait compter sur son super-métabolisme pour récupérer plus vite de toute façon. Il se leva pour se positionner devant le tableau et resta silencieux pendant quelques secondes face aux initiales " PZ " inscrites dessus. Professeur Zoom. « Tous ceux que j'ai affrontés jusqu'à présent avaient toujours un but. Cold et sa bande commettent des crimes par appât du gain et la plupart des méta-humains que j'ai appréhendés utilisaient leurs pouvoirs pour se venger ou obtenir quelque chose qu'ils n'ont pas réussi à avoir avant leur transformation. Même le Syndicat a un objectif. Mais Zoom... Il n'est pas aussi voyant que les autres criminels. Il ne souhaite pas ma mort, comme vous l'avez si bien remarqué. Alors quelles sont ses motivations ? Qu'est-ce qu'il cherche à accomplir en jouant avec moi ? Vous n'avez pas une petite idée ? » Durant sa formation de policier, Barry avait compris qu'il fallait se mettre à la place du criminel pour comprendre et éventuellement même anticiper ses agissements. Il avait tenté cette technique avec l'homme en jaune. Sans succès. Il présentait qu'il ne le dérangeait pas périodiquement simplement pour le simple plaisir de semer le trouble. Non, il était bien trop intelligent et méthodique pour cela. Avec lui, les choses avaient l'air de prendre une teinte personnelle sans qu'il ne sache pourquoi. Le speedster diabolique ne cherchait pas qu'à heurter Flash, il voulait également s'en prendre à Barry Allen. «  Il y a autre chose que je ne parviens toujours pas à expliquer non plus. Il me connaît bien. Un peu trop bien même. Il savait qui se trouvait sous le masque de Flash avant même notre toute première rencontre. Il est au courant pour ma relation avec Iris. Que ce soit en tant que justicier ou en tant que simple civil, j'ai l'impression de n'avoir aucun secret pour lui. Il lit en moi comme dans un livre ouvert. Alors que moi, à l'inverse, je ne sais toujours rien à propos de lui. » Même Batman n'aurait pas été en mesure de connaître aussi bien l’Éclair en menant une simple enquête. L'homme en jaune savait parfaitement où frapper pour lui faire du mal, aussi bien physiquement que psychologiquement. Qu'il sache comment briser son corps passait encore étant donné qu'ils partageaient les mêmes capacités, mais il ne devrait pas pouvoir être capable de trouver aussi facilement les sujets qui le déstabiliseraient mentalement. C'était comme s'il avait passé un certain temps à l'étudier. «  Pour cette raison, je ne sais pas comment le faire sortir de sa tanière. C'est toujours lui qui vient à moi d'habitude. » Et il lui était malheureusement impossible de prévoir quand est-ce qu'aurait lieu sa prochaine apparition surprise. Cela pouvait tout aussi bien se produire aujourd'hui que d'ici plusieurs mois.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: Training Day [Pv Barry Allen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Training Day [Pv Barry Allen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Photographe] Kate Barry
» [Furet] training?comment apprendre au furet?
» Clicker-training
» Démonstration de Tricks par un perroquet dressé au clicker training
» Clicker training et poisson.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: UNITED STATES OF AMERICA :: united states of america-