AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 American boys are my favorite toys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


human being

Messages : 326
Date d'inscription : 02/06/2017
Face Identity : Blake Lively
Crédits : praimfaya

Age du personnage : 30 ans
Ville : Star city pour le moment... mais vraiment partout où y'a du boulot.
Profession : Criminelle. Je vous assure c'est un boulot à part entière.
Affiliation : Aucune
Compétences/Capacités :

x Caméléon
x Con artist
x Combat à main nue
x Maniement d'armes de poings
x Maniement d'armes à feu
x Réseau de connaissance sans fin
x Excellente menteuse
x Discrétion


Situation Maritale : Célibataire endurcie au coeur de pierre. Briser sa carapace ne sera pas une tâche facile. Avis aux courageux !









MessageSujet: American boys are my favorite toys   Jeu 8 Juin - 20:05

American boys are my favorite toys
wally & james
••••

   
Un soupir passa mes lèvres. J'avais l'impression que cela faisait une éternité que je n'avais pas pu profiter d'une douche pareille. La pression de l'eau était un luxe que les gens pauvres ne pouvaient pas s'offrir. Ce qui était bien bête.  Par chance les honoraires de mon nouveau job étaient conséquentes. L'avance que j'avais demandé allée de paire. D'habitude, je préférais ne pas trop dépenser d'argent. Je ne me prenais jamais pour une nouvelle riche. Jamais. Je connaissais que trop bien les revers de la médaille pour oser me le permettre. Ceci dit, pour les besoins de mon nouvel engagement j'avais du venir jusqu’à Central city. J'avais donc pris un hôtel. Tant qu'à faire, j'en avais pris un à peu près potable. Le mot potable n'avait évidemment pour moi pas la même définition que pour la classe moyenne. Je vivais dans un squat alors un petit étoile miteux pour moi était potable. Ici j'avais quand même misé au dessus. Histoire de. Il fallait bien se aire plaisir de temps en temps. Et puis en quelque sorte ça faisait parti du job. Au même titre que la jolie robe encore dans sa housse sur mon lit, les chaussures, le sac et le maquillage acheté pour l'occasion.  Tout cela rentrait dans la case dépenses utiles.

Ce fut avec un soupir que j'éteignis l'eau. L'heure commençait à tourner et j'avais encore des choses à faire. Il fallait que je sois impeccable.  Et il fallait aussi que je passe en revue une dernière fois les points de mon plan. J'étais préparée. J'espérais que tout cela se passe selon ce que j'avais prévu. Pour le moment, je séchais mes cheveux et les lissais avant de les monter en une haute queue de cheval. Un coup de laque plus tard et le tour était joué. Le maquillage fut également une affaire rapide. Je savais qu'avec ma beauté naturelle je n'avais pas besoin de beaucoup. Je n'avais pas grand chose à camoufler. Je ne faisais que perfectionner. Mon teint. Mon regard. La profondeur de ce dernier. A force, j'avais appris ce qui fonctionnait et ne fonctionnait pas. Je savais que sur moi, moins j'en avais mieux c'était. La seule petite folie que je m'autorisais dans ce genre de moments était un trait de liner pour donner à mon regard bleu ce petit truc en plus. Bon et les faux cils aussi qui se chargeaient d’agrandir mon regard pour lui donner une dimension encore plus captivante. Je regardais vite fait dans le miroir que tout ça comme je l'imaginais et sortis de la pièce. Je détestais mon reflet. Je détestais me regarder. Ma beauté n'était qu'un objet. Un outil. Je ne la voyais pas. Mais je voyais la tristesse au coin de ma bouche, la colère dans chaque traits de mon visage et la noirceur d'une âme malade au fin fond de mon regard. Je savais les cacher aux regards des autres. Mais moi je les voyais. Et ils me hantaient.  

Téléphone à l'oreille, je passais mes pieds dans mes chaussures à talons. «  Tout est prêt ». La voix masculine au bout du fil ne masqua pas son amusement.  « Bien ». Je raccrochais sans rien dire de plus. Avec ce que je les payais, j'espérais bien que tout soit prêt. Mon téléphone trouva sa place au fond de ma pochette. Je lissais de mes mains le tissu de ma robe. J'enfilais une petite veste pour protéger mes épaules nues. Finalement, je quittais l'endroit. J'étais prête, plus de raisons de traîner. Devant l'entrée de l’hôtel, je hélais un taxi et lui donnais ma direction. J'espérais que mon client ne se soit pas trompé en me donnant le lieu du rendez vous. Il me l'avait certes envoyé il y a dix minutes en me disant qu'il l'avait vu sur place, mais je me méfiais. Les coups foireux ça existaient. Je remerciais le chauffeur une fois que nous fumes arriver. Je restais un instant devant l'endroit jeune et branché.  Tout ce que je détestais. Je retins un grognement et plaquais un sourire plastique sur mon visage. Plastique pour moi, vrai et innovent pour les autres. D'un pas assuré, je passais la porte. Je scannais la foule et retins une grimace. Qu'est ce que c'était bruyant.  Grâce aux photos procurés par mon client, je trouvais rapidement ma cible. Accoudée au bar. Parfait. En compagne mais cela ne faisait rien. En plus il y avait juste un petit espace entre lui et l'autre personne à sa droite pour que je m'y glisse. La chance me souriait. «  Un long island ». Le barman me sourit et partis avec un clin d'oeil. Je fis mine de m'intéresser à mes alentours pendant un instant. Ma boisson ne tarda pas à se matérialiser devant moi. Un de mes sourcils se souleva lorsque je remarquais le petit numéro de téléphone écrit sur le bout de papier coincé sous le verre. Non en fait, la soirée allait être longue. Avec un sourire forcé, je repoussais le bout de papier et me retournais pour ne pas voir l'air déconfit de l'homme derrière son bar.

Je sirotais ma boisson sans rien faire pendant quelques minutes. Je profitais finalement du fait que la fille à ma droite bouge pour me mettre un peu dans sa trajectoire. La manœuvre eut l'effet escompté. Elle me bouscula. Une partie de ma boisson alcoolisé finit sa course sur le tee-shirt de ma cible qui était pour le moment restée inconsciente de ma présence. «  Oh pardon ! Je suis vraiment navrée ! ». Voilà qui lançait le début des festivités. Le cliché parfois ça avait du bon. «  Je suis vraiment gourde ». Et comme lui ne pouvait pas trop se servir de ses facultés dans un endroit si rempli, c'était parfait.
   

   ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Ven 9 Juin - 18:13


James & Wally

It was her chaos that made her beautiful.


« Circulez s'il vous plait ! CIRCULEZ ! » A la sortie de ton cours, tu cherches à te frayer un passage à travers la foule massive et compacte. Tes épaules entrent en collision avec celles des autres étudiants, eux aussi pressés de quitter les lieux. « J'ai rendez-vous avec la femme de ma vie ce soir, déconnez pas ! » Cette jolie fille que tu as rencontré sur le terrain de sport de la fac, après avoir malencontreusement lancé ton ballon sur le gradin où elle se trouvait. C'est tellement cliché que ça veut forcément signifier quelque chose. C'est le destin, et l'aura des grands films d'amour, qui se sont liés pour vous faire vous rencontrer. Un regard échangé, et c'est bon, t'étais conquis. Elle aussi, puisqu'elle a accepté d'aller boire un verre avec toi ce soir. Et t'es en retard. Paradoxe ambulant. Doté d'une vitesse hors du commun, et pas foutu d'être dans les temps. « T'as une nouvelle femme de ta vie toutes les semaines, West. » Tu te retournes, et cherche d'où provient le son de cette voix familière. Qui que ce soit, il marque un point. Mais est-ce ta faute si elles sont toutes si belles ? « Ce soir c'est la bonne, je le sens ! » Après avoir essuyé de nombreux échecs amoureux – enfin, amoureux est un bien grand mot pour décrire ces expériences – il est grand temps pour toi de trouver quelqu'un avec qui construire quelque chose. C'est sympa les soirées avec Kyle et Garth, à draguer à tout va les jolies filles, mais parfois, tu te surprends à vouloir plus. Plus que des nuits agitées dans les draps, plus que des échappées au petit matin. T'as envie de tendresse, d'un quotidien qui motiverait tes envolées super-héroiques. Flash a Iris. Superman fricote avec cette journaliste depuis des mois, et maintenant, même Wonder Woman est casée ! Pourquoi eux y auraient le droit, et pas toi ? C'est bête de tout miser sur un rencard, mais vraiment, t'as senti que ce soir serait différent. Il va se passer quelque chose de grand. De beau. Et ta vie va changer. Cette fille va te faire prendre un nouveau tournant. Quand t'arrives chez toi – qui est aussi chez tes deux colocs – tu balances ton sac au milieu d'une pile de fringues propres et sales mélangées, et te rue dans la salle de bain. Face au miroir, tu t'arranges un peu, après cette journée harassante à devoir te concentrer sur tes cours magistraux. T'as jamais aimé ça, l'école. Trop hyperactif pour te focaliser pendant des heures sur un professeur qui blablate son savoir. Mais t'as pas vraiment le choix. C'est important d'équilibrer ta vie. La Young Justice et sauver le monde d'un côté, et le train-train habituel de l'autre. T'as une large préférence pour l'un des deux, évidemment. « Les gars ? » Silence complet. Personne te répond. Alors d'un haussement d'épaules désinvolte, tu chopes le parfum de Kyle – ou de Garth ? – et t'en arrose un peu la peau. Te voilà prêt pour ce tête à tête avec le destin ! Et c'est à vive allure que tu te rends à destination.

Le bar dans lequel tu pénètres est déjà presque plein. La musique tambourine, les basses font presque trembler les murs. Endroit branché pour jeunes en mal d'amusement. Les verres s'enchainent, parfois les langues se délient et se mêlent. C'est un univers qui t'est familier et que tu affectionnes. Sur le chemin qui te mène au comptoir du bar, tu croises quelques unes de tes connaissances, que tu salues d'un geste rapide de la main. Ta conquête de la soirée est déjà là, et c'est la mine réellement désolée que tu te places à côté d'elle. « Je suis vraiment, vraiment ... » « Désolé. Je sais. Mais c'est pas grave. » Pas grave ? Sérieusement ? Ok, coup de foudre. Agréablement surpris et tout de suite plus à l'aise, tu commandes un gin tonic avant de t'accouder pour mieux pouvoir la regarder. Brune. Yeux bleus. Pas forcément ton style de filles. Parce que tu n'en as tout simplement pas. Tu vas là où le vent te porte. Brune, blonde, rousse, qu'importe ! « Je suis ravi que tu sois là ce soir. » La magie va t-elle opérer ? Est-ce que ton charme légendaire va faire effet ? Avec quelques verres d'alcool pour te filer un petit coup de pouce, probablement. En tout cas, tout semble parfaitement bien se dérouler. L'esprit de Jack Dawson est avec toi, pour te soutenir. Du moins, jusqu'à ce que tu sentes un liquide non identifié couler le long de ton dos. C'est pas vrai. Cinq minutes que t'es là, et un abruti pas capable de tenir debout vient déjà de renverser son verre sur ton tshirt. Ces choses là, c'est à chaque fois à toi que ça arrive. C'est ta malédiction. « Oh bordel de ... » Merde. Quand tu te retournes, c'est pas un mec bourré qui croise ton regard, mais une magnifique blonde. « Oh. » Coup de foudre, bis. La pauvre semble paniquer. Et du coup, toi aussi tu paniques. Tes mains s’agitent devant elle, pour tenter de lui faire comprendre que tu n'es pas du tout fâché. « Non, non, non ! Vous n'êtes pas gourde ! Vous êtes ... » Jolie. Très très jolie. Mais tu peux pas lui dire ça tout de suite. Trop tôt. Beaucoup trop tôt, tu vas la faire fuir. « … juste un peu maladroite. » Tu grimaces, piètre façon de se rattraper aux branches. C'est pas maladroite que tu voulais dire, mais c'est maladroite qui est sorti. Tu fais signe au barman de te donner quelques serviettes pour essuyer l'alcool superflu. « A l'odeur je dirais un long island, j'ai juste ? » Tu lui souris, déjà charmé par cette inconnue. « Si j'ai juste, vous devez accepter d'en boire un autre avec moi. » Quand tu sens quelqu'un te tapoter l'épaule, tu te retournes. Et fait face à un jet de vodka red-bull en pleine face. Ah oui, l'autre fille. Celle qui était venue pour toi et que tu as complètement oublié.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 326
Date d'inscription : 02/06/2017
Face Identity : Blake Lively
Crédits : praimfaya

Age du personnage : 30 ans
Ville : Star city pour le moment... mais vraiment partout où y'a du boulot.
Profession : Criminelle. Je vous assure c'est un boulot à part entière.
Affiliation : Aucune
Compétences/Capacités :

x Caméléon
x Con artist
x Combat à main nue
x Maniement d'armes de poings
x Maniement d'armes à feu
x Réseau de connaissance sans fin
x Excellente menteuse
x Discrétion


Situation Maritale : Célibataire endurcie au coeur de pierre. Briser sa carapace ne sera pas une tâche facile. Avis aux courageux !









MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Ven 9 Juin - 19:35

American boys are my favorite toys
wally & james
••••

 
La bouche légèrement entrouverte. Les yeux légèrement écarquillés. L'image de la panique dans toute sa grandeur. Parfois je me surprenais. Mes talents d'actrice me sortaient souvent des pires embrouilles. Certains de mes clients m'avaient dit de tenter ma chance à Hollywood. A Hollywood j'y avais été. Ce n'était pas aussi majestueux qu'on le pensait. Ce n'était pas aussi glamour. Non Hollywood 'était triste. C'était superficiel. C'était un monde de requins. Tout puait la malhonnêteté. Au moins de mon côté de la loi, on savait à quoi s'attendre. J'étais née dans une famille avec privilèges. J'étais née dans une famille avec de l'argent. Je n'en avais rien touché. Je connaissais la cruauté des gens riches. Je connaissais leurs méthodes. Après tout maintenant j'exécutais leurs ordres. Du moment qu'ils déboursaient la somme ou les sommes adéquates. Comme l'avait justement dit ma mère : rien n'est gratuit dans ce bas monde. Seule conversation intéressante que nous avions eu. Peut être même la seule conversation tout court. Je ne comptais pas ses marmonnements incompréhensibles. L'alcool avait fini de tuer le peu qu'il restait d'elle. Mentalement il ne restait plus rien. Juste un esprit brumeux. Je devais avouer que je ne savais même pas si elle était encore là. Encore vivante. Je ne m'en étais pas du tout soucier. Nous n'avions aucun lien. Et c'était bien mieux ainsi.

« Non, non, non ! Vous n'êtes pas gourde ! Vous êtes ...juste un peu maladroite ».  Une grimace désolée se posa sur mes lèvres. Je les étirais légèrement. Maladroite. Ma foi. Je prenais. Si il savait, il aurait probablement déjà fui. N'importe qui de sensé l'aurait fait. Mais là était tout le subterfuge. Il n'en savait rien. Je n'étais qu'un visage parmi des centaines. La jolie blonde maladroite qui venait de salir son tee-shirt. Je n'étais qu'un accident. Qu'un imprévu. Je ne pouvais qu'apprécier la beauté de mon métier. Certes par défaut. Mais tout de même. Il y avait là dedans quelque chose de toujours amusant. Pour moi et seulement pour moi évidemment. Avec la même mine contrite, j'attrapais quelques uns des serviettes que le barman avait glissé vers nous. Je sentis son regard sur mon visage et l'ignorais. J'étais concentré sur autre chose. Je n'avais pas le temps pour ses regards énamourés. Puis j'avais déjà refusé ses avances. Encore un qui ne savait pas prendre non pour la réponse négative que c'était.  J'épongeais une partie du liquide délicatement. Je pressais le papier sur le tissu. Cela ne ferait pas grand chose. Mais c'était ce qui était attendu. C'était la réaction normale. Maîtriser les codes de la vie sociale avait été un challenge. J'avais du tout apprendre. Je n'avais pas vraiment vécu dans les meilleures conditions pour savoir quoi faire dans quelle situation. Cela avait été un travail de tous les instants. Encore aujourd’hui, je continuais d'apprendre. Nous n'étions tous confrontés à des situations que nous n'avions pas prévu, ou pas envisagé. « A l'odeur je dirais un long island, j'ai juste ? Si j'ai juste, vous devez accepter d'en boire un autre avec moi ». Je répondis à son sourire. J'avais été prévenu de sa tendance au flirt. J'avais été très bien renseigné. J'étais ravie de voir qu'il me facilitait la tâche. Sans surprises pour moi, la compagnie se chargea de décamper. Quelques gouttes de sa boisson atteignirent mon visage. Je pris un air choqué.  Mes yeux bleus suivirent sa trajectoire. En vérité, je m'assurais juste qu'elle quitte les lieux. Je ne voulais pas qu'elle crée une scène qui ferait capoter mes préparations. J'avais travaillé dur. Interdiction de tout faire planter pour une jalousie mal placée. De ce que je savais, elle n'aurait été qu'un autre nom sur une liste. Probablement comme moi. A la différence que moi.... je comptais bien y être.  

Serviette propre en main, je la plaquais sur mon visage pour essuyer les gouttes qui m'avaient malheureusement atteint. Ce métier n'était définitivement pas sans risques. «  Vraiment je suis confuse ! Ma maladresse a fait fuir votre amie ! ». Pour les besoins de mon show, je m'en désolais. Et cela même si je n'y étais pour rien. Je grimaçais et lui tendis un tissu sec et propre. «  Je me sens tellement coupable. Pour la peine, je crois que je vais vous le payer ce verre. Je vous dois bien ça ! ». Je lui offris un petit sourire. «  Je suis vraiment une catastrophe ambulante ». Nouvelle grimace, nouveau mouvement de tête honteux. Tout pour le rendre un petit peu coupable. Je voulais faire jouer son instinct masculin. Celui qui se croyait toujours devoir réconforter une personne de sexe féminin dans son moment de doute. «  Vous voulez la même chose ? ». Je fis un signe au barman. Je lui recommandais ma boisson et le laissais prendre celle de Wally. «Je m'appelle Carla». Les fausses identités étaient de rigueur. Moins il en savait sur moi, mieux je me portais.
 

  ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Mer 14 Juin - 20:04


James & Wally

It was her chaos that made her beautiful.


Ce ne sont pas des larmes qui coulent le long de tes joues, c'est de l'alcool. Ton rendez-vous de la soirée a visiblement très mal pris que tu t'intéresses à une autre femme. Quelle erreur. Toi qui pressentait une belle happy ending, avec des roucoulades sous les draps et un avenir sérieux ensemble, voilà qu'elle vient de se noyer dans la vodka de son verre. Son verre qui est maintenant sur ton visage. Tu la regarde, confus, profondément gêné. Tu sens que les secondes qui suivent vont être décisives. Tenter de la retenir, ou la laisser fuir ? Tu lis dans ses yeux qu'elle attend quelque chose de toi. Que tu lui promettes monts et merveilles si elle venait à te pardonner ce léger faux pas. Tu pourrais rattraper le coup. Mais tu ne fais rien. Parce que t'es jeune, et très con. Tu es plus attiré par l'inconnu et le danger que l'acquis. Tu n'as pas eu le temps d'apprendre à la connaître, et t'es persuadée que c'est une fille très bien, mais la jolie blonde qui vient de percuter ta soirée t'attire davantage. Ce n'est pas une question de physique, juste de feeling. Un ressenti qui ne trompe pas. Alors tu la laisses partir. Tu ne cherches pas à la retenir, quand furieuse, elle quitte le bar, son sac à main sous le bras. Tant pis. Une de perdue, une de retrouvée ! Et c'est tout sourire, après ce léger aparté, que tu retrouves le regard de ta belle inconnue. « Mon amie ? » Tu lèves un sourcil, à nouveau, tu l'as déjà oublié. « Ah, mon amie ! » Tu te frappes le front, espérant ne pas passer pour un gros goujat. « Ce n'était pas vraiment mon amie. Juste une fille que j'ai rencontré à la fac. Rien de sérieux. » Tu leur as annoncé la femme de ta vie beaucoup trop vite. Lundi, tu risques de te faire chambrer par tes camarades quand ils apprendront ton cuisant échec. Echec qui pourrait se transformer en réussite, si tu parvenais à conquérir cette charmante demoiselle. « Je suis célibataire. » Etait-ce le sujet de sa question ? Non, pas du tout. Mais voilà, l'information est lâchée ! En espérant qu'elle soit subtile, et qu'elle ne se transforme pas en gros appel du pied maladroit. Ton t-shirt mouillé ne te dérange plus tant que ça. Et c'est la fixant du regard que tu essuies le liquide superflu sur le tissu humide. Tu aimes ses yeux. Il se dégage quelque chose de particulier. Elle semble ingénue et peu sûre d'elle, mais tu décèles beaucoup plus derrière la couleur de ses iris. « Mais nan, ne dites pas ça ! Je vous assure, c'est pas grave. » Au moins, grâce à ça, tu obtiens l'occasion que tu espérais, boire un autre verre avec elle. Ça vaut bien un tshirt qui colle un peu. Tu pourrais offrir bien plus, pour quelques minutes de plus en sa compagnie. « Gin Tonic pour moi ! » C'est une boisson qui te correspond bien. Elle ne l'a probablement pas encore remarqué, mais t'es du genre … hyperactif.

T'as bien remarqué les regards insistants que lui portent le barman, cet enfoiré, qui pense que servir des verres derrière son bac va l'aider à rentrer accompagné ce soir. C'est peut-être vrai ! Mais t'aimerais ne pas avoir de concurrence ce soir. Tu viens de trouver la perle rare, et t'as aucune envie de la partager. Bien heureusement, elle semble peu intéressée par lui, te trouvant étrangement bien plus à son goût. Le charisme finalement, on l'a ou on l'a pas. C'est aussi le karma. Sauver des vies ça rapport pas mal de points. Tu lui souris, joyeux, quand elle te confie son prénom. Carla. C'est joli Carla. De toute évidence, tout ce qui vient d'elle est beau. Et t'as du mal à maintenir tes yeux droit dans les siens. T'aimerais dévier un peu plus bas, mais tu te bats contre toi-même. Ce ne serait pas correct, et donnerait une mauvaise image de toi. T'as bien commencé, ce serait dommage de tout foirer maintenant. « Enchanté Carla, moi c'est Wally. » Ton verre glisse jusqu'à toi, et rapidement, tu le portes à tes lèvres. L'alcool va t'aider à séduire. Et la faire boire, va t'aider à ce qu'elle accepte plus facilement. « Alors, Carla, qu'est-ce que tu fais ici seule ce soir ? » Maintenant que les présentations sont faites, tu abandonnes le vouvoiement. Premier pas vers l'intimité. « Tu n'es pas accompagnée ? » Sous-entendu, est-ce qu'elle est célibataire ou en couple ? Angoissé par la réponse, tu te raidis un peu. Pitié, que tout ne s'écroule pas. Manquerait plus que son mec débarque derrière elle et l'embrasse devant toi. Ce serait un coup dont tu ne pourrais te relever. Carla, elle te plait beaucoup. Au-delà de son physique très avantageux, t'es intrigué. Et malgré toutes tes tentatives de séductions et tes nombreux flirts, rares sont les femmes qui parviennent à te faire cet effet.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 326
Date d'inscription : 02/06/2017
Face Identity : Blake Lively
Crédits : praimfaya

Age du personnage : 30 ans
Ville : Star city pour le moment... mais vraiment partout où y'a du boulot.
Profession : Criminelle. Je vous assure c'est un boulot à part entière.
Affiliation : Aucune
Compétences/Capacités :

x Caméléon
x Con artist
x Combat à main nue
x Maniement d'armes de poings
x Maniement d'armes à feu
x Réseau de connaissance sans fin
x Excellente menteuse
x Discrétion


Situation Maritale : Célibataire endurcie au coeur de pierre. Briser sa carapace ne sera pas une tâche facile. Avis aux courageux !









MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Mer 14 Juin - 23:54

American boys are my favorite toys
wally & james
••••

 
Un nouveau sourire fleurit sur mon visage. Puis j'apportais le verre à mes lèvres pour cacher la grimace qui s'imposa à moi dès qu'il détourna la tête. Heureusement qu'il n'était pas désagréable à regarder, parce que le reste... Clairement, ses techniques de dragues manquaient de finesse. Et de subtilité. De tout en fait. C'était à se questionner. Pourquoi tombaient elles toutes comme des mouches ? Qui avait il de charmant là dedans ? Je ne comprenais pas. Il était vrai néanmoins que mes rapports avec les hommes étaient .. compliqués dans le meilleur des cas. J'avais tendance à les haïr juste parce qu'ils étaient des hommes. Ça leur facilitait pas le tâche. Pour le reste, je les méprisais et leur faisait tout sauf confiance. J'avais trop souvent été abusé pour leur accorder ne serais ce qu'une once de sympathie. C'était aussi pour ça, que tout ceci était plus simple pour moi. Tout était aisé lorsque votre cœur était bien enfoui sous l'épaisse couche de colère, de dégoût et de haine. Dans ces cas là, tout était plus simple.

Le contrôle de mon visage reprit, je reposais mon verre et lui offris un autre sourire. A la limite du gênée par son regard. Dommage que je ne pouvais pas rougir sur commande. Ça aurait été pratique ce soir. Ça aurait parfaitement collé à cette inconnue que j'étais devenue. Cette femme blonde et fleur bleue. Cette femme qui était mon opposé. C'était nécessaire. Ne jamais se dévoiler était une nécessité. Une manière de se protéger aussi. Et puis à mon contraire, Carla était charmante et séduisante là où James ne l'était pas. Carla avait accès à des choses que James continuerait d'ignorer. C'était ainsi que l'on formait le personnage parfait. La carapace adéquate. Tout en saupoudrant le tout de réalité et de vérité. Toute interprétation était plus juste si tout n'était pas inventé. Il n'y avait rien de pire que s'emmêler dans ses mensonges, qui plus est. «  Alors, Carla, qu'est-ce que tu fais ici seule ce soir ? ». Je souriais intérieurement. La question je l'attendais. Rien ne me surprenait. Il tâtait le terrain. Un terrain déjà réparé et miné par mes soins. Le pauvre, il était tellement naïf. Il était pas mal pour son âge mais pourquoi diable croyait il que quelqu'un comme moi allait s'intéresser à quelqu'un comme lui. Il ne manquait pas de confiance en soi. Et ce soir, c'était tout à mon avantage. Il me rendait la tache facile. Ça me plaisait. « Tu n'es pas accompagnée ? ». Un petit rire doux passa mes lèvres. Il carillonna entre nous. Une façon comme une autre de parfaire ce tableau que je peignais. D'une main de maître pour le moment. Je n'étais jamais trop confiante. Tout pouvait déraillé. Cela arrivait souvent lorsqu'on se montrait trop arrogant. J'appelais ça le fléau des criminels. La raison pour laquelle beaucoup finissaient derrière les barreaux. «  Non non je suis seule ». Je plantais mon regard dans le sien et fis semblant de m'y noyer un instant avant de lui sourire. «  Pour tout avouer, je ne suis pas d'ici. Je suis juste là pour affaire. J'habite Star city, vous connaissez ?  ».  Le voilà mon soupçon de vérité. Cela ne m'engageait à rien. A Star city je n'allais pas y rester. Mon boulot et mon côté nomade me l'interdisaient.

Je regardais un instant derrière moi et attrapais le petit tabouret que la jeune femme auparavant derrière moi avait laissé libre. Je me perchais dessus. Je fus satisfaite de voir le tissu de ma robe glisser sur mes jambes. Elle remonta légèrement. Mais sans rien montrer. Toujours sans rien montrer. «  Je dois avouer que je suis pas fan de Star city, j'ai un peu peur là bas. Les gens peuvent se montrer très … bizarres. Je sais que vous savez qui veille mais la ville peut être assez glauque. Mais c'était là bas où Gotham. Le choix était vite fait !». Je ris amusée. Du moins en apparence. «  Central city c'est bien mieux. On m'a dit qu'il faisait bon d'y vivre. Puis vous avez le Flash ! Même si je préfère son compagnon en jaune ». L'air de rien je lâchais la bombe avec mes grands yeux bleus écarquillés d'émerveillement. Sans pour autant en faire trop. Je ne voulais pas être la groupie de service. Juste assez pour flatter son égo. « C'est honorable ce qu'ils font ». Je replongeais mes lèvres dans mon verre. «  Pardon, je me suis laissée emporter ». Une petite expression gênée passa sur mon visage. « Parfois, j'aimerais juste être aussi courageuse dans ma vie de tous les jours ». Un petite moue se posa sur ma bouche. Maintes fois je l'avais souhaité. Mais cette époque de ma vie était révolue. Mon destin j'avais fini par le prendre en main. Je me fichais de ce que les autres pouvaient bien en penser. Je me fichais que cela soit mal. Ce ne l'était pas pour moi. Ils étaient tous avec leur lois. Mais ils ne faisaient rien contre la pauvreté, contre l'abandon, contre la violence. Il l'alimentait même. Sans ça, ils n'auraient plus de boulot. C'était toute l'ironie de la chose. «  Vous habitez ici vous ? Je peux vous tutoyer au fait ? C'est étrange d'utiliser le vouvoiement. ».
 

 ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Jeu 22 Juin - 20:46


James & Wally

It was her chaos that made her beautiful.


Elle est seule. Bingo ! Tu caches ton sourire en buvant une nouvelle gorgée de ton cocktail. Cette jolie blonde est célibataire, ET s'intéresse à toi. Star City ou le reste du monde, ça n'a aucune importance pour toi. Les routes de la planètes sont devenues ton terrain de jeu, presque rien ne t'est inaccessible. Tu cours, où bon te semble. Prendre le petit-déjeuner à Miami, ou passer le week-end au Brésil. Star City, pour toi, c'est la porte à côté. Ce qui signifie que si cette relation venait à évoluer, il te sera aisé de lui rendre visite le plus souvent possible. Le vent à tourné. Il te porte désormais. Toi qui souffrait d'être enfermé dans un quotidien pénible, à fréquenter les mêmes bars, à sortir avec les mêmes personnes. Quand tu te levais le matin, tu n'éprouvais plus la moindre excitation, l'aventure de la journée à venir était déjà vouée à une cuisante déception. C'est dans les fêtes alcoolisées, avec tes amis du lycée, que tu trouvais un peu de réconfort. Faire des conneries, quelle belle perspective d'avenir. Jusqu'à ce que la foudre te fasse ce cadeau inestimable. De routine étouffante tu es passé à destin hors du commun. « Oui, je connais bien Star City. J'y vais de temps en temps. » Haussement d'épaules faussement nonchalant. Une perche que tu lui tends. La distance ne sera pas un frein à votre histoire. Evidemment, tu lui caches que tu le connais, ce fameux protecteur de Star City. Tout comme celui de Gotham. Bon, tu peux pas franchement dire que ce sont tes amis, mais tu les as croisé quelques fois. C'est déjà plus que la plupart des gens, non ? Tout en sirotant ton verre, tu ne la quittes pas du regard, comme happé par chaque mots qui sort d'entre ses lèvres. Et parfois, il dévie justement vers elle. Des lèvres charnues, que tu ne rêves que d'embrasser. Mais tu dois te retenir. Attendre la bonne occasion pour te lancer. « Chaque ville a son lot de gens étranges. Et de fous furieux qui veulent détruire le monde. On finit par s'y habituer. » Il y aura toujours un mégalomane désireux de tenir l'humanité dans la paume de sa main. Mais tu seras aussi toujours là pour l'en empêcher. Tu manques de t'étouffer, et tu tousses plusieurs fois quand tu l'entends parler de son amour pour Flash. Mais surtout pour toi. Qui est cet ange tombé du ciel ? Serait-elle la femme parfaite ? « Flash ! J'adore ce mec ! » Ton enthousiasme n'est pas feint, et du poing, tu frappes sur le comptoir du bar. « Quand j'étais jeune, j'ai créé un fan-club rien que pour lui ! » Tu n'as aucune honte à l'avouer, tu en es même fier. Fier qu'un héros tel que lui ait été ton modèle. Et ton soutien. Sans le bolide écarlate, peut-être que tu aurais fait un tout autre usage de ton pouvoir. La frontière entre le bien et le mal est très mince. Il suffit d'un événement pour que tout bascule. « Le jaune c'est Kid Flash ! Il est très bon lui aussi. Il a un petit côté sexy, tu trouves pas ? » Ton manque de subtilité va passer inaperçu. Après tout, il n'y a aucune chance qu'elle fasse le rapprochement entre lui et toi.

Tu hoches la tête, tout sourire. Non, elle ne s'est pas laissé emportée. T'es même touché de son admiration pour les deux speedsters. C'est la preuve que ce que vous faites tous les jours, en risquant votre vie pour les autres, peut inspirer ceux qui regardent de loin. C'est en partie pour ça que tu as endossé ce costume, pour inciter les gens à donner le meilleur d'eux-mêmes, en voulant ressembler à ces héros qu'ils voient à la télé. Le courage ne manque à personne, il suffit de parvenir à mettre un peu de côté la peur. Les deux sont presque indissociables. « Tu sais, Carla, tout le monde a les capacités de rendre ce monde meilleur. Il suffit de se lancer. Je suis sûr que tu n'es pas aussi peureuse que tu le prétends. Tu ignores juste ce dont tu es capable. » Tu crois en chacun. Tu crois en leur bonté, en leur générosité, et en ce qu'ils peuvent apporter à autrui. C'est dans ta nature d'éternel optimiste. Le garçon qui aura toujours le mot pour rire, même dans les situations les plus désespérées. Parce que tu fais le choix de voir le meilleur. « Oh, mais oui, bien sûr que tu peux me tutoyer. » Cette rencontre ne va pas s'arrêter là, pas vrai ? « Je suis originaire de Blue Valley. Mais je bouge un peu partout. » C'est pénible, parfois, de devoir mentir. T'as l'impression d'être un tricheur, de te façonner une image qui n'est pas réellement toi. Tu n'aimes pas ça, les mensonges, mais tu n'as pas d'autres choix. Dans ce cas précis, c'est plutôt omettre la vérité. Primordial, pour éviter de mettre tes proches en danger. Vos ennemis sont nombreux et sans scrupule, s'ils savaient qui tu es, il n'hésiterait pas à se servir d'eux pour t'atteindre. « Tu sais quoi, Carla ? J'ai envie de te prouver que tu es courageuse. J'ai une petite idée derrière la tête, ça te dit de me suivre ? » Tu évites de lui dire que ce que tu comptes faire, pourrait presque être considéré comme de la délinquance. Mais c'est une source d'adrénaline garantie. « Quittons ce bar pour quelque chose de plus trépidant. » Et un peu plus d'intimité. Surtout.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 326
Date d'inscription : 02/06/2017
Face Identity : Blake Lively
Crédits : praimfaya

Age du personnage : 30 ans
Ville : Star city pour le moment... mais vraiment partout où y'a du boulot.
Profession : Criminelle. Je vous assure c'est un boulot à part entière.
Affiliation : Aucune
Compétences/Capacités :

x Caméléon
x Con artist
x Combat à main nue
x Maniement d'armes de poings
x Maniement d'armes à feu
x Réseau de connaissance sans fin
x Excellente menteuse
x Discrétion


Situation Maritale : Célibataire endurcie au coeur de pierre. Briser sa carapace ne sera pas une tâche facile. Avis aux courageux !









MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Jeu 22 Juin - 22:26

American boys are my favorite toys
wally & james
••••

«  Le jaune c'est Kid Flash ! Il est très bon lui aussi. Il a un petit côté sexy, tu trouves pas ? ». Un rire léger franchit malgré moi la barrière de mes lèvres. Il ne doutait de rien. Un trait de caractère que je ne pouvais qu'apprécier. On obtenait beaucoup de choses au culot. Et peu osait. Moi j'avais toujours plus ou moins osé. Je n'avais jamais rien eu à perdre. Ça facilitait les choses. «  J'admets ne pas avoir fait attention à ça. Mais je te crois sur paroles ! ». La situation m'amusait. «  J'essaye de ne pas trop m'attarder sur ce genre de détails. Je me doute qu'ils sont déjà soumis à assez de remarques du genre. Je n'ai pas le cœur à en rajouter ». Je lui offris un sourire, à la limite timide. Comme si j'étais gênée d'avouer ce fait. Il avait voulu que je caresse son égo. Moi j'avais pris le parti de ne pas jouer à la groupie. Je savais que ça fonctionnerait bien mieux. Ça me donnait des couches que bien d'autres n'avaient pas. Et c'était plus qu'important pour le jeu auquel je m'adonnais. «  Oh maintenant, je vais l'appeler Sexy Flash dans mon esprit ! ». Je secouais la tête avec un sourire avant de lui envoyer un regard comme pour lui dire t'es fier de toi?. La réponse à cette question je la connaissais. Il l'était. Fier de lui de la racine de ses cheveux à la pointe de ses orteils. Il était trop simple. Aisé à lire dans sa fierté typiquement masculine. Son égo allait dégonfler lorsque j'en aurais fini avec lui. Les hommes étaient tellement primaires. Cela en était risible. Mes observations je les gardais évidemment pour moi. Je ne laissais rien transparaître sur les traits fin de mon visage. «Tu sais, Carla, tout le monde a les capacités de rendre ce monde meilleur. Il suffit de se lancer. Je suis sûr que tu n'es pas aussi peureuse que tu le prétends. Tu ignores juste ce dont tu es capable. ». «  C'est un joli sentiment ». Ah si il savait la vérité. Si il savait seulement ce dont j'étais capable. Si il savait ce qu'avait été ma vie. Si il savait ce qu'elle était aujourd'hui. Moi qui ne voulais me plier à aucun homme, était le parfait résultat de l'arrogance et la cruauté de l'un d'entre eux.  Je ne faisais pas mon métier par envie. Ni par passion. Ni même par conviction. Je le faisais parce que c'était nécessaire. Je ne faisais pas le bien. J'aurais pu. Mais je n'avais jamais eu le courage d'essayer. C'était la vérité. Je l'avais accepté. J'avais fait la paix avec elle. J'étais ce que j'étais. Je faisais ce que je devais faire. « Merci ». Mes doigts effleurèrent la peau de sa main. Je lui offris un nouveau sourire. Je ne gardais pas le contact bien longtemps. Juste assez pour que cela ait de l'impact. Je ne retirais cependant pas ma main n'importe comment. Mes doigts glissèrent sans mouvement brusque et avec fluidité. Ce ne fut que lorsque le contact entre nos peaux cessa que je ramenais ma main à moi.

Lèvres sur le bord de mon verre, je l'écoutais me raconter ses origines. J'en savais plus sur lui que quiconque dans ce bar. Je décelais le faux du vrai. Le boss m'avait filé le dossier le plus complet avec lequel j'avais travailler. Le brûler pour ne laisser aucune trace avait été un coup au cœur. « Tu sais quoi, Carla ? J'ai envie de te prouver que tu es courageuse. J'ai une petite idée derrière la tête, ça te dit de me suivre ? ». Voilà qui bousculait un peu mes plans. Mon cerveau réfléchissait à toute allure. Mes acolytes du soir devait déjà attendre mon signal pour mener à bien leurs méfaits. Enfin, mes méfaits. Cependant, je ne pouvais pas vraiment refuser. As si je voulais que tout se passe sous les meilleurs hospices. Sa demande partait d'un bon sentiment mais je ne voyais que le challenge en dessous. « Quittons ce bar pour quelque chose de plus trépidant ». Je levais un sourcil tout en étirant mes lèvre sur le bord de mon verre. Finalement, je basculais un peu la tête vers l'arrière pour avaler le tout. Une grimace s'installa sur mon visage. L'alcool me brûla la gorge un instant. «  ça c'était pas une bonne idée ». J'en riais. «  Mais soit allons y ! ». Je glissais de mon tabouret et retrouvais le sol. Ma pochette retrouva ma main et ma robe sa place sur mes cuisses. Elle était toujours un peu remontée mais ce n'était pas dérangeant. Dévoiler un peu plus de peau ne ferait que m'aider. Le reste était de toute façon bien caché. Il ne fallait pas dévoiler tous ses atouts tout de suite. Une fois dehors, je le laissais passer  légèrement devant.  Je perdis mon sourire. Je fis rouler ma mâchoire. Je n'avais pas l’habitude d'être aussi enjouée. Ça me donnait mal aux muscles. Mes yeux allèrent trouver sans difficulté mes employés. D'un signe de tête, je leur signifiais de nous suivre.  Un signe de la main leur apprit qu'ils devaient pour le moment rester à distance. Je voulais savoir ce qu'il avait derrière la tête avant. Le reste pouvait attendre un petit peu. Je devais faire des choix prudents et ne rien précipiter. Je ne ferai pas l'erreur de le sous estimer.

Mon sourire retrouva mes lèvres lorsqu'il se retourna vers moi. Je fis l'effort de me mettre à sa hauteur. Il allait un peu vite pour mes pieds chaussés de hauts talons. Mais je m'adaptais. J'allais appeler ça, sa déformation professionnelle. «  Où est ce qu'on va ? ». Je fis mine de regarder autour de moi. Après tout, je n'étais pas censée connaître la ville. Ce qui tombait plutôt bien parce que je la connaissais pas. Du moins, pas les quartiers chics et en vogue. Je préférais les ruelles poussiéreuses et transpirantes de criminalité. Ça ressemblait plus à la maison.  «  On ne va rien faire de dangereux n'est ce pas ?». Ma main se plaça tout naturellement dans le creux de son coude. Du moins lui faisais je croire. Tout était calculé. Rien n'était laissé au hasard. Ni ça, ni mon inquiétude jouée ni l'image de la petite jeune fille fragile et innocente que je m'efforçais de renvoyer. La tigresse je la sortirais plus tard. Peut être.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Dim 16 Juil - 21:32


James & Wally

It was her chaos that made her beautiful.


C'est bête, plutôt que de vouloir absolument essayer de l’impressionner en prenant tes airs d'homme fort et viril, peut-être devrais-tu plutôt être toi-même ? Est-ce là la clé du succès ? Celle que t'as cherché dans tous les coffres de ce pays – presque littéralement avec ce don de vitesse – sans jamais la trouver. Beaucoup de relations, peu de réussites, trop d'échecs pour pouvoir les compter. C'est vrai, tu pourrais te contenter de simples étreintes éphémères dans des draps froissés. T'es jeune, fougueux, avec l'irrépressible envie de t'amuser. Mais une fois, rien qu'une fois, t'aimerais connaître une vraie histoire d'amour. Comme celle que Kyle a connu. La fin tragique en moins, ça va de soit. Mais te réveiller à côté de la femme qui fait battre ton cœur, c'est une émotion qui t'est inconnue. Toi, c'est plutôt auprès d'inconnues dont tu as oublié le nom que tu ouvres les yeux. Le dénouement est souvent le même, tu chopes tes fringues jetées négligemment par terre la veille, et tu fuis comme un voleur. Quand il n'y a pas d'étincelles, tu ne t'attardes pas, et tu passes à une autre. A la recherche d'un sentiment rare et imprévisible. On ne le trouve pas aussi aussi aisément qu'un Pokemon dans les hautes herbes. Ou qu'un pochtron au rayon des bières. Mais t'y crois. Pourquoi les autres et pas toi ? Tu ignores si James peut être celle que tu recherches, celle qui te donnera des papillons dans le bas ventre, mais vous pouvez essayer, non ? Qu'avez-vous à perdre ? Ce n'est pas un mirage ces effleurements contre ta peau qui affole le palpitant dans ta poitrine. Ni ces regards qu'elle te lance et qui embrase tes sens. Il doit bien y avoir quelque chose à construire, derrière cette rencontre qui pourrait presque ressembler à un coup de foudre, si tu ne croyais pas à toutes ces histoires de conte de fées. A moins qu'elle ne te fasse changer d'avis? Pour le savoir, tu préfères quitter ce lieu trop bruyant et peu intime. Quand elle accepte, un sourire ravi se dessine aux coins de tes lèvres, et tu te lèves sans perdre de temps. C'est un risque que tu prends. Te dévoiler à elle aussi rapidement, ce n'est peut-être pas une très bonne idée. T'es pas le mec lambda qu'on croise comme dans ce genre de bars. Tu ne parles pas de la force véloce ou de tes activités héroïques à temps partielle, mais de qui tu es. Un adolescent un peu tardif, qui refuse d'entrer dans le monde des adultes, et qui préfère organiser des soirées avec ses potes que d'étudier pour se construire un avenir. Ce n'est pas un mal en soit, mais ça pourrait rebuter les femmes à la recherche de stabilité et de confort. De quel côté James se trouve ? Tu ne devrais pas tarder à le savoir. Parfois, il faut se jeter à l'eau. Et c'est exactement ce que tu vas faire. « C'est une surprise, tu verras bien. » Au sens propre comme au sens figuré.

Tu prétends ne pas être troublé par sa main qui s'accroche à ton bras, mais c'est difficile. Difficile de masquer l'attirance que tu éprouves à son égard. Une fois à l'extérieur du bar, tu l'entraines dans les rues chaudes de Central City. Un quartier que tu connais bien, pour y avoir trainé pendant des années tous les étés, en vacances chez ta tante Iris. Toutes les conneries qu'il est possible de faire, tu les as déjà faites. A commencer par celle que tu comptes lui proposer. « C'est pas dangereux, mais c'est un peu risqué. » Qu'est-ce qui ne l'est pas réellement avec toi ? Kid Flash combat le crime, affronte des adversaires de taille en risquant sa vie à chaque coup émis et reçu. Et Wally West joue les turbulents, en rasant le chat des voisins et en organisant des soirées qui finissent toutes par dégénérer. Règle numéro une, avec toi, il y a toujours un risque pour ça dérape. Après quelques minutes de marche sous les reflets romantiques de la lune, tu t'arrêtes devant une propriété masquée par de hauts panneaux de bois. « Je grimpe et je vais t'ouvrir. » Tu prends quelques pas d'élan, saute sur les panneaux pour te hisser jusqu'en haut, et te laisse retomber de l'autre côté, avec une agilité surhumaine. La maison est immense, le terrain impressionnant, et non loin de la porte de derrière, celle qui mène directement sur la rue où t'attends James, trône une piscine à l'eau clair. Tu lui ouvres, tout sourire, fier de ce que tu as à lui montrer. « Tadam ! » Bon, tu évites de crier trop fort, puisque de toute évidence, cette baraque ne t'appartient pas – et il y a peu de chances que tu puisses t'en payer une comme ça un jour. Tu ne les connais même pas ces gens. Et tu ne sais même pas s'ils sont chez eux. En fait, c'est que de l'improvisation. Et une bonne dose d'adrénaline. « Je suis déjà venu une fois, ils m'ont jamais attrapé. » Sous-entendu : il est possible que vous vous fassiez choper. Mais là est tout l'intérêt, n'est-ce pas ? Flirter tout en sachant qu'il y a un risque de se faire prendre. C'est excitant. Galvanisant. Sans perdre une seconde, tu te débarrasses de tes vêtements, les envoyant valser un peu plus loin dans l'herbe verte, fraiche, et parfaitement tondue. « Tu viens ? » Tu ne la connais pas encore assez, mais de ce qu'elle t'a dévoilé ce soir, tu te doutes qu'elle ne doit pas être rassurée par l'idée. Finir au poste de police n'est certainement pas ce qu'elle avait planifié. Mais le jeu en vaut la chandelle. Et tu ne laisseras rien lui arriver. Vêtu uniquement de ton boxer, tu sautes à l'eau, finalement peu soucieux du bruit, misant tout sur leur hypothétique absence. Quand tu remontes à la surface, plus joyeux que jamais, tu passes une main en arrière dans tes cheveux, et attends impatiemment que James vienne te rejoindre. « Allez viens ! Promis tu risques rien. » L'eau est un peu froide, mais tu comptes bien te presser un peu contre elle pour vous réchauffer.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar


human being

Messages : 326
Date d'inscription : 02/06/2017
Face Identity : Blake Lively
Crédits : praimfaya

Age du personnage : 30 ans
Ville : Star city pour le moment... mais vraiment partout où y'a du boulot.
Profession : Criminelle. Je vous assure c'est un boulot à part entière.
Affiliation : Aucune
Compétences/Capacités :

x Caméléon
x Con artist
x Combat à main nue
x Maniement d'armes de poings
x Maniement d'armes à feu
x Réseau de connaissance sans fin
x Excellente menteuse
x Discrétion


Situation Maritale : Célibataire endurcie au coeur de pierre. Briser sa carapace ne sera pas une tâche facile. Avis aux courageux !









MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   Sam 22 Juil - 13:47

American boys are my favorite toys
wally & james
••••

« C'est pas dangereux, mais c'est un peu risqué ». «  Comment ça ? ». Je fis mine de m'inquiéter. Je plantais mes yeux bleus sur sa joue et attendis qu'il se retourne vers moi. Je me fis le plus soucieuse possible. C'était risible lorsqu'on savait que j'avais le rôle du loup dans cette affaire. Il se contenta de me sourire. Il n'était pas décidé à me répondre. Il voulait vraiment garder la surprise. Du coin de l’œil, je m'assurais que nous étions toujours suivi.  J'avais encore besoin d'eux. Après tout, je n'avais pas mis en place mon plan encore. Bientôt. Je voulais juste savoir ce qu'il concoctait. Cela me permettait aussi d'en apprendre plus sur lui. Les connaissances de terrain étaient toujours mieux que la théorie. Le dossier que 'javais reçu ne pouvait pas couvrir toutes sa personnalité. L'humaine était une machine trop complexe pour être décrit en quelques mots de vocabulaire. J'estimais en être l'exemple parfait. « Je grimpe et je vais t'ouvrir ». Je lui offris un sourire et le regardais sauter par dessus la barrière. Mon air de petite fille innocente tomba lorsqu'il fut hors de vue. Je sortis mon téléphone portable de ma pochette et envoyais un rapide message à mes employés du soir. Je leur demandais de rester dans l'ombre, à proximité de la villa. Franchement, il venait de me donner l'excuse parfaite pour planter une attaque. Les cambriolages ça marchait à tous les coups. Il avait choisi sans le savoir la cible parfaite.  Je leur imposais un délai de quinze minutes avant de pénétrer dans la propriété. «  Tadam ! ». Je me penchais légèrement avec un air curieux pour pouvoir apercevoir l'intérieur. Oui c'était la cible parfaite. « Je suis déjà venu une fois, ils m'ont jamais attrapé ». Je reposais mon regard sur lui et le détaillais un instant. Carla était une femme innocente. Je devais donner le change. James, elle était... bien différente. C'était pas la chose la plus illégale que j'avais faite. J'avais une liste longue comme le bras de méfaits. M'infiltrer dans une propriété privée était quelque chose que je maîtrisais. Moi. Mais pas Carla. Je fis donc un pas en arrière avec un air peu convaincu. «  Je suis pas sûre que cela soit une très bonne idée Wally ». Je rejetais un coup d’œil dans la propriété. Tout pour paraître divisée entre l'envie de le rejoindre et celle de ne rien faire d'illégal. Wally était cependant décidé à rendre Carla plus aventureuse. Moins coincée. « Allez viens ! Promis tu risques rien ». Il n'avait pas attendu pour sauter dans l'eau. Mon regard glissa sur son visage et les quelques mèches encore collées à son front. Je fis semblant de regarder autour de moi. Je jetais un dernier regard dans la rue et finis par rentrer à petits pas. Je pris soin de ne pas fermer la porte et la bloquais même avec un petit tour de passe passe appris il y a de longues années.  Après tout, je faisais aussi partit du monde de la criminalité en col blanc.

«  C'est vraiment une mauvaise idée ». Pour autant, je continuais d'avancer jusqu'à me retrouver hors de la pelouse et sur les carreaux entourant la piscine.  Je tournais légèrement pour embrasser du regard ce que je pouvais de la maison et de son jardin. Tout était calme et silencieux. Tout sauf nous. Wally et discrétion ne semblaient pas aller ensemble. Ce qui en soit n'était pas étonnant. Il avait la vitesse nécessaire pour disparaître au moindre bruit. Ça rendait tout moins dangereux. Moins dramatique. Je reportais mes yeux sur lui et finis par soupirer en secouant légèrement ma queue de cheval.  Je posais ma pochette sur le transat qui trônait non loin. Je m'asseyais d'ailleurs sur ce dernier pour enlever mes talons. Un soupir de soulagement passa mes lèvres. Le meilleur moment de la soirée.  Je me déplaçais pour m'asseoir juste au bord de la piscine. J'enfonçais mes pieds dans l'eau. Un frisson parcourut mes jambes. C'était froid. La californienne en moi râla.  Je les retirais et me tournais légèrement pour mettre mon dos face à la piscine. Je détachais mes cheveux et  passais mes mains dans mes longueurs. Finalement, je remontais le tout en en chignon. «  Tu m'aides ? ». Je le regardais par dessus mon épaule. J'avais besoin d'un coup de main avec ma fermeture à glissière. En même temps, je me préparais mentalement à submerger mon corps dans cette eau fraîche. Je sentis le tissu de ma robe se relâchait au fur et à mesure qu'il faisait glisser la fermeture pour dévoiler mon dos nu.  Je me retournais et me relevais lorsque je le sentis s'éloigner.  Je marquais un temps d'arrêt. Là encore, je fis mine de regarder autour de moi pour m'assurer que nous étions seuls. Ce que nous n'étions évidemment pas.  Je fis semblant d'être satisfaite. Ma robe tomba le long de mon corps pour finir dans un tas de soie à mes pieds. Le manque de soutien gorge se fit ressentir. Là aurait été le parfait moment pour rougir. Impossible pour moi de faire ça sur commande néanmoins. L'obscurité se chargea de cacher cette absence de gêne face à mon corps dénudé. Franchement à part un bas en dentelle je n'avais plus rien sur moi. Mon corps était un outil comme un autre. Il me permettait d'obtenir ce que je voulais. Avec de petits pas, je me dirigeais vers les marches et rentrais dans l'eau. Je grimaçais lorsque l'eau chatouilla mon ventre. Je détestais cette partie. Je grimaçais à nouveau lorsque je passais ma poitrine sous l'eau. Qu'est ce que c'était désagréable. «  C'est froid ».  La remarque bien que véridique, n'était pas tout à fait innocente. Enfin, elle n'était dans la bouche de Carla. Moi, je voulais juste qu'il approche.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: American boys are my favorite toys   

Revenir en haut Aller en bas
 
American boys are my favorite toys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BLUEBERRY : AMERICAN BASHKIR CURLY
» Victimes du délit de sale gueule, plusieurs American Staff ont besoin de votre aide (Belgique)
» Tomate Burracker's favorite
» Donne femelle american staff (71)
» ART TOYS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: limbo :: archives :: les rps terminés-