AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 blessed gin (aaron & john)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar


independent soul

Messages : 498
Date d'inscription : 29/07/2018
Face Identity : Matt Ryan
Crédits : Anarya.

Age du personnage : 37 ans, sûrement 36 de trop si vous voulez son avis.
Ville : Vagabond sans attaches, depuis peu résident en Enfer. Il a abandonné les clés de sa célèbre Maison des Mystères à une nouvelle propriétaire.
Profession : Détective de l'occulte, magicien, exorciste, spécialiste des démons et autres saletés surnaturelles, escroc patenté, anti-héros du dimanche.
Affiliation : Justice League Dark.
Compétences/Capacités :
Connaissance encyclopédique de divers types de magie ; ondes synchrones (toujours au bon endroit au bon moment) ; manipulation de sa propre chance et des probabilités ; magie noire et occultisme ; exorcisme ; invocation de démons ; 'Worldwalker', une des rares personnes à connaître tous les chemins entre paradis, enfer, et au-delà ; voyage inter-dimensionnel ; contrôle des esprits et persuasion ; illusion ; pyromancie ; divination ; nécromancie ; cercles magiques ; magie rituelle ; magie du sang ; extrêmement résistant à la télépathie, au contrôle mental, et à la possession ; maître manipulateur ; prestidigitateur confirmé.

Situation Maritale : Un coin de son coeur revient à son gin tonic, un autre à une princesse goth qui parle à l'envers. Et de temps en temps, il s'abandonne à un visiteur de (bref) passage.









MessageSujet: blessed gin (aaron & john)   Jeu 9 Aoû - 11:11


blessed gin
selina & john


John Constantine, malgré sa réputation sulfureuse, était un homme qui appréciait les plaisirs simples de la vie. Là où d’aucun auraient sans doute estimé mérité quelque éloge ou juste compensation pour lutter avec autant d’acharnement contre les forces du Mal, John ne demandait en réalité pas grand-chose : un peu de tranquillité, une clope, et un gin tonic dans un pub anglais. Sa sainte trinité à lui que les dieux de ce monde ne lui accordaient que rarement, un privilège qu’il avait appris à apprécier autant que d’autres apprécient un caviar sur un yacht de luxe. Assis au comptoir du Salamander, offrant un sourire en coin au barman qui venait fort aimablement de remplir son verre pour la troisième fois de la soirée, John savourait l’instant. Pas de démons, par de superhéros en collants, pas de superméchant, et personne pour lui pourrir la vie. Son trenchcoat posé sur un tabouret à côté de lui, manches de sa chemise remontées jusqu’au coude, Constantine jouait pensivement avec on briquet, laissant l’atmosphère ouatée du pub quasiment désert l’envelopper comme un cocon familier.

La belle vie.

Trop endurant face à l’alcool après tant d’années de pratique consistante et intensive, John sentait à peine les vapeurs du gin lui monter à la tête, s’enfonçant avec délice dans un brouillard confortable qui avait trop longtemps constitué son refuge dans ce foutu monde. Au mieux, il finirait la nuit dans son lit après une bonne nuit de sommeil, trop assommé par l’alcool pour se souvenir de ses cauchemars. Au pire, il se taperait une bonne gueule de bois des familles en émergeant. Les deux issues ne lui paraissaient pas si terribles comparé à ce que son quotidien avait à lui offrir.

Absorbé dans ses pensées, ses sens se mirent vaguement en alerte lorsque la porte du pub s’ouvrit derrière lui et qu ’une énergie mystique familière imprégna la pièce. Avant qu’il n’ait le temps de réagir, une présence se fit sentir à ses côtés sur un autre tabouret – un regard en coin lui suffit à confirmer l’identité du nouveau venu et à lui faire hocher la tête en guise de salut.

« Ca picole les prêtres, de nos jours ? Décidément, le Vatican est devenu laxiste. » lança-t-il en guise de boutade. « Remarque, j’ai toujours trouvé ça louche l’histoire du vin à la messe. M’a toujours semblé être une excuse, si tu veux mon avis. » ajouta-t-il sans trop se soucier de savoir si Aaron en voulait, de son avis. John leva la main pour interpeller son nouveau pote le barman et fit un vague geste de la main pour lui indiquer son camarade du soir. Rares étaient les individus qui connaissaient bien John et acceptaient malgré tout de passer une soirée en sa compagnie. Il n’allait certainement pas faire la fine bouche – d’autant qu’Aaron Grant était une compagnie des plus acceptables, contre toute attente et malgré ce que le col blanc pouvait laisser à penser.

Se souvenant que leur dernière rencontre s’était faite autour d’un exorcisme particulièrement complexe et morbide, John finit son gin tonic et en commanda un quatrième avant de croiser sur les bras sur le comptoir et de tourner la tête vers son compère. « Alors, quoi d’neuf depuis la dernière fois ? Dis-moi que tu viens pas avec une nouvelle affaire, j’ai décidé de prendre quelques jours de vacances et j’aimerais mieux les passer à ne penser à rien plutôt que sauver la mise du Saint-Siège ou ses sbires. » La boutade était évidente – mais non sans une pointe de sincérité dans la voix.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Jeu 9 Aoû - 20:31

Deux exorcistes dans un bar, que pourrait-il bien arriver?John & Aaron

<<

Six blinds men... go into a room. There's an elephant in the room, and they all grab a part. ••• Jamais rien n'était dû au hasard, encore moins pour qu'Aaron ne pousse la porte d'un pub. Et puis, ce n'était pas non plus comme s'il n'avait jamais les pieds dans des endroits pareils. Ce prêtre n'était ni eunuque, ni naïf. Il connaissait l'humain et ses recoins les plus sombres. Et puis, il se trouvait - bien trop souvent à son goût - face à pire encore. Alors un petit bar d'un quartier plus ou moins tranquille, pourquoi pas? Si son métier l'obligeait souvent à être un solitaire, il appréciait de s'installer à une table, dans un coin de restaurant, un bar, un pub, qu'importe, pour simplement sentir la présence des autres. De ceux qui ne se doutaient de rien, qui croquaient la vie à pleine dent et en profitaient pleinement. Il ne les enviait pas, il appréciait juste cette compagnie. C'était ainsi.

Sans aucun problème, il avait reconnu le dos de John Constantine. Il fallait dire qu'il ne passait pas totalement inaperçu, surtout si l'on savait ce que l'on cherchait. Les deux hommes se connaissant depuis quelques temps maintenant, il était normal que Grant soit familier de sa silhouette. Avec un léger sourire, il venait s'installer à ses côtés. Aucunement besoin de demander la permission, il savait comment pensait parfois cet homme. L'exorciste s'installa donc du côté où le trenchcoat ne se trouvait pas, pour prendre place, retirant son chapeau de son crâne pour le poser sur le bar à côté de lui, la pluie avait mouillé le cuir, mais il tenait bon. L'air s'était un peu rafraichit et ce n'était pas un mal.

- Tant que le Vatican ne le sait pas. Fit-il alors avec humour. John ne manquait jamais de le chercher sur son métier, sur ce qu'il représentait et il répondait toujours présent. Pas dérangé pour un sous par ces remarques. Mais Grant avait un bon fond et il en fallait beaucoup pour le faire sortir de ses gonds. Quand on n'était pas un démon, bien entendu. Mmm... il n’y a pas de quoi se soûler. Bien trop couper à l'eau.

Retirant tranquillement sa propre veste, laissant alors apparaître le col blanc de soa profession, il sourit au barman tout en commandant un café. Le prêtre ne buvait jamais. Depuis qu'il avait été ordonné, il n'avait plus touché une goutte d'alcool. Et puisqu'il ne célébrait pas de messe, il ne buvait pas plus de vin que cela. Sans compter qu'il préférait garder l'esprit clair pour ce qu'il avait à faire. Tout le contraire de son interlocuteur qui semblait avoir déjà bien entamé la bouteille de Gin du bar. Sa descente pouvait être impressionnante.

- Ne t'inquiète pas, tu seras bien le dernier auquel le Vatican penserait s'ils avaient besoin d'aide et encore... taquin ou si peu. Les grands pontes n'aimaient guère Constantine et la réputation qu'il se trainait. Tout au contraire d'Aaron qui avait une vraie sympathie pour cet homme. Sans doute son côté bon samaritain qui réfléchissait à comment l'aider, il sentait bien le sac de brique qu'il portait sur ses épaules et serait prêt à l'aider à le poser, si seulement il pouvait trouver ce qui pourrait l'aider à le faire. J'ai entendu un échange entre deux policiers à l'hôpital parlant d'un mec qui se disait être maître des arts magiques, je me suis dit qu'il n'y en avait qu'un à ma connaissance, qui avait cette arrogance et j'ai pris ma chance. Tournant la tête pour le regarder, les yeux un peu plissés comme ceux d'un chat, un air amusé au visage, qui faisait ressortir trois marques de griffures sur sa joue, assez profondes et qui semblaient récente. J'ai eu du nez.

Grant se redressait un peu tout en remerciant le barman qui posait son café devant lui, les deux mains posées sur le rebord du comptoir.

- Mais dis-moi plutôt ce que tu fais ici? Je doute vraiment que tu n'es là que pour des "vacances"...

Oui bien difficile de croire qu'un homme comme John prenait seulement des vacances. Après tout, n'était-il pas le maître pour s'attirer les pires ennuis? Même quand il ne faisait rien pour?
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar


independent soul

Messages : 498
Date d'inscription : 29/07/2018
Face Identity : Matt Ryan
Crédits : Anarya.

Age du personnage : 37 ans, sûrement 36 de trop si vous voulez son avis.
Ville : Vagabond sans attaches, depuis peu résident en Enfer. Il a abandonné les clés de sa célèbre Maison des Mystères à une nouvelle propriétaire.
Profession : Détective de l'occulte, magicien, exorciste, spécialiste des démons et autres saletés surnaturelles, escroc patenté, anti-héros du dimanche.
Affiliation : Justice League Dark.
Compétences/Capacités :
Connaissance encyclopédique de divers types de magie ; ondes synchrones (toujours au bon endroit au bon moment) ; manipulation de sa propre chance et des probabilités ; magie noire et occultisme ; exorcisme ; invocation de démons ; 'Worldwalker', une des rares personnes à connaître tous les chemins entre paradis, enfer, et au-delà ; voyage inter-dimensionnel ; contrôle des esprits et persuasion ; illusion ; pyromancie ; divination ; nécromancie ; cercles magiques ; magie rituelle ; magie du sang ; extrêmement résistant à la télépathie, au contrôle mental, et à la possession ; maître manipulateur ; prestidigitateur confirmé.

Situation Maritale : Un coin de son coeur revient à son gin tonic, un autre à une princesse goth qui parle à l'envers. Et de temps en temps, il s'abandonne à un visiteur de (bref) passage.









MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Sam 25 Aoû - 20:32



blessed gin
aaron & john


Café, évidemment. John roula des yeux en secouant la tête d’un air exaspéré devant tant de bienséance. Aaron était plutôt du genre marrant et bonne compagnie pour un cureton, mais apparemment, fallait pas trop pousser non plus. Dommage quand John aurait souhaité une compagnie aussi peu recommandable que la sienne ; mais peut-être que pour une fois, un peu de calme et de sagesse lui permettraient de passer une soirée convenable, sans poursuite de démons, et sans gueule de bois (trop) monstrueuse. L’exorciste étouffa un petit rire en ayant une pensée émue pour son comparse et chauffeur de taxi qui, pour une fois, pourrait dormir sur ses deux oreilles sans avoir à se demander si son meilleur ami aurait provoqué l’apocalypse biblique entre deux tours de passe dans la nuit. Chas n’était peut-être pas le type le plus futé de la planète, mais il avait le flair pour juger les gens autour de lui – qu’est-ce qu’il avait dit, déjà, au sujet de Grant ? Quelque chose à propos d’une bonne influence, un brave type, un truc du genre.

Si ça continuait comme ça, il allait pouvoir s’en commencer une collection, de braves types. En général ils ne duraient pas très longtemps en sa compagnie, mais Chas et Aaron semblaient être des exceptions à la règle.

« Aaah oui, les flics. » Constantine ricana, offrant un regard en coin à son compère. « Une sombre histoire de séance de spiritisme qui a un peu déraillé. Pas une vraie séance, mais un des types a perdu la boule – une sombre histoire de tromperie et de femme s’ôtant la vie de désespoir, ça a mal tourné, tout ça. Bref. » Le maître des arts magiques auto-proclamé porta à nouveau son verre à ses lèvres, interrompit son geste. « C’est censé vouloir dire quoi, ça ? C’est pas parce que j’ai pas un CDI bien carré comme tout le monde que j’ai pas le droit de prendre un peu de temps pour me détendre. » Un demi-sourire lui recourbant le coin des lèvres, Constantine avala quelques gorgées de gin supplémentaires, laissant l’alcool fort mariner quelques secondes dans sa bouche avant de déglutir, imprimant le parfum sur son palais – petit rappel bienvenu de ce qui constituait, pour lui, la boisson nationale de sa chère mère patrie.

Bon d’accord, Aaron n’avait pas complètement tort. Même s’il prenait réellement des vacances, John ne serait certainement pas venu les passer à Washington fucking DC. Il savait bien qu’il n’avait pas grand choix d’options en termes de refuges, mais tout de même, il avait des standards. Et la capitale n’en faisait vraiment, mais alors vraiment pas partie. « J’suis juste passé rendre visite à quelqu’un. » répondit-il, volontairement vague en regardant au fond de son verre. Une visite de courtoisie qui s’était transformée en mauvaise intrigue de soap opera. Le pied absolu. Pour peu, John aurait partagé l’anecdote avec son collègue, histoire de l’entendre rire et de recevoir confirmation que c’était complètement absurde. C’aurait été une consolation à laquelle il n’aurait pas dit non. Aaron avait les pieds sur terre malgré tout ce qu’il avait vu et traversé – contrairement à John, il avait réussi à ne pas sombrer dans un cercle vicieux d’auto-destruction qui aurait fait pâlir d’envie Sid Vicious et Kurt Cobain. C’aurait été réconfortant de l’entendre dire que peut-être qu’au fond, la situation n’était pas si dramatique et qu’il s’agissait sûrement d’une erreur.

Foutu conditionnel de mes deux.

« Je t’ai jamais demandé… » commença-t-il en croisant ses bras sur le comptoir, tournant la tête pour regarder Aaron de son air curieux et un poil fourbe qui lui attirait plus d’ennuis que de réponses la plupart du temps. « T’as de la famille ? Déjà été marié – avant le Saint Siège et toutes ces conneries, évidemment ? Un type comme toi, t’as dû retourner quelques têtes à l’époque, non ? » Ferme-la, Constantine, pouvait-il presque entendre les anges se lamenter. Allez vous faire voir, bande de sagouins, leur répliqua-t-il en pensée. « De mon expérience, les gens qui font ce qu’on fait sont plutôt des solitaires sans attaches. Mais j’sais pas pourquoi, je t’imagine bien avec une tripotée de neveux et nièces qui ignorent tout de la double-vie de leur tonton. Ca t’irait bien. » ajouta-t-il en prenant une nouvelle gorgée de gin pour noyer le pincement qui venait de lui titiller les entrailles.



AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Sam 1 Sep - 17:18

Deux exorcistes dans un bar, que pourrait-il bien arriver?John & Aaron
Six blinds men... go into a room. There's an elephant in the room, and they all grab a part. ••• L'air exaspéré de Constantine ne touchait pas plus que cela l'exorciste, qui sincèrement, en avait vu d'autre. Ce n'était pas le premier, ni le dernier des hommes qu'il croiserait et qui serait si désemparés face à sa façon de faire. Mais il estimait que l'on pouvait parfaitement vivre sans boire une goutte d'alcool. Il ne considérait pas pour autant les gens qui se permettaient de se saouler comme des plus faibles d'esprit. Chacun avait sa manière de répondre à ce que la vie lui mettait sur son chemin. John avait décidé que le gin était une bonne liqueur dans laquelle il pouvait noyer ses souvenirs et sa culpabilité. Aaron l'observait le plus souvent faire, se demandant comment il pourrait l'aider à se sortir de ce cycle infernal... mais il savait aussi que tant que cet homme ne déciderait pas de le faire par lui-même, il ne serait qu'un boulet moralisateur à ses yeux. Alors il se taisait et il estimait qu’il méritait le même traitement de son côté. Ce qui était chose faite, même si les mimiques silencieuses de son comparse étaient la preuve évidente de ses pensées. Il en souriait.

Oui les flics, les types parfois les moins discrets, surtout quand il s'agissait d'occulte. Ils étaient habitués à un tas de choses, mais certaines situations les dépassaient complètement. Celle dont son interlocuteur lui fit part, en faisait partie. Il hochait doucement de la tête, faisant tourner la tasse lentement sur le comptoir.

- Une histoire faite pour toi, en somme.

La tasse était portée à ses lèvres. Il ferma un instant les yeux, profitant de sentir toute l'amertume du café prendre sa gorge, comme si la terre entière prenait un instant une pause, avant que tout ne recommence à tourner comme si jamais rien ne s'était passé.

- Oh... disons que je commence un peu à te connaître. Et qu'il est rare que toi, comme moi, puissions prendre des vacances, sans que nous nous retrouvions face à nos démons. D'un petit sourire, presque complice.

Tournée ainsi, sa phrase pouvait être comprise comme étant un truc totalement bateau, alors que le prêtre parlait bien d'être dangereux et surnaturels, qui avaient cette fâcheuse tendance à se manifester quand ils étaient dans les parages. Comme s'ils les attiraient. Que ce soit Aaron ou John d'ailleurs. Mais quand les deux étaient au même endroit... ça offrait plus de chance à ce qu'un truc anormal se produise. Mieux valait espérer que pour ce soir, dans ce bar, toutes les forces du Mal les aient oubliés. On pouvait rêver.

- Quelqu'un? Je sais que la curiosité est un vilain défaut, mais j'espère que ce n'est pas ce quelqu'un qui te fait descendre cette bouteille avec autant d'entrain.

L'homme d'église pointait du doigt la fameuse bouteille de gin. Vu qu'il connaissait un peu l'animal, il savait que ce dernier pouvait boire encore plus que la normale, quand quelque chose l'avait contrarié. Il ne l'obligeait pourtant pas à parler, mais se montrait disponible si ce dernier en ressentait le besoin.

Si Grant pouvait s'excuser de sa curiosité qui pouvait être mal placée dépendamment qui son collègue était allé voir, ce n'était clairement pas le cas de ce dernier. Qui jamais ne se sentait passer des limites, avec ses questions. Bon, la famille du prêtre n'était pas un sujet tabou. Loin de là même. Mais les gens pouvaient être surpris par son histoire et Constantine, ne la connaissait pas plus qu'un autre. Un petit rire passa ses lèvres, alors qu'il secouait légèrement la tête.

- Te voilà bien curieux. Mais non je n'ai jamais été marié, je suis rentré tôt dans les ordres. Cela ne voulait pas dire qu'il n'avait jamais connu de femmes, mais il n'en avait ni souvenirs incroyables, ni envie folle de redécouvrir ce qui était une chance, surtout pour ses vœux. Tu n'es pas si loin de la vérité. Ils savent que je ne suis pas un prêtre ordinaire, mais je ne leur conte pas tout. Ça serait dommage que je leur offre des cauchemars et des traumatismes comme cadeau de Noël.

Ses frères et sœurs savaient ce qu'il était, il ne s'en était jamais caché et la famille l'acceptait. On ne lui posait guère de question et il était toujours accueilli chaleureusement à leur table. Quand il pouvait s'y rendre. Son boulot lui prenait malheureusement une grande partie de son temps.

- Toi par contre, j'aurai tendance à parier que tu es un vrai solitaire, qui fuit les repas de famille comme la peste, n'est-ce pas? Terminant lentement son café, avant d'en commander un autre.

Un frisson glacial passa alors sur sa nuque et d'un léger froncement de sourcil, il se tourna du côté de la porte pour voir si cette dernière avait été ouverte et que ce n'était qu'un courant d'air, la porte d'entrée se refermant, cela lui confirma que ce n'était rien d'autre. Et d'un mouvement tranquille, se frotta la nuque pour faire partir l'impression, comme s'il chassait une boule électrique accrochée à sa peau.
©️️ 2981 12289 0


Dernière édition par Aaron Grant le Jeu 4 Oct - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


independent soul

Messages : 498
Date d'inscription : 29/07/2018
Face Identity : Matt Ryan
Crédits : Anarya.

Age du personnage : 37 ans, sûrement 36 de trop si vous voulez son avis.
Ville : Vagabond sans attaches, depuis peu résident en Enfer. Il a abandonné les clés de sa célèbre Maison des Mystères à une nouvelle propriétaire.
Profession : Détective de l'occulte, magicien, exorciste, spécialiste des démons et autres saletés surnaturelles, escroc patenté, anti-héros du dimanche.
Affiliation : Justice League Dark.
Compétences/Capacités :
Connaissance encyclopédique de divers types de magie ; ondes synchrones (toujours au bon endroit au bon moment) ; manipulation de sa propre chance et des probabilités ; magie noire et occultisme ; exorcisme ; invocation de démons ; 'Worldwalker', une des rares personnes à connaître tous les chemins entre paradis, enfer, et au-delà ; voyage inter-dimensionnel ; contrôle des esprits et persuasion ; illusion ; pyromancie ; divination ; nécromancie ; cercles magiques ; magie rituelle ; magie du sang ; extrêmement résistant à la télépathie, au contrôle mental, et à la possession ; maître manipulateur ; prestidigitateur confirmé.

Situation Maritale : Un coin de son coeur revient à son gin tonic, un autre à une princesse goth qui parle à l'envers. Et de temps en temps, il s'abandonne à un visiteur de (bref) passage.









MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Mar 2 Oct - 15:29



blessed gin
aaron & john


John fut pris d’un rire silencieux, l’hilarité secouant ses épaules voûtées alors que dans son esprit se formait l’image improbable d’Aaron contant ses aventures d’exorciste à sa famille. Il imaginait des frères, des sœurs, de neveux et nièces de tous âges incrédules, suspendus à ses lèvres alors qu’il leur racontait avec force détail sa lutte contre Pazuzu et toutes les autres saletés qu’il avait pu voir avec le temps. Pas vraiment le sujet de conversation rêvé pour une réunion de famille. Ou du moins, dans une famille fonctionnelle. Qu’est-ce qu’il en savait lui, après tout. Mais Aaron avait raison sur un point : ce qu’il affrontait à grands renforts de vers bibliques et d’eau bénite, n’était clairement pas du matériel adéquat pour des histoires pour enfants. Il les avait lues, lui, les histoires de magie, de monstres et de démons. Regardez où il en était arrivé. Une loque avachie à un bar qui avait signé sa propre fin le jour où il avait décidé d’enfermer son innocence d’enfant dans une boîte à l’âge de dix ans – littéralement, son premier rituel.

Non, vraiment, il ne conseillait ça à personne. A part peut-être aux grands malades aussi endommagés que lui, foutus dès le départ. Ou les excentriques comme Aaron qui, d’une manière ou d’une autre, trouvaient dans la foi ou ailleurs une salvation plus saine que le gin et les clopes.

« T’as bien raison, va. Epargne-leur ça, ils t’en seront reconnaissant quand ils liront tes mémoires dix ans après ta mort. »
commenta John en vidant son verre une nouvelle fois, avant de faire un geste auprès du barman pour le re-remplir. La question d’Aaron, en revanche, ne lui arracha qu’un demi-sourire sans joie. Pour fuir les repas de famille, il faudrait commencer par en avoir une, songea-t-il avec une pointe d’amertume résignée. C’est ce qu’il aurait pu répondre à son acolyte, mais au lieu de ça, il se contenta de hausser les épaules. Il avait bien assez de Chas en thérapeute désespéré. « Tu me connais bien. » répondit-il en faisant tinter son verre contre la tasse de café d’Aaron. Il n’était pas encore prêt pour la case confession, merci bien. S’il commençait, ils en auraient pour un moment – et même si Aaron semblait doté de toute la patience du monde, à le regarder avec ces yeux du type qui a déjà tout entendu, il doutait qu’il ait jamais reçu pécheur de son calibre dans son confessionnal.

Tant qu’à faire, il allait lui épargner ça encore un moment.

« C’est un peu tendu entre ma famille et moi, depuis quelques années. Ma sœur vit encore en Angleterre, à priori. Et ça fait très longtemps que j’ai pas parlé à mon père. » Etait-il seulement encore en vie, le vieux salaud ? John n’était pas sûr de vouloir connaître la réponse. « Donc les repas de famille, je passe mon tour. Volontiers. »

John s’apprêtait à absorber un peu plus d’alcool dans son système lorsqu’un courant d’air se fraya un chemin dans le pub. De concert avec Aaron, bien que le geste plus hésitant à cause de son état d’ébriété, John se retourna sur sa chaise pour regarder la porte battante. Curieux. Les yeux sombres de John glissèrent vers Aaron, qui s’était déjà retourné en se frottant la nuque. Fausse alerte ? Malgré l’alcool, les sens de John refusèrent de sortir de leur état d’alerte – guettant les résidus d’une énergie magique aussi subtile qu’elle n’avait été passagère.

Subtile et passagère, mais John était à peu près sûr qu’il n’avait pas rêvé. Ca n’aurait pas de sens.

Il ne se trouvait jamais nulle part sans une bonne raison, qu’il en ait conscience ou non. Les coïncidences, dans le monde de John Constantine, ça n’existait pas. Que lui et Aaron Grant, exorciste de son état, se retrouvent par hasard dans le même bar, au même moment ?

Coïncidence my ass.

« T’as senti ça ? » demanda-t-il à voix basse, abandonnant son verre de gin pour laisser son regard errer sur la salle. A tâtons, il récupéra son fidèle pardessus et l’enfila à la hâte, avant d’en fouiller une poche et d’en tirer un objet inconnu pour les non-initiés. Rapidement, et avec plus de dextérité que son alcoolisme latent ne l’aurait laissé à entendre, il enfila le bracelet autour de son poignet – la pierre à la couleur indéfinissable sertie dessus tournée vers le plafond. De sa main libre, John survola le détecteur d’esprits et marmonna entre ses dents :

« Spirit of Darkness between matter and time, cast thy shadow before me. Reveal forces past. »

Une onde d’énergie magique jaillit de la paume de sa main, de concert avec l’appareillage à son poignet. La pierre, aussitôt, changea de couleur : bleue, avant de se mettre à briller d’une couleur verte. John fronça les sourcils et se mordit la lèvre inférieure avant de jeter un regard sombre en direction d’Aaron.

« On a de la compagnie. Un esprit vient de se joindre à nous – c’est peut-être pas la première fois qu’il visite ce bar. Reste sur tes gardes. »

La manche de son pardessus vint couvrir le détecteur, et il prit tout de même le temps de finir ce dernier verre avant que leurs ennuis ne commencent.

« Je savais bien que c’était louche, de te croiser sans avertissement préalable. Une chance pour qu’un esprit t’ait suivi après un exorcisme ? »




AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Jeu 4 Oct - 15:01

Deux exorcistes dans un bar, que pourrait-il bien arriver?John & Aaron
Six blinds men... go into a room. There's an elephant in the room, and they all grab a part. ••• Au moins, il le faisait rire. Ou alors John avait déjà suffisamment bu pour qu'un rien le fasse partir. Allez savoir. Il le regardait rire en silence, avec un petit sourire en coin. Ce n'était pas souvent qu'on pouvait dire que cet homme avait de l'humour. Les gens le voyaient plutôt comme quelqu'un de beaucoup trop sérieux, sans doute le col blanc. Les clichés que les gens pouvaient avoir avec ça étaient toujours assez intéressants. Lui s'en amusait. Puisqu'il allait quasiment à l'encontre de tout ce que l'on pouvait imaginer et attendre d'un prêtre.

- Ah ça... d'un ton amusé. Il faudrait déjà que le Vatican autorise à ce qu'elles soient publiées un jour.

Aaron savait beaucoup de choses. Il n'était pas dans tous les petits papiers de l'Eglise, mais il connaissait certains des secrets les mieux gardés du Temple. Alors autant dire que personne, jamais, ne prendrait le risque qu'il n'en parle. Tout comme les possessions, beaucoup ne comprenaient pas que la menace démoniaque était belle et bien réelle, que ce n'était pas seulement une simple invention de certains esprits, pour faire peur aux plus faibles. Les exorcistes faisaient un vrai travail de fond et ils se battaient souvent avec des entités que l'on croyait disparues. Alors autant dire que ce n'était pas facile tous les jours.

Grant se demandait s'il devait être désolé pour Constantine ou pas. Ce dernier ne démontrait pas une grande tristesse à ne plus avoir de contact avec les siens. Mais est-ce que cet homme ne vivait pas, de toute façon, dans une profonde négativité qui l'avait rendu aussi cynique et associable? Sans doute. Il méritait qu'on le prenne un peu en pitié, sans pour autant vouloir le prendre par la main et lui montrer le bon chemin. Le prêtre savait à quel point ce genre de chose était totalement inutile. Il pouvait peut-être tenter de lui pointer une direction à prendre, mais en toute honnêteté, en connaissant la bête, cela ne servirait pas plus. Cette tête de bouc irait sans doute dans le sens inverse, juste pour prouver... qu'il y avait toujours moyen de faire pire.

- Amen.

Rien à dire d'autre, il ne voulait pas lui faire une morale, qu'importe laquelle. John pouvait très bien savoir ce qu'Aaron pensait de tout cela, qu'il trouvait dommage de le voir rester seul, de repousser toutes les approches de ceux qui pourraient l'aider, à cause de cette peur qu'une fois proche, il ne les emmène à la mort. Ce n'était pas le cas de tous, il suffisait de voir des gens comme Chas, Zatanna voire même lui.

Bien entendu, deux exorcistes de leur niveau, ne pouvait qu'attirer les curiosités du monde des Ténèbres. Ils étaient des aimants à esprits. Qu'ils le veuillent ou non. Alors quand nos deux hommes se retrouvaient installés dans la même pièce... on pouvait être certains qu'ils ne seraient pas seul longtemps. Ayant finalement remarqué que John avait bougé en même temps que lui, le prêtre ne manqua pas de se dire que ce n'était pas qu'un courant d'air.

- Oui...

L'exorciste regardait son collègue faire ses tours de magie, avec une vraie curiosité. Voilà des objets qui lui seraient bien utile quand il menait des enquêtes sur des possessions. Car il devait toujours d'abord s'assurer qu'il y avait bel et bien un esprit, avant de faire quoi que ce soit. Et parfois, l'esprit humain était si puissant, qu'il était capable de faire croire au possédé qu'il l'était, alors qu'aucun démon n'était entré dans sa tête. D'autres tentaient aussi de faire croire que leurs proches l'étaient, pour attirer.... allez savoir quoi. Ce genre de bracelet pourrait raccourcir certains temps d'enquête.

- T'en as en rab?

Il avait bien le droit de demander, non? On n'avait jamais dit qu'Aaron faisait tout de façon la plus catholique qui soit. Que la pierre change de couleur ne lui disait rien qui vaille, la tête de John non plus, il lâcha un petit soupire.

- Qui sait, il a peut-être envie de boire un bon whisky, comme toi...

Tous les esprits n'étaient pas mauvais. Tous n'essayaient pas d'attaquer les vivants. Mais cette boule qui se formait sur sa nuque, annonçait que cette option n'était pas valable pour cette fois. La question de son acolyte était totalement en équation avec ce qu'il était en train de se passe. Aaron se frotta légèrement la moustache.

- Normalement pas... et ton histoire de spiritisme? Prenant une gorgée de son café. Il fallait bien qu'on en attire un ou deux à se retrouver ici.

Son regard fixait la salle grâce au miroir derrière le comptoir. Une ombre se dressait pas loin d'eux, il ne distinguait pas les traits, mais il savait que l'esprit se montrait à lui. Ses poils sur la nuque se dressaient, effet naturel face à ce genre de surnaturel. Il n'en avait pas peur pour autant.

- Ne te retourne pas trop vite... mais il est à côté de toi.

Ami ou ennemi? Ils allaient rapidement être mis au courant. Sa tasse et le verre de John explosèrent sans crier gare... ok ils n'étaient pas les bienvenus par ici.

- Je crois qu'il ne partage pas...

Au moins, usaient-ils tout deux d'humour noir et plutôt pourris quand ce genre de situation démarrait, alors qu'ils rêvaient sans doute d'être tranquille, l'un comme l'autre.
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar


independent soul

Messages : 498
Date d'inscription : 29/07/2018
Face Identity : Matt Ryan
Crédits : Anarya.

Age du personnage : 37 ans, sûrement 36 de trop si vous voulez son avis.
Ville : Vagabond sans attaches, depuis peu résident en Enfer. Il a abandonné les clés de sa célèbre Maison des Mystères à une nouvelle propriétaire.
Profession : Détective de l'occulte, magicien, exorciste, spécialiste des démons et autres saletés surnaturelles, escroc patenté, anti-héros du dimanche.
Affiliation : Justice League Dark.
Compétences/Capacités :
Connaissance encyclopédique de divers types de magie ; ondes synchrones (toujours au bon endroit au bon moment) ; manipulation de sa propre chance et des probabilités ; magie noire et occultisme ; exorcisme ; invocation de démons ; 'Worldwalker', une des rares personnes à connaître tous les chemins entre paradis, enfer, et au-delà ; voyage inter-dimensionnel ; contrôle des esprits et persuasion ; illusion ; pyromancie ; divination ; nécromancie ; cercles magiques ; magie rituelle ; magie du sang ; extrêmement résistant à la télépathie, au contrôle mental, et à la possession ; maître manipulateur ; prestidigitateur confirmé.

Situation Maritale : Un coin de son coeur revient à son gin tonic, un autre à une princesse goth qui parle à l'envers. Et de temps en temps, il s'abandonne à un visiteur de (bref) passage.









MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Mer 14 Nov - 13:31



blessed gin
aaron & john


Les yeux de John remontèrent vers Aaron, et avec un demi-sourire, secoua la tête en tapotant du doigt le détecteur attaché à son poignet. « Pièce unique, mon pote. Et accessoirement blindé de magie noire. Je sais que t’en as vu d’autres, mais je préfèrerais t’éviter la damnation éternelle et tout ce merdier, tant qu’à faire. » Les cadeaux empoisonnés de démons divers et variés, il en avait plein la Maison des Mystères, des artefacts souvent bien utiles dans son boulot mais qui avaient toujours, bien entendu, un coût. Aaron était peut-être un exorciste, mais un exorciste d’une école bien particulière ; et surtout, il n’était pas sorcier, lui. Certains objets étaient plus sûrs entre les mains de types comme Constantine qu’entre celles du commun des mortels, aussi résilient et doué avec les morts ce commun des mortels soit-il.

Comme son acolyte, John resta attentif aux changements dans la salle, cherchant à localiser leur visiteur qui mettait un point d’honneur à rester bien discret pour le moment. Mauvais esprit ou pas, ces trucs-là ne venaient jamais rendre visite à un exorciste et mage pour leur payer une visite de courtoisie ou poliment leur demander un service. Ca puait les ennuis, cette histoire. Alors même qu’Aaron lui posait la question, John passa en revue sa séance de spiritisme, persuadé pourtant de n’avoir laissé aucune porte ouverte vers l’au-delà – rien n’aurait pu s’échapper après qu’il ait quitté la maison. Un esprit se serait-il faufilé dehors pendant la séance, sans qu’il ne le remarque ? Improbable. Mais pas impossible.

Les paroles d’Aaron encouragèrent John à ne pas se retourner, en effet. Maintenant qu’il le disait, il pouvait sentir sa présence, les poils de sa nuque se dressant comme si l’esprit était en train de lui souffler dans le cou – ok, plus aucun doute, c’était probablement pour lui qu’il était venu. Bordel, si même ses soirées tranquilles passées à picoler étaient infestées de fantômes maintenant, il n’était pas sorti de l’auberge.

Ping. Le verre et la tasse explosèrent sans crier gare, le faisant sursauter sur son tabouret (le barman à peu près aussi surpris qu’eux). Sans plus perdre de temps, John sauta de son trône et s’éloigna pour se poster aux côtés d’Aaron, posant enfin les yeux sur la saleté qui avait eu le bon goût de le suivre jusqu’ici. Enfin, façon de parler. Les gens comme lui et Aaron étaient entraînés à voir ces entités avec des yeux que le reste de clients du bar n’avaient probablement pas. Dieu merci (façon de parler), leur esprit frappeur de compagnie avait l’air particulièrement énervé, et renversa plusieurs tabourets d’un seul geste, quelques bouteilles explosant sur les étagères derrière leur pauvre barman qui n’attendit pas une seconde de plus avant de déguerpir en compagnie de ses clients alors que la lumière vacillait au-dessus de leurs têtes. Pang. Les bulbes des lampes explosèrent à leur tour.

« Il a l’air énervé. »
remarqua John, toujours fort à propos. Un esprit frappeur, un poltergeist comme on les appelait dans certains cercles – ces trucs-là ne cherchaient ni rédemption ni paix de l’âme. Ils existaient dans le seul but de tourmenter les vivants, et celui-là semblait particulièrement remonté. Est-ce qu’il s’agissait un esprit que John avait renvoyé en enfer à une époque passée ? Ou juste sa poisse légendaire qui continuait à s’accrocher à ses basques et avait décidé d’embarquer Aaron dans son sillage au passage.

« Ecoute saloperie, je ne sais pas ce que tu me veux, mais – » commença-t-il, déterminé à régler ses comptes – juste avant de se sentir décoller du sol et valdinguer avec violence contre un mur à plusieurs mètres de là. Son dos entra en collision avec un miroir qui vola en éclats, lesquels retombèrent au sol en même temps que John qui atterrit par terre avec l’élégance d’un cerf renversé sur la route. Le souffle coupé par le choc, ses pauvres os malmenés criant de douleur, John roula sur le dos et laissa échapper un grognement contrit. Hnng bordel. « Aaron, poltergeist ! » s’écria-t-il en tentant tant bien que mal de se relever, débris de verre dégringolant de son manteau. « Echappé pendant la séance de spiritisme, je pense. Saloperie, il a dû se faufiler pendant que j’étais concentré sur un autre esprit. » Remis sur ses deux pieds, jetant un regard noir à l’esprit qui commençait à prendre forme, John frotta ses mains l’une contre l’autre. « Un petit exorcisme improvisé, pour se maintenir en forme ? »




AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar


Invité

Invité










MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   Ven 16 Nov - 14:41

Deux exorcistes dans un bar, que pourrait-il bien arriver?John & Aaron
Six blinds men... go into a room. There's an elephant in the room, and they all grab a part. ••• Ah oui, les pouvoirs, la magie, qui impliquaient de grandes responsabilités et amenaient malheur et désespoir sur celui qui acceptait une telle charge. Tel était la vision des choses de John Constantine. Qui bien entendu, s'était retrouvé dans tout ce merdier sans le vouloir au départ... ouais enfin, quelque chose dans le genre. Aaron comprenait pourtant qu'il ne souhaite pas le voir utiliser de tels objets. Se faire damner pour l'éternité... ça ne changeait pas de ce que lui proposait chaque démon qui croisait sa route et qui lui promettait qu'un jour, il serait le bienvenue en Enfer.

- Ce n’est pas toi qui voulais m'apprendre quelques tours de magie? Lâcha-t-il avec un petit sourire en coin.

Enfin, son sourire disparu assez rapidement, puisqu'ils se retrouvaient tous deux en présence d'une entité qui n'aimait pas trop leurs tronches. Oui c'était bien leur veine. Mais pouvait-il en être autrement? Le prêtre savait à quel point ils devenaient des aimants à ces créatures, à chaque fois qu'ils en rencontraient une nouvelle. Il ne serait pas étonné d'apprendre qu'il avait été marqué d'une façon ou d'une autre, ou qu'une sorte de prime courrait sur sa tête là en bas. Tout comme sur la tête de John, qui devait avoir encore plus de valeur que la sienne. Après tout, ce dernier était un puissant sorcier, que Lucifer en personne voudrait bien avoir à ses côtés.

- Tu crois? Lâcha-t-il sur le ton de la conversation alors que ce qu'ils avaient en main venaient d'exploser en morceau.

Typique d'un esprit en colère. Juste pour montrer de quoi il pouvait être capable. Pour apeurer aussi tout ce qui se trouvait autour. Car si nos deux exorcistes avaient sans doute l'air plutôt blasés face à ce qu'il était en train de se passer, ce n'était pas le cas des autres personnes dans le bar. Aaron haussa légèrement un sourcil quand son acolyte décida de prendre les devants et s'adressa de façon particulièrement polie à l'entité pour lui dire de dégager. La réponse ne se fit pas attendre, il n'eut même pas le temps de finir ce qu'il était en train de dire qu'il se retrouva projeter à l'autre bout de la pièce.

Il n'en fallut pas plus pour finir d'affoler les clients, qui disparurent plus rapidement qu'un battement de cil. Le bar était vide, à l'exception des deux exorcistes et du barman qui se croyait protéger sous son bar.

- Sortez par la porte de derrière. Fit Aaron d'une voix calme mais qui sonnait comme un ordre, alors qu'il allait voir si Constantine allait bien, l'aidant à se remettre sur ses pieds. Rien de casser?

Vu comment il était imbibé d'alcool, la chute avait dû être douloureuse, mais molle et donc, avait sauvé ses os et le reste d'un choc trop brutal. L'avantage de boire, dirons-nous.

Son regard capta alors la forme fantomatique qui décidait de se faire finalement voir par eux, tirant un petit soupire à l'homme d'église, qui n'aurait pas été contre boire son café en paix.

- C'est peut-être sa façon à lui de te remercier de l'avoir laissé partir? Quoi? C'était bien le seul avec qui il pouvait se permettre de faire un peu d'humour noir, parce que tous les deux, comprenaient ce que la suite allait impliquée et que ça n'allait pas être marrant... surtout s'ils se faisaient envoyer paître dans les murs à chaque occasion. On n’en a jamais assez, paraît-il.

Attrapant au moins le chapelet qu'il avait toujours dans la poche.

- A toi l'... et voilà que c'était lui qui se retrouver à voler contre le bar, le contact plutôt rude du bois dans son dos lui tira un grognement, alors qu'il s'écrasait au sol de l'autre côté du comptoir. T'as fait quoi pour le mettre autant en colère, Constantine?! Alors qu'il posait une main à plat sur le comptoir pour se redresser avec une grimace. Esprit impur, tu n'es pas le bienvenue ici, disparait! Non, il ne parlait pas à John hein, mais bien au poltergeist.
©️️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé












MessageSujet: Re: blessed gin (aaron & john)   

Revenir en haut Aller en bas
 
blessed gin (aaron & john)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» The third temptation [Aaron]
» John Cena
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gods among us :: limbo :: archives :: les rps terminés-